MENU ZINFOS
Zot Zinfos

Plaidoyer pour Saint-Denis


- Publié le Jeudi 4 Mars 2010 à 18:18 | Lu 1677 fois

Il ne se passe guère de jour sans que, à la place de telle case créole, témoin de l’histoire de notre ville, s’élève un sarcophage de béton : le bon peuple margogne peut-être, mais se sent démuni et laisse faire…

Du passé faisons table rase…

C’est vrai qu’en face les adversaires des cases créoles ont un argument décisif : ces maisons sont des vestiges du passé, des maisons de "gros zozos" et il n’est que justice que du passé colonial on fasse table rase ; sauf qu’il faudrait faire une simple enquête pour se rendre compte que beaucoup de ces maisons appartiennent à des personnes de la classe moyenne : professions libérales, commerçants, enseignants, retraités qui sont simplement attachés au patrimoine historique de la ville, à son cachet, à sa beauté. En outre on détruit d’un même élan, avec la bénédiction des responsables, les longères au fond des cours où tout un petit peuple a vécu, trimé, souffert, aimé.

Ce que le bulldozer écrase, pour le plus grand profit de certains, c’est l’histoire de notre île, une histoire qui est brève certes, mais qui est nôtre, que nous nous devons de connaître et d’assumer.

"Densifier" disent-ils…

Un autre argument, avancé cette fois par les décideurs de l’urbanisme, est qu’il faut "densifier" ; sans doute, et pour bien des raisons, mais le Plan Local d’urbanisme prévoit des zones où il convient de densifier et d’autres, le centre-ville de Saint-Denis, où au contraire il faut protéger, restaurer, reconstruire, souvent à l’identique. Outre les bâtiments, les jardins créoles aussi doivent être restaurés. Mais les décideurs savent-ils ce que sont des jardins créoles du centre-ville de Saint-Denis ? Ces jardins à la française, avec des parterres fleuris, munis de grilles offrant au passant un instant de calme et de beauté ?... On voit des promoteurs ignares faire grand cas de manguiers sauvages dont les noyaux ont poussé par le plus grand des hasards et qui donneront bientôt plus de problèmes à leurs propriétaires que de satisfactions !

La pratique officielle : des textes sur lesquels on s’assied…

Les textes existent, mais qu’en font les responsables de l’urbanisme et de l’architecture ? Au lieu de s’appuyer sur les textes et de défendre le patrimoine, ils reculent d’un pas intrépide et vont de concession en concession, de compromis en compromission : ils sont capables de renoncer à l’essentiel pour se montrer intransigeants sur le détail. Exemple de reculade : Le PLU préconise d’implanter les constructions au centre des parcelles pour ménager des espaces verts ; dans telle parcelle on a construit au fond, dans telle autre en bordure de rue et les espaces verts reposent sous une couche étanche de béton.

Pour une autre politique :
Ne faudrait-t-il pas que les responsables encouragent les propriétaires voulant sauvegarder le patrimoine de Saint-Denis et la beauté de leur ville ?
Les aident par des conseils techniques dans le choix des matériaux, pour la protection du bois, le choix des couleurs à privilégier ?
Les informent des techniques anciennes à respecter et des nouvelles à mettre en œuvre pour promouvoir une architecture durable ?
Le rôle des responsables n’est-il pas de faire en sorte qu’il y ait à Saint-Denis une réelle harmonie au lieu de laisser se multiplier des constructions se moquant les unes des autres ?

On a souvent le sentiment que tel bâtiment a été construit au mépris de tel autre qui se trouve à ses côtés : forme, hauteur, couleur, retrait par rapport à la rue… Rien ne s’harmonise !

Si les choses continuent ainsi on verra le triomphe d’une politique où seuls les spéculateurs et les promoteurs ont en charge l’environnement et l’architecture créole. C’est bien parti !

Collectif de dionysiens pour le respect du patrimoine.

P. S. Si décideurs et promoteurs veulent innover et s’épanouir, ils disposent de la cuvette où devait s’élever le pôle Océan : il y a, là, de quoi travailler à une architecture moderne, à la Dubaï, pour donner à Saint-Denis un front de mer qui ait "de la gueule" !




1.Posté par tinou le 04/03/2010 19:31

Que se passe-t-il à Saint-Denis ? Le centre-ville patrimonial est en train d'être englouti par des constructions d'immeubles à la place de cases créoles répertoriées au PLU ( cf article m Rodier sur ce site). Que fait l'architecte des bâtiments de France ?

2.Posté par citoyen le 04/03/2010 19:44

J'avais posté sous un article du 22 février 2010 (post 22: http://www.zinfos974.com/Cases-creoles,-une-espece-en-voie-de-disparition_a15024.html) des commentaires presque identiques et des questions auxquelles je n'ai toujours pas eu de réponse de la part du responsable de l'urbanisme à Saint-Denis.....

Mais peut-être que cela viendra... En attendant, oui, lentement mais sûrement les cases créoles disparaissent, soit par la ruine et l'abandon (trop cher de reconstruire à l'identique, soit par l'incendie accidentel, soit noyées dans le béton d'immeubles inesthétiques ......

En particulier dans les quartiers historiques de Saint-Denis (barachois, rue de Paris, centre, Cathédrale....). Que fait la mairie à ce niveau au delà des permis de construire? Et la Région, et l'Etat?

3.Posté par Bertrand le 04/03/2010 21:27

Bonjour,
j'ai trouvé aux archives départementales un vieil article paru dans le quotidien le 2 avril 1987 (REF: 1PER85/125 pour les curieux) concernant la révision du POS à cette époque. En voici un extrait édifiant


Saint-Denis invivable ?

Les promoteurs se frottent les mains. Le nouveau POS, s'il est adopté va leur permettre de lancer dans le centre ville de gigantesques opérations de constructions actuellement impossibles. Du côté du SDA on parle de « retombées irrémédiables ». La simplification du règlement du POS par la suppression des règles principales en matière de droit de construire  « risque de déstructurer le centre ville de Saint-Denis » indique le Service Départemental d'Architecture (SDA) dans un document intitulé « Éléments de réflexion sur le fonctionnement de la ville ».

A l'appui de son analyse, le SDA cite un exemple: il relève que la « suppression des gardes fous » concernant les COS entraînera « Le dysfonctionnement de la ville ».Actuellement sur un îlot de 12.000 m2 on peut construire environ 21.000 m2, soir un COS de 1,7. Avec les modifications du POS, il sera théoriquement possible de construire environ 96.000m2 soit un COS de 8 qui n'a d'égal nulle part ailleurs en France.

Comment pourrait fonctionner la ville, se demande le SDA alors qu'il n'est pas prévu d'augmenter dans les mêmes proportions les espaces publics, ce qui imposerait pour chaque îlot d'en raser un autre? Et quand bien même la municipalité déciderait de démolir plusieurs îlots pour la réalisation de nouvelles voiries, de nouveaux réseaux EDF, téléphone...où serait alors le gain de densité obtenu par la suppression des anciennes limitations interroge le SDA?

Conclusion qu'il est tire:  « On va déstructurer le centre-ville pour un résultat nul en ce qui concerne la densification » d'où la proposition du SDA de conserver les limitations de hauteur des constructions en ville de Saint-Denis, même si l'on décide de supprimer le COS. Tant pis pour les promoteurs immobiliers.



4.Posté par jean-pierre espéret le 04/03/2010 23:16

"Il ne se passe guère de jour..." C'est très exagéré au regard du nombre de permis octroyés à Saint Denis!

"Les textes existent, mais qu’en font les responsables de l’urbanisme et de l’architecture ?"
Nous les respectons et nous nous conformons à l'avis de l'architecte des bâtiments de France.

"Ne faudrait-t-il pas que les responsables encouragent les propriétaires... les aident... les informent..."
C'est ce qu'ils font et le CAUE effectue des permanences à la mairie.

L'entretien des monuments historiques est subventionné par l'Etat.

Maintenant il ne suffit pas qu'il y ait un lambroquin autour d'une case pour qu'elle soit classée ou simplement inscrite.

Le "Collectif des dionysiens pour le respect du patrimoine", comme n'importe quel citoyen, peut rencontrer sans problème les services et les élus dionysiens : il suffit de le demander!

A propos de "Citoyen" cet offre est également valable pour ce pseudo. A quelles questions n'avons nous pas répondu citoyen "citoyen"?

Jean-Pierre Espéret
Adjoint à l'Aménagement

5.Posté par Expropriés du Pole Ocèan le 05/03/2010 03:15

Je rappel que pour le projet Pole Océan des cases créoles ont été rasés rue des Limites et rue de l'Est.
J'ai conservé quelques photos ...
J'ai pas entendu ce collectif se manifester lors du vote du projet
Nous etions bien seul pour defendre notre patrimoine
enfin...

Est-ce que quelqu'un connait le petit dessinateur de case créole qui se met sur un petit tabouret, tout en dessinant il vend ces dessins et carte postal, il a déssiné pas mal de monuments et maisons célébres, je lui ai demandé de dessiné ma maison avant qu'elle ne soit rasée ça fait presque 3ans maintenant , je ne le voi plu ce monsieur et j'aimerai bien lui acheter le dessin de ma maison, quelqu'un peut me dire si en ce moment dans quelle ville il est et ou je peux le trouver.
Merci

6.Posté par citoyen le 05/03/2010 16:19

M. ESPERET, c'est là toute votre réponse?

Quelques rappels d'orientations, et que l'Etat et les autres collectivités ont leur part à jouer. Un peu court. Aucun bilan chiffré, aucun argument précis..

J'attendais autre chose. Comme je pense beaucoup d'autres.....

Faire une telle réponse c'est au mieux répondre à moitié, au pire ne quasiment pas répondre.....

Ce n'est quand même pas moi qui suis à la tête de l'urbanisme , à Saint-Denis.....

7.Posté par jean-pierre espéret le 05/03/2010 22:36

Précisez le "autre chose" citoyen "Citoyen". Quels chiffres voulez-vous?

Je répète ce que j'ai déjà répondu à propos d'un autre courrier sur ce site :

Objectifs : Loger. Protéger le patrimoine, les terres agricoles, les espaces boisés.

Solution : densifier, donc monter en hauteur, et aussi rapprocher les cases présentant un intérêt patrimonial des immeubles modernes. Construire à côté de la case créole est souvent la seule solution pour que le propriétaire puisse faire face au frais de reconstruction de ladite case créole.
Protéger, mais pas toutes les cases en bois entourées de lambroquins. C'est l'architecte des Bâtiments de France qui décide ce qui est à protéger.

Questions : Le musée Léon Dierx est-il de l'art créole? Quels sont les éléments indispensables pour mériter la qualification de créole? L'art créole s'est-il arrêté?


8.Posté par citoyen le 06/03/2010 12:02

à JP. Esperet, qui finit par me désespérer mais que je remercie pour ses réponses, néanmoins (presque aucun élu n'intervient sur zinfo....) :

1 - mon pseudo, c'est citoyen, pas citoyen citoyen, ou citoyen au carré.

2 - Que fait concrètement et précisément la mairie actuellement pour protéger les cases créoles... Telle est la question, comme dirait l'autre...

Enfin, que diable, développez et précisez, au lieu de rester dans le général.... Je ne suis pas le seul concerné par ce débat alors que je ne suis même pas propriétaire ou locataire d'une case créole, je le précise.

3 - Des précisions: ben ce serait à vous à en donner ou à la municipalité, car je ne fais pas une fixation sur votre personne, je m'adresse à la commune en général, et dans son action depuis 20 ou 30 ans en ce sens.

Sur vos orientations générales et objectifs, vous avez déjà amplement répondu (et en particulier, celui de la nécessaire densification, que je le comprends fort bien).

Mais pas des précisions, et c'est à vous à en apporter si vous le pouvez et si vous voulez défendre et argumenter votre action, pas à moi de vous dire lesquelles, enfin! Vous avez les infos et êtes au premier plan, à ce niveau, sur la commune, moi pas. Je ne suis qu'un administré lambda! Maintenant, on peut aussi en rester à vos réponses générales...

4 - Des précisions par exemple sur le nombre de cases créoles existant il y a 20 ans ou 30 ans, et actuellement, leur emplacement ou le document où on peut les voir.

S'il existe toujours une ZPPAUP ou non... etc etc etc

5 - Sur les cases créoles, on parle de celles en bois ou pierre ou béton dans un style "non moderne" mais traditionnel existant depuis des décennies. Vous pouvez aussi vous référer à celles qui ont déjà été recensées dans le ZPPAUP, c'est une base, mais la mairie peut aller au delà.

5 - Si j'en crois vos écrits, c'est selon vous l'ABF qui décide en matière architecturale et de protection; aussi, la mairie, elle attend et ne fait rien d'autre qu'appliquer les textes existants ?

6 - Quant à savoir si le musée Léon Dierx est ou non de style créole, qu'est-ce que cela vient faire dans le débat? C'est un musée, il risque pas d'être menacé alentour par le béton vu sa situation géographique, son statut et son propriétaire public....?

Vu la date de construction du bâtiment (villa Manès, 1846), si j'en crois Wikipedia, il est incontestablement un bâtiment d'architecture créole:

"Le musée Léon-Dierx est un musée d'art moderne et contemporain français situé au numéro 28 de la rue de Paris, à Saint-Denis de La Réunion. Il est installé à l'initiative de Marius et Ary Leblond depuis 1912 dans l'ancienne villa Manès, un bâtiment livré en 1846 et qui a abrité l'évêché de La Réunion. "

Personnellement, j'y suis rentré il y a longtemps 1 ou 2 fois, mais c'est pas ma tasse de thé, et c'est un endroit qui me semble dormir au plan culturel, à mon avis, et ça ne va pas s'arranger avec votre "collègue" ARMAND, l'adepte du "kréolisme" "KZW" , mais c'est un tout autre débat....

Personnellement, sur le plan architectural, je dirais sans avoir lu quoi que ce soit qu'il appartient au style créole qui ne se résume pas à la seule case créole en bois et lambrequin. Style néoarchitectural inspiré au 18ème et 19ème siècle par la Grèce antique, non?


9.Posté par Bertrand le 08/03/2010 22:22

Pour élargir le débat, un article fort intéressant de Jean-Michel Jauze (prof à l'université de St-Denis) sur le patrimoine des cases créoles:

http://laboratoires.univ-reunion.fr/oracle/documents/426.html

Bertrand

10.Posté par tipir le 12/04/2010 21:03

Mr Bertrand j'aimerais prendre contact avec vous car je crois que vous pourriez m'apporter des éclaircissements sur beaucoup de projets de la mairie. Passez par Mr Dupuy il pourra vous donner de quoi me contacter. Merci

11.Posté par Bertrand le 13/04/2010 11:07

Bonjour tipir,
j'ai peur de ne pas pouvoir répondre à beaucoup de vos questions concernant la mairie, n'y travaillant pas moi même.
Néanmoins vous pouvez passez par M. Dupuy pour qu'il vous donne mon adresse si vous désirez me contacter.
B

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes