MENU ZINFOS
Faits-divers

Plaine des Cafres : 15 ans de conflits de voisinage se terminent au tribunal


Un conflit entre deux familles de la Plaine des Cafres dure depuis près de 15 ans. À la barre du tribunal, les membres de l'une d'elle expliquent le calvaire qu’ils subissent venant de la mère de l’autre, les poussant à vendre l’exploitation agricole et à déménager. Du côté de la défense, l’avocat a tenté de mettre en évidence le manque de sincérité des plaignants, venus simplement soutirer de l’argent à sa cliente.

Par - Publié le Vendredi 11 Mars 2022 à 10:33

Il a environ 20 ans, la famille A* achète un terrain agricole à la famille B* dans un secteur de la Plaine-des-Cafres. Durant les 5 premières années, tout se passe bien entre les deux clans qui sont voisins. Pour une raison floue, tout dégénère. La famille B estime que tout a débuté à cause d’un conflit entre les enfants. De son côté, la famille A assure que c’est parce que les B les accusent d’avoir dénoncé une plantation de zamal. Quoi qu’il en soit, c’est un conflit sans fin.

Au tribunal, seule Geneviève B* est présente comme prévenue, tandis que plusieurs membres de la famille A sont plaignants. Ces derniers expliquent comment la quinquagénaire leur fait vivre un cauchemar. Celle-ci jetterait des détritus sur leur propriété, des excréments sur les murs, déchirerait leur poubelle devant leur portail et aurait détruit des récoltes. 

Elle pousserait même le vice à surveiller leurs déplacements pour sortir les insulter et leur faire des doigts d’honneur. Ils affirment que c’était encore le cas lundi dernier, à trois jours du procès. À de nombreuses reprises, les A ont craqué et en sont venus aux mains, leur valant des condamnations. Ils ont à plusieurs reprises porté plainte, mais faute de preuves matérielles, tout est resté sans suite. 

Du matériel d’espionnage pour apporter des preuves

Le patriarche de la famille va donc acheter des lunettes munies d’une caméra pour apporter des preuves du comportement de Geneviève. Des vidéos qui ne laissent plus de place aux doutes. Une autre preuve va venir conforter leurs plaintes. La vidéo de surveillance du parking du lycée agricole de Saint-Joseph qui montre Geneviève rayer la voiture de l’un des enfants. 

Ce conflit a eu plusieurs conséquences. L’un des enfants de la famille B a connu un divorce en raison de climat délétère, tandis qu’un autre a dû déménager, faisant perdre l’activité professionnelle de son épouse dont l’habitat doit être aux normes de son emploi. Au final, ils ont mis la maison et l’exploitation agricole en vente pour en finir. 

Bien qu’ayant reconnu en partie les faits durant sa garde à vue, Geneviève nie tout à la barre. "Ce ne sont que des mensonges, ils sont pris dans l’engrenage de leur mensonge", affirme-t-elle. Elle refuse catégoriquement de répondre aux questions des trois avocats et de la procureure. Une attitude qui va faire douter la représentante du ministère public, qui ne souhaitait requérir qu’un stage de citoyenneté. Elle va finalement demander trois mois de prison avec sursis.

"On est venu se faire de l’argent sur ma cliente"

Le bâtonnier Djalil Gangate, qui défend Geneviève, va expliquer le mutisme de sa cliente à la barre. "Lorsqu’une personne fait respecter son droit au silence, il n’y a aucune conclusion hâtive à avoir. Elle savait pertinemment qu’elle allait subir un flot d’accusations. Quand je dis un flot d’accusations, je dis un flot de mensonges", affirme le conseil en début de plaidoirie.

La robe noire va ainsi démontrer ce qui permet de douter de nombreuses accusations. "Geneviève accuse la famille A d’avoir volé son chéquier. Ces derniers ont fait courir le bruit dans la ville que ce n’était que des mensonges. Or, il y a bien une procédure en cours, puisqu’ils ont dépensé 600 euros avec, notamment pour acheter des bichiques".

Un autre argument apporté par le bâtonnier sur le manque de sincérité des plaignants s’est passé sur les ondes d’une célèbre radio locale. Ces derniers ont accusé publiquement Geneviève d’avoir détruit leur récolte de tomates. La plainte qui s’en est suivie a pourtant abouti sur une relaxe. 

Il poursuit ensuite sur les accusations concernant le fameux champ de zamal à l’origine du conflit. "Si les autorités avaient été informées d’une plantation avec 80 pieds, vous pensez vraiment qu’il n’y aurait pas eu de poursuites ?".

Enfin, il revient sur les affirmations de la famille A qui va vendre son terrain à perte pour mettre fin au conflit. "Cela ne tient pas la route. Ils parlent d’un terrain d’une valeur de 700.000 euros mis en vente à 520.000. Mais ce terrain, ils l’ont acheté à 400.000 francs (environ 80.000 euros en prenant compte l’inflation). Du côté de la famille A, on est venu battre monnaie. On est venu se faire de l’argent sur ma cliente", estime-t-il en voyant les 3 plaignants réclamer chacun 30.000 euros de préjudice.

La décision du tribunal a été mise en délibéré au 14 avril prochain.

*Prénom et initiales d'emprunts


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Lambians kreole le 11/03/2022 11:47

Le vivre ensemble légendaire dans toute sa splendeur !

2.Posté par C CA OUI le 11/03/2022 12:40

Si je comprends bien le tribunal devant juger en faits et en preuves y a que sur ces faits que la personne devrait être condamner: "Du matériel d’espionnage pour apporter des preuves
Le patriarche de la famille va donc acheter des lunettes munies d’une caméra pour apporter des preuves du comportement de Geneviève. Des vidéos qui ne laissent plus de place aux doutes. Une autre preuve va venir conforter leurs plaintes. La vidéo de surveillance du parking du lycée agricole de Saint-Joseph qui montre Geneviève rayer la voiture de l’un des enfants", les autres faits me semblent un tantinet "la di la fé" ensuite le patriarche avait-il le droit de filmer la personne à son insu????????? sachant que, l'enregistrement effectué à l'insu est irrecevable en justice. Même en matière prud'homale où la preuve est dite libre, les enregistrements obtenus à l'insu d'une personne ne peuvent être recevables

3.Posté par Eddy Aure le 11/03/2022 13:57

Qu'est-ce qu'en pense la famille C 😂

4.Posté par Guétali le 11/03/2022 17:29

2.Posté par C CA OUI le 11/03/2022 12:40
................................

C'était avant.
La chambre sociale de la C. de cassation vient de s'aligner sur celle de la ch. criminelle. La preuve est libre. Les juges ne peuvent écarter d'office un moyen de preuve.

5.Posté par Papillon le 11/03/2022 17:37

Poste 3 lol oui na point la famille C. tout le temps i entend ca même problème ek voisin mi connais pas moins zot i bataille pour la terre mais i emmène pas ek zot ca un jour faites l amour pas la guerre déjà faut être logique ou vend un affaire un monde mais ou veille tout le temps c était comme si mi vend mon loto mais mi ca voir si le propre tout les jours dans ce cas vend pas garde pour ou i trouve toujours un affaire pour dire marmaille la vie le courte

6.Posté par Yabeleso le 11/03/2022 19:29

La justice est d'une lenteur accablante dans ce genre d'affaire!! Résultat quand l'affaire est portée au tribunal on ne peut plus démêler les fils de l'écheveau !!

7.Posté par Rossi le 11/03/2022 21:29

Ah oui le vivre ensemble a la reunionnaise.
Conflit, jalousie,le m a tu vu pour en mettre plein les yeux aux voisins, ....
Quel mentalité...

8.Posté par C ça oui le 12/03/2022 21:26

Merci poste4. 👍

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes