Courrier des lecteurs

Pourquoi les gilets jaunes ont changé de couleur

Vendredi 7 Décembre 2018 - 09:33

Depuis le 17 novembre, on nous abreuve de gilets jaunes, sans étiquette politique ou syndicale. Une France unie, clamant d'une seule voix un ras le bol fiscal et une volonté de "vivre décemment" dans une VIème république pleine d'allocations et de RSA. 

Pourtant, le mouvement qui aujourd'hui dérape largement, prend ses sources ailleurs que dans ces revendications. 

A l'origine, le ras le bol se situe au niveau des automobilistes, agacés d'être les pigeons payeurs, constamment pointés du doigt pour tous les maux de la Terre. La hausse de la taxe carburant bien sûr est le prétexte du mécontentement, mais cette goutte supplémentaire de fiscalité est le terme d'un amoncellement de mesures à sens unique : les radars automatiques, les 80 km/h, le contrôle technique renforcé, les vilains pollueurs, les vilains assassins, les tarifs des péages, les péages urbains, la politique dictatoriale de Paris. Tout cela sous couvert de propagande écologiste, sécuritaire et sanitaire. Avoir une auto sera bientôt un crime contre l'humanité, sauf bien sûr quand elle sera électrique, alimentée par des champs d'éoliennes et des batteries chinoises mais c'est un autre débat. 

Ce mouvement prend donc vie dans des revendications bien franchouillardes, bien à droite, bien libérales. Et ça, ça ne plaît pas aux professionnels de la révolution, de la grève, de la grogne. 
Le peuple descend dans la rue pour de légitimes raisons. L'occasion est trop belle pour les frustrés de la présidentielle et du "3ème tour social".
Bientôt les discours évoluent aux ronds points. Il n'est plus question de voiture mais de la hausse du SMIC, des salaires, des cotisations patronales, de destitution et de VIème république. Bref, le programme de Mélenchon.
Les manifs et les blocages, ils connaissent. Surtout quand ils n'ont que ça à faire, et peuvent ainsi contrôler le mouvement par le simple fait de leur présence quotidienne. Le mouvement se tend et perd sa sympathique et ô combien légitime raison d'être. Les gauchistes ont pris le pouvoir et la chienlit s'installe...

Ou est passée Jacline Mouraud (dont je vous conseille de revoir l'interview affligeante du 06/11 à "C à Vous" https://www.youtube.com/watch?v=CCxlDDt98Vk), porte étendard de la première contestation ? Elle se fait menacer de mort si elle rencontre Edouard Philippe, et se rend compte que son bébé est entre les mains d'anarchistes gauchistes. 

Et voilà comment, en l'espace de 3 semaines, la gauche et son extrême se sont appropriées la révolte. Les signes n'en sont que trop criants, bien que personne n'ose le dire : saccages des magasins, menaces aux points de blocage, vandalisme et irrespect de l'Histoire et de la France, attaques organisées contre les forces de l'ordre, messages mensongers sur les soit disant "fascistes" qui gangrènent les manifestations, menaces de mort envers les "opposants" ou "rebelles". 

Ce ne sont donc plus des gilets jaunes qui envahissent Paris tous les week end, mais bien des chemises Rouges qui souhaitent l'anarchie et le chaos, avec les mêmes méthodes qu'à Notre Dame des Landes, face à un pouvoir aussi lamentable et sans courage qu'à l'époque de l'aéroport. 

Autrefois, les "jaunes" avaient pour connotation les briseurs de grève. Aujourd'hui, ils sont rouges et ce sont des briseurs de rêve.
 
Vincent Faucher
Lu 505 fois



1.Posté par Cimendef le 07/12/2018 16:08 (depuis mobile)

Votre analyse est relativement juste mais vous oubliez l'extrême droite qui est aussi à la manoeuvre.

2.Posté par Cimendef le 07/12/2018 16:09 (depuis mobile)

Votre analyse est relativement juste mais vous oubliez l''extrême droite qui est aussi à la manoeuvre. C'est l'union des chemises rouges et des chemises brunes.

3.Posté par Dagober le 07/12/2018 18:02 (depuis mobile)

Ni ki ni tête

4.Posté par MARTIN LANE le 07/12/2018 22:14

Mon pauvre, vous rêvez encore? Mais de quoi?
Vous en êtes encore à l’extrême, au parti de droite ou de gauche, alors que le Gilets Jaunes vous parlent de survie ?
C'est le peuple qui demande justice, égalité et bien-être : ça ne vous paraît pas normal ?

5.Posté par Jean Le Monstre le 08/12/2018 15:01

Pauvre Vincent Faucher !
Parce que tu es un ignorant !
Les instituts de sondage évaluent grosso modo à 80% des Français qui soutiennent les gilets jaunes.
Il y aurait 8O% des Français, selon toi, qui soutiendraient le chaos et l'anarchisme ?
Pauvre ignorant :!
Tu ne connais ni le programme de Macron, ni le programme de Mélenchon, pour la simple raison que tu ne les as pas lus.
Sais-tu lire ? ou, si tu sais lire, as-tu le courage de lire ?
Remédie à ta fainéantise et à ton ignorance, bon dieu !!!

6.Posté par A mon avis le 08/12/2018 19:30

Les propos de vos deux avant derniers paragraphes semblent tout droit issus, sinon copiés/collés du site d'un groupuscule de l'ultra droite;
Est-ce sur ces sites que vous puisez votre inspiration ?

7.Posté par Rififi le 09/12/2018 16:56

Pour post 5, demander aux Français s'ils veulent moins d'impôt , 20% d'augmentation à la fin à la fin du mois, c'est comme demander à un tétraplégique s'il veut remarcher un jour, tout le monde sera d'accord .
Son altesse Macron a effectivement commis un péché originel en supprimant l'impôt sur la fortune mais tu peux aussi confisquer la fortune de tous les milliardaires Français ,environ 650 milliards d'€, bof ,comparé à la dette de 2300 milliards d'€ et au budget annuel de l'état de 450 milliards d'€ .....
Il n'en reste pas moins que ce mouvement est évidemment tout autant noyauté par les deux extrêmes qui en appellent à la souveraineté du peuple , le peuple souverain n'en a pas voulu en 2017.

8.Posté par she le 12/12/2018 18:13

Eh oui un mouvement à la base compréhensible et apolitique récupére par l’extrême , de droite ou de gauche c’est moche ! Mais visiblement on n’a pas le droit de le dire ..... chut ! Quitte à se faire traiter d’analphabète ! Les gilets jaunes du mouvement de base ne méritaient effectivement pas ça , merci de le rappeler...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Décembre 2018 - 13:14 Je suis Strasbourg...