MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Pierrot Dupuy - Comment se sortir du bourbier de l'article 24 de la loi sur la Sécurité globale, inutile et catastrophique


Par - Publié le Dimanche 29 Novembre 2020 à 22:42 | Lu 3676 fois

Photo d'illustration : © Pierre Marchal - Anakaopress
Photo d'illustration : © Pierre Marchal - Anakaopress
Jeudi dernier, j'étais interrogé par une journaliste souhaitant avoir mon opinion sur "les menaces qui pèsent sur l'exercice du métier de journaliste, au regard de l'article 24 de la loi sur la Sécurité globale qui souhaite interdire que l'on filme des policiers en action".

Je lui ai simplement demandé si elle avait lu la loi et elle a eu l'honnêteté de me répondre que non.

A son grand étonnement, je lui ai alors expliqué que nulle part dans la loi il n'était dit qu'elle interdisait que l'on filme des policiers ou des gendarmes.

L’article 24 de la proposition de la loi de sécurité globale adoptée en première lecture par l’Assemblée et qui doit prochainement être examinée par le Sénat, pénalise d’un an de prison et 45 000 € d’amende la diffusion de "l’image du visage ou tout autre élément d’identification" de membres des forces de l’ordre en intervention, quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique".

Lorsque les premiers juges auront, en cas de procès, à se prononcer sur l'application de cette loi, ils examineront attentivement les débats à l'Assemblée nationale pour mieux cerner la volonté du législateur. Or, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur a été très clair :
"Est-ce que des journalistes pourront filmer et diffuser sans floutage des policiers et des gendarmes ? La réponse est oui".
Avant d'ajouter : "
Est-ce que des citoyens pourront filmer une opération de police et même diffuser l'image de ces policiers sans floutage ? Oui".

Avant de conclure :
 
"Aucun policier" ne pourra empêcher "un citoyen de filmer" une opération de police. "Si [un policier] le fait, c'est un manquement à la déontologie et aux lois de la République", ajoutant que l'agent devra "être sanctionné". 

Les choses sont donc claires. Pourtant, la polémique continue et même s'amplifie. Pourquoi?

A cause de nombreuses maladresses du même Gérald Darmanin et de l'effet de masse qui pousse certains à répéter ce qu'on leur dit ou qu'ils lisent sans se donner la peine de vérifier. Sans parler de la mauvaise foi de certains opposants à Emmanuel Macron qui ont immédiatement perçu l'intérêt qu'il pouvait y avoir à surfer sur cette fake news.

Les gaffes de Gérald Darmanin

Le ministre de l'Intérieur a fait deux énormes gaffes qui sont venues troubler la compréhension de la loi.

Le vendredi 13 novembre, il aurait dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de déclarer que :
 
"il faudra flouter les visages des policiers et des gendarmes" avant de diffuser les images sur Internet.

Cette mesure n'était pas prévue dans la proposition de loi. Il est revenu sur ses propos par la suite, mais le mal était fait.

Cette exigence, en plus, était impossible à réaliser techniquement. Comment obliger des journalistes ou des particuliers qui diffusent en direct en Facebook Live de flouter des visages? Totalement irréalisable.

Gérald Darmanin aurait mieux fait de se taire. Ca lui aurait évité d'être ridicule, de donner des armes à ses adversaires et de créer un tsunami politique.


Obligation pour les journalistes de s'enregistrer auprès du préfet de police

Rebelote quelques jours plus tard. Le mardi 17 novembre, plusieurs journalistes se sont plaints pendant la manifestation du Trocadero à Paris contre le projet de loi sur la Sécurité globale, d'avoir été empêchés de filmer des interpellations et les incidents qui se sont produits lors de la dispersion de la manifestation. L'un d'eux, journaliste à France Télévisions, a été arrêté et placé en garde à vue avant d'être libéré le lendemain.

En conférence de presse, le lendemain, Gérald Darmanin a reproché à ce journaliste de ne pas s'être, en amont,

"rapproché de la préfecture de police, contrairement à certains de ces collègues, pour couvrir cette manifestation".


Selon lui, lorsqu'ils couvrent les manifestations, les journalistes

"doivent se rapprocher des autorités, en l'occurrence les préfets de département, singulièrement ici le préfet de police de Paris, pour se signaler, pour être protégés par les forces de l'ordre, pour pouvoir rendre compte, faire son travail de journaliste dans les manifestations".


Ces obligations auraient été contenues selon lui dans le nouveau schéma du maintien de l'ordre (SNMO) publié en septembre.

Tout cela est faux. A aucun moment ce nouveau schéma national n'évoque une telle obligation.

Mais beaucoup plus grave, en faisant une telle déclaration, Gérald Darmanin s'en est pris à la liberté d'informer, un principe pourtant inscrit dans la Constitution.

Sentant le danger, le Premier ministre l'a immédiatement convoqué à Matignon où il s'est pris un savon monumental. Preuve en est : il est resté plusieurs jours sans apparaitre dans les médias.

Il n'a à nouveau donné signe de vie qu'hier pour condamner les dérapages survenus durant la manifestation parisienne contre la loi, durant laquelle 62 policiers et gendarmes ont été blessés, dont un lynché par des manifestants alors qu'il se trouvait au sol. Il se relèvera avec trois dents cassées.

Ce qui a fait dire à certains que ce sont les manifestants qui ont sauvé la peau de Gérald Darmanin et de la loi : Impossible pour le Premier ministre et pour Emmanuel Macron de retirer la loi et de congédier le ministre de l'Intérieur après de tels incidents.

 



Passons rapidement sur les tentatives pitoyables de Jean Castex de se sortir de ce guêpier en annonçant qu'il allait nommer une commission pour réécrire la loi, ce qui a provoqué la colère des députés de sa propre majorité et des présidents des deux assemblées, au point qu'il a dû faire, une nouvelle fois marche arrière.

Tout cela, je le répète, alors que la loi à aucun moment ne prévoit l'interdiction de filmer les policiers !

Autrement dit, comment se mettre tout seul dans la panade ?




La loi, si elle n'interdit pas de filmer les forces de l'ordre, contient cependant une disposition qui peut prêter à confusion. Elle interdit, rappelons-le, la diffusion de "l’image du visage ou tout autre élément d’identification" de membres des forces de l’ordre en intervention, quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique".

Une notion floue qui fait craindre à certains que certains policiers puissent être tentés de les empêcher de filmer, au motif que ça met en cause "leur intégrité psychique"...

Comment se sortir de ce bourbier ?

Une issue aurait pu consister à retirer purement et simplement l'article 24 de la loi.

Et une excuse en or était offerte sur un plateau au gouvernement : Le 9 décembre prochain, le Conseil des ministres doit examiner le projet de loi "Séparatismes" qui crée un délit similaire, plus large puisque concernant toutes les personnes (et pas seulement les forces de l'ordre)... Et plus sévère !

Petit rappel : l'article 24 de la proposition de loi relative à la sécurité globale punit "d'un an d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende" la diffusion de l'image de tout "élément d'identification" d'un policier ou gendarme, dans le but de "port[er] atteinte à son intégrité physique ou psychique". Le texte ne vise donc que les forces de l'ordre.

De son côté, l'article 25 du projet de loi "confortant les principes républicains" pénalise "le fait de révéler, diffuser ou transmettre [...] des informations relatives à la vie privée, familiale ou professionnelle d'une personne permettant de l'identifier ou de la localiser, dans le but de l'exposer, elle ou les membres de sa famille, à un risque immédiat d'atteinte à la vie ou à l'intégrité physique ou psychique, ou aux biens". Sanction : 3 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende, et même 5 ans et 75.000 euros si la victime est dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public.

On le voit, la loi sur les séparatismes est plus précise et bien plus sévère ! Et d'une portée beaucoup plus large puisque ne concernant pas que les fonctionnaires chargés du maintien de l'ordre.

La loi sur la Sécurité globale risque donc de devenir inutile car, comme le fait remarquer le Journal du Dimanche, on ne voit pas l'intérêt qu'aurait un procureur "à utiliser le polémique article 24 pour poursuivre les auteurs de la diffusion malveillante d'images identifiant un policier".

Tout ça pour ça !!!

Reste que même ce nouveau texte n'est pas exempt de critiques. Il implique en effet une notion d'intention ("dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique"), qui pose problème, comme l'a souligné le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, dimanche sur BFMTV :
 
"Le droit pénal est d'interprétation stricte, et on ne peut pas poursuivre en droit pénal français des gens pour une intention, mais pour un acte ou pour un fait. Ça fait partie des choses que j'ai dites et que j'ai transmises".


On l'a dit, à la suite des violents incidents qui ont émaillé la manifestation d'hier à Paris, le Premier ministre ne peut plus faire marche arrière et il est condamné à aller jusqu'au bout de la loi, en espérant que le Sénat apporte un certain nombre de corrections bienvenues.

Pour donner du grain à moudre aux opposants au projet et ne pas perdre définitivement la face, le Journal du Dimanche affirme qu'il va annoncer des mesures, certains parleront de mesurettes.

Pour répondre à la requête très ferme du président Emmanuel Macron de lui "faire rapidement des propositions pour réaffirmer le lien de confiance" entre les Français et les forces de l’ordre, on s'attend à ce que peut-être dès lundi, lors de son audition par la commission des lois de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, annonce peut-être une réforme de l’IGPN, la police des polices, des mesures dans le domaine de la formation continue des forces de l'ordre, la lutte contre les discriminations, l’association de la population à l’action policière ou la nomination d’un haut-commissaire.

Quel gâchis !


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

81.Posté par Jean Le Monstre le 09/12/2020 12:54

Médiapart :

Liberté d’expression: d’une époque l’autre, retour sur la grande loi de 1881, que Macron veut torpiller
Par Laurent Mauduit

Les débats à la Chambre des députés de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et de la parole permettent de mesurer la grave régression démocratique que constitue le système de comparution immédiate voulu par Emmanuel Macron dans le cadre du projet de loi sur les principes républicains.

80.Posté par " VIEUX CREOLE " le 05/12/2020 19:54

"LA SEULE CONCLUSION PLAUSIBLE" A TIRER DE TOUT CE " MERDIER DANS LEQUEL LE DIFFÉRENTS GOUVERNEMENTS DE MACRON " sont restés enlisés ,depuis les dernières Présidentielles EST CLAIRE ET NETTE ! ! Le célèbre Journaliste DENIS ROBER T( qui a brillamment dénoncé le SCANDALE Mondial des Panama' s Papers ) , L'A affirmé au dos du Livre-Brtûlot dos de la couvertue du " livre -brûlot " Jean Branco : " CREPUSCLE "sorti en Mars 2019 ! jE CITE DENIS RrOBERT :

" C’EST LA CAPTATION DE LA DEMOCRATIE PAR DES OLIGARQUES PUISSANTS en FAVEUR DES INTERËTS DE CASTE " ! ! !

79.Posté par Guétali le 04/12/2020 02:09

Seule les carpettes trouvent des arguments d'atténuation.

78.Posté par Guétali le 04/12/2020 01:58

77.Posté par Fred B le 03/12/2020 16:26

A post 75, 73 -guetali

ça sent le règlement de compte pas très courageux derrière son clavier.

.................................

Et l'autre bougre, il est courageux, planqué derrière une cohorte de policiers et à clamer
"C'est moi le responsable, qu'ils viennent me chercher. Il n'est pas mon amant!!!!".

Belle image de l'autorité.

77.Posté par Guétali le 04/12/2020 01:55

77.Posté par Fred B le 03/12/2020 16:26

A post 75, 73 -guetali



Je ne vous reproche pas de critiquer mais de stigmatiser toute une profession. Vous devriez préciser chaque fois "beaucoup trop de policiers", "on voit trop souvent". De plus pour être objectif, vous ne devez pas toujours être à charge contre une profession, sinon ça paraît suspect, ça sent le règlement de compte pas très courageux derrière son clavier.

C'est bon pour vous ?
.................................
Non.
1. Ne jouez pas au maître -rhéteur
2. Je suis pour la stigmatisation au sens propre: marquer au front les ripoux.
3.Quand la gangrène gagne un membre, on ampute ce membre sauf à prendre le risque de contamination ( la Police a eu des ripoux au sommet -Les Préfets GUEANT, GAUDIN, CAMUX, fidèles du ministre de l'intérieur Sarkozy ont été condamnés pénalement pour avoir détourné à leur profit les frais d'enquête des policiers-. Dès lors, difficile d'exiger l'exemplarité à ceux de la base. Bien sûr cela a été fait à l'insu du 1er flic de France).


...............................


Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à deux ans de prison, dont un ferme

L’ancien directeur du cabinet de Nicolas Sarkozy et ancien ministre de l’intérieur a vu sa peine aggravée, tout comme ses co-prévenus, en raison de « l’extrême gravité » des faits reprochés.

Le Monde avec AFP
Publié le 23 janvier 2017 à 14h00 - Mis à jour le 24 janvier 2017 à 06h42

Temps de Lecture 3 min.

Partage

La cour d’appel de Paris a fait mentir l’adage selon lequel, dans les affaires sensibles, le temps et l’extinction des feux médiatiques adoucissent les jugements. En condamnant Claude Guéant, lundi 23 janvier, à deux ans d’emprisonnement dont un an ferme, dans l’affaire des primes en liquide de la police versées aux membres du cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, la cour est allée à la fois au-delà des réquisitions du parquet (trente mois avec sursis) et du jugement prononcé, en novembre 2015 par le tribunal correctionnel, qui était de deux ans avec sursis.

Les juges d’appel considèrent que Claude Guéant, « haut fonctionnaire ayant une parfaite connaissance du fonctionnement de l’administration », a « délibérément rétabli des primes de cabinet en liquidités, qui avaient été abolies par le précédent gouvernement pour moraliser la vie publique ». Contrairement au tribunal, qui avait justifié le sursis en raison, notamment, de l’ancienneté des faits, la cour estime que « l’extrême gravité de ces faits, consommés pour l’enrichissement personnel de Claude Guéant et celui de ses proches collaborateurs, rend nécessaire, nonobstant l’ancienneté des faits, le prononcé d’une peine d’emprisonnement partiellement ferme ».

Elle confirme à son encontre l’amende de 75 000 euros ainsi que la peine complémentaire de cinq ans d’interdiction d’exercice de toute fonction publique. La condamnation de Claude Guéant n’est toutefois pas synonyme de détention, les peines inférieures à deux ans de prison étant aménageables depuis une loi votée en 2009, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.
Lire aussi Affaire des primes en liquide : Claude Guéant en correctionnelle
Dépenses personnelles

Cette affaire de primes en liquide de la police porte sur un montant total de 210 000 euros, prélevés sur une enveloppe destinée aux frais d’enquête et de surveillance (FES) des policiers – notamment pour rémunérer leurs indicateurs – qui ont été remis entre 2002 et 2004 par l’ex-directeur général de la police nationale, Michel Gaudin, à Claude Guéant, et sur instruction de ce dernier. L’ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy en avait gardé la moitié – utilisée pour financer des dépenses personnelles – et reversé le solde à trois de ses collaborateurs, Michel Camux, Daniel Canepa et Gérard Moisselin. Ces fonds perçus en espèces n’étaient, en outre, pas déclarés à l’administration fiscale.

La cour a également aggravé la peine prononcée en première instance contre Michel Gaudin – dix-huit mois avec sursis et mise à l’épreuve, contre dix mois de sursis simple – en relevant que, même si aucun enrichissement personnel ne lui est reproché, l’ancien directeur général de la police nationale, « sur lequel pesait la lourde charge de gérer les fonds secrets de la police », a « trahi la confiance qui lui était portée en acceptant de détourner les fonds qui lui étaient confiés au profit de son supérieur hiérarchique ».
......................................


Aujourd'hui GUEANT est avocat et Michel GAUDIN directeur de cabinet le l'ex-Président SARKOZY;

76.Posté par Guétali le 04/12/2020 01:43

77.Posté par Fred B le 03/12/2020 16:26

A post 75, 73 -guetali

Vous ne savez pas lire tellement vous êtes aveuglé par votre haine.
Je vous répète que tout le monde est choqué par les violences policières,
..........................................

Haine ? No! Simple constat.

Ben si tout le monde est choqué, pourquoi ça ne bouge pas ? Parce que c'est systémique dans LE PAYS, et que la victime est un noir.

Aucune formation, aucun texte, ne redressera ce qui est tordu à l'intérieur de certain, formatés par une culture intra-familiale et plus grave sociétale. On a beau vouloir faire croire que c'est faux, mais l'esprit Code noir est encore présent.

75.Posté par Fred B le 03/12/2020 16:26

A post 75, 73 -guetali

Vous ne savez pas lire tellement vous êtes aveuglé par votre haine.
Je vous répète que tout le monde est choqué par les violences policières, qui ne le serait pas et vous osez dire que je "défend des pourris" et que je suis une "carpette"  du pouvoir ?

Tou le monde a réalisé qu'il y a un véritable problème structurel de recrutement,  qu'il y  de la complaisance de l'IGPN qui est juge et partie, tricherie honteuse et criminelle de syndicats. Les gouvernements ont toujours cherché à minimiser, car pour eux la violence la plus dangereuse était celle de la rue. Incroyable le retard qui a été pris sur la généralisation des caméras-piéton qui auraient permis d'éviter les  contrôles au faciès ains que les bavures.
On aurait pu penser que les choses auraient évolué vite dès l'affaire du jeune, violenté par l'utilisation barbare de la matraque, mais rien. Là, il est hors de question que l'état fasse l'aveugle pour la énième fois, l'opposition et les associations devront mettre une forte pression pour la garantie d'un changement en profondeur.

Je ne vous reproche pas  de critiquer mais de stigmatiser toute une profession. Vous devriez préciser chaque fois  "beaucoup trop de policiers", "on voit trop souvent". De plus pour être objectif, vous ne devez pas toujours être à charge contre une profession, sinon ça paraît suspect, ça sent le règlement de compte pas très courageux derrière son clavier.

C'est bon pour vous ?

74.Posté par Marc le 03/12/2020 01:12

@fred B: oui, c’est pour ça que contrairement à tous les journaux qui présentent 2022 comme déjà joué, je ne suis personnellement pas sûr du tout que Macron repasse. Il reste un an et demi avant la présidentielle. Pour rire, je suis allé voir ce que disaient les sondages un an et demi avant la présidentielle de 2017: ca donnait un duel Juppé/Sarkozy très serré à droite (respectivement 35 et 34% et Fillon faisait un petit 9%) et Valls assez nettement devant Montebourg à gauche (de 10 points, Hamon et Mélenchon étaient loin derrière à ce moment-là). Quant à Macron lui même il avait peu ou prou la même popularité que Hollande et était loin derrière les autres candidats. Et en 2012, Hollande a été sorti à vitesse grand V pour remplacer DSK et gagne sur la haine de Sarkozy. Un candidat à une élection présidentielle ca peut se fabriquer très vite si besoin: le fait qu’il n’y en ait pas qui ai émergé aujourd’hui ne signifie pas grand chose. Moi je reste persuadé que la droite a encore largement le temps de se ressaisir, proposer un candidat solide et battre Macron à la présidentielle. Les jeux sont encore largement ouverts.

73.Posté par Guétali le 03/12/2020 01:05

71.Posté par Fred B
Donc même si Macron a une belle popularité actuelle, il est quand même le 2ème président le moins populaire selon la courbe.
....................................
Encore qui souffre du syndrome de la carpette.

Mais comme dit l'autre "il n'est pas mon amant!". Quel classe!!!!!!!!!!!!

72.Posté par Guétali le 03/12/2020 01:03

à @68 FRED B

Si je fais du populisme, vous faites de l'imbécilisme.....

71.Posté par Guétali le 02/12/2020 19:34

68.Posté par Fred B le 02/12/2020 18:44

A post 66 - guetali

Vous venez surtout pour vous défouler, ça se voit comme le nez au milieu de la figure.

Il n'est pas appréciable de voir toujours les mêmes professions se faire stigmatiser et servir de bouc- émissaires : médecins, enseignants, forces de l'ordre, journalistes.

Tout est énervant dans la vie, vous n'êtes pas le seul à être choqué par les violences policières, vous ne faîtes pas partie des gentils et les autres des méchants. Mais on doit apprendre à trier et sélectionner le plus constructif.
..................................................

Défouler ? Pas mon genre. Stigmatiser ? Pas mon genre. Bouc-émissaires ? Celui qui a rodé faut supporter. Celui qui fait mal son job, il faut qu'il supporte les critiques sinon il faut changer de planète car même les "RSA-istes" se font critiquer.

Vous êtes le genre d'énergumène (qui n'est pas une insulte-cf. arrêt du Conseil d'Etat-), qui estime qu'il a le droit de critiquer mais pas les autres. Si vous êtes pas content changer de site. On ne vous demande pas de commenter les commentaires mais de commenter l'actualité. Et vous commentez comme vous voulez . Qu'importe la forme. Et la mienne ne vous plait pas, je n'en ai rien à cirer.

Moi, je maintiens que dans les FDO, il y a des "abuseurs" qui déshonorent leur institution et les principes républicains, vous savez c'est écrits creux qui dorment dans un beau cadre et juste bon pour faire joli et faire croire que la France est un Etat de droit et la patrie des droits de l'homme. Et ces ripoux, ils ne font pas honneur à la condition humaine.

Le système est pourri jusqu'à la moelle et au-delà. Depuis DREYFUS rien n'a changé: le faux prévaut. Il faut le marteler car plus de 100 ans après, on en est encore au faux d'un fonctionnaire pour faire condamner un citoyen innocent.

Vous fuyez la réalité. La cause est indéfendable. Des justes, il y en a mais ils dérangent et s'ils ne participent pas au système ou le disent, il y a des représailles, ils sont cassés ou casés dans un poste subalterne . Dans cette société, le juste est le pestiféré.

Puisque vous parlez de nez, ces délinquants en uniforme qui ont frappé Zécler, ils en avaient un de pif? Non. Pourquoi ? Parce que pas d'honneur.

Défendez pas des pourris.

70.Posté par Fred B le 02/12/2020 19:23

A post 67 - Marc

Pour Macron,  bien vu ! Si on compare les statistiques de popularité sur le long terme 3 ans et demi, on a dans l'ordre du plus au moins populaire : Mitterrand,  Chirac, Sarkozy , Macron, Hollande.
Très bien ce site "Statista", gracias.
Donc même si Macron a une belle popularité actuelle, il est quand même le 2ème président le moins populaire selon la courbe.

69.Posté par Guétali le 02/12/2020 19:17

Correction
SI vous en avez .....

68.Posté par Guétali le 02/12/2020 19:16

68.Posté par Fred B le 02/12/2020 18:44

A post 66 - guetali



C'est trop vous demander d'utiliser un langage moins populiste: "pipe, pipeau
..........................
Si vous an avez, écrivez ua Président de la République. C'est de la pipe, est sa réplique favorite...

67.Posté par Fred B le 02/12/2020 18:44

A post 66 - guetali

Vous venez surtout pour vous défouler, ça se voit comme le nez au milieu de la figure.

Il n'est pas appréciable de voir toujours les mêmes professions se faire stigmatiser et servir de bouc- émissaires : médecins, enseignants, forces de l'ordre, journalistes.

Tout est énervant dans la vie, vous n'êtes pas le seul à être choqué par les violences policières, vous ne faîtes pas partie des gentils et les autres des méchants. Mais on doit apprendre à trier et sélectionner le plus constructif.

C'est trop vous demander d'utiliser un langage moins populiste: "pipe, pipeau, chasser à coup de pompes, énergumène, gogos." ?
Après vous vous étonnez que vous n'êtes
jamais invités sur les plateaux télé et dîtes qu'on vous censure.

66.Posté par Marc le 02/12/2020 03:42

45. En réalité, ce n'est pas si simple. Seule l'atteinte à l'intimité de la vie privée empêche de partager des informations sur quelqu'un. Concrètement cela couvre le partage d'informations extrêmement personnelles telles que l'adresse personnelle, le numéro de téléphone portable personnel, l'identité des membres de la famille... En revanche diffuser des informations professionnelles et un visage n'est pas couvert par le droit actuel (beaucoup de gens pensent qu'il y a un droit à l'image mais en réalité le droit à l'image en tant que tel n'existe pas en droit français, en tous les cas pas sous cette forme). C'est par exemple ce qui est arrivé au professeur Samuel Patty : des informations professionnelles ont été partagées sur les réseaux et son assassin a fait le reste de son enquête à partir de là.

50. Sauf que l'identification des policiers sera toujours autorisée: par leur RIO s'ils le portent, par le visage puisque la vidéo non floutée peut être transmise aux autorités et même publiée s'il n'y a pas d'intention de nuire à l'intégrité physique et psychique du policier (et rappelons que c'est au procureur de prouver cette intention, pas à vous de prouver que vous n'en aviez pas).

52. Cet article était dans la proposition de loi initiale.

64. Les politiques ne sont pas protégés, sauf les membres du Gouvernement.

L'intention de nuire dans une retransmission en directe est assez improbable, vous ne contrôlez pas ce que vous filmez (sauf si vous avez provoqué les faits: par exemple si vous êtes allé insulter un policier pour voir sa réaction en caméra cachée).

Macron est à 49% mais en réalité, sur longue période, il est tout juste devant Sarkozy à la même période de son mandat, et c'est uniquement grâce à l'effet crise. Il a passé ces dernières années derrière Sarkozy en terme de popularité et ce avec une certaine constance. Il est le deuxième président le plus détesté de la Vième République, vous n'avez cette impression que parce qu'il bénéficie de la comparaison immédiate avec Hollande: https://fr.statista.com/infographie/18336/evolution-popularite-macron-compare-presidents-francais/

65.Posté par Guétali le 01/12/2020 19:47

64.Posté par Fred B le 01/12/2020 17:19


A Guetali

Vous avez un discours caricatural et stigmatisant envers les forces de l'ordre.
Vous gagnerez à être plus crédible en ne mettant pas tout le monde dans le même panier, on ne doit pas chercher à régler des comptes personnels. Relire la charte au passage.

Vous dîtes " Macron est à bout de souffle ", vous inventez complètement.....il est à 49 % d'opinions favorables (novembre) ce qui est très bon selon les politologues à cette période du mandat. De plus, les intentions de vote au 1er tour pour les présidentielles de 2022 le donnent quasi ex aequo avec le RN soit 27 %, mieux qu'en 2017, du jamais vu dans les présidentielles.
.....................................

Rien de caricatural: la stricte vérité. Trop d'abus par nombre qui n'ont pas d'éthique personnelle et qui se croient tout permis dès l'endosse de la tenue. Nombre sont complices par omission. La Charte ? Du pipeau. Les délinquants en tenue qui ont frappé Zécler, ont lu cette Charte ? Et le résultat ? On ne devient pas tordu en entrant dans la Police (je parle des ripoux). Ils étaient tordus avant leur embauche, mais la Police donne du pouvoir et on en abuse

Je n'ai pas à chercher à être crédible ou exister comme à défendre l'indéfendable. C'est à la Police de démontrer qu'elle est crédible en chassant à coup de pompes aux fesses, leurs brebis galeuses qui font honte à l'institution. Si l'IGPN faisait son job, la Police serait propre mais le macrotage l'emporte..

A l'intérieur, le ministre, les directeurs, le DGPN, ont peur des syndicats dont ceux virulents mis en place par SARKOZY. Il a fini où le responsable syndical Synergie ?

Et le pouvoir qui chancelle à besoin des policiers. Donc le pouvoir est contraint d'ânonner "je soutiens la Police". C'est ce que fait DARMANIN. Ca coûterait moins cher d'embaucher un perroquet qui répéterait sur tous les plateaux de télé contre deux cacahuètes "je soutiens, je soutiens, je renouvelle ma confiance, je renouvelle ma confiance, confiance, confiance...", comme un vieux disque rayé.

MACRON a été élu par défaut et risque de l'être encore. Depuis 2002, les français doivent choisir entre la peste et le choléra. Sa popularité ? De la pipe. Les instituts de sondage, sont potes avec les gouvernants. Y a qu'à voir les sondages de l'Elysée sous SARKOZY, l'homme qui a cassé la Police (le redéploiement à été une catastrophe pour le citoyen. Exemple à St Denis: plus de poste Police/gendarmerie à la Bretagne/Moufia/La Montagne). Leur gestion c'est de l'arnaque.


Mais il y a des gogos qui font encore confiance en ces gens là.

64.Posté par Fred B le 01/12/2020 18:28

Les politiques et journalistes ne sont pas floutés ce qui est normal. Les 1ers sont protégés et les autres ne sont pas menacés.
Les forces de l'ordre par contre voient publiés sur le net leur photo, celles de l'épouse et des enfants (!!!), adresse et immatriculation de véhicule. D'où intimidations, dégradations et déménagement forcé.

Il n'empêche qu'il y a un véritable problème de recrutement, la formation étant trop courte, souvent pas de salle d'entraînement , ils sont un peu livrés à eux-mêmes et trop amenés à apprendre sur le tas. Raison: après la baisse des effectifs sous Sarkozy, puis après les attentats , Hollande a été amené à recruter à la va-vite en sacrifiant la qualité.

De plus, souvent ils ne portent pas leur immatriculation obligatoire à 7 chiffres (RIO), et aucune sanction n'est prévue. S'il y a en plus port de la cagoule ( contre les cocktails Molotov), alors ils ne sont plus du tout identifiables.
Comme dans d'autres pays, enfin, la caméra-piéton sera généralisée en 2021: traçabilité, pas de contrôle au faciès .

Comme dit l'article, la  proposition de loi est inutile car elle existe déjà en réalité  et qu'en plus  elle devait être remaniée dans un projet de loi plus grand englobant tous les citoyens.  Darmanin est très décevant, il invente ce qui n'est pas dans le texte certainement par un mélange de provocation et d'agacement, et ainsi  retourne les français contre le texte.
Il ne reste qu'à attendre la 2ème lecture du sénat mais l'idéal ce serait donc le retrait car double emploi.

L'intention de nuire: peut être condamnée au pénal, mais elle est souvent difficile à prouver sauf cas particulier (préparation attentat terroriste, tueur en série). C'est pour ca que les chefs d'accusation comportent souvent la mention " sans intention de la donner". Donc un policier ne peut pas prouver l'intention de nuire.
Mais de toute façon- comme dit JORI- ce n'est est pas la police qui décide que filmer porte atteinte à leur intégrité, c'est la justice...en théorie. Donc il faut une garantie que la police arrête d'interpeller les  journalistes et saisir le matériel ce qu'ils ont justement fait pendant la manifestation dirigée contre cette  loi.
Le comportement policier abusif arrive à point nommé pour faire détricoter cette loi.

Floutage: facile quand  c'est en différé, ce qui fait que les délinquants sont toujours floutés lors de reportages.
Mais impossible en direct lors de  manif, et donc en particulier quand on filme un  flagrant délit de bavure policière.

En somme, lors d'interpellations, les policiers devraient systématiquement se cagouler mais porter leur RIO sous peine de sanction et actionner leur caméra-piéton.

A Guetali

Vous avez un discours caricatural et stigmatisant envers les forces de l'ordre.
Vous gagnerez à être plus crédible en ne mettant pas tout le monde dans le même panier, on ne doit pas chercher à régler des comptes personnels.
Relire la charte au passage.

Vous dîtes " Macron est à bout de souffle ", vous inventez complètement.....il est à 49 % d'opinions favorables (novembre) ce qui est très bon selon les politologues à cette période du mandat. De plus, les intentions de vote au 1er tour pour les présidentielles de 2022 le donnent quasi ex aequo avec le RN soit 27 %, mieux qu'en 2017, du jamais vu dans les présidentielles.

A JORI et Pascale

Assez marrant, un sous- d'(ébats)dans le débat entre les 2.
"Marc" leur proposait une chambre, je dirai même plus, une chambre ( d'instruction ) au péni....pénal .   ',-D

63.Posté par Fred B le 01/12/2020 17:19

Les politiques et journalistes ne sont pas floutés ce qui est normal. Les 1ers sont protégés et les autres ne sont pas menacés.
Les forces de l'ordre par contre voient publiés sur le net leur photo, celles de l'épouse et des enfants (!!!), adresse et immatriculation de véhicule. D'où intimidations, dégradations et déménagement forcé.

Il n'empêche qu'il y a un véritable problème de recrutement, la formation étant trop courte, souvent pas de salle d'entraînement , ils sont un peu livrés à eux-mêmes et trop amenés à apprendre sur le tas. Raison: après la baisse des effectifs sous Sarkozy, puis après les attentats, Hollande a été amené à recruter à la va-vite en sacrifiant la qualité.

De plus, souvent ils ne portent pas leur immatriculation obligatoire à 7 chiffres (RIO), et aucune sanction n'est prévue. S'il y a en plus port de la cagoule ( contre les cocktails Molotov), alors ils ne sont plus du tout identifiables.
Comme dans d'autres pays, enfin, la caméra-piéton sera généralisée en 2021: traçabilité, pas de contrôle au faciès .

Comme dit l'article, la  proposition de loi est inutile car elle existe déjà en réalité  et qu'en plus  elle devait être remaniée dans un projet de loi plus grand englobant tous les citoyens.  Darmanin est très décevant, il invente ce qui n'est pas dans le texte certainement par un mélange de provocation et d'agacement, et ainsi  retourne les français contre le texte.
Il ne reste qu'à attendre la 2ème lecture du sénat mais l'idéal ce serait donc le retrait car double emploi.

L'intention de nuire: peut être condamnée au pénal, mais elle est souvent difficile à prouver sauf cas particulier (préparation attentat terroriste, tueur en série). C'est pour ca que les chefs d'accusation comportent souvent la mention " sans intention de la donner". Donc un policier ne peut pas prouver l'intention de nuire.
Mais de toute façon- comme dit JORI- ce n'est est pas la police qui décide que filmer porte atteinte à leur intégrité, c'est la justice...en théorie. Donc il faut une garantie que la police arrête d'interpeller les  journalistes et saisir le matériel ce qu'ils ont justement fait pendant la manifestation dirigée contre cette  loi.
Le comportement policier abusif arrive à point nommé pour faire détricoter cette loi.

Floutage: facile quand  c'est en différé, ce qui fait que les délinquants sont toujours floutés lors de reportages.
Mais impossible en direct lors de  manif, et donc en particulier quand on filme un  flagrant délit de bavure policière.

En somme, lors d'interpellations, les policiers devraient systématiquement se cagouler mais porter leur RIO sous peine de sanction et actionner leur caméra-piéton.

A Guetali

Vous avez un discours caricatural et stigmatisant envers les forces de l'ordre.
Vous gagnerez à être plus crédible en ne mettant pas tout le monde dans le même panier, on ne doit pas chercher à régler des comptes personnels.
Relire la charte au passage.

Vous dîtes " Macron est à bout de souffle ", vous inventez complètement.....il est à 49 % d'opinions favorables (novembre) ce qui est très bon selon les politologues à cette période du mandat. De plus, les intentions de vote au 1er tour pour les présidentielles de 2022 le donnent quasi ex aequo avec le RN soit 27 %, mieux qu'en 2017, du jamais vu dans les présidentielles.

A JORI et Pascale

Assez marrant, un sous- d'(ébats)dans le débat entre les 2.
"Marc" leur proposait une chambre, je dirai même plus, une chambre ( d'instruction ) au péni....pénal .   ',-D

62.Posté par JORI le 01/12/2020 13:21

60.Posté par Nono le 01/12/2020 01:07
PS: vous ne savez toujours pas lire. Non seulement mes commentaires mais ceux des autres également en attendant que vous me citiez ces fameux zinfonautes!!.

61.Posté par JORI le 01/12/2020 13:19

59.Posté par Nono le 01/12/2020 00:46
Et quels sont ils ces zinfonautes???.

60.Posté par Guétali le 01/12/2020 01:30

Vous prenez un individu et vous le mettez à l'accueil d'une administration; faute de réponse correcte, vous exigez de voir un responsable, ce fonctionnaire deviendra désagréable mais pas plus et il fera un signalement à son chef en pleurant.

Vous prenez le même individu, vous lui donnez un pouvoir, un uniforme, cela est suceptible de réveiller en lui ses instincts belliqueux et il vous dira "la loi c'est moi, le chef c'est moi, tu obéis", avec un coup de tonfa, et si on obéit pas assez vite "c'est rébellion, outrage, et tout ce qui va avec en y trouvant peut-être o, ooooooooooooooooooooooooooooooo1 gramme de stup dans la poche.".

59.Posté par Nono le 01/12/2020 01:07

@57 P.S. "Cela vous éviterez", j'ai bien lu ?

😂 😂 😂

58.Posté par Nono le 01/12/2020 00:46

@57 Qu'autant de zinfonautes reconnaissent votre inénarrable supériorité intellectuelle devrait vous amener à moins de modestie. Personne ne vous a proposé un poste important à BFMTV par exemple? 😂😂😂

57.Posté par klod le 30/11/2020 23:10

en angleterre , la caméra embarquée et le nom des "cops" est obligatoire …………………………….. en France ?????????????????????????????????????????????????????????????

56.Posté par JORI le 30/11/2020 22:33

31.Posté par Nono le 30/11/2020 13:56
Dommage que vous ne sachiez pas lire. Cela vous éviterez d'écrire des âneries 😂😂😂

55.Posté par JORI le 30/11/2020 22:30

39.Posté par Pascale le 30/11/2020 15:04
Cette deviance, c'est vous qui y faites allusion constamment et non moi. Je ne fais que vous répondre. Relisez vos posts. 😂😂😂

54.Posté par JORI le 30/11/2020 22:28

40.Posté par Pascale le 30/11/2020 15:09
Dois je donc vous considérer comme une pervers narcissique ? 😂 😂

53.Posté par Nono le 30/11/2020 21:52

Très bon éditorial du Monde (ce journal d'extrême gauche) :

"Police : une grave crise de commandement"


52.Posté par Guétali le 30/11/2020 19:01

41.Posté par JORILE974 le 30/11/2020 16:37

@ jean marc du post 37 si le producteur n'avait pas de caméra chez lui il aurait eu droit à une sévère punition , ces ripoux font du mal aux vrais policiers qui font le boulot dans les règles de l'art
.......................................

S'il y avait eu des caméras à toute époque, il n'y aurait plus de Police. Des affaires comme celle de zéclair, il y en a mais pas de caméras et pas de témoins.

51.Posté par Guétali le 30/11/2020 18:59

37.Posté par Marc
..................

Au départ, le député Fauvergues (ex du RAID) a voulu cette cette loi sécurité globale.

Et DARMANIN en a fait un fourre-tout pour amadouer les syndicats (car ce Darmanin est en recherche de reconnaissance pour rattraper les bourdes de Castaner. Il flatte dans le sens du poil. Il baisse kilotte), après leur entretien avec le Président MACRON qui leur a promis la lune. Pourquoi ? Parce que le pouvoir est aux abois. Il a conscience le MACRON que ça ne va nul part. Il a cru en CASTEX. Echec. Et sur le banc des remplaçants, il n'y a plus personne.. Pour tenir, il lui faut l'aide de la Police (d'où des primes etc.). Si j'étais à la tête d'un syndicat de police majoritaire, je profiterais du moment, pour imposer des revendications (salariales etc..). Mais, force est de constater qu'alors qu'ils sont en position de force, que les syndicats de policiers, ne profitent pas de cette fenêtre. Après, c'est trop tard. Comme les soignants qui ont cessé la grève sur des promesses.

MACRON est à bout de souffle. Ses limites et envergure ont été démontrées. Il n'a pas l'étoffe (quand un Président en est à bramer "il n'est pas mon amant", on a atteint le ridicule. Comme le dit si bien OBAMA à propos de SARKOZY, cela ne sert à rien, de gonfler le jabot et de faire croire, qu'on tient les rênes. Les boss, ce sont les directeurs d'administration et les syndicats. Un ministre s'il n'a pas de la poigne, n'obtiendra rien. PASQUA n'a pas fait grand chose a part jouer au fanfaron . Idem Sarkozy et son Kärcher, qui avait besoin d'une estrade. A ma connaissance, le seul qui a fait bouger les lignes a été JOXE qui a mis la Police au pas (ça filait droit).

50.Posté par klod le 30/11/2020 18:47

c'est simple pourtant , comme disait un pote : oui aux "filmages pour tous" , seul moyen de dénoncer certaines violences des "forces de l'ordre ", et OUI, avec floutage obligatoire, sinon délit, si mise en danger des familles ou de l'intéressé de ladite "force de l'ordre", et ce , pour tout agent public d'ailleurs ( CF M. Samuel Paty….)

49.Posté par Guétali le 30/11/2020 18:39

40.Posté par Marc le 30/11/2020 16:36

35. les personnalités politiques ne peuvent pas faire leur métier sans être vus, un peu comme les présentateurs télés... Et pour le coup faire porter une cagoule aux policiers empêcherait définitivement leur identification en cas de violation de la loi.
..............................
Dans une démocratie, et en maintien de l'ordre en particulier, une police républicaine n'a pas peur d'être identifiée (les agents). Ca sert à sert les lettres et chiffres sur leur tenue.

Mettre une cagoule, c'était un foutan.

Il y a du racisme dans la Police et des violents qui sous couvert "de l'uniforme" abusent des droits conférés pour la PAIX.

Les violences contre Zéclair en sont l'illustration: dès qu'un des délinquants en uniforme a vu les caméras, il a alerté ses collègues "caméra, caméra".

48.Posté par Guétali le 30/11/2020 18:34

Les policiers sont là pour protéger les français et pas pour "s'autoprotéger".

47.Posté par Nono le 30/11/2020 18:30

@37 Marc

"Seule la diffusion des images étant réprimée, la police n'a pas le pouvoir d'arrêter quelqu'un en flagrant délit. Si elle le fait, elle le fait illégalement."

Et quand la police agit illégalement ou abusivement tout en étant assermenté, vous pouvez imaginer le ressentiment que cela provoque chez des jeunes de banlieue, chez des journalistes ou chez des manifestants. Voire même chez les policiers honnêtes qui ne se retrouvent plus dans cette profession et qui au mieux se réorientent, au pire se suicident.

46.Posté par Nono le 30/11/2020 18:10

@35 "Le mieux pour les policiers: qu'ils travaillent avec une cagoule comme ça plus de risque d'identification."

Comme le non-respect de l’obligation du port du matricule RIO. Et après des syndicats genre Alliance se demandent pourquoi les gens ne les aiment pas. Au lieu de jouer aux petites victimes, ils feraient mieux de prendre exemple sur leurs collègues Anglais, infiniment plus respectés et très peu armés.

45.Posté par Devieuxsouvenirs le 30/11/2020 17:36

À marc @37 merci d’avoir rappelé un principe de base expliqué au @ 20
On lit vraiment n’importe quoi trop souvent sur ce forum

44.Posté par martin lane le 30/11/2020 17:34

Je suis citoyen français, éduqué par mes parents à respecter les gendarmes , la police et les militaires.
Tout ces agents et militaires sont payés, avec nos impôts, principalement pour faire respecter l'ordre public, les lois de la République française ( et pas celle du Gabon, ni de l'U.E) et protéger la population française .
Le code pénal , en France, est bien assez épais ; toutes les infractions à la loi soulevées par cet article 24 sont déjà fortement réprimées : est-il besoin d'en rajouter , il suffirait que les textes soient appliqués.
Par contre, d'autres choses me dérangent vraiment : le port d'une arme pour un policier quand il n'est pas en service . S'il devient un citoyen lambda quand il n'est plus en service, pourquoi le citoyen lambda n'a lui pas le droit d'être armé ?
Comment pourrions-nous accepter que des agents de sécurité, des policiers étrangers aient les mêmes pouvoirs sur la population que des agents formés par les écoles de la République française .Je ne tiens pas du tout à devoir me plier aux désidérata d'un agent de sécurité plus que zélé et sans code de déontologie.
A moins que notre gouvernement ne veuille plus assumer la tâche régalienne de l'ordre public et qu'il souhaite constituer des milices privées, je ne vois pas comment cette nouvelle loi peut être inscrite dans la Constitution.
Quand à trier de qui a le droit de dénoncer tel ou tel scandale, ou montrer telles ou telles images , les lois " secret des affaires" et " droit à l'image" sont déjà bien ancrées, malheureusement .

43.Posté par JORILE974 le 30/11/2020 16:37

@ jean marc du post 37 si le producteur n'avait pas de caméra chez lui il aurait eu droit à une sévère punition , ces ripoux font du mal aux vrais policiers qui font le boulot dans les règles de l'art , heureusement que les citoyens sont là pour filmer et le poster sur youtube il ya trop de dérapages je suis pour la présence des caméras et pas de floutage pour les ripoux, falsifications des documents mensonges ils ont trahis l'uniforme qu'ils aillent raconter leurs vies maintenant en prison !

42.Posté par JORILE974 le 30/11/2020 16:37

@ jean marc du post 37 si le producteur n'avait pas de caméra chez lui il aurait eu droit à une sévère punition , ces ripoux font du mal aux vrais policiers qui font le boulot dans les règles de l'art , heureusement que les citoyens sont là pour filmer et le poster sur youtube il ya trop de dérapages je suis pour la présence des caméras et pas de floutage pour les ripoux, falsifications des documents mensonges ils ont trahis l'uniforme qu'ils aillent raconter leurs vies maintenant en prison !

41.Posté par JORILE974 le 30/11/2020 16:37

@ jean marc du post 37 si le producteur n'avait pas de caméra chez lui il aurait eu droit à une sévère punition , ces ripoux font du mal aux vrais policiers qui font le boulot dans les règles de l'art , heureusement que les citoyens sont là pour filmer et le poster sur youtube il ya trop de dérapages je suis pour la présence des caméras et pas de floutage pour les ripoux, falsifications des documents mensonges ils ont trahis l'uniforme qu'ils aillent raconter leurs vies maintenant en prison !

40.Posté par Marc le 30/11/2020 16:36

35. les personnalités politiques ne peuvent pas faire leur métier sans être vus, un peu comme les présentateurs télés... Et pour le coup faire porter une cagoule aux policiers empêcherait définitivement leur identification en cas de violation de la loi.

39. Prenez une chambre.

39.Posté par Pascale le 30/11/2020 15:09

@JORI: en te lisant.... ça me fait penser que les PN (pervers narcissiques) rejettent leurs propres défauts sur leurs victimes :) c'est ce qu'on appelle la projection... :)

38.Posté par Pascale le 30/11/2020 15:04

@JORI: non, tout le monde n'a pas les mêmes déviances que toi :)

37.Posté par Marc le 30/11/2020 14:52

2. C'est rare mais je suis d'accord avec Jori. Il n'y a en réalité pas grand chose dans cette loi.

10. Ce que vous dites est faux. Seule la diffusion des images étant réprimée, la police n'a pas le pouvoir d'arrêter quelqu'un en flagrant délit. Si elle le fait, elle le fait illégalement. Et si elle a l'intention de faire ce genre de choses illégales, elle n'a pas besoin de l'article 24 pour ce faire, elle le fait avec un outrage à agents des plus classiques.

Par ailleurs, le RIO est explicitement exclu des éléments d'identification dont la diffusion est interdite. C'est le seul d'ailleurs. Il suffit de lire le texte pour le voir.

18. Parce qu'il est arrivé des cas de policiers dont l'identité a été révélée sur Internet et qui se sont faits harceler et menacer, eux ou leurs familles.

20. Le ministre de la justice raconte n'importe quoi pour faire chier son collègue de l'Intérieur. L'intention est un élément fréquent en droit pénal. C'est même un élément explicitement cité dans la qualification juridique de plusieurs infractions: violences volontaires ayant entrainé la mort sans l'intention de la donner (222-7 du code pénal), actes de torture ou de barbarie ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner (222-1 et 222-6) , participation à un groupement formé en vue de la préparation d'un acte terroriste (421-2-1) , financement d'entreprises terroristes (421-2-2), sans compter évidemment la distinction entre les différentes catégories d'homicides. En fait, le caractère intentionnel d'une infraction est par défaut une condition sine qua non de sa répression: c'est un grand principe du droit pénal explicité à l'article 121-3 du code pénal "Il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre". L'intention ce n'est pas un élément nouveau en droit pénal, soit qu'on s'en serve comme d'une condition pour une infraction soit que l'intention elle même constitue l'infraction.

Quant à la commission, "juridiquement possible", c'est un bien grand mot. Au final seul le vote des parlementaires compte juridiquement.



Sur deux autres sujets:

- la disposition du pjl séparatisme me pose un problème d'efficacité puisqu'elle est conditionnée à une menace urgente. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée si on la veut efficace.
- une manière très simple de tuer cette proposition de loi c'est de faire voter la loi séparatisme avant. Le texte de Fauvergue et Thourot étant une proposition de loi, elle ne pourra vraisemblablement pas être définitivement adoptée avant fin 2021 au plus tôt, vraisemblablement plutôt début 2022. La loi séparatisme étant un projet de loi, elle peut passer beaucoup plus vite et écraser complètement le texte en cours d'examen.

36.Posté par Guétali le 30/11/2020 14:41

22.Posté par Pauvre France le 30/11/2020 09:38

Toujours à faire des lois que plus personne ne veut respecter parce qu'il n'y a plus de respect tout court
.................................

On ne peut pas demander aux gens d'en bas de respecter les lois, quand ceux d'en haut les violent.

Chirac condamné par la justice. Sarkozy mis en examen pour association de malfaiteurs etc....

35.Posté par Guétali le 30/11/2020 14:39

Un policier honnête n'a pas peur d'être filmé.

C'est un métier à risques. Les politiciens aussi font à métier à risque et sont filmés et vilipendés sur les réseaux sociaux. Pour les protéger, il faut aussi interdire de les filmer ?

Le mieux pour les policiers: qu'ils travaillent avec une cagoule comme ça plus de risque d'identification.

34.Posté par Guétali le 30/11/2020 14:36

29.Posté par Nono le 30/11/2020 13:28

Bon résumé de fond, ce gouvernement est vraiment dans l'amateurisme.
..........................................

De l'incompétence......

33.Posté par Guétali le 30/11/2020 14:35

28.Posté par Comarese

Benala, adjoint au chef de cabinet du Président de la République était-il un policier ? Non. Mais, il "policait" officiellement, protégé par policiers et autres officiels.

Version officielle: on n'était pas au courant, il faisait ça sur son temps libre. Cela relève de sa vie privée.

Le pire a été le cri de l'autre :"il n'est pas mon amant". Quelle hauteur, quel prestige, quelle classe!!!!!!!

32.Posté par Guétali le 30/11/2020 14:29

27.Posté par Comarese le 30/11/2020 12:41

Je reviens de plusieurs mois passés en métropole. Bien au-delà du racisme structurel au sein de la police et aussi de la gendarmerie, ce mal submerge une large partie la population. En France, on ne parle plus d'arabes et de musulmans mais de ""bougnoules". On ne parle plus de noirs mais de nègres. Mais attention, les gens ne sont pas racistes, ils s'en défendent. Comment pourraient-ils être racistes dans le pays des Droits de l'homme ?
.............................................

C'est faux. Ils sont tous accueillants, gentils, pas racistes du tout mais alors là pas du tout. S'ils ont colonisé c'est par humanisme et malheureusement, il a fallu instaurer le progrès par la force (vous savez les indigènes ont opposé trop de résistance abusive et violente aux méthodes douces du colonisateur qui ne voulait que le bien pour ces sous-hommes. Il a tellement voulu mettre les indigènes au même niveau que lui, qu'il a été contraint d'user de la force pour y arriver. Bon il y a eu de l'asservissement, quelques pelotons d'exécution pour l'exemple -pour tester les munitions-, quelques projections dans le vide depuis un avion -mais avec correction c'est à dire avec invitation "va voir en bas si j'y suis". Et puis, tout papa ne corrige t-il pas ses enfants pour leur bien ?). Un seul exemple de cette volonté civilisatrice: le Code noir. Il a été écrit dans quel but . Seulement dans le but d'alphabétiser les indigènes.Pour cela, il fallait un livre pour cet apprentissage à la lecture et l'écriture et surtout pour comprendre l'obéissance...Bien sûr il y y a eu quelques outrances (exemple: un noir qui s'enfuie la nuit. Le colon n'ayant pas le flair assez développé il fallait bien utiliser les chiens mais vous savez un chien ça ne se maitrise pas, il peut mordre. Les boulets au pied ? Trop de noirs courraient de manière désordonnée et se blessaient. Le boulet au pied poursuivait un but d'éducation à bien marcher. Les fers au cou ? C'est par générosité qu'on offrait de tels bijoux. L'appropriation des terres: c'était pour montrer comment la cultiver et s'enrichir. Le commerce triangulaire avec les noirs enchainés en cale ? On testait le jeu Kokanta). Donc arrêtez les clichés du méchant missié blanc.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes