MENU ZINFOS
Politique

Présidentielle 2022 : Face au vote RN en Outre-mer, Patrick Karam pointe le "risque d'une déflagration généralisée"


Ancien président-fondateur du Conseil Représentatif des Français d'Outre-mer (CREFOM), Patrick Karam appelle le Président de la République "à prendre toute la mesure du message envoyé par les Outre-mer et mettre en place un vrai plan de rattrapage".

Par N.P - Publié le Dimanche 24 Avril 2022 à 22:46

Photo : Facebook Patrick Karam
Photo : Facebook Patrick Karam

Le communiqué :

Pour Patrick Karam, les résultats de l'élection présidentielle en Outre-mer sont une déflagration, et ce même s'ils viennent s'inscrire dans une tendance déjà ancrée depuis plusieurs années. Ils expriment une révolte face à l'impuissance de l'Etat, et aux conditions sociales dégradées et risquent fort de conduire à une mise en marge des Outre-mer, qui seront rendus ingouvernables faute de légitimité du pouvoir central dans ces territoires.

Patrick Karam demande au gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que certains territoires ne se mettent en marge de la Nation et ne rompent avec l'hexagone. Il appelle le gouvernement à donner une priorité aux politiques publiques en Outre-mer et à la mise en place d'un vrai plan de rattrapage. Une absence de réponse à ce signal d'alarme ouvrirait en grand la porte vers un saut dans l'inconnu.

Alors que bon nombre de français poussent aujourd'hui un ouf de soulagement suite au dénouement de l'élection présidentielle, les résultats du RN en Outre-mer, qui placent Marine Le Pen en tête partout sauf en Polynésie, pourraient laisser perplexe compte tenu de l'histoire de son parti et des échanges musclés que son père avait subi à son époque lorsqu'il avait tenté de poser le pied en Guadeloupe et Martinique.

Toutefois ces résultats étaient largement prévisibles et s'expliquent par plusieurs facteurs. Tout d'abord, ils traduisent un violent rejet de la gestion de la crise sanitaire en Outre-mer qui a été vécue dans de nombreux territoires comme inutilement violente et déconnectée des enjeux locaux.

En Guadeloupe et Martinique notamment, cette gestion de la crise sanitaire a entraîné de vives réactions de la population et une véritable crispation sur le terrain. Celles-ci se sont traduites par le déclenchement d'une crise sociale qui reste à ce jour non réglée.

Sur ces territoires, c'est aussi une sanction pour un État, quel que soit le gouvernement au pouvoir, ayant failli à se tenir aux côtés des populations sur la question du chlordécone et de l'accès à l'eau. Ces errements n'ont fait que renforcer la défiance des Antillais face au pouvoir central.

Ces résultats sont aussi l'expression d'une frustration compréhensible face aux difficultés sociales, économiques et environnementales concentrées dans les Outre-mer, qui malgré de nombreuses déclarations volontaristes de l'Etat et des dirigeants successifs sont toujours en retard sur tous les indicateurs sociaux et économiques par rapport à l'hexagone (chômage, pauvreté,...).

La Réunion, comme les Antilles ou Mayotte, connaissent des taux de pauvreté et de chômage bien supérieurs à la moyenne nationale. 

A Mayotte ou en Guyane, elles sont aussi l'expression d'une profonde exaspération face à l'absence de réponse quant aux questions migratoires. Les Mahorais sont confrontés à la pression migratoire venue des Comores et la faiblesse de la réponse de l'Etat favorise le vote RN.

En Nouvelle-Calédonie, la progression de Marine Le Pen au second tour semble également être influencée par la question statutaire.

Patrick Karam tirait déjà la sonnette d'alarme sur ces questions au lendemain des résultats des élections européennes de 2019. L'absence de réponses du gouvernement et la crise COVID n'ont fait que renforcer le vote RN.

Patrick Karam appelle le Président de la République à prendre toute la mesure du message envoyé par les Outre-mer et mettre en place un vrai plan de rattrapage. Il est indispensable que les Outre-mer retrouvent une place centrale dans les préoccupations de l'Etat, faute de quoi, la rupture avec l'hexagone sera consommée.

Patrick Karam

Ancien délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'Outre-mer 
Ancien président-fondateur du Conseil Représentatif des Français d'Outre-mer (CREFOM)

 




1.Posté par Question ? le 25/04/2022 08:55

PECRESSE la gagne l'élan. Mi cri faible....

2.Posté par Question ? le 25/04/2022 08:56

Patrick Karam

Ancien délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'Outre-mer
Ancien président-fondateur du Conseil Représentatif des Français d'Outre-mer (CREFOM)


Peut-être ancien soutien de PECRESSE ? Mi vire du côté de MACRON ?

3.Posté par Jamais content le 25/04/2022 11:16

Elle dit que je pleure tout le temps
Que je suis carrément méchant jamais content
Carrément méchant jamais content

Le plus grand parti politique français est le parti des mécontents. Et ceci existe depuis es gaulois. CESAR, dans la guerre des Gaules, en donne le détail.

Dans les DOMTOM, peu importe les noms de ceux qui cherchent à rassembler le maximum de voix dans le bourbier des mécontents. On passe ainsi, sans difficultés, de Mélenchon gagnant au premier tour à MLPL au second tout signe que le mécontentement ne peut pas être influencé par des programmes divers et variés. Après cela, les élus locaux ne savent encore moins qu'auparavant où donner de la tête à la recherche d'un vrai plan de rattrapage impossible à trouver.

En métropole, la consigne de Mélenchon de ne pas voter MLP au second tour divise les mécontents : une partie se retrouve avec Macron non sans maugréer, une autre avec MLP quand même mais sans le dire à personne. Sans ces consignes du grand chef du parti des insoumis contre elle, MLP, aurait gagné sans pouvoir d'ailleurs elle non plus, réduire le mécontentement.

4.Posté par Jamais content le 25/04/2022 21:37

Curieux ces attitudes des gauches situés à l'extrémité de la gauche ou de la gaucherie. "Ce qu'on n'aura pas par les urnes, on l'aura par la rue», pouvait on lire sur une banderole déployée par les protestataires, qui ont ensuite défilé aux cris de «Macron nous fait la guerre et sa police aussi» ou «A bas l'Etat, les flics et les fachos». Une poignée de manifestants scande "Louis XVI on l'a décapité, Macron on peut recommencer." Voilà la Révolution !

Les plus nombreux des participants au rassemblement avaient, pourtant choisi ou obéi à Mélenchon de voter pour leur adversaire Emmanuel Macron au second tour afin de «faire barrage à l’extrême droite», comme l'a fait un étudiant en histoire de 19 ans cité par l'AFP. C'est quoi alors l'extrême droite si ce ne sont pas des bagarreurs ? Ceux qui se bagarrent avec la police comme hier soir ou ceux qui décapitent ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes