Société

Permis de conduire: Les délais d'attente pour un second passage réduits à quatre semaines

Mercredi 15 Mars 2017 - 18:08

Le temps d’attente pour repasser son permis de conduire après un premier échec était de deux mois il y a deux ans à La Réunion. Il est aujourd'hui de quatre semaines en moyenne.
Le temps d’attente pour repasser son permis de conduire après un premier échec était de deux mois il y a deux ans à La Réunion. Il est aujourd'hui de quatre semaines en moyenne.
Bonne nouvelle pour les apprentis conducteurs à La Réunion. Les délais d’attente pour repasser l’épreuve pratique du permis B après un premier échec ont été réduits de 30 jours en moyenne.

Cette réduction du délai d’attente est la conséquence directe de la réforme du permis de conduire présentée en 2014 par le gouvernement, qui avait décidé de faire passer le délai d’attente entre deux passages à 45 jours en moyenne, contre 98 jours.

Pour permettre cette avancée, le gouvernement a confié au secteur privé l’organisation de l’examen du code, libérant ainsi les inspecteurs de cette tâche. Ces derniers se sont ainsi recentrés sur l’épreuve pratique, plus courte qu’auparavant (32 minutes contre 35 minutes avant la réforme), permettant aux inspecteurs de faire passer "110 000 examens supplémentaires par an", selon le ministère de l’Intérieur.

Une réforme globalement bien accueillie 

Comme l’explique Eric Marcely, moniteur d’auto-école et représentant du syndicat UNIC à La Réunion, cette réforme a globalement été bien accueillie par les auto-écoles de l’île. "Les collègues ne ressentent plus le problème comme auparavant où il fallait attendre jusqu’à deux mois pour espérer avoir une place lors d’un second examen. Aujourd’hui, le délai d’attente entre le premier et le second passage à l’examen du permis B et de quatre semaines maximum, selon les centres d’examen", affirme-t-il.

Une réduction du délai de passage qui arrange aussi bien les élèves que les auto-écoles. "Auparavant, pour garder le rythme, les élèves prenaient beaucoup d’heures de conduite entre deux passages et payaient beaucoup plus cher leur permis. Pour les auto-écoles, il y avait beaucoup ‘d’embouteillages’ sur les listes d’attente et elles devaient en plus attendre l’approbation des inspecteurs", poursuit-il.

Si la réforme a permis aux auto-écoles de ne plus s’occuper directement du placement de leurs élèves pour le passage de l’épreuve pratique, le souci vient désormais de la préfecture explique Eric Marcely, "où il n’y a pas assez de personnes pour enregistrer les dossiers en temps et en heure". "Détacher des inspecteurs pour le permis B donne plus de places, c’est vrai, mais dans le même temps, de nombreuses auto-écoles sont bloquées économiquement car les délais d’inscription pour un premier passage au permis de conduire sont beaucoup plus longs aujourd’hui à la Préfecture. Ça a dégagé d’un côté et ça a bouché de l’autre", termine-t-il.
SI
Lu 7386 fois



1.Posté par titi974 le 16/03/2017 08:03

Vue le nombre d'abrutis que l'on voit sur les routes on ferait mieux de s'occuper de la formation en priorité que des délais d attente des apprentis conducteurs en situation d échec.....

2.Posté par biloute le 16/03/2017 12:56

Quelle bordel ! Temps que l'on paie , on peut le repasser aussi vite le l'on souhaite.

3.Posté par Thierry le 16/03/2017 16:00

Merci de préciser qu'il s'agit de la LOI MACRON

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter