MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Pierrot Dupuy - Pourquoi les transporteurs bloquent la Région plutôt que la SBTPC et la GTOI ?


Les transporteurs bloquent depuis hier l'hôtel de Région et empêchent depuis ce matin les employés d'accéder à leurs bureaux.
Pourquoi la Région, avec laquelle ils n'ont aucun contrat, plutôt que la SBTPC et la GTOI, leurs donneurs d'ordres?
Et quelles solutions proposent-ils?
Nous essayons d'y voir plus clair.

Par - Publié le Mercredi 22 Juillet 2020 à 16:16 | Lu 17199 fois

Photo : Pierre Marchal / Anakaopress
Photo : Pierre Marchal / Anakaopress
Quand un dossier est compliqué, mieux vaut le reprendre depuis le début en expliquant chaque point calmement.

En 2014, la Région Réunion signe un marché de 298 millions d'euros avec un groupement constitué de la SBTPC et de la GTOI, deux filiales de multinationales, pour la réalisation d'un tronçon de 2,7 km sous forme de digue.

Pourquoi une digue plutôt que de tout faire sous forme de viaduc? Simplement pour donner du travail aux Réunionnais. La partie digue, qui coûtait 120 millions de plus, avait en outre l'inconvénient de réclamer une très haute technicité et d'employer moins de main d'oeuvre locale. C'est donc tout naturellement pour ne pas se voir accusé de ne pas faire travailler les Réunionnais que la solution digue a été choisie.

Le coût, on l'a dit, était de 298 millions.

Qui a fixé ce prix? Pas la Région mais les membres du Groupement. C'est le montant qu'ils ont avancé dans leur appel d'offres et qui leur a permis d'emporter le marché face à leurs concurrents.

Comme l'a expliqué hier Dominique Fournel, personne ne les a forcés à signer.

Que se passe-t-il aujourd'hui?

Les membres du même Groupement reviennent voir la Région en affirmant qu'ils ne peuvent effectuer les travaux à ce prix là, notamment à cause des difficultés d'approvisionnement en roches qui surenchérissent selon eux le montant du chantier. Du coup, ils demandent à la Région de payer entre 150 et 300 millions de plus, ce qui reviendrait à presque doubler cette partie du chantier.

A qui revient la responsabilité de l'approvisionnement en roches?

Au Groupement, selon les termes de leur offre.

Donc, pour résumer, les membres du Groupement s'étaient engagés en 2014 à trouver les roches pour réaliser le chantier pour 298 millions. Ils rencontrent des difficultés d'approvisionnement et demandent à la Région, donc aux contribuables, de passer à la caisse.

A ce stade de la discussion, la Région fait remarquer qu'elle est tenue par le code des Marchés publics et qu'elle ne peut donc légalement signer d'avenant au marché pour un montant qui excèderait 15% de sa valeur. C'est dans ce cadre qu'elle propose donc une rallonge d'environ 50 millions.

Autre solution : la nomination d'un médiateur qui ferait une proposition après avoir écouté les deux parties, cette proposition devant ensuite être validée par le tribunal administratif.

Le Groupement SBTPC/GTOI refuse ces deux propositions.

Et c'est dans ce contexte que les transporteurs débarquent devant la Région et décident de tout bloquer. De façon tout à fait illégale, notons le au passage.

Pourquoi venir bloquer la Région, avec laquelle ils n'ont aucune relation contractuelle?

Loin de nous l'idée de pousser les transporteurs à faire quelque chose d'illégal mais puisqu'ils ont choisi de se placer dans l'illégalité, pourquoi ne pas être allé bloquer plutôt les chantiers de la SBTPC et de la GTOI, qui sont leurs donneurs d'ordres et les seuls avec qui ils ont un contrat?

Mystère.

Faut-il y voir une manipulation politique? Ou du Groupement?

Bonnes questions...

Ils bloquent, soit. Mais que proposent-ils?

De céder aux demandes de la SBTPC et de la GTOI. C'est à dire de payer jusqu'à 200 millions d'euros de plus qu'initialement prévu.

Et quand on leur fait remarquer que c'est illégal et que ça reviendrait à faire payer par les Réunionnais la faute de deux filiales de multinationales qui ont fait l'erreur de signer un marché sans avoir pris soin de s'assurer de la possibilité de s'approvisionner en roches massives, ils répondent qu'ils n'en ont rien à faire.

Tout ce qu'ils veulent, c'est que leurs camions tournent et qu'ils puissent continuer à s'enrichir.

On n'est pas sorti de l'auberge avec des interlocuteurs pareils.

En attendant, ils empêchent les employés de la Région d'accéder à leurs bureaux et de travailler au service des Réunionnais, surtout en cette période de crise du coronavirus.

Tandis que les patrons de la SBTPC et de la GTOI vaquent tranquillement à leurs occupations...


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par jfh le 22/07/2020 16:24

Ils profitent d'un système ! point............ils CROIENT ETRE MAÎTRE § BRAVO ROBERT LÂCHE RIEN

2.Posté par Zigzag le 22/07/2020 16:33

Car la région ment !

3.Posté par FRED le 22/07/2020 16:33

Comme prévu un projet catastrophique pour la Réunion pour satisfaire les caprices politiques d'un incompétent président de Région qui coule l'une après l'autre tous les collectivités qu'il a géré.

4.Posté par LAMPION le 22/07/2020 16:33

Monsieur DUPUIS
Interrogé donc MR VIRAPOULLE.; il vous dira que lors de l'appel d'offre du groupement , il était écrit que les roches proviendrait de MADA. Cela a été dit sur Reunion radio courant 2019.

5.Posté par GIRONDIN le 22/07/2020 16:44

Et le voilà à la rescousse, 36 heures après le début du conflit et juste après le patron.
Les éléments de langage sont arrivés.

Il a pris le temps de la réflexion...... Lol..... Depuis 2015


..... l'approvisionnement en roches?
Au Groupement, selon les termes de leur offre......

Ah bon vous avez eu accès au contrat ? Si oui Alors pourquoi vous ne le publiez pas ?


Vivement 2025 pour une hypothétique fin de chantier sans roche

6.Posté par On sait pourquoi le 22/07/2020 16:47

Réponse à la question : parce qu’ils ne lisent pas le Blog de la Région dirigé par Pierrot Dupuy.

7.Posté par 7AC le 22/07/2020 16:56

Bel éclairage de la situation, et ces transporteurs savent qu'en bloquant la SBTPC et la GTOI, ils se tirent une balle dans la patte, parce qu'ils pourront après, oublier toute relation avec ces deux Entreprises.

Non, eux ils préfèrent emmerder le peuple, et lui demander encore une fois de mettre la main au portefeuille, pour alimenter leur voracité.

La vie est dure pour tout le monde, et pour eux, le chantage est leur mode de fonctionnement.

Assez de ces profiteurs, envoyez la force publique verbaliser, et mettre ces camions en fourrière s'ils ne décampent pas.

Je préfère prendre le risque ramasser un galet sur la tête en passant sous les 2.7Km restant, que de satisfaire ces abuseurs.

STOP AUX CHANTAGES !

8.Posté par Joe le 22/07/2020 16:58

Bravo robert

9.Posté par Jaw le 22/07/2020 17:02

Pourquoi la region ne met pas pénalité retard sur le chantier nrl.

10.Posté par Veridik le 22/07/2020 17:04

Quand un dossier est compliqué, mieux vaut le reprendre depuis le début en expliquant chaque point calmement.

Surtout quand c'est son financeur en ligne de mire .
Si c'était le clan a Annette on aurait déjà eu un titre et une intro sarcastiques

11.Posté par PEC-PEC le 22/07/2020 17:05

L'affaire est très claire le groupement n'est pas en mesure d’honorer son engagement. dont il est totalement responsable.C'est donc bien une affaire entre sous traitants (les transporteurs) et l'affectataire du marché (le groupement GTOI et SBTPC.
Bien entendu certains trouvent normal de s'en prendre au commanditaire du marché (la région et de préférence son président), mais ça, il fallait bien s'y attendre. Taper sur un politique c'est toujours du meilleur effet ! ! Surtout pour les pourfendeurs éternels qui ne savent que critiquer, suivez mon regard !
En voulant être bonne pour sa main d’œuvre locale la région et son personnel se trouvent à présent otages de transporteurs nantis bouche pleine qui violent la liberté individuelle, Bravo le civisme !

12.Posté par jf le 22/07/2020 17:14

Ces groupements de camionneurs. S'ils ont bien un contrat avec la SBTPC et la GTOI. Ils ont qu'à la respecté. Les Réunionnais ne sont pas là pour payer leurs erreurs...Si la Région cède, c'est la population qui sera perdante...

13.Posté par Sara le 22/07/2020 17:19

Leurs gros camions tournent c’est les mots
Pas grave créoles grèvent la faim
Du moment que caroup mong hoar vivent super bien

Bravo à la région

14.Posté par 7AC le 22/07/2020 17:22

Pour ceux qui ne comprendraient pas :

Imaginez payer un constructeur pour la réalisation d'une villa.

La villa n'est pas terminée, parce que le couvreur n'est pas d'accord de poser la toiture pour la somme prévue au départ avec le constructeur.

Et voilà le couvreur, qui vient avec sa camionnette, bloquer la sortie de votre garage, exigeant de vous un supplément !

Alors, toujours solidaires avec ces transporteurs ?

ON MARCHE SUR LA TÊTE !

15.Posté par klod le 22/07/2020 17:24

entre le pec pec et le Dupuy robert …………………. c'est pas gagné!


rappelons une chose : c'est bien le robert didier qui a dit oui aux chantages des transporteurs au lieu de choisir le tout viaduc ........................…. me trompais - je ?


je ne veux pas faire du anti robertisme primaire ( je me gausse!!!!) , mais la décision de ne pas faire le tout viaduc pour l'intérêt général des habitants de cette ile a bien était prise par robert didier sous la pression des transporteurs dit 974 : entre l'incompétence d'un "élu" et le corporatisme des transporteurs : POV REUNION !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


le tout viaduc , NON ?

16.Posté par Le Jacobin le 22/07/2020 17:56

LE PLAT CHAUT EST SERVIT PAR LE SERVITEUR Pierrot Dupuis.

Présenter de cette façon on pourrait s'asseoir à l'analyse de Pierrot Dupuis aveuglément, seulement il y a un HIC la couleuvre est trop grosse.

Il convient de souligner Monsieur Dupuis que le contrat signé par la SBTPC et GTOI était bien conforme à tout en Viaduc, seulement les élections Régionale était en ligne de mire Didier Robert était candidat à la Présidence de la Région, les transporteurs ont donc fait pression sur la Région pour obtenir leurs bout de gras en menaçant de bloquer les routes en période électorale.

C'est alors que Didier Robert propose une modification du schéma permettant ainsi au transporteurs de se faire du gras, eux aussi sur NRL.

Didier Robert a été élu Président de Région, si après signature avec SBTPC et GTOI il modifie le Schéma en promettant aux entreprises de trouver des Andins pour combler les caprices des transporteurs, par ricocher lui permette d'être élu président de Région, c'est bien Didier Robert de répondre aux besoins des transporteurs.

Avantage Thierry Robert qui a bloqué la carrière de bois blanc mettant ainsi Didier Robert devant ses promesses incongrues.

Je ne cautionne pas cette forme de prise d'otage surtout dans un monde civilisé ou la table de négociation est préférable au gros bras, mais je serai tenté de dire que les transporteurs répondent au vaniteux Didier Robert au regard de ses promesses.

Et voilà il avait oublie Monsieur OBJECTIF DÉPENSES LE CODE DES MARCHES PUBLIC, qui lui met le plafond de verre sur la tête c'est 50 Millions pas plus.

Pour finaliser les caprices de Didier Robert les entreprise demandent le surplus ce qui normale.

La région a déjà fait la tournée pour combler ses promesses aux transporteurs tout d'abord:
-Carrière de bois blanc recalé
-Roches de Madagascar recalé
-Roche de Saint André recalé
-Roche dans les champs des cultivateurs recalé

Pierrot.... pourquoi la Région se donne autant de mal à trouver des roches si il lui surfaisait de déposer plainte pour obtenir réparation ?

ZinfoPravda vous la parole.

17.Posté par Macatia le 22/07/2020 18:00

C'est parce que Didier Robert leur a menti et leur a fait de belles promesses sinon ils n'auront jamais investi dans des gros matériels.

18.Posté par Patrick le 22/07/2020 18:04

Où comment VINCI & COLAS
font littéralement les poches des contribuables.

19.Posté par Toutsofvergès le 22/07/2020 18:04

'' 9.Posté par Jaw le 22/07/2020 17:02

Pourquoi la region ne met pas pénalité retard sur le chantier nrl.''
tu oublies les enquêtes pour favoritismes et corruptions pas encore classées, le premier qui dégaine et les autres tombent.
ils se tiennent tous par les .ouilles,
Cet article, c'est aussi le retour sur aide du copain Pierrot au copain didier.

20.Posté par République le 22/07/2020 18:11

Au-dessus de tout, par-delà de tous les problèmes qui peuvent apparaitre, à quelque niveau que ce soit, la responsabilité est politique – et donc, compte tenu de la décentralisation, elle repose sur les épaules du président de la Région (et donc de sa majorité).

21.Posté par Lol le 22/07/2020 18:14

"Simplement pour donner du travail aux Réunionnais" mort de rire.... rien que gros zozo de transporteurs racailles oui...

22.Posté par renard le 22/07/2020 18:21

Ne cédez rien Mr Robert, on vous soutient.(la majorité de la population)
Vous faites ce que vous pouvez pour le bien de la collectivité.

23.Posté par JP Fanguin le 22/07/2020 18:32

Je crois la question elle est vite répondue !

24.Posté par klod le 22/07/2020 18:34

allez , sans être "devin" , la NRL est un chantier dont le "donneur d'ordre" ( j'adooore cette expression : donneur d'ordre, cela rappelle le bon vieux temps ….) a été la "région" et son staff ……………. , n'est il pas ? ……………………..

après , chacun sa route , chacun sa NRL , passe le message à ton voisin , ………..


en 2025 , pour un chantier inachevé ..................….


ha si le robert didier avait choisi le tout viaduc , il aurait peut etre sauvé son petit mandat de "commandeur de la région" …………………. là , chacun jugera ……………… ou pas .

25.Posté par Assez de Blablabla le 22/07/2020 18:41

La partie qui n'a rien à se reprocher n'a qu'à proposer de diffuser la partie du contrat qui concerne ce problème, avec l'accord de l'autre contractant. Si ce dernier refuse, il suffit de le signaler à tous les médias locaux.
Quoi qu'il en soit il y a toujours des problèmes dès que la coupe de cannes commence, dès qu'il faut reprendre la NRL...et pendant ce temps là les transporteurs roulent en BMWX6 ou autre voiture à plus de 100 000€ ici.

26.Posté par Un autre compte le 22/07/2020 18:57

Pour ceux qui ne comprendraient pas :

Mardi 26 Novembre 2013
"Lors de l'audience du Tribunal Administratif de Saint-Denis, sur le recours en référé précontractuel déposé par Eiffage (4e Européen et 3e Français avec 14 Md? de CA) contre le duopole formé des majors européens du bâtiment Bouygues et Vinci (respectivement 33,5 Md? et 38,6 Md? de CA), les avocats de ces derniers se sont défendu d'organiser un marché réservé qui placerait La Réunion sous leur contrôle.
Cette entrée en matière " en défense " des majors se comprend. Le duopole Bouygues et Vinci réunit un chiffre d’affaire (plus de 72Md d’€) de plus de 30 fois supérieur aux ressources du Département et de la Région réunis : 2,3 Md€ de budgets primitifs 2013 (Région 0,8Md€ et Département 1,5Md€).

Mais alors on peut légitimement se demander si la " bergerie " Réunion est capable d’accueillir le " loup " duopole en cas de conflit professionnel demain sur ce marché de la NRL ? Pas moins de 5 avocats s’étaient d’ailleurs déplacés au TA pour défendre leur conquête du marché face au recours du challenger Eiffage !

Le Maître d’œuvre EGIS avait-il les mains totalement libres pour protéger les intérêts de son client la Région ? La question se pose lorsque l’on apprend que le bureau d’étude dépendrait des chantiers de Vinci et Bouygues pour plus de 70% de son chiffre d’affaire en études d’exécution. Actuellement chargé par Vinci de ces études, pour plusieurs dizaines de millions d’euros, sur le chantier de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Tour-Bordeaux, EGIS serait au cœur d’un conflit d’intérêts. En était-il totalement dégagé quand il a conseillé la Région Réunion ? En se lançant dans des projets pharaoniques la Réunion s’expose aux interdépendances des majors mondiaux du BTP tant en études qu’en travaux.

Après l’audience qui s’est tenue au tribunal administratif le 21 novembre, plusieurs questions se posent en matière de concurrence.

1- Pourquoi la Région, sûre de son dossier et non moins informée que les Réunionnais du recours d’Eiffage, n’a pas attendu l’issue du référé précontractuel ?

À l’échelle pharaonique de cette opération, il est peu fairplay de demander le rejet du référé sur un motif aussi futile qu’un retard de notification de deux ou trois jours. La polémique des juristes semblait incongrue car la signature des marchés de Bouygues et Vinci pouvait bien attendre quinze jours, quand ce chantier de 7 ans doit démarrer mi-2014, c’est-à-dire dans 6 mois.

Mais tandis que D. Fournel, vice-président de la Région, dit à la presse (Quotidien du 27/10/13) " attendre avec sérénité les motifs du recours", il prétexte ensuite n’avoir pas été informé par Eiffage de son recours dans le délai formel, pour précipiter la signature des dits marchés. Me Yann Aguila, avocat du requérant n’est pas seul à soupçonner dans cet empressement une manœuvre visant à compliquer la procédure de référé précontractuel.

2- Pourquoi Bouygues et Vinci ont-ils préféré s’allier ensemble plutôt qu’avec un challenger, Eiffage quand on sait leur concurrence ici, par filiales interposées ?

Alors qu’ils se font une concurrence féroce en Europe sur des projets similaires, leur avocat Me François Balique justifie leur alliance sur les 5,4 km de viaduc par la complémentarité technique des deux groupes. Il s’agit, rappelle-t-il, de faire face aux défis " d’une autoroute en mer, à 48 piles, aux fondations profondes de 20 à 30 m, dans une géologie sous-marine inconnue, en zone sismique et cyclonique de surcroît ! "

Pourtant, nul ne doute de la faculté de chacun de nos trois majors à se présenter face à ces défis, en concurrence, séparément sur ce marché, avec leurs cotraitants spécialistes respectifs et la logistique de leurs filiales locales.

En outre, avec le recours indemnitaire de 170 M€ du consortium Tram’Tiss (mai 2013), toujours au TA de St Denis, Bouygues dispose seul d’un atout qui favorise son offre face à la concurrence. Alors pourquoi partagerait-il cet avantage avec d’autres ? Qu’est-ce qui a poussé Bouygues à se rapprocher de Vinci ? Et Vinci pouvait se rapprocher d’Eiffage contre Bouygues !

3- Pourquoi le groupement Vinci et Bouygues n’a-t-il pas présenté d’offres concurrentes sur la digue, laissant leur filiales SBTPC et GTOI seules face à un major, Eiffage ?

Alors que nos champions nationaux, Vinci et Bouygues, se défendent " d’assécher la concurrence sur la NRL par leur groupement ", comme le leur reproche Eiffage, la Région attribue le marché des 3,6 km de digue au groupement formé par leurs filiales locales respectives SBTPC et GTOI. Ces filiales n’ont pas choisi de se rapprocher individuellement d’Eiffage pour contrer leur concurrent habituel. En effet, SBTPC pouvait s’allier à Eiffage pour écarter GTOI ; de même, GTOI pouvait conforter sa position en s’alliant à Eiffage.

Bien que l’offre retenue (de SBTPC/GTOI) pour la digue soit plus chère que le viaduc au km, elle a été jugée préférable à celle du groupement d’Eiffage. Ce dernier aurait été contraint d’importer son enrochement massif d’Arabie à cause des prix élevés qui lui étaient proposés sur l’ile. Et comme il s’en offusquait, l’avocat de GTOI s’est défendu de toute accusation de manœuvre des carriers contre son concurrent (Eiffage) " puisqu’il n’y a pas de roche massive à La Réunion " a-t-il affirmé à l’audience du TA !

Mais, quand-même, si le prix élevé est le résultat de l’absence, ou de l’insuffisance de roche massive à La Réunion, et donc de l’obligation d’importation d’Eiffage, alors où se fournit le groupement GTOI/SBTPC ? Comment se fait-il que l’obstacle du prix d’extraction des roches n’ait pas joué de la même façon entre les concurrents et que l’un soit contraint d’importer et pas l’autre ? Admettons que le handicap soit partagé, alors d’où vient l’écart de prix des offres ? Les moyens de transport et de mise en œuvre des roches massives sur les digues ont-ils fait à ce point, la différence entre eux ? On ne peut que spéculer…

La lecture du rapport d’analyse du maître d’œuvre EGIS serait riche d’enseignement quant aux sites d’extraction des matériaux choisis dans ou hors du Schéma Départemental des Carrières (SDC).

Par ailleurs Eiffage n’a-t-il pas été canalisé vers l’importation par un cahier de charges du maître d’œuvre EGIS autorisant l’approvisionnement en mer ou hors de l’ile, alors que la DUP ne le prévoyait pas ?

Tout cela explique pourquoi SBTPC et GTOI se sont engagés dans une course contre la montre pour obtenir les autorisations d’ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement) nécessaires à l’ouverture de carrières nouvelles qui n’avaient pas été listées dans le dossier de DUP …

4- Au final, la Région Réunion a-t-elle bénéficié des meilleures offres, celles économiquement les plus avantageuses, grâce à la mise en concurrence ?

À 132 M€, le prix du km de viaduc est, contrairement à toute attente, inférieur à celui de la digue vendu à 133 M€. Eiffage avait présenté un prix inférieur pour seulement 240 m de viaduc à la Grande Chaloupe à 129M€/km. Mais sur le viaduc principal, son offre qui privilégiait un " accès terrestre " au chantier en mer par débarcadère provisoire, aurait été jugée moins intéressante, au point de réduire à néant tout le bénéfice d’un meilleur classement sur les prix.

À cette échelle d’opération pharaonique, on peut aussi s’étonner qu’aucun critère de jugement n’ait été prévu pour départager les offres concurrentes sur leur impact économique et social. Eiffage revendique à ce propos une mobilisation supérieure des emplois et des entreprises locales. L’entreprise suit par-là les vœux publics de la Région et de l’Etat de relancer l’économie et l’emploi par la NRL ! Tout un paradoxe…

Il serait donc aussi intéressant de connaître les avis du maître d’œuvre EGIS, tant sur les prix et les techniques constructives proposées pour le viaduc que sur l’impact économique et social des offres. À ce propos, on ne s’étonnera pas qu’Eiffage proteste de n’avoir toujours pas reçu le rapport motivant le refus de son offre par la Région, suite à sa demande…

Alternatives Transports Réunion ATR-Fnaut"

27.Posté par Hugh le 22/07/2020 19:08

Pourquoi ?
Je dirais: " Parce que c'est moins long à prononcer que SBTPC et GTOI ? "

28.Posté par Dj974 le 22/07/2020 19:13

Des mots, des mots, tout est enregistré aujourd’hui, repassez les vidéos et on verra bien.

29.Posté par Bleu outre mer le 22/07/2020 19:18

Pour nous simplifier la vie, peut ont avoir le contrat pour savoir réellement qu'est ce qui à été écrit......

Ce qui parait clair c'est qu'il a de l'enfumage, qui tire les ficelles????
Zinfos à vouloir défendre le Sieur Robertix, ne valide pas votre crédibilité........

30.Posté par Thierrymassicot le 22/07/2020 20:03

Klod à tout bien résumé dans son post 15: Le péché initial vient de la région pour faire bosser les transporteurs, il a opté pour le plus disant, et par conséquent que les finances publiques contribuent à cette différence de plus de cent millions d '€.. Est ce légal ? On verra mais des doutes PNF.. Bref que Didix se démerde avec ses créatures, avec les monstres qu'il a créé.

31.Posté par Plouf le grand plongeoir le 22/07/2020 20:06

L'intérêt général c'était le tout-viaduc

Le reste c'est des arrangements, comme d'habitude...
Des promesses, de la politique..

Et on commence à remuer le fond de cuve, ça sent pas bon..

32.Posté par JORI le 22/07/2020 20:06

Que les collectivités arrêtent de leur donner du boulot. D'autant plus quand on sait que certain ne paie même pas ses impôts dûs ! 😂 😂

33.Posté par z''''''''''''''''endettes'''''''''''''''''''''''''''''''' le 22/07/2020 20:17

toujours les CAROUPAYE ET MONGIN QUI PARLENT LA BOUCHE PEINE!

ILS TERORISENT LES REUNIONAIS AVEC LEURS CAMIONS!

QUE FAIT LE PREFET RESPONSABLE DE L'ORDRE.

34.Posté par Marché public le 22/07/2020 20:23

Une précision : dans un marché public surtout de cette ampleur c'est la collectivité qui fournit une estimation des travaux, basée sur une étude technique sérieuse tout le problème vient de là! Le groupement n'était pas obligé de s'aligner mais s'il voulait travailler il était bien obligé !

35.Posté par Boy le 22/07/2020 20:34

Ce n'est pas une volonté de protéger dieux et consorts.
Marché conclu et approuvé prenez vos responsabilités et assumer les.
Arrêter de tirer sur le président de région.
Quand gramoun Paul à fait sa route personnes ne sont venus pour l'en empêcher.
Aujourd'hui par ce que c'est Mr Robert on veut l'accusé de touts les maux.
Il faut arrêter à un moment et prenez et assumer merde

36.Posté par DIDIER NAZE le 22/07/2020 20:34

PIERROT, merci de relater.....la VÉRITÉ ....et de faire l historique ......DE.. CE QUI AVAIT ÉTÉ ACTÉ PAR CE FAMEUX...GROUPEMENT !!...SANS PLUS DE COMMENTAIRES

AH SI UN COMMENTAIRE DE PLUS....CEUX QUI SE REVENDIQUENT. ...PORTE PAROLE DES REVENDICATIONS. ....SE SONT DES CRÂNES. ...CREUX !!...MAIS SOYONS BON ET INDULGENT. ....SE NE SONT QUE DES CAMIONNEURS. ....MANIPUALABLES.....ET CORVÉABLES. ...COMME AVANT 1848 !!😑😐😯.....JE SUIS NOSTALGIQUE DU TEMPS BÉNI DES COLONIES.....AU MOINS TOUT CE PETIT PEUPLE ETAIT...SOUS CONTRÔLE. ..ET IL N Y AVAIT DE PROBLÈME !!...NOSTALGIE. ...NOSTALGIE !!...

37.Posté par Et moi etmoi le 22/07/2020 21:08

NOUVELLE ROUTE LITTORAL (NRL) : RECOURS D'EIFFAGE AU TRIBUNAL ADMINISTRATIF, ET ENSUITE ?
par MICHEL DELAPIERRE 18/11/2013 8763 1
Premium avec Multipass

LES EXPERTS
Le projet de la NRL (vue d'artiste) coûterait plus de 2,4 milliards
d'euros à l'horizon 2020, contre les 1,6 milliard prévus
initialement...

Jeudi 21 novembre, tous les acteurs de la Nouvelle Route du Littoral auront les yeux tournés vers le Tribunal Administratif de Saint-Denis de la Réunion. Ce dernier auditionnera en effet les principaux acteurs autour du recours engagé par Eiffage le 25 octobre dernier et visant à faire annuler l'attribution des deux principaux marchés du projet : le lot viaduc pour 715 millions d'euros et le lot digues pour 479 millions, tous deux remportés par le groupement Vinci Bouygues. Retour sur les trois semaines écoulées. Lorsque le 27 octobre dernier, le vice président du Conseil Régional délégué à la NRL Dominique Fournel, réagissait au recours déposé par Eiffage dans les colonnes du Quotidien de la Réunion, il semblait particulièrement serein. Il qualifiait ainsi cette action en référé « d'opération de com » et précisait que ce n'était pas « les 20 jours de délai qui vous nous empêcher de voir plus loin » (Quotidien de la Réunion – 27/10/13) - les vingt jours en question étant le délai imparti au Tribunal Administratif pour rendre sa décision. Il est vrai que depuis le lancement du projet, rien n'a semblé faire dévier le Conseil Régional de son objectif. Qu'il s'agisse du recours engagé par l'opposition régionale contre la Déclaration d'Utilité Publique accordée à la NRL, des protestations en provenance d'associations citoyennes et environnementalistes ou des dérogations accordées par l'Etat, la Région est toujours parvenue à imposer ses choix et à surmonter les obstacles. Pourtant, durant les trois dernières semaines, outre le recours d'Eiffage, les opposants au projet (Association Transport Réunion, Collectif Non à la NRL, Collectif de protection de la Ravine des Lataniers, Réagissons !) n'ont pas désarmé, loin de là. Lors d'une conférence de presse organisée mercredi 13 novembre, ces derniers ont ainsi non seulement fait part de leur détermination à ne rien lâcher mais ils ont également démontré leur capacité à renouveler leurs arguments et à les aiguiser. En se basant sur les données de la Région, ils ont réalisé un calcul serré de l'ensemble des coûts du projet. Leurs résultats diffèrent quelque peu des chiffres officiels. Le coût total de la NRL se situerait ainsi aujourd'hui à 1,76 milliard d'euros et non à 1,6 milliard. Leurs projections sur 2020, date à laquelle doit être livré le chantier, sont encore plus alarmantes. Avec les travaux additionnels inhérents à ce type de chantier et les révisions normales des prix, le coût final atteindrait 2,44 milliards d'euros. La part financée par la Région passerait donc de 669 millions d'euros à 1,387 milliard, soit près du double par rapport à ce qui est officiellement annoncé. Des chiffres inquiétants pour les finances de la collectivité et qui appellent une réponse argumentée de la part de l'exécutif régional. Un tel investissement se justifie-t-il dans le contexte actuel comme le soulèvent certains opposants ? N'y a-t-il pas de meilleure utilisation des fonds en termes d'investissements pour créer des emplois ? De son côté, la Région n'a pas chômé depuis le 15 octobre, date de la commission des marchés. Sans attendre la décision du Tribunal Administratif concernant le recours d'Eiffage, ni l'issue de la consultation publique concernant les dérogations sur les espèces protégées, les marchés ont été signés le 28 octobre et officiellement notifiés aux entreprises le 6 novembre. Lors d'une cérémonie de signatures à l'hôtel de Région, le Président Didier Robert qualifia ce rendez-vous d' «éminemment solennel et majeur », doté d'une « force symbolique toute particulière ». Le message à l'attention des acteurs publics et privés était limpide : la NRL doit se faire selon les modalités et le calendrier choisis par la Région. Une telle précipitation n'est-elle pas de nature à fragiliser juridiquement l'ensemble des dernières décisions et ce quelle que soit l'issue du recours engagé par Eiffage devant le Tribunal Administratif ? Une attitude qui contraste, quoiqu'il en soit, avec les propos sereins tenus par Dominique Fournel quelques jours auparavant. Quelles que soient les raisons de cette dramatisation parfaitement orchestrée, une chose est claire : le Conseil Régional de la Réunion ne souhaite s'attarder ni sur les chiffres du projet, ni sur les récentes décisions concernant l'appel d'offre. Il semble pourtant que Didier Robert ne pourra se soustraire longtemps à cette exigence. Alors que les opposants préparent différents recours contre certains aspects de ce projet, il se murmure que l'Union européenne s'intéresse de près au déroulement de l'appel d'offres. Si Bruxelles estimait que la procédure n'a pas respecté les règles d'une saine concurrence, un thème qui lui est cher, elle pourrait remettre en cause les financements FEDER sur ce projet. La semaine qui s'ouvre promet en tout cas d'offrir de nouveaux rebondissements dans ce dossier. Interrogée par nos soins, la société Eiffage n'a pas souhaité faire de commentaire mais s'est déclarée déterminée à utiliser tous les moyens juridiques à sa disposition afin de faire reconnaître son bon droit. Le Tribunal administratif n'est sans doute qu'une étape.

38.Posté par Le contexte le 22/07/2020 21:12

la justice se penche sur la régularité de l’attribution, et en particulier sur la commission d’appel d’offres d’octobre 2013. « Je n’ai jamais vu de commission se tenir dans des conditions semblables », dénonce Yasmina Penchbaya, conseillère régionale d’opposition du parti Alliance, qui a assisté au vote des deux plus gros marchés.
« Je n’ai eu accès aux documents qu’une poignée de minutes, un pavé de plusieurs centaines de pages, ajoute l’élue. Lorsque j’ai demandé pourquoi on ne nous avait pas transmis les éléments plus tôt, il m’a été répondu : « c’est confidentiel ». Par la suite, aucun membre de l’opposition n’a pu avoir accès aux documents de l’appel d’offres. » Ni aux rapports d’analyse. Alors que le code des marchés publics impose que ces documents soient rendus publics.
Le conseil régional dément : « Tous les rapports ainsi que l’ensemble des documents de procédure étaient disponibles à la consultation des élus, auprès de la Direction des affaires juridiques et des marchés, et ce bien en amont de la séance. Plus largement, les élus ont été associés aux grandes étapes de l’analyse des offres. »
L’opposition n’est pas la seule à dénoncer des anomalies. Le groupe de BTP Eiffage, candidat malheureux contre le groupement Vinci-Bouygues, a déposé plusieurs recours devant la justice administrative. Après avoir perdu en référé, l’entreprise a attaqué sur le fond. Le recours d’Eiffage, que Mediapart s’est procuré, dénonce la manière dont les lots ont été découpés, le délai très court d’examen des offres et l’absence de motivation des décisions de rejet. Eiffage affirme enfin que des courriers auraient été « rédigés à l’avance ».
Ce recours ne devrait pas être jugé avant au moins un an: bien après les élections. Didier Robert mise sur la lenteur des procédures administratives et judiciaires. S’il est réélu en décembre, il fera tout pour mener à bien son projet de route, dont le chantier a déjà démarré.

39.Posté par techer le 22/07/2020 21:36

Qui , un jour, a connu un transporteur qui analyse et reflechit?
Voilà pourquoi on en est la!
Eux;, c'est POGNON POGNON le reste ils s'en f....§

40.Posté par Thierrymassicot le 22/07/2020 23:00

36.Posté par DIDIER NAZE le 22/07/2020 20:34

STP Didier, je réitère...Tu peux arrêter tes majuscules? Tu me cries dans mes yeux!! Avec toi, je " vois le bruit "...Merci,d'arrêter d'être assourdissant ek tes grandes lettres?

41.Posté par Adolphe benito le 22/07/2020 23:21

La Crc pourrait elle se pencher sur ce marché et faire la lumière..??

5.
Deux trois journalistes n'a tjs un roche..

42.Posté par Jambalac le 23/07/2020 00:17

En attendant qui sont les couillonés par ces élus ? Les réunionnais.......

43.Posté par CONTRIBUABLE le 23/07/2020 06:16

QUE NOS DÉPUTÉS EUROPÉENS DILIGENTENT UNE ENQUÊTE POUR DÉNOUER LE VRAI DU FAUX ET SANCTIONNER LES RESPONSABLES QUI ONT MODIFIE LE PROJET INITIAL EN COURS DE ROUTE A DES FINS ELECTORAL IL N Y AS PAS QU UN SEUL HOMME QUI DOIT ASSUMER CETTE RESPONSABILITÉ C EST TOUTE SON ÉQUIPE A LA RÉGION QUI DOIT ÊTRE SANCTIONNE CAR ILS SONT TOUS D ACCORD AVEC LE PHARAON QUE L EUROPE RÉAGISSE ET PRENNE DES SANCTIONS AFIN QUE CE GENRE DE GÂCHIS DE L ARGENT PUBLIC CESSE ENFIN AS-T-ON PEUR DE CELUI CIL EUROPE EST AUSSI RESPONSABLE DE FERMER LES YEUX QUE LE PARLEMENT EUROPÉEN S EMPARE DE CETTE AFFAIRE?

44.Posté par DIDIER NAZE le 23/07/2020 06:17

A post 40, ok je prends en compte ta remarque , mais c est je dirais la retranscription de ma colère. ..et parfois il est difficile de se....retenir !.....je veillerais a éviter de te crier dans les ....yeux ☺....en sachant qu en fonction des sujets, il y aura de temps en temps un ou deux mots en majuscule.

Bonne journée.

45.Posté par oli109 le 23/07/2020 04:30

Bravo Pierrot pour ce point très clair, je pense qu'une fois de plus les transporteurs ouve zot bouche pour avoir la tétée !! Au détriment des fonds public.

46.Posté par Business le 23/07/2020 07:05

Pour faire court, la Région a une entente morale et illicite. elle a promis du travail aux transporteurs crédules qui ont investis lourdement. La Région a promis de peser de tout son poids pour la création des carrières, peine perdue, personne n'a misé sur la détermination du peuple. Aujourd'hui pour trouver des roches, le groupement doit investir et se retrouve déficitaire. Le groupement s'est auto baisé en faisant confiance au pouvoirs du politique sur les carrières. Aujourd'hui le groupement est tenu par ses contrats et à moins de devoir payer bcp plsu que les roches, cad, les frais de justice et de pénalités de retard, elle devra se bouger et finir son engagement. Ultime manipulation, envoyer les syndicats des GROS transporteurs au combat en leur faisant miroiter une ristourne de 150 à 200M de plus .... Elle est là la réalité. A se demander ce que fait l'ETat et la Région en pure état de létargie face à ce groupement qui pèse 75mds. D'autre enjeux sont en cours derrière sur d'autres gros chantiers nationaux et l'Etat ni la Région ne peuvent plomber ce consortium... Ele est là la réalité, une France a double vitesse ou les multinationales gouvernent. Un bel exemple avec la bipolarisation du marché réunionais avec HAYOT et LECLERC .... Aux armes les moutons, bêêêêêê ......

47.Posté par almuba le 23/07/2020 08:19

Si leur action est illégale il faut les faire dégager, point barre et engager des actions en justice pour leur faire payer le prix fort.
Ras le bol d'être toujours pénalisé par une poignée de mécontents hors la loi.

48.Posté par Mangceriz le 23/07/2020 08:43

pourquoi les transporteurs ne bloquent pas GTOI ET SBTPC??? C'est claire comme de l'eau de roche voyons.... ils sont de mèche!!! Dans les associations de transporteurs qui ont été créées pour soi disant distribuer le travail aux entreprises de transport il ya une minorité qui se payent la part du lion car ils ont des ententes cordiales avec certains dirigeants du groupement NRL! par conséquent comment ils pourraient bloquer GTOI???
Ce ne sont pas les transporteurs qui s'enrichissent... malheureusement ce sont de pauvres marionnettes coincés par leurs crédits et endettements. ce sont les meneurs des transporteurs les gros coupables... qui n'ont pensés qu'a leur enrichissement personnel et qui sont entrain de ruiner le contribuable Et prendre les Réunionnais pour des cons!





49.Posté par ORFELLE Patrick le 23/07/2020 09:04

Mais c'est pas la SBTPC et la GTOI qui ont fait des promesses aux transporteurs c'est bien la Région à travers son Président qui ne pensait qu'a sa réélection en rentrant dans le jeu des transporteurs qui a modifier son projet qui était tout viaduc au départ pour réaliser 2,7 km de digue pour que les transporteurs ont leur part de gâteau dans ce projet. En politique c'est rare qu'on respecte les promesses et en même temps les promesses n'engagent seulement ceux qui ont cru.

50.Posté par DAN RUN le 23/07/2020 09:31

Oui et Non votre article M. DUPUY Pierrot .

1 / Le pouvoir économique se trouve à la Région

2 / 2 V. Pdts représentent les sociaux professionnels au sein de l'assemblée et bureau de la Région qui mieux placé pour porter la parole des membres du Groupement .
A ce jour ces 2 Pdts ont disparu des écrans du radar des chambres consulaires .

3 / La violence est mauvaise conseillère peut être ce que souhaite l'actuel Pdt de Région qui a bout d'argument parce que plus rien ne fonctionne politiquement parlant , il ne fait que ramasser des vestes électorales ...

4 / A ne pas oublier que pendant les élections municipales de juin dernier les membres du Groupement se sont tus . Leur revendication est JUSTE et mérite une attention .

5 / Tout le monde a droit à une seconde chance mais l'actuel Pdt de Région est vide , totalement vide de réponse constructive , ce type reste droit dans ses bottes comme d'autres ont été virés sans qu'on demande leur avis en politique .

6 / Personne manipule personne dans cette action , a pris soins de les écouter . Leur cause est : MARCHE OU CREVE .... Vu Pierrot !

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes