MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Plaidoyer pour une adaptation de la pensée théologique islamique au monde contemporain


(L’exemple de la révolution copernicienne de l’Église catholique au Concile œcuménique Vatican II)

par André ORAISON, Professeur des Universités, Juriste et Politologue

Par André Oraison - Publié le Mardi 21 Juin 2022 à 10:03

Quelle méthode faut-il adopter pour combattre la recrudescence des actes terroristes djihadistes et, en parallèle, la montée inquiétante de l’islamophobie ? Quel chemin emprunter pour revenir à un « Islam des lumières », un Islam authentique, critique et tolérant ?
 
Avant de tenter de répondre à cette interrogation fondamentale, il faut d’emblée rappeler une des formules que l’on prête à Bouddha, une formule qui aurait été prononcée, il y a quelque 2 500 ans : « Rappelez-vous bien mes enfants qu’il n’existe rien de constant si ce n’est le changement ». Exprimé dans un monde marqué par des progrès alors peu perceptibles, d’une génération à l’autre, cet aphorisme – aujourd’hui évident pour chacun d’entre nous – n’a jamais été démenti et il est aussi important que la théorie de la relativité d’Albert Einstein car c’est une loi de l’univers. Dès lors, cette vérité immarcescible s’applique dans tous les domaines, y compris dans celui extrêmement sensible des croyances religieuses.
 
    En d’autres termes, une religion qui, par définition, milite pour la paix et la fraternité ne doit pas s’entourer de barrières dogmatiques et encore moins se pétrifier ad vitam æternam. La pensée théologique ne doit jamais cesser d’être en mouvement. Elle ne doit pas hésiter à se remettre en cause dans un monde qui évolue de plus en plus rapidement car si elle se fige, elle devient peu à peu inflexible et sectaire. Elle risque alors de tomber dans l’obscurantisme, le fanatisme, la violente et, par suite, la négation de l’humanité. Autant dire que l’Islam, comme les autres religions, doit impérativement évoluer avec son temps si elle ne veut pas achever sa course dans son propre anéantissement.
 
    Encore convient-il de souligner – pour être impartial – que la radicalisation religieuse dont il est question ici n’est nullement l’apanage de l’Islam. Le Christianisme l’a connu et même encouragé pendant des siècles avec la pratique de l’Inquisition, les Croisades, les guerres de religions, les conversions forcées des populations animistes dans les colonies européennes d’Afrique et d’Amérique et d’abord avec son rejet quasi atavique de la communauté juive.
 
    Comme les lois et les règlements, les textes sacrés doivent être sujets à interprétation critique et régénératrice en tenant compte des acquis de la modernité. Seule une interprétation de ces textes dans cette voie peut permettre aux religions de rester au contact de l’humanisme, au contact d’une doctrine qui prend pour fin l’épanouissement de la personne humaine et, c’est bien – on en est convaincu –l’objectif de la Tora pour les Juifs, du Coran pour les Musulmans et de l’Évangile pour les Chrétiens. Pour confirmer cette thèse, on peut ici prendre un exemple frappant dans l’interprétation du nouveau Testament qui contient les Évangiles canoniques de Saint Matthieu, Saint Marc, Saint Luc et Saint Jean.
 
    En prenant appui sur des textes évangéliques souvent mal interprétés, les Chrétiens ont souvent été hostiles et parfois même sanguinaires à l’égard des Hébreux, considérés comme un peuple déicide pour avoir fait crucifier Jésus : « À l’égard des Juifs et du Judaïsme » – constate la politologue Marie-Pierre Lanfranchi – « l’Église a en effet véhiculé durant des siècles la doctrine du peuple maudit, condamné à l’exil pour n’avoir pas reconnu en Jésus-Christ le Messie ». Pour comprendre cette « aberration théologique », il convient de se référer à l’Évangile de Saint Matthieu.
 
    Ayant interrogé le Galiléen, peu après son arrestation dans le jardin de Gethsémani, au pied du mont des Oliviers, à Jérusalem, Ponce Pilate dit aux prêtres : « Que ferais-je donc de Jésus, celui qu’on appelle Christ ? ». Tous répondirent aussitôt : « Qu’il soit crucifié ! ». – Mais « quel mal a-t-il donc fait ? » reprit le Gouverneur romain. Mais les prêtres criaient encore plus fort : « Qu’il soit crucifié ! ». Voyant qu’il ne maîtrisait pas la situation et que la confusion prenait de l’ampleur, Pilate prit de l’eau et se lava les mains devant les autorités juives et leurs partisans en disant : « Je suis innocent du sang de cet homme. Cela vous regarde ». La foule comme un seul homme répondit alors par cette phrase pour le moins ambiguë mais dévastatrice : « Que son sang retombe sur nous et nos enfants ! ».
 
    C’est donc sur la base de textes évangéliques interprétés lato sensu que les Juifs ont été victimes, pendant deux mille ans, de persécutions en tous genres de la part du monde chrétien – confiscation des biens, bannissement des personnes, interdiction aux emplois publics, port d’un insigne (dès l’époque médiévale), enfermement dans des ghettos, torture, assassinat – pour aboutir à la phase paroxysmale de la Shoah, l’extermination de la communauté juive d’Europe lors de l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler.
 
    Les brimades multiséculaires des Chrétiens à l’encontre de la communauté juive devaient finalement entrainer une première réaction salutaire de la part de ses membres, à la fin du XIXe siècle. Profondément affecté par la montée de l’antisémitisme dans les sociétés européennes de son temps, Théodore Herzl, un journaliste et écrivain austro-hongrois d’origine juive, avait rêvé de conduire pour des raisons plus sécuritaires que religieuses, tel un prophète laïc, le « peuple errant » vers la Terre promise afin de permettre son épanouissement dans son milieu ancestral.
 
    Auteur de « L’État juif » – un manifeste publié à Vienne le 14 février 1896 – et fondateur du mouvement sioniste, créé en 1897 au Congrès de Bâle, Théodore Herzl était alors convaincu que les Juifs recouvreraient un jour, ne serait-ce que pour échapper aux persécutions anti-juives, leurs droits sur le territoire de la Palestine – le berceau historique et spirituel du peuple hébreu – où leur présence depuis les temps bibliques demeure palpable en maints endroits et d’abord dans la cité sanctuaire de Jérusalem. Les idées visionnaires de Théodore Herzl seront, par la suite, concrétisées avec la création de l’État d’Israël le 14 mai 1948.
 
    Peu après la résurrection de l’État d’Israël, 2 000 ans après sa destruction par l’Empire romain, il convient de mentionner une autre réaction salutaire, émanant cette fois-ci des responsables de la communauté chrétienne. Il faut ici se référer au revirement théologique clarificateur de l’Église de Rome à l’égard des Juifs, un revirement dont le mérite revient, sans conteste, au Concile œcuménique Vatican II. Convoqué le 11 octobre 1962 par le pape Jean XXIII pour réaliser l’aggiornamento, le renouveau de l’Église catholique, apostolique et romaine afin de l’adapter au monde contemporain après des siècles d’immobilisme, d’atermoiements et d’interprétations parfois désastreuses des textes évangéliques, le XXIe concile de l’histoire de l’Église romaine prend fin le 8 décembre 1965 sous le pontificat de Paul VI par une importante volte-face dans l’attitude des responsables du monde catholique à l’égard du Judaïsme et surtout la levée des anathèmes contre les membres de la communauté juive.
 
    Adoptée le 28 octobre 1965, la Déclaration conciliaire Nostra ætate (« À notre époque ») contient, au plan général, un appel à la fraternité universelle qui exclut toute forme de discrimination et entend, par suite, établir des relations fondées sur la bienveillance entre l’Église catholique et l’ensemble des religions non chrétiennes. Elle vise tout particulièrement à encourager le dialogue judéo-catholique entre deux croyances aux racines spirituelles communes. Pour ce faire, la Déclaration conciliaire met d’abord l’accent sur le principe de la liberté de religion. Elle récuse par ailleurs – c’est son point d’orgue – toute responsabilité du peuple juif en tant que tel dans la mort de Jésus-Christ et réprouve, par suite, toutes les formes de brimades et persécutions antisémites qui ont eu lieu au cours des siècles passés et se perpétuent encore dans le monde contemporain.
 
    Après avoir rappelé, dans la Déclaration conciliaire, que « les Apôtres, fondements et colonnes de l’Église, sont nés du peuple juif », le pape Paul VI souligne à propos de la mort du Christ : « Ce qui a été commis durant sa Passion ne peut être imputé ni indistinctement à tous les Juifs vivants alors, ni aux Juifs de notre temps ». Ainsi, pour le Saint-Siège, une certitude s’impose désormais à tous. La voici exprimée en des termes particulièrement bien frappés : « S’il est vrai que l’Eglise est le nouveau Peuple de Dieu, les Juifs ne doivent pas, pour autant, être présentés comme réprouvés par Dieu ni maudits, comme si cela découlait de la Sainte Écriture ».
 
    Le Catholicisme a ainsi réalisé une véritable révolution copernicienne en encourageant le dialogue constructif avec les autres religions et en prônant notamment la fraternité judéo-chrétienne. En dernière analyse, ce qui a été rendu possible avec le Concile œcuménique Vatican II dans le but d’ouvrir la doctrine de la foi catholique à la compréhension et à la tolérance, au monde moderne et à la culture contemporaine, sans modification en quoi que ce soit des textes originels (des textes considérés comme sacrés), on doit pouvoir le faire avec les autres religions et notamment avec le Bouddhisme, l’Hindouisme, le Judaïsme et, bien sûr, avec l’Islam, la religion du Prophète Mahomet et du livre prodigieux qu’est le Coran.
_____
M.-P. LANFRANCHI, « L’accord fondamental du 30 décembre 1993 signé entre le Saint-Siège et Israël », AFDI, 1994, p. 326-355 et notamment p. 339.
A. CHOURAQUI, Un visionnaire nommé HERZL. La résurrection d’Israël, Paris, Robert Laffont, 1991, 324 pages.
 




1.Posté par A mon avis le 21/06/2022 11:57

" Plaidoyer pour une adaptation de la pensée théologique islamique au monde contemporain "

Mais la pensée théologique islamique s'adapte parfaitement au monde contemporain. Elle s'adapte même bien mieux que toutes les pensées théologiques des autres religions.

La "pensée théologique chrétienne orthodoxe" de Kirill en Russie s'adapte très bien au monde poutinien russe.
La " pensée théologique hindoue" est parfaitement adaptée aux dessins de Modi en Inde.
La "pensée théologique juive" s'adapte très bien à la politique colonisatrice d'Israël
La "pensée théologique" des adventistes américains est parfaitement adaptée aux préceptes moraux conservateurs des partisans d'un Trump.
Quant à la "pensée théologique islamique" elle s'adapte parfaitement aux théocraties du Golfe. L'Iran en son temps , en guise de "révolution copernicienne", a plutôt connu sa révolution islamique avec le sinistre Khomeini.
La "pensée théologique islamique" progresse même partout dans le Monde, et même en Europe sur les "traditionnelles Terres chrétiennes", "Terres chrétiennes" qui ont même peur d'un "grand remplacement" !

2.Posté par A mon avis le 21/06/2022 16:24

" une religion qui, par définition, milite pour la paix et la fraternité ne doit pas s’entourer de barrières dogmatiques et encore moins se pétrifier ad vitam æternam."


" une religion qui, par définition, milite pour la paix et la fraternité "

D'où sortez vous cette "définition" ?
En réalité, la religion ne fait que militer pour sa propre expansion et sa propre hégémonie, au détriment de toutes les autres.
La religion n'est que source de haine et de conflits : Ce ne sont pas les exemples qui manquent dans notre monde moderne, où les religions viennent en appui aux dictateurs actuels.

3.Posté par A mon avis le 21/06/2022 16:26

Où est votre " Plaidoyer pour une adaptation de la pensée théologique islamique " ?

Vous ne faites que parler le l'antisémitisme du christianisme !

4.Posté par SOUFFLE AIR COULEURS PARFUMS GOÛTS CHANTS ET DANSES SACRES DE PEUPLES ET DE TERRES SACREES le 21/06/2022 23:32

Je crois que toutes les religions sont belles et bien:

Tant qu’elles prônent DIEU dans toute sa grandeur, sa beauté, sa bonté, son amour, ses valeurs, ses pouvoirs, sa puissance, sa gloire, sa lumière, son éternité, dans toute sa lignée.

Tant qu’elles représentent, enseignent, font et transmettent (diffusent) véritablement et magnifiquement le bien et non le mal.

Tant qu'elles aiment, adorent, respectent et célèbrent DIEU, ce DIEU qui brille au cœur de nos vies et nous fait vivre, au cœur de toute l'humanité, au cœur de nos pensées, nos paroles et nos actes les plus bien, les plus bons et les plus beaux, au cœur de la nature, ce DIEU qui brille depuis la nuit des temps en nous, chez nous, autour de nous, partout et en tous lieux , qu’on a pas toujours compris et vu et qu’on ne comprend et ne voit toujours pas vraiment car souvent occulté par le mal, l’ignorance, la méconnaissance, la confusion entre les récits des temps passés, révolus et le présent.

Je crois que seuls les textes sacrés dans les paroles de vérité, les paroles prophétiques, dans la morale de l’histoire demeurent et comptent.

En Occident, comme en Asie et même en Orient, au fil du temps, les courants de pensées relatifs à la religion, à dieu, à la nature, au sacré se sont succédés, ont évolué et ont parfois été renommé. Certains sont tombés dans l’oubli, d’autres ont certainement disparus d’où :

L’EVOLUTION DE LA PENSEE, L’EVOLUTION DE L’HOMME, L’EVOLUTION DU MONDE, L’EVOLUTION DE LA PENSEE THEOLOGIQUE…

On est bien passé, entre autres :
De l’homme de Cro-Magnon à l’être humain
De la monarchie à la République
De l’ésotérisme à la philosophie
Du judaïsme au catholicisme
Du jaïnisme à l’Indouisme en Inde ou au Bouddhisme en Chine
Le tout de plus en plus chargé de connaissances et de savoirs, du besoin d’amour, de paix, de liberté, de fraternité, de lumière…

L’Islam, comme l’Hindouisme, le Bouddhisme, le Christianisme dans toutes ses branches, le catholicisme et autres religions, ne peut qu’être belle et bien dans la lumière, la beauté et les valeurs des paroles universelles de ses livres sacrés, la lumière, la beauté et les valeurs de ses cultes et lieux de cultes, de ses prières, ses chants, ses danses, ses couleurs, ses parfums, ses gouts et ses traditions.

A chaque peuple, sa culture, sa religion, ses traditions tant que c’est rempli de dieu et donc du bien et non du mal c’est ce qui compte, c'est ce qu'il faut. Du contraire l'humanité n'en a pas besoin.

5.Posté par DUCASSE le 22/06/2022 11:33

Toutes les religions sont des outils de pouvoir.
Les religions monothéistes objet de cette oraison jaculatoire sont en général celles qui relèvent le plus d’un instrument d’expansion du pouvoir.
Ainsi elles découlent les unes des autres par des schismes qui visent à agrandir leur base et favoriser leur diffusion.
La première d’entre elles, le judaïsme contenait une clause qui faisait qu’elle ne s’appliquait qu’ a un peuple élu de dieu et non à tous les peuples, malgré des tentatives de prosélytismes en dehors du peuple hébreu, cette limitation empêchait le développement de cette secte car tous les peuples ne pouvaient pas l’adopter, sinon les privilèges du peuple juif (vis-à-vis de dieu) disparaitraient.
Au contact de l’expansion économique de l’empire romain qui a envahi la Palestine, les juifs ont pris conscience qu’il était indispensable, afin de sauver et de diffuser leur doctrine d’ouvrir celle-ci aux autres peuples et en particulier au peuple romain.
C’est comme cela qu’est née la religion chrétienne, elle s’est empressée d’absorber les textes préexistants du judaïsme et de les compléter par une petite littérature complémentaire (les évangiles et autres textes). Elle s’est également empressée d’adopter les usages des peuples qu’elle voulait conquérir en en remplaçant les fêtes par des fêtes chrétienne, elle a introduit une énorme quantité de fétichisme dans se rites et a créé un système de 3 dieux en un tout à fait incompréhensible pour le commun des mortels.
Après la mort de Jésus, son créateur, elle a mis 275 ans à s’imposer et a se structurer et n’a du son expansion qu’a l’adoption de cette croyance par un empereur romain.
Dés lors son développement a suivi celui des conquêtes romaines et plus tard des conquêtes occidentales sur le reste du monde. Les textes fondateurs de cette secte n’ont été fixés qu’au 3eme siécle après JC.
En 622, nouveau schisme, les arabes de la péninsule, peuple commerçant et guerrier comprennent l’intérêt du développement d’une secte similaire pour accompagner leur expansion guerrière et soumettre les peuples convoités.
Mahomet meurt en 632, 18 ans plus tard le coran était rédigé dans sa forme actuelle, en 698 l’expansion vers l’Europe par l’Afrique du Nord était bien engagée et en 711 ils occupent une grande partie de l’Espagne. En 732 un raid musulman est arrêté entre Poitiers et Tours par le roi des francs Charles Martel, ainsi 100 ans seulement après la mort de Mahomet, l’Europe était en partie conquise, la traite transsaharienne des esclaves accélérée et les empires africains en voie de destruction par imposition de cette doctrine très exigeante et sévère.
La religion musulmane est une religion de combat destinée à soumettre les peuples conquis et ce depuis sa création , elle n’a jamais eu d’autre but et n’a jamais changé en 1400 ans.
Vouloir la réformer n’est pas pensable car elle perdrait tout son intérêt pour ceux qui la dirigent.
D’autre part évoquer les Lumières pour « civiliser » l’islam n’est il pas une incohérence totale, que furent les lumières vus des autres peuples (dont ceux actuellement ayant adoptés l’Islam) :
- La période du développement de la traite transatlantique qui contribua à la destruction des empires africains.
- Un développement de la colonisation et une théorisation de l’esclavage et de l’animalisation des peuples non européens (Voltaire exerçait le métier d’entrepreneur de guerre, il fournissait les armées en vivres et en matériel et possédait des esclaves).
Tout cela pour un humanisme qui ne concernait que les peuples européens et la préparation d’une révolution bourgeoise qui entrainera le monde dans le pire des régimes économiques que l’on subit encore.
Alors ne pas vouloir « civiliser » un outil de pouvoir comme l’islam parce qu’il produit des effets secondaires en europe est il réaliste, alors que dans le même temps les occidentaux pillent les ressources des pays musulmans (Pétrole en Syrie, en Irak, en Lybie, Uranium au Mali et au Niger…) avec des guerres qui font beaucoup plus de victimes civiles que les quelques attentats vécus sur le sol européen.

6.Posté par A mon avis le 22/06/2022 11:42

@ 4.Posté par SOUFFLE AIR COULEURS PARFUMS GOÛTS CHANTS ET DANSES SACRES DE PEUPLES ET DE TERRES SACREES le 21/06/2022 23:32

Vous écrivez :
" au fil du temps, les courants de pensées relatifs à la religion, à dieu, à la nature, au sacré se sont succédés, ont évolué et ont parfois été renommé (sic). Certains sont tombés dans l’oubli, d’autres ont certainement disparus (sic) "

Vous avez raison, les "textes sacrés" ont été remaniés, modifiés au fil du temps, en fonction des besoins et des circonstances.
Mais dénaturer ainsi ces textes leur enlève leur caractère sacré. Et ainsi il est tout à fait outrancier et abusif de déclarer

" ... seuls les textes sacrés dans les paroles de vérité, les paroles prophétiques, dans la morale de l’histoire demeurent et comptent. "

Comment peuvent-ils être "parole de vérité" ou "paroles prophétiques" quand les textes sont remaniés, adaptés aux circonstances et interprétés, selon les besoins de leurs utilisateurs ?

*******************
Vous écrivez :
" i[On est bien passé, [..] :
De l’homme de Cro-Magnon à l’être humain ]i "

Parce que pour vous, Cro-Magnon n'était pas un être humain ?

Vous avez vraiment une haute opinion de nos ancêtres !
(il n'y a que 400 ou 500 générations entre "Cro-Magnon" et nous !)

*****************

" A chaque peuple, sa culture, sa religion, ses traditions tant que c’est rempli de dieu et donc du bien et non du mal c’est ce qui compte "
A chaque peuple sa religion : preuve que la religion est un création humaine et n'a rien d'une origine prétendue divine donc universelle !

Les religions, de tout temps, et encore et surtout de nos jours, sont directement ou indirectement liées à des conflits, des luttes et des guerres : elles sont plus "remplies du mal" que de bien !

**************
Votre perception de la religion est celle de tout bon croyant formaté, anesthésié par la doctrine depuis son plus jeune âge.

7.Posté par A mon avis le 22/06/2022 22:50

@ 5.Posté par DUCASSE
Excellente synthèse.

8.Posté par L AVENIR EN COULEURS 974 le 22/06/2022 23:51

6.Posté par A mon avis

- Au nom du pouvoir, pour une meilleure lecture, une meilleure compréhension... ou pour des raisons mystérieuses, des textes sacrés ont été remaniés mais pas à 100%. La base doit certainement rester la même pour tous les textes sacrés à savoir les valeurs fondamentales sacrées, divines, de la vie, de la nature ou la "gnose".
Au fond qui sait vraiment quoi et pourquoi on a remanié voire dénaturé des textes sacrés? On ne connait pas les mystères cachés.
Peut être qu'on a fait un mal mais peut être aussi qu'on a fait un bien.

- Question "paroles de vérité", "paroles prophétiques"...,la vie est plantée, parsemée, fleurie, marquée... de ces paroles universelles. Les prophètes, les messagers les ont semées au quatre coins de la terre.

- "On est bien passé de l'homme de Cro-Magnon à l'être humain"
J'aurais dû dire:
de l'homme de Cro-Magnon à l'homme civilisé ou de l'homme préhistorique à l'homme moderne...

- Question religion
Je crois aux vraies valeurs de la vie, en la nature, au bien...

9.Posté par DUCASSE le 23/06/2022 09:55

"On est bien passé de l'homme de Cro-Magnon à l'être humain"
J'aurais dû dire:
de l'homme de Cro-Magnon à l'homme civilisé ou de l'homme préhistorique à l'homme moderne...


Encore raté:
L'homme de Cro-Magnon c'est l'homme moderne, homo Sapiens.
Sur le fait qu'il n'aurait pas été civilisé d'après vos dires, on retiendra qu'il a produit les peintures de la grotte de Lascaux, entre autre ce qui est quand même autre chose que la téléréalité en terme de civilisation.
Enfin si vous tendez a dire que seule la religion monothéiste à "civilisé" l'homme, il ne fait aucun doute que l'humanité à vécu très longtemps avant celle ci (Cro-Magnon = -45000 ans) et que toutes les sociétés humaines ont pratiquées la religion avant l'imposition de celles qui se veulent actuellement dominantes. La plus grande part de la civilisation s'est construite sous le contrôle de religions généralement polythéistes qui n'avaient aucune intention d'universalité ni de prosélytisme guerrier et les plus grandes avancées de la civilisation humaine n'ont pas attendues les religions monothéistes.

10.Posté par SOUFFLE AIR COULEURS PARFUMS GOÛTS CHANTS ET DANSES SACRES DE PEUPLES ET DE TERRES SACREES le 23/06/2022 11:32

6.Posté par A mon avis

"Les religions, de tout temps, et encore et surtout de nos jours, sont directement ou indirectement liées à des conflits, des luttes et des guerres : elles sont plus "remplies du mal" que de bien !"

Le monde entier, l'humanité entière dans son histoire et son présent est une coupe remplie de mal (de poison) au plus haut degré (méchanceté, mensonge, orgueil, jalousie, hypocrisie, injustice, irrespect, haine, racisme, trahison, manipulation, sorcellerie, vengeance, vol, viol, meurtre, guerre, génocide, exploitation massive injuste et abusive de l'homme par l'homme et de la nature...) mais c'est aussi une coupe remplie de bien et donc de dieu (gentillesse, politesse, respect, bonté, honnêteté, générosité, amour, amitié, tendresse, paix, humilité, compassion, vérité, justice...).
Si on "jetait le contenu" de la coupe remplie de mal, si on la nettoyait et la remplissait de bien, le monde irait sans doute mieux. C'est d'ailleurs ce que depuis des milliers d'années on essaye de faire par l'enseignement du bien, par les textes sacrés, la religion, l'éducation, entre autres, mais ce n'est pas facile vu le mal qui règne toujours partout et en tous lieux.

Seul DIEU qui brille au cœur de TOUT, du plus petit au plus grand, peut vaincre en puissance le mal qui détruit l'humanité, la nature et la terre. D'ailleurs c'est ce qu'on essaye de faire depuis des milliers d'années, vaincre le mal, l'éradiquer. Dans certains pays il y a eu de beaux résultats rien que pour la paix, la liberté et la fraternité instaurées.

(L'AVENIR EN COULEURS)

11.Posté par A mon avis le 23/06/2022 12:37

@ 8.Posté par L AVENIR EN COULEURS 974

" Au fond qui sait vraiment quoi et pourquoi on a remanié voire dénaturé des textes sacrés? " demandez vous ?

Réponse : mais tout simplement pour adapter la religion à la situation, et aux desseins de ses prêtres, qui n'hésitent même pas à créer des faux.
Faux dont le plus célèbre est le Donatio Constantini (la donation de Constantin) dont la papauté s'est servi au Moyen-âge pour justifier ses prétentions territoriales et politiques, et sur lesquelles reposent l’Église actuelle.

***********
"Homme préhistorique" ou "Homme moderne" : c'est le même Homme (même humain) (sans majuscule à Homme, vous excluez les femmes)

Et parler d'Homme "civilisé" ? Encore faut-il s'entendre sur le terme : civilisation.

**************

Vous croyez "aux vraies valeurs de la vie, en la nature, au bien... "

Pas besoin de religion pour ça.
Je dirais même que la religion pervertit ces valeurs, notamment les valeurs de la nature en plaçant l'humain au dessus de la nature, en plaçant la nature "au service de l'Homme".

Le bien, le mal ?
En la matière, je préfère me référer à la déclaration universelle des droits humains plutôt qu'aux diktats des religions, notamment en ce qui concerne l'égalité homme/femme.
On ne peut pas dire par exemple que "la charia" soit un modèle en matière de morale.

12.Posté par L AVENIR EN COULEURS 974 le 24/06/2022 08:48

11.Posté par A mon avis

"Pas besoin de religion pour ça.
Je dirais même que la religion pervertit ces valeurs, notamment les valeurs de la nature en plaçant l'humain au dessus de la nature, en plaçant la nature "au service de l'Homme""
--------------------------------------------------------------
OUI et NON
Je connais un courant religieux qui prône la nature sacrée: l'hindouisme

Je dirais aussi que :
capitalisme, industrialisation, modernisme et matérialisme dans toutes leurs folles passions, leurs excès, leurs abus et leurs injustices, autrement dit, souvent démesurés et déraisonnés, ont fortement et profondément déconnecté l'Homme des vraies valeurs de la vie et de la nature.

13.Posté par L AVENIR EN COULEURS 974 le 24/06/2022 16:08

9.Posté par DUCASSE

Je ne doute pas des valeurs de l'Homme de Cro-Magnon qui d'après ce qu'on a découvert et ce que l'on sait, savait faire beaucoup de choses et était connecté avec la nature mais entre, je dirais, la "pierre brute" et la "pierre taillée", il y a une différence, un travail, une finition, une beauté.

14.Posté par A mon avis le 24/06/2022 17:50

@ 12.Posté par L AVENIR EN COULEURS 974

" capitalisme, industrialisation, modernisme et matérialisme dans toutes leurs folles passions, leurs excès, leurs abus et leurs injustices, autrement dit, souvent démesurés et déraisonnés, ont fortement et profondément déconnecté l'Homme des vraies valeurs de la vie et de la nature. "

Et cela dans le cadre "des racines chrétiennes" de la civilisation occidentale.
Car, comme vous le dites certaines religions intègrent davantage l'Homme à la Nature.

***********
Pourquoi tenez vous tant à dévaloriser les capacités cognitives de l'Homme de Cro-Magnon ?
Vous confondez : évolution des capacités cognitives avec évolution des techniques. Ce n'est pas "l'intelligence humaine " qui a progressé, mais seulement les techniques qui en résultent.

Essayez donc d'aller représenter des animaux sur la paroi d'une grotte ? Réfléchissez à ce que cela implique : choix du sujet, dans quel but ? quels outils ? quels matériaux de couleurs ? quel éclairage etc. sans parler de l'adresse des artistes.
Essayez donc de tailler un silex, pour savoir si vous êtes plus intelligent que Cro-Magnon !

15.Posté par Luc-Laurent Salvador le 24/06/2022 20:54

Il faut que l'auteur se soit complètement égaré pour que je me retrouve en accord presque intégral avec les commentaires de "ah mon avis" (le 1 et le 3).

C'est quoi cette affabulation inepte sur l'antisémitisme chrétien ? Votre catéchisme révolutionnaire ?

Me parlant de je ne sais plus qui, Michel Serres m'a dit une fois : "il est vieux, il se lâche la bride". J'ai bien peur que cela vaille aussi pour vous.

16.Posté par polo974 le 25/06/2022 21:20

15.Posté par Luc-Laurent Salvador le 24/06/2022 20:54
"""
C'est quoi cette affabulation inepte sur l'antisémitisme chrétien ?
"""

Eh bien, t'as vraiment séché tous les cours d'histoire ou bien tu fais un grave blocage sur une triste réalité ( "chrétien" ne se limitant pas seulement au clergé ).

17.Posté par Nic-ta-lope et autres le 25/06/2022 23:06

On est bien passé, entre autres :
De l’homme de Cro-Magnon
........................

Et depuis peu le l'homme de cro-magnon à l'homme de cro-macron......

18.Posté par A mon avis le 26/06/2022 20:14

@ 15.Posté par Luc-Laurent Salvador
vous m'avez mal lu :

J'ai écrit ; " Vous ne faites que parler le l'antisémitisme du christianisme ! "

Je n'ai pas dit que l'antisémitisme chrétien était une affabulation inepte.
Votre foi vous aveugle !

19.Posté par Luc-Laurent Salvador le 26/06/2022 22:09

@ 18 A mon avis

Je vous ai très bien lu. Mais je ne suis pas surpris que vous ayez du mal à comprendre :-D

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes