MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Pitleum Ah-Kang : "On parlait créole là où le chinois était sa langue et le français la notre..."


- Publié le Jeudi 14 Avril 2016 à 10:33 | Lu 715 fois

Ce dimanche 10 Avril une foule largement composée de compatriotes d’origine chinoise se massait dans l’église Sainte Jeanne d’Arc du Port. Ils étaient venus nombreux pour un dernier adieu à Monsieur Pitleum Ah-Kang.  Ce fut pour moi l’occasion d’écouter un de ses gendres et deux de ses petits enfants nous dire ce que les uns et les autres garderont  précieusement de celui qu’ils appelaient affectueusement « Koung Koung », décédé dans la nuit de vendredi.

Né à l’île Maurice le 30 Avril 1919, le jeune Pitleun Ah-Kang avait regagné Moy Yuen, la région chinoise de ses parents à coté de Canton, pour y faire ses études. Bien plus tard, il choisit de venir  s’installer dans notre île, au Port. Il y ouvrit une boutique et fonda une famille de sept enfants qui, avec de nombreux petits enfants, lui ont offert d’être un « Koug Koung » particulièrement apprécié. Ecoutons les :
« Il était une figure du Port, une personnalité éminente de la communauté chinoise de La Réunion, un voyageur infatigable, un homme politique quand il s’agissait de la Chine.. Pour nous, il était à mille lieues de tout cela. Il était et restera à jamais Koung Koung, notre grand-père.

Il était un homme de peu de mots, ceux peut-être qu’il avait du mal à exprimer en français alors qu’il était érudit et parlait « comme  les ambassadeurs » dans sa langue maternelle comme me l’a dit une jeune et brillante collègue chinoise que j’avais emmenée chez lui... Mais il parlait avec les yeux et agissait sans trop de mots...
Sa cuisine  chantait. Là dedans, ça frappait sur le carail, ça tapait, ça frémissait, ça sautait, ça flambait.

C’était une cuisine de bruits d’où sortaient son poisson aigre-doux, sa soupe aux holothuries ou aux ailerons de requin, les nids d’hirondelle, toutes ses soupes, son bouillon sucré de betteraves aux morceaux de gingembre, des délicieux beignets de sésame....La liste est longue »...
Ecoutons les encore nous parler de « sa boutique qui l’ancrait dans sa ville, le symbole de son travail, de son intégration dans la société française... C’était une vraie caverne d’Ali Baba,...

On y trouvait de tout : des boutons pression aux perruques, des sorbets tamarins ou goyaviers aux punchs Chatlel, des chopines de limonades aux savates deux doigts et aux glaces italiennes... Cette boutique, c’était le lieu de toutes les rencontres, celles des marins fraichement débarqués de tous les coins du monde – ça parlait anglais, chinois, espagnol -  côtoyant les soulards, les élégantes femmes musulmanes et leurs robes chatoyantes... avec, le soir, la promesse des bagarres dans la rue une fois le rideau baissé et l’heure d’aller au lit depuis longtemps dépassée... ».

Et puis, prise parmi cent autres, cette dernière image : « Koung Koung, c’est aussi la confluence des cultures. On parlait créole là où le chinois était sa langue et le français la notre... ».

J’ai grandi au Port et j’ai donc, tout jeune, connu moi aussi cette « boutique Ah-Kang » où l’on pouvait, au cœur de la ville, trouver de tout parce que le maître des lieux savait anticiper sur les besoins et les envies des habitants. J’ai connu cette boutique où nos parents payaient à la fin du mois tout ce qui était noté sur « le petit carnet » de chaque famille. J’ai plus d’une fois entendu Monsieur Ah-Kang nous distiller les règles du savoir vivre ensemble. J’ai pu écouter ses conseils qui reposaient sur de captivantes images et   pour nous expliquer la valeur de ces multiples tableaux qu’il avait ramenés de la terre de ses ancêtres.

Oui,  je puis confirmer que « Koung Koung » était vraiment porté par le souci de nous montrer que le monde sera demain un grand village et que, même si nos tailles, nos situations sociales ou la couleur de notre peau pouvaient être différentes, nous sommes des hommes et des femmes nés pour apporter notre part dans la construction d’une  même fraternité entre celles et ceux qui peuplent notre Terre. Et sans doute a-t-il aidé nombre de citoyens de là-bas à avancer eux aussi sur la voie de cette réflexion, lui auquel s’adressaient plus d’une institution locale lorsqu’il fallait un interprète pour accueillir une délégation chinoise en visite dans notre île.

Ce n’est donc pas par hasard si, comme tant d’autres de ma génération, j’avais pour lui le respect et l’admiration que l’on porte aux grands de ce monde.
 
Raymond Lauret



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes