Santé

Plus de 1000 cas de dengue reportés en une semaine, 23 communes concernées

Mardi 16 Avril 2019 - 17:28

Plus de 1000 cas de dengue reportés en une semaine, 23 communes concernées
Plus de 1000 cas de dengue sont actuellement rapportés par semaine, indiquent l'ARS et la préfecture. Une dispersion des cas est toujours observée avec 23 communes concernées. Les agents de la lutte anti-vectorielle sont engagés, au quotidien, auprès de la population pour enrayer la propagation du virus, l’enjeu étant de contenir autant que possible le nombre de cas et ainsi potentiellement le nombre de cas graves et de décès. Les autorités sanitaires rappellent que la mobilisation de l’ensemble des acteurs (Etat, communes, intercommunalités et population) est attendue pour lutter et agir contre l’épidémie en cours.

Situation épidémiologique au 16 avril 2019 (données de la Cire OI, Santé Publique France)

Du 1er au 7 avril 2019, plus de 1 000 cas de dengue ont été confirmés (voir carte ci-joint).

Le foyer du sud est toujours très actif. Par ailleurs, le nombre de cas augmente de façon importante à Saint-Joseph, au Tampon et aux Avirons. 

Parmi les foyers émergents, une augmentation des cas est observée sur les communes de :

Cilaos
Saint-Philippe
Sainte-Suzanne
Saint-André
Saint-Denis
Saint-Paul

Depuis le début de l’année 2019, 220 hospitalisations ont été enregistrées, dont 23 pour dengue sévère :

• La proportion de personnes âgées de plus de 65 ans est plus élevée et représente la moitié des patients.

• La population des moins de 14 ans est stable et faible.

DEPUIS LE DÉBUT DE L’EPIDÉMIE EN 2018 :

- 14 000 cas autochtones confirmés (dont plus de 6 000 cas depuis le 01/01/2019)
- 376 hospitalisations (dont 220 hospitalisations depuis le 01/01/2019)
plus de 43 000 cas cliniquement évocateurs (dont plus de 16 000 cas depuis le 01/01/2019)
- 12 décès (dont 6 directement liés à la dengue). Depuis le début de l’année 2019, 6 décès ont été notifiés, dont 3 directement liés à la dengue).

L’organisation et l’activité hospitalière

Compte tenu de la localisation de l’épidémie (majoritairement dans le sud de l’île), le site sud du Centre Hospitalier Universitaire est le plus impacté et son niveau d’activité est suivi avec attention : le nombre de passage aux urgences est élevé et en augmentation depuis 3 semaines (30 à 35 passages par jour). Le recours à l’hospitalisation est en augmentation ces trois dernières semaines, avec actuellement une trentaine de lits occupés pour des patients atteints de la dengue. Il s’agit pour l’essentiel d’hospitalisations de courtes durées de 2 à 4 jours, ce qui permet à l’hôpital de maintenir sa capacité de prise en charge. Le taux d’hospitalisation post urgences est de 40%.

Pour faire face à cette augmentation d’activité, le CHU sud a mis en place, en concertation avec l’ARS OI, une organisation adaptée : 
• Installation d’une consultation dédiée dans le service des urgences : du personnel spécifique est affecté et les patients se présentant aux urgences avec les symptômes de la dengue y sont directement orientés, ce qui permet de limiter la tension dans le service pour les autres urgences.

• Réalisation de tests rapides de détection de la dengue, fournis par l’ARS : ils permettent d’obtenir un résultat en temps réel et ainsi d’orienter rapidement le patient selon sa situation (soit en retour à domicile, soit auprès de son médecin traitant pour un suivi spécifique, soit en hospitalisation). Certains patients renvoyés à domicile sont convoqués par l’hôpital 2 jours plus tard pour une nouvelle consultation de suivi en service d’infectiologie. 
Ce dispositif permet de limiter le recours à l’hospitalisation tout en garantissant un suivi médical adapté à la situation de chaque patient.

Afin d’éviter la saturation des services d’urgence, il est rappelé aux personnes présentant des symptômes de la dengue de consulter en première intention leurs médecins traitants, et de ne se présenter aux urgences qu’en cas d’apparition de signes de gravité ou sur indication du médecin traitant.
N.P
Lu 4190 fois



1.Posté par titi974 le 16/04/2019 18:36

Nettoyage éradication des déchets et carcasses sanctions financières pour les pollueurs la solution est simple encore faut-il avoir le courage de prendre des mesures messieurs les élus...

2.Posté par Dr Anonyme le 16/04/2019 20:42

Comment lutter contre la dengue ?

Il me semble qu’il serait temps de changer de tactique. Le choix des autorités s’est porté sur la chasse à tous les moustiques qu’ils soient sains (ils le sont œufs, larves, moustiques naissants) ou contaminés.

C’était notre choix depuis les années 60. Mais, il faut le dire, sans véritables résultats sur les moustiques. Et paradoxalement certains résultats : sur le paludisme, sur la filariose de Bancroft, le chikungunya.

Seulement voilà il apparaît que c’est un combat difficile et même dangereux pour les abeilles comme le montre la démoustication menée par l'ARS si elle est conduite avec des insecticides.

Exemple des ruches exposées
Des ruches décimées après les pulvérisations réalisées à 50 mètres. Après des démoustications de l'ARS si près de leurs ruchers, trois apiculteurs de Petite-Ile ont constaté une forte mortalité de leurs abeilles.
Alors que la miellée de baies rouges battait son plein, la production de miel est déjà impactée. Avec au sol un tapis d'abeilles en décomposition autour d’une cinquantaine de ruches.
“Au lieu de ramasser du miel, on ramasse les abeilles. Et encore, ce sont celles qui ont réussi à revenir jusqu'au rucher. Les trois quarts ont dû mourir au pied des baies roses qu'elles butinaient.”

Démoustiquer est un projet trop ambitieux

Il existe bien trop de gites larvaires pour réussir parfaitement cette éradication de tous les moustiques.

Que peut-on choisir de mieux ?

Nous pourrions casser cette épidémie de dengue avec un médicament ne visant, cette fois, que les seuls moustiques contaminés et contaminants. Ce moyen pourrait être l’ivermectine.

Il faut s’en expliquer. Certaines régions endémiques pour le paludisme sont également infestées par les filarioses de Bancroft et de Médine. La population y bénéficie, déjà et régulièrement, de traitements par l'ivermectine pour ces deux filarioses. Cela marche, c'est de l'acquis.

Le Lancet a lancé l'idée que ce traitement pourrait également prévenir le paludisme. Il est plus que probable que les moustiques anophèles, ingérant de l’ivermectine dans le sang des personnes traitées ne survivent pas à cette prise, réduisant ainsi le risque de transmission à l’échelle de la communauté.

Application de l’ivermectine à la REUNION

Peut-t-on reprendre l’idée du Lancet et préconiser, chez nous, l'usage, inédit, de l'ivermectine un antiparasitaire pour lutter contre le moustique vecteur de l'épidémie de la dengue qui sévit à la Réunion?

Comment est-ce possible. Et est-ce dangereux ? Le principe est très simple : les personnes traitées par de l'ivermectine porteraient en elles le poison qui provoque la mort des moustiques qui les piqueraient.

Est-ce dangereux ? Non ! L’ivermectine possède une action toxique sur la seule neurotransmission des seuls invertébrés dont les moustiques, ainsi d'ailleurs que sur tous les autres parasites invertébrés.

Elle est, par contre, sans aucune action (effets secondaires peu nombreux) chez les mammifères. Les vertébrés dont nous sommes ne possèdent pas la même neurotransmission que les invertébrés.

L’ivermectine est un antiparasitaire à large spectre déjà bien connu pour traiter : l’onchocercose, la rosacée aux acariens, la filariose lymphatique de Bancroft, la filariose africaine, l’anguillulose, l’ascaridiose, l’oxyurose, la larva migrans cutanée, la gale et le palu d'importation. Peut-être même peut-on espérer traiter la pédiculose du cuir chevelu (poux) et d'ailleurs tous les insectes hématophages, puces, tiques qui transmettent la maladie de LYME, etc.
www.who.int/apoc/cdti/ivermectin/fr

C'est l'OMS qui l'affirme :"A la différence des médicaments antérieurs, qui avaient des effets secondaires graves – parfois mortels –, l'ivermectine est sans danger et peut être utilisé à grande échelle.

Cette particularité permettrait une action sur presque ces parasites sans déranger les mammifères.

Ne pas se tromper d’ennemi

Lorsque l'on veut mener un combat, il faut savoir désigner l'adversaire. Sinon on vise à côté. A grand frais perdus. L'ARS nous fait perdre de l'argent.

Dans la lutte contre la dengue, l'adversaire n'est pas le moustique lambda. Il est sain.

3.Posté par Isis le 16/04/2019 22:35

@ 2 Le meilleur des médica... ments dont je dirai plutôt remède, serait d'utiliser les grenouilles friandes, très friandes des moustiques. Il y a aussi des poissons qui vivent en harmonie avec des plantes lacustres qui aiment ces moustiques. Egalement, des trucs et astuces peuvent être faits en récupération de bouteilles plastique (par exemple) pour créer des pièges à moustique. Utilisons le naturel et la nature et non le chimique. En plus vous faites une publicité sur un médica... ment. Pas top ça... mais gratuit pour les laboratoires...

4.Posté par bob le 16/04/2019 22:43

bizarre a tahiti aussi il y a la dengue on en parle ou pas arretez de faire peur aux gens mille cas n importe quoi

5.Posté par bob le 16/04/2019 22:47

et aux reunionnais eot na le droit de refuser ce produit cancerigene moila la di non et zot la pa mette dans ma cour le produit le danzere fe attention

6.Posté par un habitant de la marine le 17/04/2019 05:53

COMMENT LUTER CONTRE SE FLÉAU

en tout cas c est pas le domaine de la CINORD
ils ont installé un dépôts sauvage de déchets verts depuis le cyclone FAKIR """ soit disant un dépôt transit """"
c est devenu une verrue une véritable nid de moustiques et de rats
personne ne bouge AU LIEU DE NETTOYER ILS SONT VENU AVEC UN ENGINS DE CHANTIER
POUSSER TOUS SUR LE COTÉE POUR AVOIR PLUS DE PLACE
MAINTENANT STE SUZANNE FAIT PARTIE DES VILLES ATTEINS

JE PEUX VOUS DIRE QUE LE VILLAGE DE LA MARINE DEUX PERSONNES ÉTAIENT A L HÔPITAL A CAUSE DE LA DINGUE

MR LE MAIRE MR LE PRÉSIDENT DE LA CINORD N ATTENDEZ PAS QUE TOUT SE VILLAGE SOIT CONTAMINER
ENLEVER VOTRE TAS DE DÉTRITUS PENSER A LA SANTE DES AUTRES

7.Posté par Dr Anonyme le 17/04/2019 07:27

Dans la lutte contre la dengue, l'adversaire n'est pas le moustique lambda. Il est sain.

Ces moustiques sains sont au nombre de milliards. Depuis 50 ans que nous luttons contre lui avec des insecticides dangereux (DDT, pyréthrine, etc.) pour tous les insectes (dont les merveilleuses abeilles), ces moustiques sont toujours là.

Ce sont eux qui servent de vecteurs courts (50 mètres) aux épidémies qui se succèdent à la RÉUNION depuis 60 ans : paludisme, filariose, chikungunya, dengue et autres virus innombrables.

Lutter contre les moustiques est nécessaire mais ce n'est pas suffisant !

La plupart des moustiques ne portent pas le virus, ni de naissance, ni de contacts. Certaines femelles peuvent le transporter. Encore faut-il qu'elles piquent un sujet atteint de la dengue, puis son voisin, puis son voisin. Casser l'épidémie est facile si l'on donne de l'ivermectine aux malades (10000) et à leur entourage familial, de travail, de voisinage (50.000).

Les médecins de famille, contrairement à 2016 avec le chik, cette fois ont un moyen.

Savoir désigner l’ennemi : l’épidémie

Non ! L'adversaire ce n'est pas le moustique sain, c'est l'épidémie de la dengue.

8.Posté par Lolo le 17/04/2019 19:01

Arrêtez les démoustications chimiques et nettoyez! Stop au cancer!

9.Posté par Dr Anonyme le 17/04/2019 21:37

@lolo

Sortez nous vos idées pour stopper le cancer ! Merci d'avance.

Nettoyez ? oui ! Mais c'est sans véritable effet, on le voit dans un territoire parfait à cet égard, je veux parler de la Nouvelle Calédonie. Tout autant de dengues que chez nous alors que le territoire est bien plus nickel sans jeu de mots que le nôtre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie