MENU ZINFOS
Culture

Pour préserver l'environnement, il prône la décroissance


Son mode de vie minimaliste, hérité à sa naissance dans un milieu rural des hauts de Saint-Louis dans les années 70, sera "lié intrinsèquement à cette nature aimée, chérie, cordon ombilical qui l'attache viscéralement à la terre natale". Johny Lebon jette son "Regard d’un yab sur l’évolution de son ti peï" dans un essai autobiographique autoédité. Aujourd’hui l’informaticien nostalgique d’un tan lontan mène un combat pour changer notre modèle sociétal. "Pour préserver a minima notre île, nous sommes obligés de passer par la décroissance", soutient Johny Lebon, qui se confie sur son amour mystique pour la nature. Son livre numérique est disponible sur plus de 200 sites en ligne.

Par PB - Publié le Dimanche 16 Mai 2021 à 16:01

C’est votre premier ouvrage, pourquoi vous êtes vous lancé dans l’écriture? 

Je suis un amoureux de la nature, un écologiste convaincu, écologiste proche du chamanisme, c’est-à-dire que je considère la nature comme une thérapie à la société de consommation dans laquelle nous vivons maintenant. Donc l’écriture, parce que j’ai besoin de l’exprimer, surtout quand je vois l’évolution de mon pays. Si nous continuons comme ça, est-ce que La Réunion que nos anciens ont connue, nos enfants auront la chance de la connaitre ? Je parle en termes de biodiversité. 

Justement, comment vous analysez ce rapport à la nature des années 70 à nos jours ? 

Nous avons gagné en modernité mais perdu en tradition, en qualité de vie, en bien-être. La jeunesse d’aujourd’hui ne sait plus reconnaître un cambar, un songe, un manioc, un patate… Parce que la jeunesse privilégie la malbouffe…

Dans les années 70, il y avait les petites cases en paille, maintenant c’est du béton partout. Il y a eu des politiques comme le défunt Paul Vergès, qui avaient déjà pris conscience de ça. C’était un écologiste convaincu. Il avait dit, je le cite dans mon roman, une des priorités pour La Réunion de demain, c’est que le politique ou le Réunionnais lambda comprennent : arrête bétonner les hauts ou au moins diminuer drastiquement pour faire en sorte de végétaliser un maximum. Nous serons confrontés à des crises climatiques qui vont entrainer des crises sociales puissance 10. 
 
Vous évoquez l’habitat, mais il faut bien loger la population ? 
 
Dans la période Debré, on a mis des gens dans des petites cages à zoizo. Tandis que si tu as une petite cours, tu peux planter toi-même des petits légumes. On aurait dû se donner la possibilité de choisir notre façon de vivre en privilégiant des matériaux durables, peut-être pas la paille mais le bois etc…
 
Et vous, comment a évolué votre rapport à la nature? 
 
J’ai la nostalgie de l’enfance comme beaucoup de Créoles. Je vais bientôt avoir 50 ans… J’ai la nostalgie de la simplicité de la vie créole. Cette proximité avec les voisins, l’échange, l’entraide, c’est la consommation des produits que la terre nous offre, les produits du terroir. C’est vrai que les anciens ont défriché pour pouvoir cultiver, élever, mais il y avait au moins ce contact avec la terre. On était fier de manger ce qu’on avait planté sans les apports de produits chimiques qu’on a maintenant. Nous sommes le troisième département français le plus consommateur de glyphosate, je le dénonce. On a privilégié une culture cannière au dépend des cultures poly-vivrières basées sur le bio, la permaculture… Même si les gens s’y mettent de plus en plus. 

Qu’est-ce qui vous a amené à vous préoccuper autant de l’environnement ? 
 
Parce que je vois que mon pays se dégrade. Les gens sont irrespectueux. Ils jettent leurs déchets comme si c’était naturel alors qu’on devrait être dans le tri, le recyclage, la réutilisation… Personnellement, même un grain de letchi, je ne le jette pas dans la nature parce que je me demande si je vais pas changer la biodiversité qu’il y a autour. Cette démarche, je la tiens du fait d’avoir grandi dans un ti coin perdu des hauts. Moi aussi j’ai évolué avec mon temps, je ne suis pas fermé. Je dis qu’il faut trouver une alternative au tout béton. Nous avons obligatoirement le devoir moral de préserver notre biodiversité pour laisser à nos enfants un territoire viable. C’est aux politiques de trouver un équilibre entre préserver l’environnement et continuer à avoir un modèle économique, mais pour moi la productivité est incompatible avec l’écologie, il ne faut pas se voiler la face. Il faut se poser également la question de ce que l’on achète. A-t-on vraiment besoin de tout cela ? 
 
Donc nostalgique du passé, vous alertez sur les changements à opérer au présent... 
 
On va perdre un tiers de notre biodiversité si rien n’est fait. On va droit dans le mur. Les générations futures vont nous reprocher notre nombrilisme. Il faut donc conscientiser, faire en sorte qu’un maximum de gens deviennent écolo-sensibles pour permettre le tri des déchets par exemple. Le problème, c’est aussi que les politiques ne suivent pas. Avec l’Association des Citoyens Réunionnais de Richard Riani, nous avons combattu le projet d’incinérateur au tribunal et nous avons perdu. Le plus dangereux dans tout ça, en comptant les gaz etc, c’est que ça va inciter les gens à consommer encore plus parce qu’il faudra nourrir cet incinérateur. Au lieu d’inciter les gens à faire du 3R, comme Nicolas Hulot le dit, Recycler Réutiliser Réemployer, ça incite les gens à produire toujours autant de déchets.

Effectivement, il faut trouver une alternative, je ne détiens pas la science infuse non plus pour savoir quoi faire. Mais une chose est sûre, il faut diminuer les déchets et consommer local. Pour ce qui est du bio, il faut faire attention. Les grands lobby industriels ont mis la main dessus. Ils font croire aux gens qui se donnent bonne conscience mais finalement le mieux, si vraiment tu veux manger quelque chose de sain, c’est de le faire pousser soi-même.  

Et pour le futur ?  

"La société réunionnaise pourra-t-elle survivre à ces crises qui ne manqueront pas de nous impacter tout au long de ce 21e siècle ? Les statistiques de Météo France prévoient une augmentation de plusieurs degrés du climat avec des événements impactant pour notre milieu insulaire", c’est ce que j’écris dans mon livre. Le dérèglement climatique aura donc des conséquences. Ma vision à moi, c’est que la déforestation impacte l’environnement et occasionne des crises sanitaires et sociales. Notre modèle sociétal est au bord de la rupture. Il faut donc conscientiser pour s’orienter vers une décroissance progressive. 
 




1.Posté par LAMPION le 16/05/2021 17:10

Monsieur Lebon si ou lé de la RSL moin aussi , nou va arriv ek sak ou dit le jour le pouvoir décisionnaire d'orientation po nout ti pays sera pris chez nous mais non à Paris. En 1955 y avé 253 000 habitant en 1975 450 000 à ce jour mi estime 950 000. A l'exemple de la Guadeloupe et la Martinique zot là su garder zot tradition et a eu deux y arrive mein pas 900 000 habitants.. Nana tro po dir. Mi pense ke ou cé un boug gol les ho. Nu ar trouv.

2.Posté par Zarin le 16/05/2021 19:08

Saint-Gilles , Kank moin lété pti , bord l'étang là , tou lé samedi
Nou té coul dan fon nout ti linvention, nou té souk ti camarons
Com é la sa la pi pareil , la nu un paradis zoreil , la tué ban moustik
la fé club nautik , la mèt' sa comme en Amérique .
......
non ti pouré pi , alé la fête en bikini ! Soleil i poik , bien gaillard
Parasol coulèr pli vantard ! Ti madame manzelle , si la sab' toa lé bien bronzé
A koz i aim pu la peau rosée , fo ki vien coulèr poisson salé !
Ti madame zoreil , lé riscab couleur café .

Un grenouille sa la pa un bèf , kout a moi té mon gro Josèf

Daniel Vabois - Dan Bord l'Etang

3.Posté par Écolo rigolo 😂 😂 😂 le 16/05/2021 19:14

Vert dehors, rouge dedans, le retour en arrière avec 900.000 habitants est impossible. Préférer les cases en paille au béton, les cyclones devaient pas passer par chez vous, sinon vous auriez vite choisi le béton. Quand à la référence à Popaul 1er, il approuvait par son silence, les près de cent millions de morts dûs au communisme, belle référence... 😡

4.Posté par Ouais... le 16/05/2021 19:20

Tout les problèmes du monde, viennent du capitalisme à outrance.tout ces problèmes, serait réglé si on remettait l humains au centre. Mais la société d aujourd'hui, c est développée, par rapport aux caractère de l homme, de ces besoins psychologique, un changement serait salutaire, mais qui, quand ?

5.Posté par Zarin le 16/05/2021 20:58

Les pays pauvres comme le Malawi n’ont donc plus droit au développement :

Le Malawi n’a donc peut-être pas d’économie à proprement parler, mais il a un littoral magistral, un paysage préservé, une faune et des écosystèmes. Tous ces éléments, selon l’ONU, doivent être pris en compte dans les comptes économiques d’une nation. De cette manière, la logique folle de l’environnementalisme décide que les pays non en développement les plus pauvres sont vraiment très riches.

Néo-colonialisme occidental et fascisme vert
L'Échelle de Jacob

6.Posté par Marc le 16/05/2021 21:10

N'importe quoi ! Qu'il aille vivre dans le désert avec quelques ecolo de bases mais qu'il n'assène pas ces âneries à des gens qui vivent dans la normalité.
Sur l'incinérateur aussi et son hulot il inflige des contre-vérités invraisemblables . Des donneurs de lecons

7.Posté par Rton le 16/05/2021 19:46

pauvre Marc...
A vomir

8.Posté par Yabuz le 16/05/2021 21:58

@zarin
Rectificatif !
L'étang longtemp de Germaine Vinson
Interprete Daniel Vabois

Une visionnaire cette dame !!

9.Posté par A mon avis le 16/05/2021 22:15

@ 3.Posté par Écolo rigolo 😂 😂 😂
En métropole, il se fabrique des maison en paille. Alors le concept de case en paille, (mais modernisée) n'est pas une stupidité, d'autant que la paille est un excellent isolant.

Le créole dans sa case en paille avec son carré de jardin autour et 4 poules, était certainement plus heureux que le créole entre les 4 murs de sa "cage zoiseau" ou cage à lapin en béton !

Le vrai problème est celui de l'augmentation rapide de la population sur un territoire au relief tourmenté, peu propice au développement.

10.Posté par A mon avis le 16/05/2021 22:19

@ 6.Posté par Marc
C'est quoi pour vous "vivre dans la normalité" ?


11.Posté par Zarin le 16/05/2021 23:22

7.Posté par Yabuz le 16/05/2021 21:58

Merci

12.Posté par Bingo le 17/05/2021 06:34

Problème démographique a la base. Fin des allocations familiales au-dessus 2 eme enfant, des aides pour mes 2 premiers .
Quel politicien osera?

13.Posté par LOD le 17/05/2021 08:27

La décroissance est en-cours et les pandémies comme le réchauffement climatique anthropique tous deux issus de la traite animale sont là pour l'imposer/rappeler ; d'ailleurs, l'ONU/FAO/OMS... ne s'y trompent pas et exhortent les populations à manger strictement végétarien (aucun produit animal) #plantbased afin de réduire l'impact sanitaire et environnemental de chacun jusque +70%, l'unique façon d'atteindre les émissions zéro de GES d'ici 2050 et d'espérer survivre/être résilient au carnistocène moribond mais qui risque fort de tous nous emporter ! 👉🌱🍄🦠 😋🥛🧀🍕🌭🍔🍰🍜🥣🍽️👍👕👖👟👜💄🎨♻️🌍🧠💪⚕️✌️☮️❤️✊ https://www.un.org/en/actnow/

14.Posté par cenkorli le 17/05/2021 07:32

il a raison ce Monsieur, l avenir de l humanité passe par la décroissance économique et surtout démographique. Nous sommes une menace pour notre propre espèce. Nous ne vivons plus en harmonie avec notre terre.

15.Posté par tonton le 17/05/2021 12:00

lol, la France n'est peut plus: elle fera faillite.

16.Posté par LOD le 17/05/2021 12:14

Bingo, ça n'est pas un souci de démographie mais de non-savoir-vivre ; si tout le monde vit comme l'indien-moyen (manger végétarien, consommer chichement) il y a suffisamment d'une planète ; par-contre, tout le monde ne peut pas vivre comme le français-moyen pour qui il faut 3 à 5 planète(s) parce que soit-disant "il le vaut bien" !? Faire naître/nourrir/loger/soigner/transporter/tuer 100 milliards d'animaux terrestres + 1000-3000 milliards d'animaux marin chaque année (pour 20% de l'apport alimentaire annuel) ne peut se faire indéfiniment et sans conséquences !

17.Posté par Babeuf le 17/05/2021 12:35

Ce monsieur à raison!

L'économie c'est comme les arbres à force de croître ils cassent!
La croissance ne peut croître indéfiniment!

18.Posté par Maison Commune de la Décroissance le 17/05/2021 13:14

Bonjour,

Intéressant ce point de vue décroissant et écolo sur un territoire dont on n'entend pas assez parler : la Réunion ! M. Lebon je vous invite à visiter notre site Internet : https://ladecroissance.xyz/ et à nous contacter pour échanger à ces sujets : contact@liens.ladecroissance.xyz
Vous pourriez peut-être écrire des articles sur ce sujet sur notre site Internet !
Cette année, nos Festives de la décroissance sont sur le thème "Nos relations à la Nature : une question politique" : https://ladecroissance.xyz/2021/04/13/programme-rencontres-2021/
En espérant avoir de vos nouvelles !
Fleur, coopératrice de la Maison Commune de la Décroissance

19.Posté par Sadji le 17/05/2021 17:45

Bonjour,ça fait plaisir de voir des gens comme vous et vous n'êtes pas seul,il y en a d'autre comme vous, on ne peut pas vivre durablement sans respecter la nature, notre avenir est certain c'est le respect de la nature et l'adaptation de la modernité à la nature.

20.Posté par Damnatio memoriae le 17/05/2021 18:00

Décroissance = chômage...

21.Posté par Zarin le 17/05/2021 20:45

Oh mon Dieu... C'est pas vrai... C'est pas possible... Deux mille ans plus tard, nous étions revenus sur la Terre. Ce monde de cauchemar c'est la Terre. Ah les criminels ! Ils les ont fait sauter leurs bombes ! Ah, les fous ! Je vous hais ! Soyez maudits jusqu'à la fin des siècles !

La Planète des singes (1968)

22.Posté par vitry le 18/05/2021 10:04

Ce monsieur prône la décroissance mais n'hésite pas à utiliser l'ultra moderne (le numérique ) pour diffuser son livre ...

23.Posté par Zarin le 18/05/2021 16:29

La terre perd la boule
Et fait sauter ses foules
Voici finalement
Le grand le grand
Voici finalement
Le grand chambardement
......
Nous finirons la guerre
Avec des lance-pierres
Si nous vivons demain
Nous en viendrons aux mains

Le grand chambardement
Guy Béart

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes