Santé

(Pierrot Dupuy) Rougeole au CHU: Comment peut-on être aussi irresponsables ?

Dimanche 19 Mai 2019 - 14:50

Des médecins, c’est fait pour soigner, pas pour rendre malade.

Or, deux médecins du CHU de Bellepierre, non vaccinés contre la rougeole, ont transmis ces derniers jours la maladie à au moins six patients durant des consultations. Et la campagne de traçage menée par l’ARS auprès de 500 personnes, dont près de 400 soignants, a permis de découvrir une centaine de personnes non vaccinées, qui l’ont été depuis.
 
Et ce nombre de six personnes contaminées n’est que provisoire. Il faudra attendre que la période d’incubation soit passée pour connaître le nombre définitif de malades.
 
A leur décharge, la loi n’impose aux personnels de santé de se vacciner que contre quatre maladies : l'hépatite B, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. La grippe faisait partie de cette liste mais elle en a été retirée en 2006. La rougeole, comme la varicelle, la coqueluche, la rubéole et l’hépatite, fait partie des vaccinations seulement recommandées.
 
Cependant, au-delà des vaccins obligatoires, il y a à mon avis un devoir déontologique des médecins de tout faire pour ne pas mettre en danger leurs patients. Ce qui aurait dû les conduire à se vacciner contre la grippe et la rougeole, notamment.
 
D’autant que ces médecins ne pouvaient ignorer que la situation commence à devenir alarmante à La Réunion.
 
En décembre dernier, on comptait seulement quatre cas de rougeole. Or, depuis le début de l’année, on assiste à une véritable flambée de la maladie, jusqu'à atteindre 42 patients il y a quelques semaines, suite à l’importation de la maladie par des voyageurs venant d'autres îles de l'océan Indien. On compte en effet 1.500 cas sur l'île Maurice et plus de 130.000 à Madagascar.
 
À l'heure actuelle, le taux de vaccination à La Réunion est en hausse, même si c'est encore insuffisant. Il était de 85 %, ce qui ne suffit pas puisqu'il faut atteindre les 95 % pour éradiquer une maladie, et il avoisine maintenant les 86 %. Les enfants sont les mieux couverts grâce au passage à 11 vaccins depuis le 1er janvier 2018. Mais la vaccination n'est pas obligatoire pour les adultes... y compris les médecins
Pierrot Dupuy
Lu 3889 fois



1.Posté par denard bob le 19/05/2019 16:42

Ils avaient quel age les medecins ? Je l'ai faite petit, c'etait considéré comme benine et normal en europe, mais mortel pour les africains.

2.Posté par Zarin le 19/05/2019 16:55

Les vaccins sont-ils « contaminés par des nanoparticules toxiques » ?

3.Posté par Fredo974 le 19/05/2019 18:26 (depuis mobile)

Pierrot , t'es mauvais sur ce coup.

4.Posté par li le 19/05/2019 19:14

Le chu
J vous le répépète
Allez y en caméra cachée

Oui ! oui !oui !
Dans les chu de l'île
Ce n est pas un problème de vaccination
Mais de MAiiiiidecin !
Cachés peu aimables peu "soigneurs" inabordables
Nous sommes trop "patients"
Il est temps de les faire descendre de leur Arbre

5.Posté par SPARTACUS974 le 20/05/2019 07:22

Ceci implique aussi que les personnes contaminées n'étaient pas vaccinées.....à moins que .Il faut se rappeler la célèbre épidémie de rougeole à Disneyland en 2011 avait mis en évidence que 18% des cas de rougeole se sont produits chez des personnes qui avaient été vaccinées.

6.Posté par Maronage le 20/05/2019 07:31 (depuis mobile)

Poste 4. Y a beaucoup qui sont comme ça. Mais heureusement pas tous. Mais je pense que les 11 vaccins obligatoires doivent l''être pour les personnels soignants aussi. C''est logique. Ils sont l''un des premiers vecteur de ce genre de chose.

7.Posté par Dr Anonyme le 20/05/2019 08:12

3 a bien raison 4 ne voit pas l'a-venir sombre qui s'annonce

Rougeole. A ma connaissance, il eût fallu pour que ces deux médecins du CHU de St-Denis non vaccinés contre cette affection infantile puissent contaminer des patients que ces médecins soient eux-mêmes en pleine crise de rougeole avec une éruption cutanée secondaire en cours. Invraisemblable !

L’absence de vaccination ne produit pas en elle-même jamais une situation contaminante.

Il existe deux sortes de médecins : ceux qui soignent des maladies dans des bureaux avec des statistiques et des médecins qui soignent des malades au lit avec des médicaments.

Nous sommes ici devant une médecine qui prend ses décisions sur dossiers. La médecine de santé publique. En effet le virus de la rougeole ne se transmet que par voie aérienne par des gouttelettes de salive en suspension dans l'air ou par contact direct avec les sécrétions du nez ou de la gorge de personnes infectées qui éternuent sur leurs voisins.

Le virus ainsi éjecté reste assez peu dangereux ne vivant que 30 minutes, maximum deux heures.

La période de propagation possible du virus commence 2 à 6 jours avant l'apparition de l'éruption cutanée. On saurait s'ils ont eu la rougeole dans les six jours des consultations dites contaminantes.

L'installation du virus dans l'organisme se fait déjà au cours de la période d'incubation. Le virus est présent dans les sécrétions respiratoires dès la fin de l'incubation, jusqu'au 5e jour après l'éruption.

Le risque de transmission diminue à partir du deuxième jour suivant l'apparition de l'éruption.

Il s'agit donc, ici, de la part de l'ARS, d'une mesure de médecine bureaucratique erronée.

8.Posté par Réveillez vous le 20/05/2019 09:04

@li

travail autant qu'eux, avec leur horaire délirant , leur obligation, condition de travail, manque d'effectif, manque matériel et on en reparle

9.Posté par li le 20/05/2019 17:48

@réveillez vous

"Travail autant qu eux...."

Avec ou sans les pauses "conférence" ?
Infirmiers et aides soignants font les 3/4 du boulot de ces médecins hospitaliers !
Inacceptable
Ils doivent descendre de leur Arbre.

10.Posté par Dr Anonyme le 20/05/2019 18:19

Oui il y du boulot.

D'ailleurs, en Province nord de la Nouvelle Calédonie, j'y suis allé, ce sont les IDE qui font tout le boulot, sauf celui de réparer une fistule qui pète. Mais elles attendent l'hélicoptère en gérant au mieux. Et elles sont payées trois fois mieux que chez nous parce qu'elles sont seules pour se débrouiller dans un milieu hostile. Par contre le néphrologue public unique pour tout le caillou je l'ai vu en 2003 a toujours le même salaire pour les deux postes de MAGENTA-GASTON BOURRET quelle que soit la question et les courses en moto au risque de sa vie à 200 à l'heures qu'il fait ici il ne reçoit rien de plus. Comment va-t-il tenir ? Je l'ai vu en 2004. Y est-il encore ?

11.Posté par Dr Anonyme le 21/05/2019 11:48

Dis pierrot je croyais que tu te renseignais avant de publier.

12.Posté par dr lolo974 le 22/05/2019 08:36

Bonjour MR Dupuy dite moi avant tout publication ,un journaliste avec autant de bouteille que vous ne vérifie t'il pas ses informations.....vraiment lamentable de critiquer de la sorte les médecins surtout apres informations aupres de L'ARS les deux medecins etaient vaccinés (l'un n'avait reçu que 1 vaccin sur les 2 prescrit ) cela n'impose qu'un vaccin ne garantie en rien la protection totale sans etre un anti-vax ,mieux vaut etre protegés que pas mais svp faite bien votre travail car ce sujet a deja fait couler bcp d'encre avec des conneries et des vérités bien cachées que l'on n'ose dire .....

13.Posté par Dr Anonyme le 22/05/2019 11:41

Dis pierrot tu devrais faire ton enquête sur les médecins. Ils se divisent en deux variétés.

Ceux qui soignent les malades, les mieux connus, mais qui se barrent en douce vers d'autres pays, d'autres métiers, d'autres attitudes comme réduire la cadence ou qui se font recruter avec les autres.

Et ceux qui soignent des maladies sur dossiers, qui demandent aux premiers leurs données puisqu'ils ne rencontrent pas de malades ou si peu (les médecins conseils ), ceux qui font des statistiques, des procédures, des procès aux autres. Ce sont les médecins de santé publique.

Par moments ils vivent ensemble en harmonie. Par moments ils se disputent par exemple en cas d'épidémie.

Là pour la dengue qui continue de plus belle, ils utilisent des insecticides qui tuent nos abeilles. Alors que les vétérinaires ont des médicaments qui pourraient arrêter l'épidémie.Non on ne veut rien savoir qui n'est été prouvé et validé.

Exemple de cette division : la peste de MARSEILLE de 1720. Les médecins de santé publique veulent la quarantaine dans des lazarets et laisser mourir les passagers des voiliers qui apportent la peste. Les médecins qui soignent veulent porter secours et ainsi ils propagent la maladie à toute l'Europe.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie