MENU ZINFOS
Faits-divers

Pour se venger, ils projetaient de faire exploser une maison à la Plaine-des-Palmistes


Un des quatre mis en cause dans l'organisation de la destruction de la maison d'un particulier au TNT demandait, ce mardi, aux magistrats de la chambre de l'instruction de lui rendre la liberté.

Par Isabelle Serre - Publié le Mardi 6 Avril 2021 à 17:35 | Lu 8588 fois

Pour se venger, ils projetaient de faire exploser une maison à la Plaine-des-Palmistes
Après un an d’enquête et 96 heures de garde à vue, Giovanni B., Mohamed O., Marc F. et Alfredo R. étaient mis en examen en août 2020 pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime. Pour éviter tous risques de concertation et de réitération, les Bénédictins avaient été placés en détention provisoire.

Les faits qui leur sont reprochés sont dignes d'un scénario de série B puisqu'ils projetaient de détruire la maison d'un particulier à la Plaine-des-Palmistes en la faisant exploser. Sauf que pendant les investigations, les enquêteurs avaient découvert que le TNT (explosif) que les malfaiteurs comptaient employer était... factice.

Tout avait commencé lorsque Mohamed O. (dit Boucané), incarcéré à Domenjod pour une histoire de violences au sabre avait, de sa cellule, contacté les trois autres pour mettre en place leur "projet". Une lettre aurait également été découverte détaillant une commande d'explosifs.

Qui était visé et pourquoi?

Giovanni B., 41 ans, inquiété pour avoir agressé une auxiliaire de justice à Mayotte en 2016, aurait reçu de l’argent d'un certain Narayanin afin d’exécuter le projet. 

Alfredo R., 40 ans, aurait accepté de garder chez lui un objet gênant pensant qu’il s’agissait d’un pistolet. Mais se rendant compte qu'il s'agissait d'explosifs factices, il avait renoncé à les couler dans du béton, son projet initial.

Marc F. aurait payé le billet d'avion de Boucané pour qu'il vienne à la Réunion avant d'être incarcéré contre du tabac chimique. Le trentenaire serait également impliqué dans l'agression de l'avocate sur l'île aux parfums.

"C'est bien parce que les protagonistes de cette affaire d'agression se connaissent que mon client a été mis en examen et placé en détention. Alors que là, il n'est absolument pas impliqué", a argumenté Me Marius Rakotonirina, plaidant ce matin pour la remise en liberté de son client et un placement sous contrôle judiciaire.

L'instruction du dossier étant en cours et les versions des mis en cause plutôt divergentes, l'avocate générale s'est opposée à cette demande. Les magistrats de la chambre de l'instruction ont suivi son avis.

Marc F. reste en détention provisoire pour la suite de l'information judiciaire. Reste à démêler les liens entre les quatre protagonistes et comprendre qui ils visaient et pourquoi.
 




1.Posté par polo974 le 06/04/2021 21:34

Du tri-nitro-tagada, donc...

2.Posté par Loki le 07/04/2021 08:32

Je dirait du tri-nitro-tohubohu... On a affaire à une bande de pieds nikelés plus bêtes les uns que les autres. Il se prennent pour des durs, il se comportent comme des coqs. Mais ils en ont aussi le QI.....

3.Posté par MirAU le 07/04/2021 11:02

Définitivement perdu(s) pour notre civilisation ce (CES) type.(s).... ! prison à vie (en espérant qu'elle ne dure pas jusqu'à la sainte glinglin ! .... )

4.Posté par Regis le 07/04/2021 17:17

@post 2
Vous insultez les coqs en les comparant à ces bandits d'opérette 🤣🤣

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes