MENU ZINFOS
Economie

[Pierrot Dupuy] La vérité sur les chiffres de l'emploi à La Réunion


Par - Publié le Vendredi 31 Janvier 2020 à 16:53 | Lu 3318 fois

Le gouvernement d'Emmanuel Macron se vante de la chute du chômage. Et notamment du fait que la Guadeloupe soit le territoire de France où le chômage a le plus reculé.

Mais quand on regarde non pas le chômage, mais le taux d'emploi, on constate qu'en 2018, ce taux a bien chuté.

Quelle différence me direz-vous entre taux de chômage et taux d'emploi?

Pour faire simple,
le taux de chômage c'est la part de la population active qui n'a pas d'emploi. Sachant que la population active, c'est ceux qui ont un emploi ou qui en cherchent.

Le taux d'emploi, c'est la part de la population en âge de travailler qui a un travail. La différence, c'est que cet indice prend donc également en compte ceux qui ont arrêté de chercher du travail, les femmes au foyer, les handicapés lourds, les gens qui sont juste désespérés et qui ont arrêté de chercher, les étudiants...

Vous comprendrez aisément que ce dernier taux est bien donc plus intéressant et "parlant".

Donc, quand un gouvernement annonce une baisse du chômage, une partie de la baisse viendra certes de ceux qui se seront remis à chercher sérieusement du travail, mais une autre partie viendra également de ceux qui auront abandonné totalement l'idée d'en trouver ou qui se seront fait radier contre leur gré.

Du coup, on ne peut pas toujours dire qu'une baisse du taux de chômage signifie obligatoirement qu'une société se porte mieux. Ça peut aussi camoufler une société où les pauvres sont encore plus pauvres. Alors qu'une hausse du taux d'emploi, c'est toujours une bonne nouvelle.

D'après les chiffres d'Eurostat que nous publions ci-dessus, il ressort pour notre île (la courbe en rose dans le graphique) qu'après une forte et régulière croissance du taux d'emploi jusqu'en 2016, ce dernier a tout aussi fortement chuté depuis cette date...


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par agent 0 le 31/01/2020 17:30

Du coup, on ne peut pas toujours dire qu'une baisse du taux de chômage signifie obligatoirement qu'une société se porte mieux. Ça peut aussi camoufler une société où les pauvres sont encore plus pauvres. Alors qu'une hausse du taux d'emploi, c'est toujours une bonne nouvelle.
----------------------------------------------------------------------



L’indice de développement humain (IDH) «est un indice statistique composite, créé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990 pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde. L’IDH se fonde sur trois critères majeurs : l’espérance de vie, le niveau d’éducation et le niveau de vie.»

L’IDH est connu au Canada grâce entre autres à Jean Chrétien qui, en se servant de ses résultats, aurait dit à plusieurs reprises que le Canada est le «plus meilleur pays du monde» (en fait, je ne trouve aucune source fiable sur le fait que M. Chrétien aurait vraiment dit «plus meilleur», se contentant de «meilleur»…). Il est vrai que le Canada s’est classé premier plusieurs années consécutives selon cet indice vers la fin des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990.

Le présent billet vise à préciser la contribution d’Amartya Sen dans la conception de cet indice. Il fut en effet un des principaux concepteurs de l’IDH et a d’ailleurs reçu le Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel (appelé communément et erronément «prix Nobel d’économie») en 1998, en partie en raison de sa contribution à l’IDH. Pour ce billet, je me baserai en grande partie sur un document de Maroine Bendaou diffusé sur le site Économie autrement, intitulé Des travaux d’Amartya Sen à l’indice de développement humain.

Sen et l’approche des capabilités

Pour bien comprendre comment Sen en est arrivé à développer l’IDH, il faut tout d’abord aborder l’approche des capabilités, qui représente selon moi sa contribution théorique la plus importante. Sen a en effet toujours contesté l’utilitarisme des néoclassiques – plus particulièrement l’optimum de Pareto («état de la société dans lequel on ne peut pas améliorer le bien-être d’un individu sans détériorer celui d’un autre.») – et même la notion des biens premiers de Rawls.

En fait, Sen et Rawls s’entendent que la justice repose sur la possibilité de tous de pouvoir se réaliser, choisir la vie qu’ils veulent mener. Toutefois, Rawls considérait que cet objectif peut être atteint grâce à un ensemble de «biens premiers». C’est justement là-dessus que Sen s’éloigne de Rawls. Il considère en effet que la «capabilité» de transformer des biens en liberté de choisir la vie qu’on veut mener varie grandement selon les individus. Ainsi, la liste de biens premiers nécessaires pour se réaliser, y compris pouvoir participer à la vie de la société, peut être très différente d’une personne à l’autre. Un invalide aura par exemple besoin de plus de ces biens et de biens différents qu’une personne en santé.

Sen reproche aussi à Rawls de trop se concentrer sur les moyens d’atteindre la liberté (avoir accès aux biens premiers) et pas assez sur les possibilités effectives d’une personne de se réaliser. L’important n’est pas ce qu’une personne accomplit (elle ne l’a pas nécessairement choisi), mais ce qu’elle peut accomplir, de façon à ce qu’elle puisse vraiment choisir ce qu’elle veut accomplir selon ses goûts, ses préférences et ses aspirations.

«Sen utilise souvent l’exemple d’un individu jouissant d’une certaine aisance matérielle, qui choisit volontairement de jeûner. Si l’on s’en tient à la nourriture, cet individu adopte le même fonctionnement qu’un autre qui est contraint à la famine, à la différence que le premier dispose d’un ensemble-capabilité nettement différent; il a le loisir de se remplir la panse s’il en a envie, ce qui n’est pas le cas du second.»

Il y a de nombreuses raisons qui expliquent pourquoi nous ne possédons pas tous les mêmes «capabilités» de transformer un ensemble de ressources données en réalisations :

«les facteurs personnels de conversion, comme la condition physique, le sexe ou l’aptitude intellectuelle d’un individu, ou encore les facteurs sociaux de conversion, comme les politiques publiques, les normes sociales ou religieuses, les pratiques discriminatoires, l’existence de rôles sexués, les hiérarchies sociétales, les relations de pouvoir, et aussi les facteurs environnementaux de conversion telle l’influence du climat ou de la géographie.»

De l’approche des capabilités au développement de nouveaux indicateurs

«Dans le modèle senien, les ressources, biens et services ou droits octroyés par l’État sont examinés en fonction des réalisations qu’un individu peut accomplir grâce à eux»

Si un grand nombre de facteurs peuvent influencer la capabilité des gens de transformer des ressources en réalisations, Sen croit qu’elle dépend «avant tout d’une configuration économique, sociale et politique.»

«Par exemple, l’existence de services d’éducation, de santé ou autres multiplie la liberté substantielle qu’ont les personnes de vivre mieux. Ces services influent sur la qualité de vie individuelle (suivi médical, prévention de la morbidité évitable et de la mortalité prématurée) et favorisent également une participation plus effective aux activités économiques et politiques.»

Pour pouvoir développer un indicateur qui puisse «mesurer la qualité de vie ou les capabilités, voire la liberté réelle» Sen rejette d’emblée les méthodes qui prévalaient à l’époque et encore maintenant, comme le PIB :

«Lorsque l’on tente d’évaluer ces derniers éléments par le PNB, soutient Sen, l’on verse inéluctablement dans le «jugement» en accordant un poids à certains critères plutôt qu’à d’autres. Il ajoute même que de toute façon, une évaluation fondée strictement sur le revenu réel est limitée, car elle «impute un poids direct égal à zéro, à toutes les variables autres que les possessions (en particulier, à des variables aussi décisives que la mortalité, la morbidité, l’éducation, les libertés, et les droits reconnus).»

Je me permettrai ici de préciser que le revenu réel ne permet même pas d’évaluer les «possessions» de quelqu’un. En effet, le revenu est un flux qui représente ce qu’on reçoit dans une période donnée (en général un an), tandis que les possessions sont un stock qui représente tout ce qu’on a accumulé. On peut très bien, au cours d’une année donnée, avoir un revenu élevé et peu de possessions et vice-versa. Cela dit, voici ce qu’il propose

«D’un point de vue méthodologique, il est nécessaire d’assigner, à chaque composante de la qualité de vie (ou du bien-être) son propre poids d’évaluation, et cela d’une manière explicite, puis de soumettre les poids ainsi définis à la discussion publique et à l’examen critique. Le choix des critères destinés à l’évaluation suppose des jugements de valeur et, le plus souvent, des jugements sur lesquels il n’est pas possible de parvenir à un accord. (…) Bien entendu, il s’agit d’une question centrale dans la définition de la base d’évaluation des politiques publiques.»

Bref, il propose quelque chose qu’il sait presque impossible à réaliser. Ce qui n’empêche pas son raisonnement d’être impeccable et démocratique!

Le développement humain et son indicateur

Comme on peut le déduire des paragraphes précédents, Sen est peu intéressé à limiter la mesure du bien-être à la seule la croissance économique, qui est un objet quantitatif calculé à partir de l’augmentation du PIB d’une année à l’autre, mais il l’est bien davantage par le développement, qui est «un objet qualitatif et irréversible, qui s’observe sur une plus longue période».

L’IDH est loin d’être le premier indicateur qui tente de regrouper des variables autres que monétaires à un indicateur, mais les tentatives précédentes n’ont pas eu d’impact significatif. Le succès de l’IDH s’explique sûrement par le fait qu’il ait été diffusé par l’ONU, et surtout qu’on ait pris soin de bien définir son objectif, soit de mesurer le développement humain. Pour mesurer quelque chose, encore faut-il le définir, ce qu’a fait le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) :

«Le développement humain est un processus qui conduit à l’élargissement de la gamme des possibilités qui s’offrent à chacun. En principe, elles sont illimitées et peuvent évoluer avec le temps. Mais quel que soit le stade de développement, elles impliquent que soient réalisées trois conditions essentielles : vivre longtemps et en bonne santé, acquérir un savoir et avoir accès aux ressources nécessaires pour jouir d’un niveau de vie convenable. Si ces conditions ne sont pas satisfaites, de nombreuses possibilités restent inaccessibles.»

On voit dans cette définition l’empreinte de Sen par la mise en application de son concept des capabilités.

2.Posté par agent 0 le 31/01/2020 17:33

la liste de biens premiers nécessaires pour se réaliser, y compris pouvoir participer à la vie de la société, peut être très différente d’une personne à l’autre. Un invalide aura par exemple besoin de plus de ces biens et de biens différents qu’une personne en santé.

Sen reproche aussi à Rawls de trop se concentrer sur les moyens d’atteindre la liberté (avoir accès aux biens premiers) et pas assez sur les possibilités effectives d’une personne de se réaliser. L’important n’est pas ce qu’une personne accomplit (elle ne l’a pas nécessairement choisi), mais ce qu’elle peut accomplir, de façon à ce qu’elle puisse vraiment choisir ce qu’elle veut accomplir selon ses goûts, ses préférences et ses aspirations.

3.Posté par Ah le 31/01/2020 18:32 (depuis mobile)

Estce que nous pouvons aussi avoir la vérité sur le budget de La Région?

4.Posté par GIRONDIN le 31/01/2020 19:24


D'après les chiffres d'Eurostat que nous publions ci-dessus, il ressort pour notre île (la courbe en rose dans le graphique) qu'après une forte et régulière croissance du taux d'emploi jusqu'en 2016, ce dernier a tout aussi fortement chuté depuis cette date...



Développement économique local est de la compétence de la RÉGION RÉUNION :

-
Grands chantiers régionaux, Plan Régional d’Aides aux Communes, emplois verts, innovation, tourisme, numérique, agroalimentaire, énergies nouvelles, pêche et aquaculture.

Région Réunion

Pour rappel, La Région Réunion, pilote du Schéma Régional de Développement Économique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII) a identifié 6 filières économiques à développer à La Réunion


Donc Un plantage de plussssse !

5.Posté par Pro no stick le 31/01/2020 19:38 (depuis mobile)

Enfin.. C'est pas faute de 'avoir dit depuis des lites.. Le taux de chômage au sens du bit est une bêtise.. Seul le taux d' emploi correspond à une réalité.

6.Posté par Marc le 31/01/2020 20:42

4. Inexact.

1°) le développement économique est une compétence de la région mais pour de la planification et certaines aides (notamment aux entreprises en difficulté). Énormément d'outils restent nationaux, à commencer par la politique fiscale mais aussi par exemple la BPI ou Business France.

2°) Le service public de l'emploi est une compétence nationale, auquel les régions ne sont que des "participants": https://www.vie-publique.fr/fiches/37982-service-public-de-lemploi-spe-etat-pole-emploi-afpa-unedic . Les emplois aidés ou l'apprentissage, depuis des réformes récentes, sont largement de la responsabilité de l'Etat.

7.Posté par Laurent le 31/01/2020 21:40 (depuis mobile)

A girondin le nul socialiste anti region n''oubliez pas vous le puit de science progressistes que la region n''est pas seule en développemt économique mais aussi les communautés de communes donc la cirest le tco ou la cinor. Alors taisez vous un peu

8.Posté par Dagober le 31/01/2020 22:05 (depuis mobile)

Vivement les prochaines élections présidentielles !!

9.Posté par Veridik le 31/01/2020 23:37 (depuis mobile)

Viva Girondin ! Sus aux capareur régionaux ! Oukilé le développement de mon île! !

10.Posté par JORI le 01/02/2020 00:32 (depuis mobile)

On attend l'explication de balcon pour comparer les théories employées et savoir si dupuy dit vrai ou pas. Mais je pense qu'ils seront tous les deux d'accord.

11.Posté par Ouech le 01/02/2020 06:09 (depuis mobile)

Merci pour ces cours d'économie mais c'est plutôt de francais et d'éducation que nous aurions besoin allez courage bientot le 5.....

12.Posté par GIRONDIN le 01/02/2020 07:00

6.Posté par Marc
Merci, je vous laisse prévenir didier robert de la région.

........... Nouvelles perspectives économiques équilibrées pour La Réunion
Économie11 septembre 2019
Ce mercredi 11 septembre, Didier Robert a tenu un point presse sur sa vision du développement économique de La Réunion, notamment concernant la grande distribution........

Région Réunion


.
......... Les compétences exclusives des régions
Développement économique
La région doit présenter un schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII) qui définit les orientations en matière d’aides aux entreprises, de soutien à l’internationalisation, d’aides à l’investissement immobilier et à l’innovation des entreprises.

Le SRDEII définit également les orientations en matière d’attractivité du territoire régional et de développement de l’économie solidaire.

La région est seule compétente pour définir les aides et les régimes d’aides générales (subventions, prêts, avances remboursables…) en faveur de la création ou de l’extension d’activités économiques ou des entreprises en difficulté.
La région anime les pôles de compétitivité....
..

https://interieur.gouv.fr/Archives/Archives-elections/Elections-regionales-2015/Les-competences-des-regions

Bref un plantage de plusssse du pyramideur




Laurent
Je ne peux rien pour vous, consulter :
https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-3573.php

13.Posté par Seb le 01/02/2020 08:07 (depuis mobile)

Graphique illisible, pas de légende non plus, autant rien mettre

14.Posté par Ken le 01/02/2020 13:38

Ho! Ça fait bizarre de voir un effort de réflection chez un journaliste, celui-là , il recevra plusse subvention annuelle de l’Etat, c’est un mechânt nazi subversif anti-vivrensemblesque...méchant méchant va!

15.Posté par flashoikosnomos le 01/02/2020 18:53

Merci d'avoir mis au jour ces faits intéressants et incontestables.

Dommage que vous n'explicitiez pas vos conceptions du chômage et du travail qui sous-tendent l'analyse, contestable pour le coup, accompagnant ces faits :
- une baisse du chômage qui viendrait de "ceux qui se seront remis à chercher sérieusement du travail" : comme si le chômage involontaire n'existait pas (et je ne parle pas de l'inactivité involontaire dont vous parlez ensuite), comme s'il suffisait de traverser la rue pour trouver un emploi...
- la hausse du taux d'emploi qui serait "toujours une bonne nouvelle" : comme si le travail en tant qu'activité marchande était une fin, comme si la société idéale serait celle où le taux d'emploi égalerait les 100%.

16.Posté par polo974 le 03/02/2020 09:23

10 % d'étudiants, c'est différent de 10 % de désocialisés, donc cet indicateur tout seul n'indique pas grand chose...


17.Posté par Arnaud le 12/02/2020 17:49

Ce qui est cool c'est qu'on arrive bien a lire ce graphique...
Dans ces conditions, même pas utile de lire les commentaires du journaliste

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes