Courrier des lecteurs

Petite mise au point sur le comparatif retraites salaires

Jeudi 7 Décembre 2017 - 15:04

Mon « coup de gueule » sur l’aspect discriminatoire de la  hausse  de la  CSG a  suscité  de rares contestations de  chiffrage   , infondées  à mon sens.

Je précise que mon propos n’était pas de présenter des chiffres précis , qui n’existent au demeurant pas , mais de donner les tendances fortes . 

Je persiste   à  soutenir  que le niveau des pensions versées aux retraités  rapporté aux salaires perçus par les seuls actifs en emploi  s’est  dégradé  ces dernières années et  continuera  de  baisser. 

 Au moment où j’écrivais mon article , l’OCDE publiait son traditionnel panorama annuel des retraites .

Je ne m’étendrai  sur la ligne  politique  de l’OCDE  qui  s’inspire  d’une logique  ultra libérale  et lui  fait  souvent  prendre  ses  désirs  pour  des injonctions et les données  souvent  hétéroclites  qu’il rassemble et assez  souvent  approximatives   pour  des vérités  révélées 

En tout cas les chiffres publiés par  l’OCDE ont prêté à confusion et ont  donné  lieu à des comptes rendus  délirants et partiaux  qui  en disent long  sur l’incompétence  ou la mauvaise  foi   de certains  organes  de propagande macronienne.
Je  vous joins  la  note  en question de  l’OCDE de décembre   2017 .

L’OCDE n’a pas du tout comparé les pensions aux salaires mais les revenus par classe d’âge , ce qui n’est pas du tout la même chose.

Et là évidemment sans surprise , en prenant en compte tous leurs revenus, dont ceux du travail et du capital, les Français de plus de 65 ans touchaient, en moyenne , en 2014, 103,4 % du revenu moyen de l'ensemble de la population du pays. 

Si l’OCDE avait pris la classe d’âge comprise entre 55 et 65 ans elle aurait aussi constaté que ses revenus sont supérieurs à ceux de la classe inférieure .

Trois précautions d’interprétation des chiffres de l'OCDE: 

1-rapporter la moyenne des revenus d’une classe d’âge, disposant de ressources garanties et souvent d’un patrimoine , à la moyenne des revenus de toute la population n’a pas beaucoup de sens . Au diviseur sont en effet comptabilisées les ressources parfois  faibles partagées entre de nombreux  bénéficiaires : certes les actifs en emploi  mais  aussi  les inactifs ,  les actifs au chômage total ou partiel ( plus de 6 millions d’individus ) , les nouveaux entrants dans la vie professionnelle au bas des échelles hiérarchiques et sans patrimoine. Tout cela fait mécaniquement monter la part relative des plus anciens ;

2- le niveau des revenus monte légitimement avec l’âge parce généralement dans sa vie professionnelle on progresse et on capitalise  sous forme de patrimoine l’épargne constituée en amont ;

3 – la moyenne cache des disparités très fortes , surtout dans les classes d’âge supérieures qui intègrent les ressources tirées des produits de la capitalisation les plus inégalement répartis . Bernard Arnault    à lui  seul  dispose  d’un patrimoine de 60 milliards et fait  vertigineusement monter la moyenne . Il refuse  de partager sa fortune placée  au demeurant  en Belgique  ou dans des paradis  fiscaux.

En fait ,  pour  évaluer  le niveau moyen des retraites par rapport  aux  salaires  on utilise  souvent  deux  indicateurs  :

- 1- au moment crucial  de la liquidation des droits ,  le taux de remplacement :
En 2016 il était en France de 67,7 % , contre 68,4 % pour la moyenne des 34 pays de l’OCDE. Ce taux est donné pour une carrière complète  , ce qui est de moins en moins le  cas  ,et peut varier  en fonction  des revenus perçus  au moment  du départ  en retraite et entre régimes de base  et  complémentaires.  Vous pouvez  consulter le tableau  complet  en suivant le lien  . 
http://www.oecd-ilibrary.org/finance-and-investment/les-pensions-dans-les-pays-de-l-ocde_19991371

-2 – une fois la pension liquidée c’est  évidemment  le taux de revalorisation ponctuelle du régime de base et des régimes complémentaires ( AGIRC ou ARRCO )  qui détermine la mise  à  niveau  des pensions .
Je  vous donne ci après  les revalorisations  du régime de base  depuis  1998 :

Petite mise au point sur le comparatif retraites salaires

Le document de travail du Conseil d'orientation des retraites, révélé par « Les Echos » lundi , confirme  que le pouvoir d'achat des retraités français a fortement baissé, notamment depuis 2010, du fait de la faible revalorisation des pensions et de l'augmentation des prélèvements sociaux.   

Deux dernières observations :

- En matière  sociale  les  comparaisons internationales  ne  sont souvent pas très pertinentes parce  que  les régimes  sont  différents  suivant les pays . C’est  encore  plus vrai pour les retraites . Les pays anglo- saxons ,  très  présents  dans le  comparatif  de l’OCDE,   relèvent  de systèmes par  capitalisation ou mixtes. Les chiffres de l’OCDE  se limitent  souvent  aux  régimes  connus,  donc généraux et obligatoires,   qu’ils soient de base  ou complémentaires  et excluent  les régimes individuels facultatifs  . Du  coup  la  France  apparaît  comme privilégiée parce  que  nous avons un  régime de base et un régime  complémentaire  complètement transparents.  Mais  c’est un tableau  en trompe  l’œil . 

- Les comparaisons de revenus entre  classes d’âge ne portent évidemment que sur les revenus et non sur le patrimoine , à l’exception des revenus  tirés eux-mêmes le cas  échéant du  placement des valeurs patrimoniales  . Ce « stock » patrimonial n'a pas à être confondu avec le  flux des revenus parce qu'il est la  contrepartie de l’épargne constituée en amont , par ponction sur des ressources déjà  comptabilisées et investies. Au surplus le patrimoine a le plus souvent vocation à être transmis par  voie  de succession et les bénéficiaires finaux sont en ce cas de la génération d'après.
Pierre Balcon
Lu 495 fois



1.Posté par Lesseps le 07/12/2017 18:40

Un texte tel un pet sur de la soie :)

2.Posté par JORI le 07/12/2017 22:29

Qu'est ce qui vous permet de prétendre que d'une part vos données seraient moins "approximatives" et que vous mêmes vous prenez pour "des vérités révélées" que celles de l'OCDE et d'autre part à voir votre « injonction » à prendre « trois précautions d’interprétation des chiffres de l'OCDE », qu’est ce qui vous amène à prétendre que votre analyse serait la seule acceptable ??.

3.Posté par Henri Rouflaquette le 09/12/2017 21:21

Votre texte est très juste, car c'est absurde effectivement, et même un acte de mauvaise foi, de faire une moyenne entre des revenus très hauts et des revenus très faibles. C'est de la propagande et de l'enfumage.

Exactement comme pour le PIB d'un pays, on divise la richesse globale par le nombre d'habitants et le tour est joué !
Pour illustrer çà, par exemple en ce qui concerne notre voisin Madagascar, la propagande ultra-libérale a dit que le PIB avait augmenté de 7% sous le régime Ravalomanana.
C'est vrai, c'est un chiffre vérifiable.
Mais quand on sait que c'est une toute petite caste autour du président et le président lui-même qui s'est enrichie à milliards alors qu'il y a eu sur la même durée un appauvrissement dramatique de toute la population, sauf pour le tout petit nombre des privilégiés embauchés dans les usines et tournant autour du commerce du Président-pdg, on comprend aisément pourquoi celui qui a le pouvoir manipule les chiffres et compare ce qui est incomparable.

Tout ceci est de la propagande d'Etat, d'un Etat privatisé qui pille nos sociétés depuis un siècle et nous prend tous pour des demeurés.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 11:08 SVK toujours convoitée à d’autres fins