Social

Primes indexées des hospitaliers: Les syndicats déçus de leur rencontre avec la ministre

Dimanche 28 Octobre 2018 - 16:31

Primes indexées des hospitaliers: Les syndicats déçus de leur rencontre avec la ministre
Reçues hier après-midi par la ministre des outre-mer Annick Girardin, les organisations syndicales du secteur hospitalier sont ressorties déçues. Au cœur des échanges : la suppression des primes indexées pour les agents et l'entrée en vigueur d'un décret instituant une indemnité de remplacement vouée à l'extinction. "C'était un langage purement politique, ferme, dur", commente Expédit Lok Fat, secrétaire général de la CFDT Santé-Sociaux. "Elle a dit qu'après l'arbitrage, il n'y avait plus de discussion et qu'elle était solidaire de l’équipe ministérielle".

Et ce ne sont pas les seuls propos qui ont fait tiquer les syndicats. "Elle a déclaré que ceux qui souhaitaient attaquer le décret devraient faire attention, car ça risquait d’ouvrir le débat plus largement sur les indexation des autres fonctionnaires". Des propos perçus comme des menaces par les hospitaliers, même si la ministre s'en est défendue. 
 
Si c'est la légalité des primes indexées qui est remise en cause, pour la CFDT, le décret présente lui aussi des vices juridiques. "On va attaquer les conséquences, à savoir le statu quo des carrières des agents. Et on estime qu'un avantage perçu depuis 1975 peut être considéré comme un avantage acquis". Une procédure de défense collective est d'ores et déjà lancée. "On accompagnera chaque agent concerné. On a déjà 380 dossiers. Dès lundi on va mettre en place les premières actions".
 
Pour le syndicaliste, cette polémique sur l'indexation des primes tombe à point nommé : "Tout cela fait pour qu'on ne parle plus du plan de retour à l'équilibre du CHU, qui prévoit des suppression de postes, la fin des RTT. C'est une manière perverse de faire passer des mesures drastiques et dramatiques", reproche-t-il encore, indiquant que la communication sur ce sujet sensible allait reprendre. 

De nouvelles actions sont à prévoir. 

 
N.P
Lu 1988 fois



1.Posté par Dagober le 28/10/2018 16:00 (depuis mobile)

Pour moi elle venu juste pour le plaisir, après je la comprend avec un président qui est que pour les riches. Encore trois ans à souffrir !

2.Posté par Question bete le 28/10/2018 16:13 (depuis mobile)

Faudra rembourser les indus..? Comme à la mairie de st denis..?

3.Posté par Paulo le 28/10/2018 19:17 (depuis mobile)

Total soutien aux hospitaliers. Tien bo larg pas.

4.Posté par cmoin le 28/10/2018 19:45

Tant mieux! lus de pime illégales!

5.Posté par Tai kreol rouve le zyeu. le 28/10/2018 20:04 (depuis mobile)

Tai kreol rouve le zyeu maman zirardin i vien souhaite mont et merveilles . Kroi pa li bandena 42 pour cent pauvre ter la. Dans un 1 ans 52 pour cent. Bientot zot ti père i viens fait la main si zote. Pour reveille a zaute.

6.Posté par jlr le 28/10/2018 21:53

Bon ; c'est qu'il il y a donc encore des primes ; encore 1 an ou 2 de Macronisme , et les primes auront disparues ; 2 ans plus tard , tous les salaires seront du niveau du SMIC ( avec ou sans CSG , les hauts fonctionnaires parisiens en discutent encore ) et non revalorisés ( pour ne pas choquer les contrats employés à 900 €/ mois ) ; en 2024 , le salaire moyen sera revalorisé de 0,01% , et le Président fera remarquer aux ex-automobilistes mécontents que le litre de super ne dépasse pas les 2,5 €/litre .

7.Posté par Un contractuel le 29/10/2018 05:41

Tout était connu d'avance sauf peut-être un ou 2 syndicats que la cause est perdue, quoique !!!!
Les élections sont là !!! Il fallait regarder le doigt et non l'horizon (déficits) !
Beaucoup aussi de la manipulation politique.
Qui est le 11ème adjoint de Bellepierre ?
Qui est très proche du Député de St-Denis ?
Pourquoi c'est toujours lui qui prend la parole à la télé, alors qu'il est engagé dans la politique ?
Maintenant que dire de notre PRE (plan retour à l'équilibre) ?
Quelle solution pour nous CDD, alors que rien n'a été dit à notre sujet ?

MERCI !

8.Posté par DG démission le 29/10/2018 05:53

c'était prévisible ! à protéger leur DG, iils auront fait tout perdre aux hospitaliers, ces syndicats... depuis longtemps ils auraient du agir , mais à préférer la négociation off ; voilà le résultat !!! et ils ne disent rien sur les avantages des DIRECTEURS, des PH qui se sont pas touchés pas ce décret !!!
j'espère que le nombre d'adhérents va baisser pour eux , car ils ont rien fait depuis l'annonce du déficit du CHU.à part se mettre en avant et se comparer les uns des autres ....
Dorénavant le meilleur défenseur des hospitaliers, c'est L'HOSPITALIER !!!

9.Posté par jo 27 le 29/10/2018 05:11

il faut peut être arreter se lamenter. Et mettre en pratique ce qui est prévu pour le 17Novembre. Bloquer l'économie de l'île. Surtout soyons solidaires, organiser des opérations de gêne dans les grands groupes, c'est le mot d'ordre que les syndicats devraient lancé !

10.Posté par Ti kaf la zoie le 29/10/2018 09:59 (depuis mobile)

Ti père macron sa veni bientot . Va fait son Jupiter. Va alimente salaire satoviay. Va fane la misére en france et dan l.outre mer et sa bourre le ki son fambe en chantant la marseillaise ek son prime president.

11.Posté par jean-richard bennala@ le 29/10/2018 17:38

relisez vos propos poste 10 il faudra faire un joie vous ou votre femme , bonne réflexion

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Novembre 2018 - 15:00 Les lignes Car Jaune restent suspendues