Justice

Prédateur sexuel immonde et sans remords: Il agresse sa fille de 12 ans et met la faute sur elle!

Vendredi 14 Avril 2017 - 14:40

Correctionnelle Sud – Jeudi 13 avril :


Avant-propos : Toute la salle en était malade d'indignation, y compris les juges, le procureur, et les avocats. Qui tous en ont pourtant vu d'autres. Si cela se sent dans mon compte-rendu, je n'y peux rien : j'ai eu envie de gerber comme tout le monde. J.B.

Il est arrivé décontracté plus d'un quart d'heure après que "son" affaire a commencé d'être étudiée par le tribunal. Cela lui aura permis de ne pas s'expliquer, de tenter de faire porter la culpabilité à sa fille de 12 ans et d'apprendre qu'il est désormais inscrit au fichier national des délinquants sexuels.

Car Jimmy A., 35 ans mais en paraissant 25, taille moyenne, râblé, est un délinquant sexuel dans toute son horreur: il n'est pas coupable, n'a rien fait de mal et c'est sa fille qui l'a excité. Plus dégueulasse tu meurs !

Le pire évité de justesse !

Il a détruit toute sa famille.
Lui et son ex étaient séparés depuis quelques années. Sa femme vivait chez sa mère avec ses enfants, deux filles et un garçon ; et lui chez la sienne car il ne travaille pas et vit à ses crochets. Il disposait d'un droit de visite tout-à-fait régulier.

Un soir que sa fille était restée dormir chez sa grand-mère avec son peu reluisant père, il a forcé la gamine à s'allonger sur son lit et procédé à des attouchements sexuels poussés dont on vous passe les détails aussi sordides que graveleux. Il s'en est fallu de peu qu'il ne la viole, ce qu'il finira par dire quand même à l'audience : "Akoz elle la provoque à moin".

Comme si de rien n'était, les jours suivants, il a texté à sa fille de lui envoyer des photos suggestives. Une gamine de 12 ans!

C'est en découvrant les textos et en interrogeant sa fille que la maman a découvert le pot-aux-roses et porté plainte illico.

Lui ? "Moin la pas fait rien, moin". Ben voyons !

Des dégâts mentaux énormes, irrattrapables

La malheureuse enfant réagit si mal qu'elle devient totalement déboussolée et grossit de 20 kilos en 6 mois, excusez du peu.

À la barre, après un long moment où "il ne se rappelle pas", il finit par dire que "c'est elle qui l'a provoqué avec des regards coquins ; mieux, elle l'a caressé de façon suggestive, et a même voulu le masturber". On a envie de gerber devant ces mensonges manifestes.

"Bref, l'agressé sexuel, c'est vous ?" suggère la présidente Peinaud.
"Heureusement qu'elle a arrêté de me toucher, sinon je l'aurais prise !"

La présidente a énuméré les dégâts causés par cet immonde personnage :
"Votre fille a peur de vous. Toute votre famille, votre femme, vos enfants, tout le monde a fui, littéralement fui en métropole pour vous échapper. Votre fille a grossi de 20 kilos en 6 mois, ce qui n'est pas un indice de culpabilité, que je sache. Vous avez détruit toute votre famille, monsieur !"

"Les photos ? Pour me masturber !"

A lu? Lu la pas là èk ça !
Il avait une concubine au moment des faits ; il a d'ailleurs été condamné pour des faits de violence sur cette femme. Mais c'est sur sa fille, juste pubère, qu'il a flashé.

C'est encore de sa faute à elle :
"Elle voulait grandir, elle était trop curieuse. Ma copine (NDA : battue) m'avait quitté, j'étais perturbé". Ce qui est faux : elle était encore avec lui au moment de ces faits révoltants. Alors ?

Il est si perturbé qu'il est souvent à errer dans la rue, pété au rhum charrette. Cela fait d'ailleurs 15 ans qu'il est addict à l'alcool mais au moment des faits, il n'était sous aucune "influence" perturbante, certificats médicaux à l'appui.

La présidente Peinaud s'énerve :
"C'est insupportable d'entendre ça. Vous salissez votre fille".
Aux gendarmes, le sinistre tortionnaire a déclaré qu'il voulait "des photos pour me masturber en regardant ma fille". Curieuse conception de l'amour paternel.

Une fille, une famille brisées !

Les experts psychologues ont dénoté "une dangerosité certaine chez cet homme, avec un risque élevé de récidive". La nécessité de soins est mise en avant.

La présidente s'est enquise, mine de rien :
"Y-a-t-il des enfants dans votre voisinage immédiat ?"
Le prévenu n'a semble-t-il pas décelé la malicieuse menace sous la question. Perso, j'ai apprécié la subtilité de la présidente. Madame Peinaud n'est pas juge d'instruction pour rien.

L'avocate de l'ARAJUFA, Me Marie Loutz, a tiré à boulets rouges sur cet immonde "qui n'exprime aucun regret, qui n'a pas une seule fois cité le prénom de sa fille, une fille médicalement suivie car malade dans son corps et dans sa tête, une fille brisée, et sa famille aussi". Me Loutz a été suivie comme son ombre par le procureur Saunier qui a souligné que la jeune fille n'a échappé au pire que grâce à sa maman. Et de réclamer 3 ans dont un avec sursis.

Le tribunal a condamné Jimmy A. à 3 ans dont 18 mois avec sursis ; obligation de soins ; interdiction d'entrer en contact avec son ex-famille par quel que moyen que ce soit, lettres, téléphone, sms, etc. ; dommages-intérêts ; inscription au fichier national des délinquants sexuels ; et 3000 euros à l'Arajufa. Le tout confortera un CV judiciaire déjà fort de condamnations diverses pour vols, violences sur conjoint, refus d'obtempérer et conduite pété comme un coing.
"Il y a beaucoup de sursis sur notre tête, monsieur, ça risque de dégringoler à tout moment !".

Il n'a ni approuvé ni réfuté la remarque de la présidente Peinaud. Il semblait s'en foutre comme de l'An-Quarante.
Jules Bénard
Lu 2428 fois



1.Posté par dudulle974 le 14/04/2017 16:50

Encore une fois on remarquera la permissivité de la justice dans cette sordide affaire car il écope que de 18 mois ferme au pire.

2.Posté par Michel le 14/04/2017 17:37 (depuis mobile)

Que 18 mois de prison pour cette ordure, j''arrive pas à comprendre la justice. Espèce de salauds

3.Posté par L'Ardéchoise le 14/04/2017 19:26

Castration !
Et pas chimique...

4.Posté par saloparcreol le 14/04/2017 19:57

Partie visible de l'iceberg; combien d'enfants abusées, violées ?

5.Posté par titi974 le 15/04/2017 07:53

Comment la justice peut elle accorder du sursis à une telle ordure c'est à désespérer de voir avec quel laxisme on juge des etres aussi abjectent que cela.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >