MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

[Pierrot Dupuy] L'hypothèse d'élections municipales recommencées à zéro de plus en plus crédible


Par - Publié le Lundi 20 Avril 2020 à 21:43 | Lu 8564 fois

Le 1er tour des municipales demeure pour l'instant orphelin du second tour... (Photo : Pierre Marchal - Anakaopress)
Le 1er tour des municipales demeure pour l'instant orphelin du second tour... (Photo : Pierre Marchal - Anakaopress)
L'hypothèse selon laquelle le deuxième tour des élections municipales se tiendrait avant fin juin, comme l'a annoncé le président Macron, a de plus en plus du plomb dans l'aile. Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé hier soir que "le réalisme conduit" à ce que le second tour des élections municipales ait lieu "sûrement après l'été", et non le 21 juin, comme envisagé un temps.

Parallèlement, interrogé lors de son allocution, toujours hier, le Premier ministre Édouard Philippe a affirmé "ne pas savoir" si le deuxième tour des élections pourrait se tenir fin juin.

Dans ces conditions se posent une série de questions. Est-ce que les maires élus dès le premier tour, le soir du 15 mars, vont devoir se représenter "après l'été" ? Et concernant les 6.000 communes où il y a eu un ballotage, va-t-on voter dans la continuité du premier tour avec les candidats qualifiés ou va-t-on devoir tout recommencer à zéro?

Les maires élus resteront élus

Pour les maires élus dès le premier tour, le Conseil d'État avait déjà tranché dans son avis du 18 mars dernier sur le projet de loi d'urgence. Il n'y aurait report des élections que pour les communes "où l’élection n’a pas été acquise".

Ce que Jacqueline Goursault a confirmé hier soir. "Avant (les élections d'"après l'été", NDLR), il y aura la mise en place des conseils municipaux des 30.000 communes où les maires ont été élus au1er tour qui se fera avant l'été (...) au mois de juin et même si c'était possible un peu avant", a-t-elle déclaré.

Donc ces maires-là n'ont aucune crainte à avoir. À La Réunion, ont été élus dès le premier tour 7 maires : Michel Fontaine à Saint-Pierre, Serge Hoareau à Petite-Ile, Stéphane Fouassin à Salazie, Patrick Lebreton à Saint-Joseph, Bachil Valy à l’Entre-Deux, Olivier Hoarau au Port et Olivier Rivière à Saint-Philippe.

On devra revoter dans les autres communes

Pour les 6.000 communes restantes, dont les 17 de La Réunion, la réponse est dans l'avis du Conseil d'État.

Les Sages de la place du Palais Royal sont clairs : ils n'ont confirmé la décision du gouvernement de reporter les élections à fin juin que parce que deux points essentiels étaient respectés : un tel report ne peut être envisagé "que dans des cas exceptionnels, pour des motifs d’intérêt général impérieux et à la condition que le report envisagé ne dépasse pas, eu égard aux circonstances qui le justifient, un délai raisonnable".

Concernant le cas exceptionnel, le Conseil d'État estime que "les circonstances exceptionnelles nées de la propagation du virus Covid-19 et des mesures qu’il est nécessaire de mettre urgemment en œuvre pour faire face efficacement au danger qu’il représente pour la santé publique", suffisent à le justifier.

Quant au "délai raisonnable", il relève que "le report envisagé est strictement encadré dans le temps, puisque le second tour doit se tenir dans un délai de trois mois".

De nouvelles élections, avec peut-être de nouveaux candidats

Mais dès lors qu'il n'est plus question de trois mois, mais au minimum de six mois, peut-on encore parler de "délai raisonnable"? La plupart des commentateurs politiques estiment que non. Et que, dans ces conditions, de nouvelles élections avec un premier tour, et peut-être avec de nouveaux candidats, est la seule solution envisageable.

Nous avions été parmi les premiers à évoquer cette hypothèse, dès le soir du premier tour, en nous appuyant sur un article de Jean-Philippe Derosier, spécialiste des questions de droit constitutionnel et professeur de droit public à l’Université de Lille, paru sur le site 20 Minutes.

Il y expliquait qu'"on ne peut pas déconnecter les deux tours d’un même scrutin. La loi prévoit que le deuxième tour doit obligatoirement être organisé le dimanche suivant le premier. Mais on peut tout à fait imaginer, dans les prochains jours, qu’une nouvelle loi puisse remettre en cause cela. Cela ne modifie toutefois pas le principe de sincérité du scrutin qui impose que les deux tours soient connectés, et relativement proches dans le temps. Parce que sinon, les candidats auraient plus de temps pour faire campagne, pour négocier des fusions de listes…, et donc cela altérerait la sincérité du scrutin. Si le second tour n’était reporté que d’une semaine, cela pourrait à la rigueur être raisonnable. Mais si report il y avait, il serait probablement de plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Donc un report du second tour conduirait à annuler le résultat du premier tour, et obligerait les électeurs à revoter pour les deux tours".

Et si Emmanuel Macron avait tout prévu?

Comme on le voit, tout tourne autour du 11 mai, la date choisie par le président de la République d'entamer le déconfinement. Pourquoi cette date? D'autres pays, qui en sont sensiblement au même point de l'épidémie que nous, ont commencé avant ou le feront après.

Certains à la limite du complotisme n'hésitent pas à affirmer qu'Emmanuel Macron l'a choisie volontairement.

Ils notent que le Conseil d'État avait explicitement cité le 10 mai comme date à laquelle les mesures d'urgence sanitaire devaient s'arrêter pour qu'on ne soit pas obligé de faire le seul deuxième tour. Or le gouvernement arrête les mesures d'urgence sanitaire le lendemain. Étrange, vous avez dit étrange?

Pour eux, Emmanuel Macron a également choisi la fin juin pour les élections, car il savait pertinemment qu'elles ne pourraient pas avoir lieu à cette date.

Et comme le Conseil d'État a posé comme exigence "un délai raisonnable" entre les deux tours, toute date au-delà de fin juin impliquait automatiquement que l'on recommence tout à zéro.

Il est vrai que le principal gagnant d'un tel report serait le parti présidentiel La République En Marche dont la plupart des candidats étaient en mauvaise posture au soir du premier tour.

Pour ne prendre qu'un exemple, mais de loin le plus symbolique : À Paris, Agnès Buzyn n'a pratiquement aucune chance de se faire élire et un report à septembre, ou à plus tard encore, pourrait peut-être permettre au président de trouver un candidat plus présentable.

Macron adepte des symboles et de la Kabbale ?

La deuxième hypothèse avancée par un lecteur de Zinfos est encore plus originale. Tellement que je ne l'ai lue nulle part ailleurs. Aussi, je ne résiste pas au plaisir de vous la livrer.

Ce lecteur, qui est particulièrement érudit, a noté une coïncidence troublante : le 11 mai correspond cette année à la fête mystique juive de Lag Ba'omer qui marque dans la Kabbale la fin d'une épidémie. Avouez que c'est étonnant !

Ce qui fait que notre Zinfonaute s'interroge : est-ce qu'Emmanuel Macron ne serait pas un mystique, amateur de symboles, féru de Kabbale et adepte de symbolisme"?

Il en veut pour preuve certains de ses discours pendant la campagne électorale. Par exemple : "J’ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité. Je ne crois pas à la transcendance éthérée. Il faut tresser les deux, l’intelligence et la spiritualité. Sinon l’intelligence est toujours malheureuse. Sinon les gens n’éprouvent de sensations que vers les passions tristes, le ressentiment, la jalousie, etc. Il faut donner une intensité aux passions heureuses". D'accord...

Ou encore : "La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas. Je ne cherche pas à être un prédicateur christique". 

En parlant de prédicateur christique, comment ne pas penser au candidat, le 10 décembre 2016, hurlant à la foule à la fin d'un meeting : "Ce que je veux gagner, c'est que vous, partout, vous alliez le faire gagner !". Le ton employé, avec un candidat quasiment en transe, avait laissé sans voix nombre de commentateurs...

Plus récemment dans le Financial Times, il a déclaré : "Il faut se rendre disponible à sa destinée... C'est donc là où je me trouve, prêt à me battre et à défendre ce en quoi je crois tout en demeurant capable d'essayer de concevoir ce qui semblait impensable".

Et enfin, pour terminer, en 2016 dans Challenges : "Je ne pense évidemment pas qu'il faille restaurer le roi. En revanche, nous devons absolument inventer une nouvelle forme d'autorité démocratique fondée sur un discours du sens, sur un univers de symboles, sur une volonté permanente de projection dans l'avenir, le tout ancré dans l'Histoire du pays".


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par Veridik le 20/04/2020 21:44 (depuis mobile)

Mais qu'est-ce ce qu'on s'en fou royalement des ces élections à la con

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes