MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Pierrot Dupuy - Santé Publique France reconnait que le nombre de clusters est "sans doute sous-estimé"


Nous avons pu nous procurer le point épidémio régional spécial Covid-19 du 27 août, actualisé le 28, édité par Santé Publique France concernant La Réunion.
On y découvre une foule de données fort intéressantes. Et quelques aveux comme celui que le nombre de clusters est "sans doute sous-estimé".
Nous en reproduisons l'essentiel ci-dessous. Les sous-titrages et les surlignages sont de notre fait.
Les passages de Santé publique France sont en italique.

Par - Publié le Samedi 29 Août 2020 à 10:56

Photo d'ilustration : Pierre Marchal / Anakaopress
Photo d'ilustration : Pierre Marchal / Anakaopress
Santé Publique France démarre son exposé de la situation épidémiologique à La Réunion suite à l'épidémie du Covid-19 par un constat dont les principales données sont connues puisqu'elles ont été exposées par le Dr Chieze de l'ARS hier soir, lors d'une conférence de presse en compagnie du préfet : "Le nombre de cas autochtones a très fortement augmenté en semaines 33 et 34 traduisant une circulation accrue du virus, y compris au-delà des clusters identifiés. Depuis 2 semaines, 90% des cas signalés sont autochtones. Le taux d’incidence est passé de 5 en semaine 32 à plus de 40/100 000 habitants en semaine 34, soit un taux légèrement supérieur au taux national. Le nombre de reproduction (R) est estimé à 1,89 (significativement supérieur à 1), selon les données de SIDEP du 19 au 25 août 2020. Les regroupements familiaux et amicaux (anniversaire, repas de famille...) sont à l’origine de la majorité des clusters identifiés".

Augmentation du nombre de clusters

Depuis le 11 mai 2020, les ARS en lien avec les Cellules régionales de Santé publique France et les partenaires locaux, investiguent les clusters détectés. Un cluster est défini par la survenue d’au moins 3 cas confirmés ou probables dans une période de 7 jours, qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement de personnes. L’identification des clusters résulte de signalements au point focal de l’ARS, du suivi des contacts, et des campagnes de dépistage. Les clusters sont qualifiés d’un niveau de criticité, évalué en fonction de leur potentiel de transmission communautaire et de critères de gravité.

A La Réunion, une augmentation du nombre de clusters signalés a été observée en semaine 33.

Au 27 août 2020, 16 clusters identifiés sont actifs dont 13 en cours d’investigation, 2 maîtrisés, et 1 à diffusion communautaire. Parmi ces 16 clusters, 12 sont de criticité limitée, 3 de criticité modérée et 1 de criticité élevée (diffusion communautaire). Ces clusters actifs concernent 145 personnes contaminées parmi plus de 300 personnes exposées. 7 personnes contaminées ont été hospitalisées. Ils concernent les communes de Saint-Denis (10 clusters dont 2 de criticité modérée), Sainte-Marie (2 clusters dont 1 de criticité modérée), Le Port (1 cluster), La Possession (1 cluster), Sainte-Anne (1 cluster) et Saint-André (1 cluster).

Etant donné le nombre important de cas signalés autour des dernières semaines, il est probable que le nombre de cluster identifié soit sous-estimé.

La majorité des clusters sont liés à des événements festifs et familiaux, qui peuvent donner lieu à la mise en place de chaines de transmissions locales. Il est important de respecter les mesures de protection recommandées lors de ces événements, et de rappeler la nécessité d’avoir recours au prélèvement dès les premiers signes évocateurs.

Le taux d'incidence le plus élevé à St-Denis et St-André

Depuis le 13 mai 2020, la surveillance virologique s’appuie sur SIDEP (système d’information de dépistage), qui permet un suivi exhaustif de l’ensemble des personnes testées dans les laboratoires de ville et hospitaliers. Actuellement, les données transmises concernent les tests RT-PCR réalisés.

En semaine 34, le taux d’incidence était de 43,7/100 000 habitants; il a été multiplié par 8 par rapport à la semaine 32 (5,2/100 000) et par 1,7 par rapport à la semaine 33 (26,4/100 000). Il est au-dessus du seuil de vigilance (10/1000 000 habitants) et légèrement supérieur au taux national pour la deuxième semaine consécutive. Le taux d’incidence augmente plus fortement chez les personnes âgées de 15 à 45 ans : il atteignait 60/100 000 en semaine 34.Le taux d’incidence est également hétérogène entre les communes de l’île : selon les données SIDEP du 14 au 26 août 2020, le taux d’incidence était le plus élevé à Saint-Denis et Saint-André.

En semaine 34, le taux de positivité était en augmentation pour la deuxième semaine consécutive (2,7%), mais reste en-dessous du seuil de vigilance (5%). Le taux de dépistage continue d’augmenter et atteint 1620 tests /100 000 habitants.

Le taux d’incidence calculé à partir de SIDEP est a priori légèrement surestimé car sont comptabilisés des tests concernant des personnes dont le prélèvement réalisé à Mayotte a été analysé à La Réunion (le code postal de résidence ne permettant pas de les distinguer). Des différences peu importantes, qui ne modifient pas significativement les différents taux, existent si les extractions de la base SIDEP sont effectuées en considérant les sites de prélèvements (finess laboratoire) au lieu des codes postaux de résidence des personnes prélevées.

Parmi les personnes testées, la proportion de celles asymptomatiques a augmenté jusqu’à la semaine 33 (94%) et diminué en semaine 34 (87%). Parmi les personnes avec un test positif, la proportion de celles asymptomatiques diminue entre les semaines 29 (77%) et 34 (66%). Parmi ces personnes avec un test positif, la proportion de celles ayant signalé des symptômes plus de 2 jours avant le prélèvement augmente à 27% en semaine 34. Ceci peut être expliqué par un recours plus compliqué au dépistage. En semaines 33 et 34, le taux de positivité était très supérieur chez les personnes symptomatiques (entre 6% et10%), en comparaison aux personnes asymptomatiques (moins de 2%).

La majorité des clusters liés à des événements festifs ou familiaux

Depuis le 11 mai 2020, les ARS en lien avec les Cellules régionales de Santé publique France et les partenaires locaux, investiguent les clusters détectés, selon le guide en vigueur (disponible ici). Un cluster est défini par la survenue d’au moins 3 cas confirmés ou probables dans une période de 7 jours, qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement de personnes. L’identification des clusters résulte de signalements au point focal de l’ARS, du suivi des contacts, et des campagnes de dépistage. Les clusters sont qualifiés d’un niveau de criticité, évalué en fonction de leur potentiel de transmission communautaire et de critères de gravité.

A La Réunion, une augmentation du nombre de clusters signalés a été observée en semaine 33.

Au 27 août 2020, 16 clusters identifiés sont actifs dont 13 en cours d’investigation, 2 maîtrisés, et 1 à diffusion communautaire. Parmi ces 16 clusters, 12 sont de criticité limitée, 3 de criticité modérée et 1 de criticité élevée (diffusion communautaire). Ces clusters actifs concernent 145 personnes contaminées parmi plus de 300 personnes exposées ; 7 personnes contaminées ont été hospitalisées. Ils concernent les communes de Saint-Denis (10 clusters dont 2 de criticité modérée), Sainte-Marie (2 clusters dont 1 de criticité modérée), Le Port (1 cluster), La Possession (1 cluster), Sainte-Anne (1 cluster) et Saint-André (1 cluster).

Etant donné le nombre important de cas signalés autour des dernières semaines, il est probable que le nombre de cluster identifié soit sous-estimé.

La majorité des clusters sont liés à des événements festifs et familiaux, qui peuvent donner lieu à la mise en place de chaines de transmissions locales. Il est important de respecter les mesures de protection recommandées lors de ces événements, et de rappeler la nécessité d’avoir recours au prélèvement dès les premiers signes évocateurs.

Pierrot Dupuy - Santé Publique France reconnait que le nombre de clusters est "sans doute sous-estimé"
Le taux d'incidence légèrement supérieur au taux national

Depuis le 13 mai 2020, la surveillance virologique s’appuie sur SIDEP (système d’information de dépistage), qui permet un suivi exhaustif de l’ensemble des personnes testées dans les laboratoires de ville et hospitaliers. Actuellement, les don-nées transmises concernent les tests RT-PCR réalisés.

En semaine 34, le taux d’incidence était de 43,7/100 000 habitants; il a été multiplié par 8 par rapport à la semaine 32 (5,2/100 000) et par 1,7 par rapport à la semaine 33 (26,4/100 000). Il est au-dessus du seuil de vigilance (10/1000 000 habitants) et légèrement supérieur au taux national pour la deuxième semaine consécutive. Le taux d’incidence augmente plus fortement chez les personnes âgées de 15 à 45 ans : il atteignait 60/100 000 en semaine 34.

Le taux d’incidence est également hétérogène entre les communes de l’île : selon les données SIDEP du 14 au 26 août 2020, le taux d’incidence était le plus élevé à Saint-Denis et Saint-André.


En semaine 34, le taux de positivité était en augmentation pour la deuxième semaine consécutive (2,7%), mais reste en-dessous du seuil de vigilance (5%). Le taux de dépistage continue d’augmenter et atteint 1620 tests /100 000 habitants.

Le taux d’incidence calculé à partir de SIDEP est a priori légèrement surestimé car sont comptabilisés des tests concernant des personnes dont le prélèvement réalisé à Mayotte a été analysé à La Réunion (le code postal de résidence ne permettant pas de les distinguer). Des différences peu importantes, qui ne modifient pas significativement les différents taux, existent si les extractions de la base SIDEP sont effectuées en considérant les sites de prélèvements (finess laboratoire) au lieu des codes postaux de résidence des personnes prélevées.

Parmi les personnes testées, la proportion de celles asymptomatiques a augmenté jusqu’à la semaine 33 (94%) et diminué en semaine 34 (87%). Parmi les personnes avec un test positif, la proportion de celles asymptomatiques diminue entre les semaines 29 (77%) et 34 (66%). Parmi ces personnes avec un test positif, la proportion de celles ayant signalé des symptômes plus de 2 jours avant le prélèvement augmente à 27% en semaine 34. Ceci peut être expliqué par un recours plus compliqué au dépistage. En semaines 33 et 34, le taux de positivité était très supérieur chez les personnes symptomatiques (entre 6% et10%), en comparaison aux personnes asymptomatiques (moins de 2%).


Augmentation du nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid

A la Réunion, le réseau OSCOUR repose sur l’ensemble des structures d’urgences qui transmettent quotidiennement leur données d’activité à Santé publique France. Depuis le 24 février 2020, un indicateur de suivi des suspicions de COVID-19 vues aux urgences a été mis en place.

Entre les semaine 33 et 34, une augmentation à 29 passages pour suspicion de COVID-19 est observée, soit une part d’activité qui augmente aussi à 1%. L’augmentation est observée principalement chez les 15-44 ans. Ces données ne prennent pas en compte les personnes qui sont prises en charge directement via les filières dédiées, notamment pour la réalisation de prélèvements (effectifs plus importants).

11 patients en réanimation

Selon les données SIVIC, au 27 août 2020, 52 personnes avec un diagnostic confirmé de COVID19 étaient hospitalisées.

Selon les données de la surveillance des cas graves de COVID19, au 26 août 2020, 11 patients étaient admis en réanimation pour COVID19 dont 1 enfant et 10 adultes âgés de plus de 40 ans. Les caractéristiques de ces patients sont présentées dans le tableau ci-dessous

Aucun cas en établissements sociaux et médico-sociaux, 1 en dans un établissement d’hébergement pour personnes en situation de handicap

Aucun excès significatif de mortalité, toutes causes et tous âges confondus, n’a été observé jusqu’en semaine 33 (source Insee).

Des décès avec une notion de COVID19 ont été signalés via SIVIC ou identifiés via les certificats de décès : 7 décès ont été signalés via SIVIC : il s’agissait de personnes hospitalisées à La Réunion avec un diagnostic de CO-VID19 confirmé biologiquement ; toutes présentaient des comorbidités ; 5 patients avaient bénéficié d’une évacuation sanitaire. Deux de ces décès ont été signalés en semaine 34, et après investigation par l’ARS, une de ces deux personnes est décédée de complications directement liées au COVID-19.4 certificats de décès portant la mention «Covid» ont été identifiés. Parmi eux, pour 3 personnes la RT-PCR du SARS-CoV-2 était négative et pour 1 personne (avec un diagnostic différentiel—dengue)le SARS-CoV-2 n’a pas été recherché.

Depuis le 23 mars les ESMS ont la possibilité de signaler les cas possibles de COVID19 via le portail de signalement. Cette surveillance concerne les établissements disposant de places d’hébergement. Tous les Ehpad et les EMS sont invités à signaler le nombre de cas possibles et confirmés de COVID-19, dès le premier cas possible ou confirmé, parmi les personnes résidentes ou les membres de personnel, via le portail de signalement.

Les objectifs de cette surveillance sont de détecter rapidement la survenue de cas possibles afin de mettre en place rapidement des mesures de gestion ; assurer le suivi du nombre de cas et de décès liés au COVID-19 en temps réel ; aider à la gestion des épisodes.

Aucun cas confirmé n’avait été signalé entre avril et la semaine 34.

En semaine 35, un cas confirmé de COVID19 a été signalé dans un établissement d’hébergement pour personnes en situation de handicap.

4 certificats de décès avec la mention "Covid"

Aucun excès significatif de mortalité, toutes causes et tous âges confondus, n’a été observé jusqu’en semaine 33 (source Insee).

Des décès avec une notion de COVID19 ont été signalés via SIVIC ou identifiés via les certificats de décès : 7 décès ont été signalés via SIVIC : il s’agissait de personnes hospitalisées à La Réunion avec un diagnostic de CO-VID19 confirmé biologiquement ; toutes présentaient des comorbidités ; 5 patients avaient bénéficié d’une évacuation sanitaire.

Deux de ces décès ont été signalés en semaine 34, et après investigation par l’ARS, une de ces deux personnes est décédée de complications directement liées au COVID-19.

4 certificats de décès portant la mention "Covid" ont été identifiés. Parmi eux, pour 3 personnes la RT-PCR du SARS-CoV-2 était négative et pour 1 personne (avec un diagnostic différentiel—dengue) le SARS-CoV-2 n’a pas été recherché.


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Veridik le 29/08/2020 12:59

Il n'y a aucun graphique sur le nombre d'hospitalisation par rapport aux nouveaux cas.

Sur le nombre de mort par rapport aux nouveaux cas...

Bref ils peuvent dire ce qu'ils veulent

2.Posté par La reunion le 29/08/2020 13:08

Soullion, makote, criminel, ... Et mi écrit pas tout ça moin néna sur le coeur parceque z'info va censuré... Le si bête( sibet) le Véra(veran)le salemakote( Salomon) 2 mois de ça le port du masque été proscrit et aujourd'hui i verbalise à tour bras mi espère que ces gens i dors sur zot 2 z'oreil et que les nuits lé agréable po zot ...l'enfer i attend à zot pour tout les morts de zot incompétence 👿😈😈💀

3.Posté par Parce que vous Êtes gouvernés par Les Ratés En Mouvement ( LREM ) le 29/08/2020 13:41

PETITE HISTOIRE VÉRIDIQUE :

Bonsoir,ce matin je suis allée chez mon médecin traitant. En entrant dans la salle d'attente, il y avait deux personnes avec un masque, par respect, j'ai mis un masque! ensuite, étant seule dans la salle d'attente, j'ai ôté mon masque! le médecin vient me chercher, j'avais le masque au poignet, il me dit : charmant sac à main que vous avez là 😀,je lui dis : j'étais seule dans la salle d'attente, je me suis permise de l'enlever, mais je vais le remettre. Et là, il me dit : sûrement pas,je ne veux pas de masque dans mon cabinet, dans la salle d'attente je n'oblige à rien, je laisse les gens faire comme ils veulent, mais je ne veux pas voir mes patients avec cette cochonnerie sur le visage! humm...ok! et il me dit : Très tôt ce matin, j'ai rencontré le préfet parce que je faisais une garde à vue pour un jeune, à qui j'ai d'ailleurs dit d'enlever son masque. En voyant le préfet, je lui dis, c'est quoi cette connerie d'avoir imposer le masque dans toute la ville,toutes les rues et on me fait déplacer pour une garde à vue, pour un môme qui n'avait pas mis de masque? le préfet lui répond : j'ai mis le masque obligatoire dans toutes les rues, car je ne supportais plus la pression, je voulais la paix, vous n'imaginez pas à quel point le gouvernement nous met la pression tous les jours et nous menace, j'en peux plus! mon médecin me dit, vous vous rendez compte, il n'y a pas de malade dans les hôpitaux, il n'y a plus rien, ce n'est qu'une histoire de vaccin et de gros sous.

4.Posté par GIRONDIN le 29/08/2020 14:05

35 élèves dans une classe
Changement de salle presque toutes les heures.
Du gel pour les mains toutes les deux heures quand il y en a.
Aéroport open bar

5.Posté par Bambino le 29/08/2020 14:41

Tout çà pour dire qu'a la fin des vacances, ceux que l'avait voyagé sans faire de dépistage après, l'a ramène le virus dans l'ile, au point que la situation lé devenue incontrôlable.

RAB de zot bann conférences de presses. Nous l'a pas besoin de superstar.

6.Posté par Libre le 29/08/2020 16:17

Et alors, ça étonne qui???? Combien l’ont chopé, ont été asymptomatiques et l’ont semés à tout vent?Combien? Moi le covid il me fait chier mais grave!!!!

7.Posté par etonnant le 29/08/2020 16:30

si on fait un test pour mes 2 chiens

il y aura au moins un des 2 qui sera un cas positif......

en afrique , il y a des chevres positives... mais pas de surmortaliité de la population..

les africains ont la peau dure ?

8.Posté par MT CRISTO le 29/08/2020 20:05

Ce serait préférable d'employer le mot "foyer" au lieu de "cluster" ; le ridicule d'angliciser la langue française.

9.Posté par Lolo le 29/08/2020 22:04

Comme pour le Poste 3 on entend ici et là tout et son contraire certains dramatisent cette crise d'autres crient au complot. Perso et comme finalement 99% de la population jen sais rien ! mais tout est possible... L'argent domine le monde !

10.Posté par Bambino le 30/08/2020 02:13

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/eve-engerer-la-medecin-complotiste-qui-prescrivait-des-certificats-anti-masques_2132928.html

Sans la santé, mon l'argent i profitera à un autre. (Pardon: "l'énergie de l'abondance qui y circule dans l'univers, destinée à toute sat lé évolués". )
Zot i prend a moin pour in zoiseau ? (Pigeon, pas corbeau)

11.Posté par Domino le 30/08/2020 10:46

Et les gens qui sont grassements payés ici, ils servent a quoi ?

12.Posté par Llort le 30/08/2020 13:53

Le post 3 est une histoire totalement inventée ..
Comment gober que plusieurs centaines de milliards ont été perdu à cause de la COVID, uniquement pour faire gagner quelques millions avec un vaccin ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes