MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Pour un partage des mémoires et un récit commun


- Publié le Lundi 17 Octobre 2016 à 15:14 | Lu 946 fois

Pour un partage des mémoires et un récit commun

Terre d’interculturalité, la société réunionnaise est paradoxalement traversée par une quête identitaire qui touche tous les groupes. Mais notre atout est que l’appartenance revendiquée à une communauté spécifique n’exclut pas l’appartenance à d’autres groupes. Les situations de contacts, d’imbrications, d’interactions et d’échanges ont été et sont tellement nombreuses entre les Réunionnais, depuis le début du peuplement, qu’ils ont fini par partager un certain nombre de valeurs et une citoyenneté commune. Mais, nous n’avons pas encore une mémoire commune et un récit commun  unanimement partagés, même si nous avons un peu dépassé la concurrence mémorielle. Il reste un long travail à accomplir pour un vrai partage de nos mémoires dans la solidarité et l’équité. Un bien vivre-ensemble ne peut se satisfaire d’une simple cohabitation de communautés.

C’est à ce travail qu’il faut s’atteler, car aucune société ne peut durer sans qu’elle soit structurée par un «récit » commun passant par un « corpus mémoriel unifié », à défaut par un partage de  mémoires singulières. Il ne s’agit pas de partager les valeurs singulières de chaque culture présente dans l’île, souvent  d’ailleurs antagonistes, mais d’une invitation à partager les mémoires, à travailler ensemble à la construction d’une mémoire unifiée. Car  c’est elle qui forge l’identité commune d’un peuple, d’une nation. 

Mais, est-ce simple de partager une mémoire ? Il convient tout d’abord de sortir de l’illusion que chaque réunionnais/e est d’emblée en empathie avec la culture de l’autre, avec l’histoire des communautés culturelles en présence. La rencontre avec la différence culturelle, avec un individu porteur d’une culture différente, ne va pas de soi. Elle engendre souvent, après une phase de contentement, des incompréhensions, voire des tensions, parce qu’elle heurte les valeurs auxquelles nous sommes profondément attachées. Elle exige un travail sur soi, une prise de distance par rapport à sa propre culture. Le Réunionnais, métis ou pas, n’est pas une exception à la règle !

Revenons au partage des mémoires et à la fondation d’une mémoire collective qui concerne l’ensemble des Réunionnais. Peut-on partager une mémoire collective si on n’a pas d’expériences vécues ensemble, de souvenirs  partagés au sein d’une collectivité ? En effet, la définition même de la mémoire renvoie au partage de souvenirs d’expériences vécues, mais ce défaut de partage peut être compensé, en temps réel, par le récit. « C’est le récit qui restitue l’expérience et la donne en partage par delà le temps et l’espace. C’est pourquoi le récit est fondateur : il est le suppléant de l’expérience partagée et participe à la fondation de la mémoire collective. C’est par lui que s’élabore le sens commun : le partage des expériences passées qui n’ont pas été partagées sur le moment », écrit justement Federico Casalegno.

Grâce à un travail de dur labeur  de nos historiens, nous avons aujourd’hui d’excellents  récits historiques sur les différentes composantes de la société réunionnaise. Nous sommes donc en mesure d’avoir des représentations socialement partagées du passé. C’est aux citoyens réunionnais et leurs représentants qu’ils  incombent d’approprier ces récits et de tisser les fils entre les diverses mémoires en présence. Nous sommes qu’au début du chemin.

Longtemps contrainte à une existence souterraine, la mémoire de l’esclavage a émergé avec force et elle est assumée et partagée par tous comme fête Kaf et fête de la liberté. La fin de l’engagisme, autre événement majeure de notre histoire, est  heureusement commémorée depuis quelques années au Lazaret de la Grande Chaloupe. D’autre part, de nombreuses fêtes culturelles et/ou religieuses donnent à certaines communautés – Indo-musulmane, Comorienne, Tamoule… –, une très forte visibilité et affirment leur particularisme culturel, mais la mémoire des Petits Blancs est quasiment passée sous silence. N’ont-ils rien apportés à la société réunionnaise ? Le catholicisme est-il leur seul marqueur identitaire ? Une mémoire collective doit être la mémoire de tous et de toutes. Une identité réunionnaise inclusive relève d’une histoire partagée.

Cette mémoire collective nous est nécessaire pour avancer, pour construire un bien vivre ensemble. Nous avons la capacité à partager nos récits de vie, nos mémoires respectives afin d’aboutir à une mémoire unifiée. Nous sommes au tout début de la fondation de cette mémoire. La tâche n’est pas simple. Il reste encore beaucoup à faire. En vue de créer un « récit »commun, nous avons encore besoin de l’aide et la collaboration de nos historiens et militants culturels pour mettre en valeur d’autres points de cristallisation de notre héritage collectif et de faire l’inventaire de tous nos « lieux  de mémoire ». D’autre part, cette construction implique un travail en commun, et non le développement séparé des groupes qui cultivent dans leur coin leur identité culturelle et leur mémoire, comme c’est, nous semble-t-il, le cas aujourd’hui, malgré une petite ouverture. 

L’entrée dans une démarche interculturelle s’avère nécessaire pour la mise en place de cette mémoire commune. Qu’est-ce à dire ? Échanger, dialoguer, partager, trouver du commun, sans renoncer à sa singularité n’est pas simple. Il faut la volonté, l’ouverture d’esprit, la ténacité, voire  des compétences communicationnelles, pour faire dialoguer les cultures et les mémoires. L’interculturel n’a pas de contenu particulier autre que celui de faire société. Il se construit.

Reynolds MICHEL





1.Posté par kld le 17/10/2016 17:41

pour un partage des mémoires , la route est longue , ,

la notion d'histoire globale : prise en compte de l'histoire universelle , mais pas celle du petit bout de la lorgnette déformante des "natios" de tout bord ,quelque soit le petit péi et les petites frontières .................

oui , à espérer le "partage des mémoires" : sans complaisance , sans repentance , juste "le partage de 'histoire ressentie par chaque souffle de vie , et pas seulement l'histoire "nationale" généralement menteuse dans la bouche des deux trois certains ........... on y croit "au partage des mémoires " .dans 2500 ans ................ et on aura des surprises ! blessed . la "responsabilité universelle " et non "la responsabilité nationale" , ce qui n'est pas antinomique ............ la route est longue .

2.Posté par Grangaga le 18/10/2016 11:56 (depuis mobile)

Kan y travers'' in kètt'' idantitèrr'', sé pars''ké...zot'' lé lassé, y krwa pi ryin. "A la guèrr'', konm'' a la guèrr'' ", otan sortt'' dan son transé......( fini...an éro ou....mar''tirr'' )...
Na politik'' y viv'' ke de sa.....mounwarr''...lé gayarr''....

3.Posté par République le 18/10/2016 16:19

La construction d'une interculturalité à la Réunion est en marche, alors qu'elle est bien difficile voire impossible dans d'autres pays, parce qu'elle se fait dans le cadre de la république, une république de citoyens, et surtout pas de groupes, dont les principes sont issus de la Révolution française – ce ne serait certainement pas le cas si le communautarisme (structuration et développement de mouvements propres à chaque communauté ethnique d'un pays) était la règle. Et ce d'autant que le métissage, à partir des apports des cinq continents, et dès le début du peuplement de l'île – par exemple, de gros blancs ont bien épousé une Caze et ses descendants ; qui dit Payet à la Réunion, dit origine indo-européenne ; et on peut aller encore plus loin dans le mélange), continue à se développer. C'est sur cette base que se construit une mémoire collective, à élargir, à enrichir à partir des recherches sérieuses des historiens, et il ne doit pas y avoir de plage dans l'ombre. Toute une pédagogie à développer dans le monde scolaire. C'est une construction permanente et collective, pas un partage, si l'on veut écarter toute tentative communautariste, ou toute manipulation politicienne. Si la Réunion sort complètement du cadre de la République française (une autonomie dite démocratique, ou une autonomie bourgeoise) cette construction serait menacée... Mais l'avenir appartient aux Réunionnais. Aux citoyens, pas aux groupes !

4.Posté par Vieux Créole le 18/10/2016 19:21

LES REUNIONNAIS ont déjà intégré dans la culture locale les différences culturelles de toutes les communautés qui composent notre population ( célébrations de l'abolition de l'esclavage dans toutes l'île , "la fête de la lumière" :(le Dipavali ), les manifestations tamoules,les fêtes chinoises , musulmanes , nos plats culinaires si variés ,les chansons ,les danses... Partager ,en commun des mémoires différentes ,ne signifie pas VOULOIR INSTALLER " LE COMMUNAUTARISME " DANS NOTRE ÎLE COMME CERTAINS SEMBLENT LE SOUHAITER en opposant constamment telle ou telle communauté à d'autres ! ! Il faut lever toutes ambiguïtés dans certaines déclarations et s'efforcer d'améliorer notre "SAVOIR-VIVRE ENSEMBLE" qui n'est pas encore si parfaite que cela !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes