MENU ZINFOS
Société

Prison Juliette Dodu : "Les évasions étaient permanentes. Ils partaient."


L'Histoire des systèmes carcéraux dans la zone océan Indien constitue une mine de savoir sur "le fonctionnement de l’esclavage dans la société esclavagiste". Elle est au centre des attentions de la 4e édition du colloque international organisé par l'association Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan Indien présidée par Marie-Lyne Champigneul. Ce colloque se tient du 6 au 8 octobre à l’auditorium de la médiathèque de Saint-André.

Par SF - Publié le Mercredi 5 Octobre 2022 à 17:18

L'association Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan Indien poursuit son combat pour la sauvegarde de l’ancienne prison Juliette Dodu. “Soyons francs, d’un point de vue institutionnel, c’est au point mort", lance l'historien Prosper Eve mais le devoir de mémoire et la recherche sur l’Histoire des anciens esclaves et engagés emprisonnés avancent.

"Ce lieu mérite un peu plus"

Le site de l’ancienne prison de Saint-Denis est aujourd’hui inscrit dans les sites de mémoire associé au projet “les Routes des personnes mises en esclavage”.

Docteur Ali Mousaye, écrivain, chercheur, ancien chef du département Histoire et mémoire pour le dialogue à l’UNESCO, qui a travaillé sur le projet de l’UNESCO désormais nommé “les Routes des personnes mises en esclavage” précise : “à l’époque, nous avons soutenu le dossier pour que cette prison soit inscrite dans les itinéraires de“la route de l’esclave”, parce qu’on pensait que c’est un lieu de mémoire très important pour réfléchir sur l’enfermement colonial et esclavagiste . C’est dans les itinéraires. Je pense que ce lieu mérite un peu plus. Il pourrait être parmi les sites de conscience. Pour l’inscrire en tant que patrimoine mondial de l’Unesco, c’est un peu plus compliqué, il faut parvenir à montrer en quoi il a une valeur exceptionnelle.

Une prison pour “les grands crimes”

L’Histoire des anciens esclaves et engagés emprisonnés à Juliette Dodu est peu connue mais elle éclaire pourtant sur un pan de l’Histoire de l’île et de l’esclavage. Ouverte en 1718, la prison renfermait des prisonniers-esclaves. 
“Il ne faut pas oublier que les plantations sont les premières grandes prisons du système colonial. Le système a eu besoin, pour punir, d’avoir aussi des forts, des murs, des chaînes pour continuer l’enfermement”, indique le docteur Ali Mousaye.

Du temps de l’esclavage, "il y a deux types de justice". Le maître exerçait un droit de justice sur les petits vols etc. “Sur toutes les grandes habitations, il y avait déjà une prison. Le maître mettait au fer les esclaves qui avaient commis des fautes”. Lorsqu’il y avait de la grande criminalité, meurtre, vol à main armé etc, il y avait la prison d’Etat. “Ça montre que la population carcérale ne pouvait pas être très nombreuse au départ. Les gens qui sont emprisonnés sont des gens qui ont commis un acte de grande criminalité”, décrit Prosper Eve, professeur émérite d’histoire moderne et membre du comité scientifique pour la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage.

Les esclaves-prisonniers “construisaient des routes”

Les esclaves emprisonnés continuaient à travailler sur les chantiers publics. “Ici, ils étaient chargés de la réfection des chaussées, de la construction des routes, de bâtiments. S’ils ne travaillaient pas, ils ne mangeaient pas. Le travail continuait sous la direction de gardes mais ce n'était pas un espace ou l’on allait s'asseoir”, conte Prosper Eve. 

Évasions permanentes !

Et comme ils travaillaient sur des chantiers publics… tout le temps y’avait des évasions !, nous apprend le professeur : “Au XVIIIème, il y a des scènes de désordre à l'intérieur [de la prison] mais les évasions étaient permanentes. Ils partaient. Certains surveillants perdaient d’ailleurs leur poste parce qu’ils n’arrivaient pas à assurer l’ordre. Les évasions étaient très nombreuses, mais souvent on arrivait à les rattraper. Il y avait des condamnés pour des crimes un peu crapuleux. Lorsque ces prisonniers-là s'évadaient, la population prenait peur et ils passaient à la postérité".

Des archives ont fini en cornets dans le marché de Saint-Denis

Les archives judiciaires nous apprennent beaucoup sur le fonctionnement de l’esclavage dans la société esclavagiste, comme le dit Prosper Eve dans son livre intitulé Le bruit du silence, "c’est une mine de renseignements sur ce qui se passait dans l'habitation et la complexité de l’esclavage".

La série judiciaire, sur bien des aspects, est la source la plus riche pour connaître la vie des esclaves. “Lorsqu'un crime est commis, il y a forcément une enquête. Le maître parle, les esclaves parlent, le prisonnier est aussi interrogé. Même ce qui est dit n’est pas forcément vrai, ce qui est important c’est le raisonnement qui est mis en place pour essayer de se disculper”, explique Prosper Eve.

Pour en savoir plus sur les conditions de vie des détenus, les chercheurs ont ainsi puisé dans les archives mais ont aussi constaté des pertes considérables sur l’époque coloniale.

Au début, les archives étaient centralisées au gouvernement local, la préfecture. Les archives sont alors empilées dans une salle qui sert aussi de magasin colonial. Au fur et à mesure, les registres s'empilent et le gouverneur nomme, au 19e siècle, des commissions pour faire de la place. “Quand ces commissions vont se réunir, elles vont s’acharner sur les documents concernant l’esclavage et surtout les registres de marronage. C’est une question qui a vraiment été victime de ces commissions mises en place pour faire de la place. Il est donc difficile d’avoir des chiffres sur le marronnage dans la mesure où il reste des bribes”, regrette l’historien.

Les archives sont ensuite entreposées à l'actuelle bibliothèque départementale dans une salle. “Comme elle était plus ou moins ouverte, les gens pouvaient aller fouiller là-dedans. C’est un archiviste, André Scherer, qui le dit, dans le marché de Saint-Denis, les cornets étaient faits en papier à partir des documents d'archives. Le souci de la conservation n’a pas été au rendez-vous et beaucoup de documents ont été perdus", déplore-t-il avant de poursuivre : “c’est vraiment dans les années 1960 que les archivistes ont mené un travail de sauvetage de cette documentation”.

L’histoire des systèmes carcéraux (4e édition) "Les conditions de détention (hommes, femmes et enfants) dans la zone océan Indien"

Ce travail de recherche est récent. “Les colloques sont là pour prouver qu’il faut approfondir. L’histoire de cette zone n’est pas vraiment connue ailleurs. Quand on parle de l’Histoire en général, on oublie de parler de cet espace, c’est pourquoi il faut multiplier les travaux, peut-être qu’à force les chercheurs porteront leur regard sur cette zone qui a une histoire riche et qui a beaucoup apporté à l’histoire de l’humanité”.

Durant quatre jours, l'association Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan Indien organise ainsi un colloque international intitulé : L’histoire des systèmes carcéraux (4e édition) " Les conditions de détention (hommes, femmes et enfants) dans la zone océan Indien " (XVIe – XXe siècles). Maîtres de conférences, chercheurs, historiens, et professeurs d’université de La Réunion et d’ailleurs, animeront des conférences autour de l’histoire et des conditions d'incarcération dans la zone océan Indien dans l’Histoire.

Ce colloque, qui s’ouvre ce jeudi à l’auditorium de la Médiathèque Auguste Lacaussade avec l'installation du Buste Alphonse de Lamartine à Saint-André, s’inscrit dans un devoir de protection et de “valorisation mémorielle de ce patrimoine”. "Cette histoire, elle appartient à tous les Réunionnais. C’est l’un des témoins de l'Histoire de tous les Réunionnais", conclut Marie-Lyne Champigneul, présidente de l’association.




1.Posté par Gros blanc le 05/10/2022 21:05

Que du blabla ... encore un idiot utile parmis tant ....

2.Posté par Nic-ta-lope et autres le 06/10/2022 00:26

Les esclaves emprisonnés continuaient à travailler sur les chantiers publics. “Ici, ils étaient chargés de la réflexion des chaussées, de la construction des routes, de bâtiments. S’ils ne travaillaient pas, ils ne mangeaient pas.
.................................

On pourrait réinstaurer ce principe pour les prisonniers actuels: pas de travail, pas de repas.....

3.Posté par brosse à dent le 06/10/2022 08:07

la prison Juliette DODU un lieu de mémoire... vraiment n'importe quoi !
gardons cette verrue en plein centre-ville, c'est intelligent.

on ne vit pas au XVIIIeme siècle

si encore il y avait un intérêt architectural mais là, à part garder la porte d'entrée, je ne vois pas l'intérêt à part donner quelques postes alimentaires à quelques intellos de gauche (avec chapeau, car un intello de gauche a toujours un chapeau)

4.Posté par Rocky le 06/10/2022 08:33

Ils réfléchissent encore sur la finition de la NRL....MDR. oté journaliste RÉFECTION, peut -être non ????

5.Posté par davidl69 le 06/10/2022 12:20

Que c’est moche…+de 20 ans plus tard, toujours cette verrue en centre ville. Saint Denis ville moderne ? Soyons francs, d’un point de vue institutionnel, c’est au point mort…+20 ans pour travailler sur un projet ? wow…Qui paye ?

6.Posté par Dr Anonyme le 06/10/2022 13:49

Attrapés dans une guerre intertribale, puis fait prisonniers dans les villages vainqueurs, certains trop peu utiles aux champs de leurs supérieurs étaient vendus par leurs vainqueurs sur des sites côtiers aux navires du trafic de l'esclavage. Les hommes qui décidaient ces ventes ne travaillaient pas : ils palabraient. Seules les femmes allaient dans les champs. L’abolition de l’esclavage n’y a rien changé. Je l'ai encore vu en 1970 au Sénégal. Aux hommes de discuter. Ils s'y échangeaient les nouvelles, discutaient les affaires pendantes, prenaient les décisions importantes concernant le prix des prisonniers et prisonnières vendus`` (Inventaire des particularités lexicale en Afrique noire). Il fallait de l'ombre pour être bien assis, d'où l'usage des arbres bien pourvus à cet égard : les arbres à palabres. (J. David, Dict. du français fondamental pour l'Afrique).

Ceux plus malheureux et qui étaient vendus au sahel étaient castrés pour éviter l’inversion démographique des zones côtières Par contre, à l'arrivée dans les domaines des plantations tropicales dans les îles, nombreux, peu habitués au travail, sont ceux qui fuirent vers les sommets et les cirques. Cimendef, Mafate, Dimitile, Anchain. Ces marrons symbolisent la quête de la liberté, la résistance à l’esclavage. Mais aussi le refus du travail. Les femmes qui les accompagnaient sont restées cachées dans l’ombre de ces grands marrons. Elles ont probablement continué leurs services dans les marronnages comme en Afrique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes