Société

[Photos] Tai Pussam Kavady 2017 au temple Siva Chanmouga Naada Swami Kovil de St-Louis

Jeudi 9 Février 2017 - 12:38

Le Kavady est l’une des plus grandes fêtes célébrées dans le Sud de l’Inde et à L’Île de la Réunion. Elle est célébrée en l’honneur du Seigneur Muruga afin d’obtenir sa grâce et de lui montrer sa dévotion. Après une quinzaine de jours de carême et 10 jours de cérémonies intenses qui ont commencé le 31 janvier au temple, le dernier jour est arrivé, ce jeudi. 

Le carême est une période de privation pour les fidèles et les pénitents. Cette période est marquée par un régime exclusivement végétalien, une non consommation d’alcool et une abstention des rapports intimes et des relations charnelles. 

La fête du Kavady au temple de Siva Chanmouga Naada Swami Kovil de Saint-Louis se termine le 9 février 2017 et est marquée par une grande procession qui part de la Rivière Saint-Étienne pour aller jusqu’au temple. Pendant cette procession, les pénitents portent des kavady (pièce de bois en arc de cercle recouverte de fleurs, de tissus roses et de photos du Seigneur Muruga) sur leurs épaules, ou des « sembou » contenant du lait, du miel, de l’eau de rose, du Ghee (Beurre indien) ou de l’eau de coco. Ils sont tous habillés en rose, les pénitents autant que les fidèles, et sont pieds nus. 

Au cours de la procession, les pénitents doivent faire vœu de silence, soit en attachant un tissu rose sur leur bouche ou alors en implantant des aiguilles en argent dans leur joue. Ils se font aussi poser des aiguilles sur tout le corps, elles représentent d’une part la victoire du bien sur le mal et d’autre part les rayons du soleil sur l’argent ont des actions bénéfiques sur le corps. Une fois revenu au temple, une partie du contenu des « sembou » est versé sur le dieu Muruga et l’autre partie est partagée par le pénitent avec sa famille et les fidèles. Et ils se font aussi retirer les aiguilles implantées dans leurs corps. 

Les vidéos du Cavadee à Saint-Louis à visionner ici

[Vidéo] La procession de Saint-André à visionner sur la page Facebook Zinfos974



















Apamea Desegaulx - Amrita Valeama
Lu 22873 fois



1.Posté par Jose le 09/02/2017 12:49

En voyant ça, j'ai du mal à croire que ces gens vivent en 2017...

2.Posté par GIRONDIN le 09/02/2017 13:39

.... Tai Pussam Kavady 2017 au temple Siva Chanmouga Naada Swami Kovil de ST-Louis....

Le pont de la rivière St Étienne a changé de nom ?

3.Posté par Hari Om! le 09/02/2017 17:09 (depuis mobile)

Post 1
En lisant votre commentaire, j'ai du mal à croire que Vous vivez en 2017...

4.Posté par Babeuf le 09/02/2017 17:26

Religion???
Barbarie et fétichisme, Oui!

5.Posté par Tamoul97440 le 09/02/2017 18:03

Plus beaucoup de physique Indien à La Réunion. Que du métissage made in Réunion.

Rien à voir avec Maurice où aujourd'hui c'est jour férié pour la fête du Cavadee

J'ai regardé le Cavadee à Maurice sur MBC SAT, et là bas c'est l'Inde pur souche

Vive Maurice !

6.Posté par Jean le 09/02/2017 18:13

Je suis allé pas mal de fois en Inde, je n'ai jamais vu cet étalage de gens qui se sacrifient, on dirait qu'ici, l'intensité y est plus forte que dans le pays d'origine.
Pareil pour les chapelles, il y en a profusion dans les arrières cours, à croire qu'ici la quête du pardon est exacerbée.
Qui se mettra le plus d'aiguilles, qui marchera le plus lentement dans la braise, qui sacrifiera le plus d'animaux, bref, nous plus, encore et toujours plus.

7.Posté par bibi974 le 09/02/2017 18:43 (depuis mobile)

Respectons les choix de chacun et ils respecteront les notre. La tolérance et le respect sont les clés du vivre ensemble.

8.Posté par Dolly Prane le 09/02/2017 18:44

Mon Dié Seignèr Marie Joseph je vous prie pour les mécréants post 1 á 4

Meme Louriuga accepte un corps tatoué ? .....

Les religions ha ah ah ah

Que leurs prières font

- Baisser la délinquance
- amélioré le CAC 40
- Réduit la dette de la France
- Protègé Francois F. contre le canard déchaîné
- Fais dégager FH

Etc etc Amen après mi rentre dans Sat la gagné Hi hi hi

9.Posté par Respect le 09/02/2017 19:06 (depuis mobile)

Franchement les gens, Si c''est pour critiquer pourquoi vous regardez les photos! Bande d''imbéciles! Si vous ne connaissez rien à la religion fermez vos gueules!
Fière de ma religion et 7 lé pas content trace zot route!

10.Posté par bleu outre mer le 09/02/2017 19:32

5.Posté par Tamoul97440
Assez d'accord avec vous de ce qui reste des pratiques ancestrale ici est souvent très différentes en Inde.

11.Posté par papangue le 09/02/2017 19:56

Ben ! En voila une "sacrée brochette" de Malbars .... En Inde (pour en avoir fait le tour, je sais que rien ne s'y pratique de la sorte ...), les citrons on les utilise en cuisine et non en ustensiles SM ... Je suggère de remplacer les citrons par des pneus ou des tambours de machine à laver ... On en trouve à profusion dans la rivière Saint-Etienne ...

12.Posté par CUT le 09/02/2017 19:57

@ post 1 :

Si, ces gens vivent bien en 2017. En tous cas à St-André, puisque je suis passé devant le temple du petit Bazar ce matin où il y avait aussi cette grande fête et il y avait plein de BMW et Mercedes stationnés devant.

Par contre, je suis sûr que si je passe devant votre domicile et que je regarde dans votre garage (si vous en avez un) j'aurais du mal à croire que vous vivez en 2017...

13.Posté par TICOQ le 09/02/2017 20:17

Quand j'ai un gros doute, je me demande toujours "shiva, ou shiva pas ?"

14.Posté par Dolly Prane le 09/02/2017 20:54

@ 9.Posté par Respect le 09/02/2017 19:06 (depuis mobile)

Je suis irréligieux je goguenarde mais je ne moucate pas mon prochain
C'est vrai j'étais en INDE et rien à voir avec quelques simagrées pratiques ici notamment les tambours assourdissants d'ailleurs les pénitents devraient faire un ti tour chez l'orl

Las bas c'est fraternel - festif - fervent - silencieux ou une belle mélodie non pas par haut parleur hurlant des cantiques mais de vrais chanteurs et choristes bref LA FÊTE

Ici comme lé partie communiste Y met chiffons rouges partout pour faire peur Hi hi sauf que CRÉOLE LA PÉR pas mes amis voyageurs en 787-800 que la fini un pied mangue malgré les chiffons et. Autres gris gris posés sur le pied ah ah ah ......

15.Posté par narayanin le 09/02/2017 20:58 (depuis mobile)

Incroyable en 2017 l'homme blanc se croit encore supérieur, allez jouer avec votre matraque

16.Posté par Dolly Prane le 09/02/2017 21:08

@ 12.Posté par CUT le 09/02/2017 19:57

En tous cas à St-André, puisque je suis passé devant le temple du petit Bazar

Post 12 profite bien car Á ce rythme dans dix ans nos chers amis Malbars aux gros 4 X 4 achetés à la sueur des plantations de canne et autres entrepreneurs de véhicules de chantiers seront remplacés pas les minarets des zamis de Zean Pol grands voyageurs en 787-800 grâce à la sueur de leur déplacement à Beau Sejour

17.Posté par Latchimy Priscilla le 09/02/2017 21:28

Bonsoir à tous! Comme vous pouvez le voir, mon nom est inscrit ci-dessus. Quand je décide de laisser un commentaire, moi, je ne le fais pas sous couvert d'anonymat ou autre pseudonyme.
Oui, c'est bien en 2017 que nous vivons tous! La pratique de cette religions ne fait pas de nous des primates! C'est plutôt votre non-ouverture d'esprit qui fait de vous un arriéré!!!
Métissage? Oui nous sommes à la Réunion, si vous ne voulez voir que des indien... allez vivre en Inde!
Oui c'est vrai que la manière de pratiquer des Réunionnais n'est pas la même qu'en Inde. Les premiers pratiquant de l'île ont dû s'adapter à leurs nouvelle environnement, à l'esclavage, à la colonisation, à l'éloignement de leurs pays d'origine, etc. Alors oui, la manière de pratiquer n'est sans doute pas la même. Mais c'est le cas pour bien des religions.
Le respect des personnes qui vous entourent... de leurs religions....de leurs physique... Le RESPECT quoi! ça vous dit quelque chose???

18.Posté par Cochin le 09/02/2017 21:39 (depuis mobile)

9. Respect
Ou Le symbole d'une religion de paix, d'amour et de fraternité.
Je comprends mieux les supplices.

19.Posté par lan le 09/02/2017 22:31

@6 / 10 / 11 zét' aller où en Inde à part les restos : https://www.youtube.com/watch?v=shMySqCyMzQ

20.Posté par Dolly Prane le 09/02/2017 22:57

@ 17.Posté par Latchimy Priscilla le 09/02/2017 21:28

Chère Mademoiselle , j'ai bien lu votre prose cependant pour quelqu'un qui vient de rendre grave au Dieu MOUROUGA ......qu'elle amertume
Justemeent l'an prochain il vous reviendra à prier doublement pour ceux qui ne sont pas de vos religions

Par ailleurs pour info dommage que Air Austral garde ses deux 787/800 Dreamliner pour les amis de Zean Pol et de Zilber auquel cas puisqu'on est loin de vos propos ( Les premiers pratiquant de l'île ont dû s'adapter à leurs nouvelle environnement, à l'esclavage, à la colonisation, à l'éloignement de leurs pays d'origine,) vous emmener à Chennai pour recentrer votre religion si coloré vers le vrai hindouisme où
Las bas c'est fraternel - festif - fervent - silencieux ou de belles mélodies chantées et non pas par haut parleur hurlant des cantiques mais de vrais chanteurs et choristes bref LA FÊTE

Dans cette attente je vous souhaite à vous et vos amis un joyeux Cavadee

Cordialement

21.Posté par Naminzo le 09/02/2017 23:30 (depuis mobile)

Que de l''amertume ds les commentaires , laisser ns pratiqué notre religion . Et occupé vous de la vôtre .tt est ds l''esprit , la manière de faire est différente du Sud ;ouest en Inde et mm àla Réunion.Vs critiquez aller lire plutôt les livre sacré.

22.Posté par li le 10/02/2017 10:07

Ça zistwar tamoul
Donc pratique tamoul
Faut revoir vos classiques
Tamoul: particularisme par rapport à l autre Inde
Pureté et maintien des traditions

Astèr lé vrai na in pe i devré penser aux bonnes relations de voisinage plutôt que de s enfermer dans la pratique religieuse

Et puis indiens de l île = engagisme

Quoique une des 1ères femmes de l'île était indo européenne comme on dit. Hi hi.

Et pour les " indien pure souche" et lé "a'gard creol la déguisé ", petit rappel : au commencement du débarquement , il n y avait poin foule côté fanm zindien contrairement aux mâles . Dan sak la resté la pa empeche a zot engendré. Devine ek ki.
Et aussi na do fanm zinde débarqué la marié avec des non indous. Alors assé asiz su mélanzé.
Kan mi wa na in pe i sa cherche madame ou monsieur la ba pou pa salir sang mi lé en effroi.

En tou k content de voir que malbar st lwi touzour dan la place

23.Posté par Zarin le 10/02/2017 11:41

L'oeil voit seulement ce que l'esprit est préparé à comprendre.

Henri Bergson

24.Posté par bleu outre mer le 10/02/2017 12:18

19.Posté par lan
Depuis 1980 et assez régulièrement. Kérala , Tamil nadu. J'ai des amis là bas ainsi qu'un projet avec la Réunion mais comme Mr Latchimy Priscilla la bien dit "Oui c'est vrai que la manière de pratiquer des Réunionnais n'est pas la même qu'en Inde." Je constate mais je ne juge pas . Vous vous êtes dans l'interprétation de mes propos et vous que connaissez vous de l'Inde a part d'envoyer sur une vidéo, cela ne montre pas que vous connaissez l'Inde et en plus vous ne connaissez pas d'ou je viens ?????

25.Posté par Vache à Lait le 10/02/2017 12:18

Chacun fait ce qu'il veux, par contre j'espere qu'ils ne laisseront pas de tas de dechet en tout genre sur les sites ou ils font joujou avec leurs Hameçons.
Car la ou ily a " celebration" il reste des dechets et poulets décapités et autres merdes.
La Religion lé cochon?

26.Posté par Ti colon le 10/02/2017 14:44

Pour tout les grands voyageurs qui veulent nous montrer qu'ils sont allés en Inde etc.. Si vous êtes aussi ouverts d'esprit vous pouvez donc comprendre que 150ans d'histoire de cette religions menée loin de l'Inde a forcément créer des différences.. Est-ce une mauvaise chose? Il est du devoir de chacun dans cette société de respecter les us et coutumes des autres. La liberté des uns s'arrête où commence celle des autre. Personne ne vous a obliger à assister à la cérémonie, à lire cet article et encore moins à vous mettre des aiguilles, alors fermez vos claques merde!
Vous avez envie de voir la religion tamoul comme elle se pratique en Inde, et bien prenez vos cliques et vos clac et barrez vous! (valable pour les colons blanc connaisseur et aussi pour les créoles non respectueux)

27.Posté par le front national reunion le 10/02/2017 17:28

SOMA => LIQUEUR D IMMORTALITE.
12 juin 2010, 11:53
Dans le rg veda, a une place de premier choix. Le suc filtré, coupé de lait caillé par les prêtres incarnant Indra(1) et son cocher vayu, chez les iraniens appelé haoma dans l’Avesta. Après le védisme, le culte se perd. Vient ensuite des genres vicariants comme l’éphédra……substitut donc. Le soma n’est pas un alcool, les aryens ignoraient la distillation, découverte médiévale. Le soma est male, la boisson sura femelle.

Le Yajña (Devanāgarī: यज्ञ) est un terme sanskrit qui désigne le sacrifice védique destiné à honorer les deva par des louanges et des oblations. Il est commandité par un Yajamana généralement de caste kshatriya mais parfois de caste brahmane. Le passage du védisme à l'hindouisme se marque par l'abandon progressif du yajña, remplacé par la pûjâ.


En fait c’est l’amanite tue mouches ou fausse oronge, amanita muscaria. Roger Heim a travaillé dessus en France. Soma est un mot sanskrit ( सोम ) construit sur la racine SU- qui signifie « presser, pressurer, écraser pour extraire un suc ». La plante, son foulage rituel (sens littéral du mot soma), et son suc rituellement exprimé et filtré, la libation de ce suc aux devas et sa boisson par tous les brahmanes officiants réunis, sont les formes diverses et complémentaires qui manifestent au cœur du monde védique (au lieu du yajna, lieu du sacrifice) une puissance vitalisante qui brille (qui devient Deva) par son évocation sous le nom de Soma. La toxicité de l'Amanite tue-mouche n'est pas comparable avec celle des autres amanites toxiques. Son ingestion provoque des troubles gastriques et neurologiques. L'amanite tue-mouches contient plusieurs alcaloïdes, mais son caractère psychotrope est principalement dû au muscimole, un alcaloïde produit pendant le séchage du champignon à partir d'un autre alcaloïde. Ce principe actif est éliminé par les urines qui, notamment chez les peuples sibériens, sont traditionnellement réabsorbées comme boisson enivrante. Les amanites du nouveau monde l’a consommait, d’où le nom. L’ethno-mycologie est une véritable science. On fait la distinction entre peuple mycophile et mycophobe détestant les champignons donc.les aryens l’amène en inde, ayant des contacts avec les forets de conifères. Il vient des montagnes de l’indou-kouch. Sous forme séché, le rg veda parle de « hari » signifiant jaune d’or. C’est le fils du tonnerre et de la foudre. Le rg veda avant d’être des mythes ou histoires à dormir debout serait une véritable valeur descriptive.
On boit l’urine, qui renouvelle l’ivresse. « Ceux qui se laissent tromper par les pretres avec l’urine de l’ivresse » (Avesta) ; assimilé au feu et au soleil. Ce culte des indo aryens a disparu.les sikhs du Pendjab, la région des aryens, les chinois, connaissent ce champignon. « ling chih »champignon d’immortalité.les manichéens par la Perse, se servent de l’eau rituelle de l’urine.les parsis de Bombay de la religion de Zarathoustra boivent de l’urine de taureau.les rennes mangent le champignon d’où, on pense son origine chez les hommes.

Les hymnes védiques préservent le souvenir d’observations faites il y a très longtemps, usent de métaphores (origines donc de nos prières aux divinités lors des rituels).le soma donne l’illumination divine. On peut même aller fort loin et voir l’image de l’arbre de la connaissance, le fruit défendu de la Genèse, arbre du bouleau sacré sibérien. Le phénomène religieux peut prendre sa source dans les champignons hallucinogènes. Les drogues permettent le discours latent de chaque culture.les Blackfoot du Missouri les associe au étoiles. Le brahmanisme est le lent passage du védisme à l'hindouisme, au cours duquel la plante originelle fut remplacée par des herbes, des plantes grimpantes ou même des fleurs. Soma est ainsi le deva qui brille du don de la vie, le plus important deva du védisme à côté d’Indra et d’Agni. Le lieu du sacrifice védique (le yajna) ayant la forme d'un oiseau, c'est lui le véhicule (vahana) des puissances vitalisantes. Le brillant Soma, qui abreuve, alimente et féconde les familles aryas et les devas de la société védique, est honoré quotidiennement trois fois, à l'aurore, à midi, et au soleil couchant. Le Yajamana commanditaire du sacrifice du cheval (Ashvamedha) est souvent un Roi (râja) très puissant. La caste (varna) du Yajamana, commanditaire du Yajña, est souvent celle des kshatriya, parfois celle des brahmanes.Les trois fonctions principales du sacrifice védique sont celles de récitant (hotṛ), de chanteur (udgātṛ) et d'officiant (adhvaryu).


(1)voir le travail de Georges Dumézil.

Bertrand Tailamée

28.Posté par le front national reunion le 10/02/2017 17:28

Le Père D'Almeida (Nuovi Avisi particolari dell' Indie di Portugallo, Venezia, 1562, 3ième partie, p. 97 et s. in Dahmen, id. p. 14-15) raconte ses expéditions nocturnes en 1559 chez les indiens soupçonnés de pratiques interdites. “Les Pères ayant appris par des néophytes que les païens avaient l'intention de célébrer une fête en l'honneur de leurs dieux Ganessa Vinacociti et Vinaico, pénétrèrent subitement dans une maison de brahmes et y trouvèrent une idole. Tous ceux présents furent punis, le brahme condamné aux travaux forcés à perpétuité et ses biens confisqués. La même nuit nous nous rendîmes chez un autre brahme et prîmes les gens en flagrant délit de cérémonies païennes. Nous saisîmes trois idoles, nommées Salgrama. Les brahmes s'étant enfuis, ordre fut donné de les arrêter partout où ils se trouveraient… Une autre fois nous interrompîmes une fête en l'honneur de Vali... La même nuit d'autres furent également surpris à célébrer une fête nommée Cibe et furent punis, bien que plusieurs d'entre eux fussent d'honnêtes marchands. Dans cette même circonstance on trouva dans la maison d'un indou de rang, deux livres intitulés Anadipurana. Ceux-ci contiennent les fables mensongères de leurs dieux etc.” En 1567, sur l'ordre du vice-roi, le préfet royal Fernandez et le jésuite Goez adoptent des mesures plus radicales encore pour extirper le paganisme. Ils détruisent 280 pagodes et mosquées sans compter d'innombrables pagodins des environs de Goa (Müllbauer, 1851, p. 97) “Dans l'île de Salzette, près de Goa, au cours d'une expédition punitive, le Père Pierre Berno, non content de renverser les temples, tue une vache, animal sacro-saint, et en jette les entrailles dans un étang sacré, crime qu'il expiera de son sang quelque temps plus tard.” (Dahmen, id. p.15)

Mais la pénétration chrétienne ne dépasse pas la zone d'influence portugaise le long des côtes. Les conversions sont le fait d'Indiens de basse caste et le christianisme, identifié au colonisateur portugais et à son mode de vie est synonyme de déchéance sociale. “Jusqu'à présent, écrit Nobili, en procédant suivant notre mode européenne, on n'a pas obtenu dans ces royaumes infidèles, parmi les gens de bonne caste, de conversion motivées par le seul intérêt spirituel et non pour des motifs d'ordre temporel, comme cela a été le cas chez les paravers, qui tout en étant de caste inférieure, n'acceptèrent la foi au Christ que pour échapper aux vexations des Maures” (Réponse, ch. I, Roc. p. 111). Ces conversions “d'ordre temporel” illustrent les limites de la prédication chrétienne en milieu indien, fût-elle celle de François-Xavier chez les pêcheurs de perles (“O nosso lapidario spiritual, o B. P. Framcisco digo”, écrit Sebastiam Gonçalves, Primeira parte da Historia dos Religiosos da Companhia de Jesus, ed Wicki, 1957, p.133). Dans une lettre datée de 1542, François-Xavier rapporte : “Nous avons traversé des villages chrétiens […] Faute de quelqu'un qui les instruise, dans notre foi, le chrétiens qui y vivent savent tout au plus dire qu'ils sont chrétiens […] A mon arrivée dans ces villages je baptisais tous les enfants qui ne l'étaient pas, de sorte que j'en baptisai une grande multitude ne sachant pas distinguer leur droite de leur gauche” (Tuticorin, 28 octobre 1542, cité par Bernard-Maitre, 1960 , p. 66-67). Conversions collectives, conversions sommaires, comme le confirme la lettre suivante de François-Xavier :

“Vous désirez vivement apprendre quelques nouvelles touchant l'état de la religion dans les Indes. Je vous apprendrai que dans ce royaume de Travancore, où je réside en ce moment, Dieu a attiré de nombreux infidèles à la foi de son fils Jésus-Christ. Dans l'espace d'un mois, j'ai fait des chrétiens de plus de dix mille d'entre eux ; et voici la méthode qui m'a servi. A peine arrivé dans les villages païens, où l'on m'appelait pour conférer le baptême, je faisais réunir en un même lieu les hommes, les femmes et les enfants. Entrant en matière par les premiers éléments de la foi chrétienne, je leur annonçai un seul Dieu, Père, Fils et Esprit-Saint ; et invoquant en même temps les trois personnes divines en un Dieu unique, je faisais faire à chacun, trois fois, le signe de la croix ; ensuite, revêtu du surplis, je commençai à haute voix, en leur nom, à lire la formule de la Confession générale, le symbole des Apôtres, les dix Commandements, l'Oraison Dominicale, la Salutation angélique et le Salve Regina ; - j'ai depuis deux ans traduit toutes ces prières en la langue du pays, et je les ai apprises de mémoire […] Lorsque les personnes me paraissaient suffisamment instruites pour le baptême, je recommandais à tous de demander à Dieu publiquement le pardon de leur vie passée, et de le faire à haute voix, et en la présence des ennemis de la religion chrétienne, afin de toucher le cœur des infidèles et d'affermir les croyants.” (De Cochin, le 8 février 1545, Lettres de Saint François-Xavier de la compagnie de Jésus, apôtre des Indes et du Japon, éd. Léon Pagès, tome premier, Paris, 1855, Poussielgue-Rusand, p. 172-173)

Ces adhésions à la foi chrétienne concernent des groupes relativement indépendants, hors castes ou assimilés aux castes inférieures. La conversion collective des Paraver, une communauté de pêcheurs de perles du Golfe de Manaar, répond à des conditions socio-politiques spécifiques, illustrant la manière dont l'appareil chrétien, dogmatique et liturgique, a pu, sous la protection portugaise, être utilisé à des fins identitaires.

29.Posté par l oeil le 11/02/2017 17:36

La déesse KARLY est la divinité la plus vénérée sur l'ile de la Réunion. Shakti de SHIVA, elle préside à la plupart des temples locaux. Déesse de la mort, elle permet la renaissance et de tuer le mal qui est en nous...

Upload images

QUI EST KARLY ?
Elle concilie les différents cultes, elle touche la « grande tradition » autant que les cultes secrets, magiques. On a tous souvent tendance à nier le fond culturel, l 'héritage de l'Inde concernant notre propre culture croyant que ce qui se fait dans l'île proviendrait d'une sorte de « génération spontanée », que cela ne vient d'aucune tradition. Elle est présente dans les temples de plantation. Certains essaient de faire disparaître son caractère sanglant et de l'intégrer au panthéon des divinités de la « grande tradition ».On voit alors l'ajout sur le côté de nouveau dieu en rouge. Est- ce un retour à une tradition de sang, une transformation du dieu ? Elle est considérée comme « impure » par amour des sacrifices. En Inde elle protége des esprits de la forêt. Celui qui parvient à entrer en possession du dieu dispose de force magique. Pour les plus grands philosophes elle est la divine mère. On doit alors abandonner notre personnalité pour une plus proche du dieu. Pour Aurobindo, elle amène à la libération. Pour les Lois de Manou : « Tuer dans le sacrifice n'est pas tuer ». Tout change. Ainsi, le renouveau « tamoul » se démarque de la tradition. Sous l'influence des nouveaux prêtres on ne parle plus d'avisyon mais de puja. Pourtant le culte de kali ou karli date de 3000 ans av JC. Elle a d'autres noms :Vilamakali, considéré comme puissante ,Patélékali, Massalankali,qui prend en charge les morts. Souvent la bourgeoisie végétarienne se désolidarise de son culte. Pour certains, les cheveux au vent, c'est le temps, la guirlande crâne humain est le principe de causalité, le poignard est une parabole pour les horreurs de la vie. Elle est la victoire du bien sur le mal. Elle est la parèdre de shiva. Elle est la main qui détruit et la main qui donne. Shiva allongé représente la base de l'univers. Les crânes autour du cou signifient qu'elle coupe l'orgueil des gens. Vénérée au Bengale, ses temples sont Kalighat et Dakshineshvara, ou Ramakrisna fut le prêtre.

Sa pratique à la Réunion

Sa pratique au temps où la Réunion ne comportait pas autant d-influence extérieure, fait que l-on recourait souvent à des chapelles en pleine nature, entourés d'éléments propres à l'Inde et qui jouent un rôle dans la civilisation indienne. Une civilisation tournée vers la nature, où l'homme était en contact direct avec des forces, obscures pour nous. La religion était alors principalement un art de vivre, chaque plante avait son rôle, chaque humain pris indépendamment. Karly au fond n'est alors que le reflet de nous même, notre côté obscur, qui comprend un fond des temps ancien où l'âme n'était pas polie par la société. C'est notre « puissance divine » et pour ceux qui ne la comprenne pas et la récuse au sein du panthéon indou, il ne bafoue au fond que leur propre identité car karly n'est pas démoniaque. L'homme ne prend au fond que ce qui l'arrange, à savoir un panthéon aseptisé, ou même le dieu n'a plus le droit d'être lui-même. Où tout est hiérarchie. Karly est celle
qui fait fi des transcendances ou concessions. Elle coupe le noeud géorgien de nos existences, à savoir une coupure entre ce que nous sommes et ce que nous voulons être. Elle nous montre que parfois il faut une sorte de violence à nous -même pour exister. Au fond nous avons déjà perdu beaucoup de nos coûtumes. Le remplacement des dieux se fera de façon accélérée et sans que l'on s'en émeuve nous même. Karly ne sera alors plus qu'un dieu d'autrefois, et l'on dira : « où l'homme dans ce temps était barbare. »

Bertrand TAILAMEE

30.Posté par SY le 19/02/2017 16:30

L'hindouisme, le Sanatha Dharma est une philosophie, souvent ce que vous voyez n'ai qu'illusion nous ne sommes rien devant l'immensité de l'Univers.
Ici le Tai Poussam est un moment propice pour prier le divin ici le dieu "Muruga"
Muruga represente la beauté de Dieu, et cet Univers que je cite plus haut.

Afin d'atteindre le divin qui est en nous, le pénitant est dans un état de concentration qui lui permet de dépasser la douleur, d'ailleurs il n'y a pas de douleur, c'est une forme d'accuponcture qui permet de guérir notre mental.

Le monde va très vite, la technologie etc.. nous avons donc créer un monde qui nous semble bon mais à la fois hostile et impitoyable.
Nous voyons bien les dérives, l'actualité, le numéro un mondial qui vient de changer de Président....

Beaucoup de facteur me font penser les festivités ancestrale telle que Cavadee ont bien leurs places dans une société comme la notre.
Cette pratique n'a pas beaucoup changé depuis son origine, et quand cette illusion que je parle, elle est réelle, Dieu a bien créer l'homme à son image, mais nous ne savons pas à quoi ressemble Dieu...

Nous sommes que des êtres, il n'y a pas besoin de faire de distinction d'éthnie, si nous restons sur cette aspect universelle et que nous sommes rien à l'échelle de l'univers, tout le monde a sa place parce que Muruga ne fait de distinction.

Paix Universelle,
SY

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >