MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Pierrot Dupuy - Ainsi était Bruny Payet


Par - Publié le Lundi 21 Septembre 2020 à 05:00 | Lu 2320 fois

Pierrot Dupuy - Ainsi était Bruny Payet

Bien des choses ont été dites sur Bruny Payet et son parcours d'exception unanimement salué. Pour l'avoir rencontré à plusieurs reprises ces dernières années, notamment avec le regretté Jean-Claude Barret et un autre ami commun, je voudrais retenir de nos divers échanges en toute liberté deux ou trois choses qui m'ont frappé et que je vous livre.

Un grand témoin de l'histoire de La Réunion

Ces échanges avaient même pour partie été enregistrés en vidéo mais les fichiers ont été égarés au gré de différents changements d'ordinateurs. Peut-être remettrai-je la main dessus un jour. Mais je dois dire, avec le recul, que j'avais éprouvé un grand plaisir à discuter avec cet homme érudit, qui a été une des grands témoins de l'Histoire de La Réunion. Moi le journaliste que l'on classe parfois un peu trop facilement à Droite et cet homme sur la fin de sa vie, marxiste convaincu, qui avait vécu dans l'ombre de Paul Vergès et que ses propres camarades avaient mis de côté. Il avait d'ailleurs fallu un article de Zinfos, il y a de cela quelques années, le montrant seul, sur un bord de chemin, regardant passer un défilé du 1er mai, pour que ses camarades se souviennent de lui et le remettent au premier plan.

La première chose que je retiens donc de ces heures de discussion, c'est certainement la grande humilité de Bruny Payet.

Parmi ses nombreux exploits, comment ne pas évoquer son brillant parcours lycéen ? Rappeler cela aujourd'hui, en 2020 a l'air anecdotique et pourtant.

Au lycée avec Raymond Barre, les frères Vergès et Auguste Legros

Bruny Payet est un élève brillant né d'une famille nombreuse et très modeste de La Rivière Saint-Louis. Les enseignants de son établissement, le Cours Complémentaire, comme cela s'appelait à l'époque, convaincus du potentiel du jeune Bruny, vont tout faire pour convaincre son père de le présenter au lycée Leconte de Lisle.

"Le présenter" car on accède au lycée sur "examen", surtout si on vient des "quartiers" comme disaient les anciens, mais convaincre le père de Bruny ne fut pas facile. Non pas qu'il doutait de l'appréciation des enseignants ni des capacités de son fils mais tout simplement parce que la famille n'avait pas les moyens de prendre en charge les études du jeune Bruny. C'est à dire les frais de scolarisation car les études au lycée sont payantes, et la pension. Comme l'a fort justement rappelé mon ami Jules Bénard, sans l'aide de Léonus Bénard rien n'aurait été possible.

Mais restons au lycée. Bruny Payet, après s'être débarrassé de l'examen d'entrée, simple formalité pour lui, intègre l'établissement en1938. Il est en 3ème en même temps que Raymond Barre, les frères Vergès et Auguste Legros notamment. Mais tout ce petit monde est en troisième classique, Bruny qui n'a pu faire ni latin ni grec à la Rivière Saint-Louis, est en troisième moderne.

Deux élèves dominent alors l'établissement par leur réussite et leur intelligence et trustent tous les prix, dans leurs classes respectives : Raymond Barre et Bruny Payet. La légende entretenue et colportée jusqu'à nos jours rapporte que Raymond Barre et les frères Vergès (Jacques plus que Paul selon les jours et les interlocuteurs) dominaient les études lycéennes, ce qui est incontestable pour Raymond Barre mais tout à fait inexact pour les frères Vergès, quand bien même ils étaient parmi les bons élèves. Ainsi va la légende des Vergès.

Quant à Bruny Payet, il n'a pas fini de croiser leur route et de subir leur ombre portée. Interrogé sur cette partie de sa vie et sur ces aspects, Bruny se contentait de rigoler.

Bruny Payet, après le lycée, poursuivra de tout aussi brillantes études d'ingénieur à l'Ecole Supélec dont il sortira avec le diplôme d'ingénieur.

Marxiste jusqu'à son dernier souffle

La deuxième chose que je retiens, ce sont ses convictions, son refus des injustices et son adhésion au marxisme qu'il précisait lui-même comme "sans retour".

Sur ce plan il était intarissable, racontant de multiples anecdotes de son éternel combat contre ce qu'il appelait "le capitalisme et ses méfaits". C'est toute son énergie et son intelligence livresque, mais surtout pratique, que Bruny Payet va mettre à l'organisation de la défense des travailleurs, ouvriers comme planteurs ou demandeurs d'emploi, au sein de la CGTR.

Lucide sur le rôle et la personnalité de Paul Vergès

La troisième chose, c'est sa lucidité sur le PCR auquel il a tout donné et particulièrement sur Paul Vergès, le secrétaire général du parti. En privé, ses critiques sur Paul Vergès étaient sévères et il n'était pas dupe du personnage, ni de son intelligence qu'il reconnaissait volontiers, tout autant que de son mauvais génie. Il est intéressant d'ailleurs de noter que dans sa lettre de 2004 (qu'Ary Yee Chong Tchi  Kan a fait reparaître à son décès), où il revisite ses combats, jamais Bruny Payet ne nomme Paul Vergès.

A ce propos, je voudrais rapporter un fait totalement méconnu. On sait que brillant ingénieur, après son passage à la mairie de Saint-André, sous Raymond Vergès, comme secrétaire général de mairie, Bruny Payet ne retrouvera plus jamais d'emploi auquel il pouvait légitimement prétendre.

Ce fait est exact, et on ne peut nier ni excuser la responsabilité des autorités et des politiques de l'époque. Il ne faut cependant pas sous-estimer le rôle de certains de ses propres camarades.

A la fin des années 60, le directeur de l'EER (Energie Electrique de La Réunion) de l'époque est un ancien camarade de promotion de Bruny Payet à l'Ecole d'Ingénieur Supélec, qu'il retrouve plusieurs années après à La Réunion. Ils se fréquentent et ce directeur est effaré de la situation personnelle et professionnelle de Bruny Payet. Il se met alors en tête de le faire rentrer à la tête d'une des directions techniques de l'EER. Cela ne se fera pas, les propres camarades de Bruny intervenant au plus haut niveau pour s'opposer à son recrutement, au grand désespoir de son ami directeur.

Rapportée par une source digne de confiance, nous avons voulu vérifier cette information lors d'un de nos entretiens avec Bruny Payet. Après une courte hésitation, le seul commentaire de Bruny Payet fut : "Ah! bon ?" avant de partir dans un grand éclat de rire !

Un homme très sympathique

De même, peut-être reviendrons-nous un jour sur ce qu'il nous a dit quand nous l'avons interrogé sur deux morts tragiques qui ont marqué la vie de Paul Vergès, celle d'Alice Peverelly à 37 ans, un soir au volant de sa Coccinelle, après avoir quitté la route de la Montagne au lieu-dit la Ravine à Malheur. Ou encore celle d'Alexis de Villeneuve, le 25 mai 1946, une mort pour laquelle Paul Vergès a été condamné en juillet 1947 par la cour d'assises de Lyon.

Bruny Payet a toujours refusé de rompre avec le Parti qu'il a contribué à fonder, estimant jusqu'à la fin de sa vie, où il se plaisait à nous dire qu'il réétudiait Marx, qu'il était bien plus important que sa propre situation et ce que certains ont en fait. 

Que dire de plus ? Son humour, son abnégation et son humanité qui faisaient que d'accord ou pas avec ses positions et ses analyses, il disposait d'un capital de sympathie, grand et qui ne fut jamais érodé (le seul capital dont il sera détenteur finalement, avec naturellement l'œuvre de Marx !).

Ainsi était Bruny Payet.


De gauche à droite : Elie Hoarau, Bruny Payet et Paul Vergès
De gauche à droite : Elie Hoarau, Bruny Payet et Paul Vergès


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Gros comme une maison le 21/09/2020 05:56

Gros doigt, enrubanner, toutes les occasions pour dire du mal de Vergès sont bonnes, un mort qui parle d'un mort, procéder.....

2.Posté par dimitile le 21/09/2020 09:42

Bruny Payet, Serge Sinimalé, Jean Baptiste Ponama, Alexis Pota...la liste est longue des victimes politiques de Paul Vergès, il a éliminé tous ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre ainsi qu'à sa famille.

3.Posté par klod le 21/09/2020 10:50

bel article de M. Dupuy , bravo !!!!!

outre des souvenirs Historiques de M. Dupuy , merci à lui , on retiendra : "Moi le journaliste que l'on classe parfois un peu trop facilement à Droite " …………….. ou pas.

4.Posté par klod le 21/09/2020 10:51

dimitile , post2 , a dit beaucoup, j'ai eu la chance de connaitre un des noms cités , effectivement ………

5.Posté par en passant le 21/09/2020 11:30

Croisons les doigts pour que M. Dupuy retrouve ses enregistrements et les mette à notre connaissance, après chacun fera son analyse.

Pour ma part je dirai que Bruny Payet , était tout sauf un imbécile ou un perdreau de l' année donc il devait savoir qu'en se confiant à un journaliste ses propos allaient être rapportés ,tôt ou tard .

Quant aux faits mentionnés certains sont du domaine public , et juridique, mais faute d' historiens ils ne sont pas encore "passé" dans le domaine Histoire mais cela finira par venir
Donc M Dupuy ne fait pas "parler un mort sur un autre mort" il apporte un témoignage de première main sur des aspects de notre Histoire . Merci à lui.

6.Posté par maikouai le 21/09/2020 12:49

Faire passer Paulo pour un tendre, personne n'oserait le prétendre ou le dire, il était aussi directif, froid qu'intelligent, avec un esprit de synthèse phénoménal. Dans cette mouvance Bruny était d'accord sur l'essentiel. S'il se taisait du moins en public à la manière de Chevènement, c'est que l'autoritarisme le charisme et la compétence de Paulo, ne remettaient pas en cause la ligne directrice, l'objectif de fond fixé.
Pierrot, Paulo, ne vous a-t-il pas "donné" une leçon de gaullisme à propos de son refus de voir installé à la Réunion : "l'Université Française de l'Océan Indien", prétextant qu'en matière d'économie et d'échange commercial, le premier vecteur est la langue, donc cette "Université", installé en Afrique serait plus bénéfique à la France et que ce Continent ne sera pas toujours au creux de la vague... ?
La perspective de Paulo et le travail de consolidation sur le terrain de Bruny, ont toujours été remarquable, pour le reste, chaque individu sincère dans symbolique de la médaille avec les côtés Pile et Face...
On peut partager ou pas les idées d’un parti, d’une personne, néanmoins en toute situation l’objectivité doit primer, merci pour ce papier sur Bruny qui retrace bien le personnage.

7.Posté par polic le 21/09/2020 13:49

Certainement un bon type, mais un marxiste reste un homme dangereux .......qui a une perception étroite de l homme et de la vie.....DOMMAGE!!!!!!

8.Posté par PAYET François le 21/09/2020 14:32

Merci pour cet éloge de la probité politique, morale et intellectuelle, M. Dupuy

9.Posté par Dignité le 22/09/2020 09:14

Sans être aussi érudit que certains qui interviennent sur le sujet je ne peux m'empêcher de m'interroger sur les dérives du marxisme.
Quand on voit ce qu'il a permis en Russie sous Staline et au Cambodge sous Pol Pot , on ne peut qu'admirer la foi de certains, comme Bruny PAYET, envers cette idéologie.
Marx , n'était peut-être pas pas un mauvais bougre, mais il a donné naissance à une idéologie qui aurait dû rester dans ses livres plutôt que d'être déclinée sur le plan politique et ainsi permettre l'avènement de régimes gouvernementaux monstrueux en tout.

Quant à Paul VERGES, ceux qui l'ont cotoyé ont du mal à croire qu'il pouvait être quelqu'un d'aussi machiavélique. Mais il est vrai que pour durer en politique il ne faut pas pas être un tendre et un naïf.

Le cynisme et le manque de scrupules on peut l'admettre en politique en considérant ces traits de caractère comme relevant de la règle en la matière.
Mais l'inhumanité et la cruauté, comme l'ont pratiqué Staline et Pol Pot, en considérant que l'idéologie teintée de marxisme qu'ils voulaient mettre en application justifiait des sacrifices humains, en reléguant l'homme à l'état de bête, aucun homme digne de ce nom ne devait et ne doit l'accepter.

Si Bruny PAYET, Paul VERGES et consorts ... ont "compris" les dérives commises par ces deux références historiques qui, comme eux, s'étaient réclamées du marxisme, ils doivent être descendus du piédestal sur lequel ils ont été installés.

10.Posté par François le 22/09/2020 10:23

Oui M. Dignité (post 9), vous avez raison de dénoncer ces dérives totalitaires qui figurent parmi les dernières sauvageries de l'histoire de l'humanité.
Oui nous devrons encore nous souvenir que le fanatisme, la pensée politique mécaniste et simplificatrice, dérivent toujours de philosophies, religions et doctrines politiques qui forment pourtant la richesse de nos civilisations.
Justement M. Dignité, mobilisons-nous aujourd'hui : 15% des populations du monde ont fait une O.P.A. sur plus de 50% des promesses de vaccin du Covid19 ! Quelle est l'idéologie brutale et inhumaine qui s'apprête à condamner ainsi 85% de l'humanité au nom de la préséance du riche, de la loi du plus fort ?
Combien de morts si on laisse encore plus longtemps notre planète globalisée de 9 à 10 Mds d'habitants sous la gouvernance de cette idéologie barbare et criminelle ? Actualité pressante !

11.Posté par en passant le 22/09/2020 11:03

Dignité
juste en passant puisque tel est mon pseudo (!)
Marxisme : Ce que vous exposez ne relève-t-il pas du stalinisme ?
P Vergès : côtoyer une personne est une chose la pratiquer , ce qui suppose des relations continues et dans une certaine durée, c'est sans doute autre chose ne croyez-vous pas ?
Le Présent nous éclaire sur les inégalités et "leur creusement" est là peut -être que Marx pourrait continuer à être utile .Ne croyez-vous pas ?
L' Histoire (à venir) espérons-le va nous aider à voir clair , et sur les systèmes ( des inégalités qui se développent et de surcroit en situation de crise) et sur les personnes . ( Vergès , Payet...)

12.Posté par Bénard le 22/09/2020 12:17

Bravo, cousin !
Je suis fier de toi.

13.Posté par Dignité le 22/09/2020 14:58

@ post 11 et 10

J'aime bien le débat car il permet le dialogue et, partant, de dire ce que l'on pense et de confronter ses idées à celles des autres.
C'est pour ça que je déteste la censure qui ampute les idées en donnant l'impression que l'on ne vit pas dans une société libre et ouverte.
Pour en revenir au sujet du débat, j'ai envie de dire à ceux qui encensent Bruny PAYET, en lui tressant une couronne de lauriers, quand on a fait SUPELEC on se destine à une carrière nationale voire internationale.
Ce mec a préféré, diplôme prestigieux en poche, s'installer dans son île natale et de servir de faire valoir à un parti politique dirigé par un type qui ne voulait que personne lui fasse de l'ombre.
Sa fidélité à un parti, voire à un homme, l'a conduit à mettre en berne le destin professionnel brillant qu'il pouvait espérer avec son diplôme.
A mon sens un tel aveuglement ne traduit pas une grande hauteur de vue. N'en déplaise à Pierrot DUPUY qui suscite, à mon grand désarroi, l'admiration de son cousin.

14.Posté par en passant le 22/09/2020 17:08

Dignité
Ce"mec" comme vous dites n' a pas besoin d'être encensé ;
Rayonnement international et exercer à La Réunion seraient pour vous incompatibles?
Faire valoir ?
a) ce "Parti " , comme vous dites c'est aussi sa création
b)Privé et Public ( sans oublier ce que nous apprend l' article) ont décidé de le bannir de toute activité professionnelle ne croyez-vous pas que c'est là le coeur "de l' affaire" ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes