Océan Indien

Pêche illégale à Mayotte: 3 tonnes saisies sur l'archipel "Les Glorieuses"

Mardi 3 Mars 2015 - 16:20

Image d'illustration (www.defense.gouv.fr)
Image d'illustration (www.defense.gouv.fr)
Le 1er mars 2015, sur l’archipel des Glorieuses, le bâtiment de transport léger "La Grandière", appartenant aux forces armées dans la zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI), et le gendarme détaché sur l’île de Grande Glorieuse ont conduit une opération de police des pêches, rappellent-ils dans un communiqué.

Cette opération, menée en parfaite coordination avec les services de l’Etat concernés (Parquet, TAAF, CROSS, FAZSOI, Direction de la mer, bureau Action de l’Etat en Mer), visait à faire cesser les activités de pêche non autorisées dans le lagon à partir de l’île du Lys.

Elle a permis de démanteler deux campements de trente pêcheurs comoriens et malgaches installés sur l’île du Lys, d’appréhender près de trois tonnes de produits de la pêche (poissons et holothuries) et du matériel de pêche (45 lignes de pêche et 30 hameçons).

Après s’être assurés de leur autonomie en vivres, eau et carburant, les pêcheurs illégaux, verbalisés, ont reçu l’injonction de quitter la zone à bord de leurs 8 embarcations.

Cette opération de police fait suite à plusieurs autres conduites en 2014 dans les îles Eparses par les frégates de surveillance « Nivôse » et « Floréal » et par le patrouilleur "Le Malin", basés à La Réunion. Les efforts des moyens militaires déployés et des différents services de l’Etat permettent de limiter la pêche illicite et de protéger ce qui constitue un patrimoine naturel unique.

L’archipel des Glorieuses, situé au nord-est de Mayotte, est géré par l’administration des Terres Australes et Antarctiques Françaises. Il est constitué de l’île de Grande Glorieuse et de l’île du Lys, refuge d’un grand nombre d’oiseaux marins. Ces îles sont, depuis 2012, au cœur du parc naturel marin des Glorieuses, dont la biodiversité constitue une référence sur le plan mondial.
.
Lu 1250 fois



1.Posté par noe le 03/03/2015 16:44

Si ce sont des langoustes , alors il faut les envoyer à la Réunion ...Nous savons les cuisiner avec amour et chaleur !

2.Posté par th le 03/03/2015 18:40 (depuis mobile)

Si compte et malgache i trouve pas zot z yeux la France à 13000km i prend toute l océan indien pou li colonisation là pas encore terminé

3.Posté par Ils peuvent pêcher "tranquillle" maintenant pour quelques semaines ou mois? le 03/03/2015 21:46

"Les efforts des moyens militaires déployés et des différents services de l’Etat permettent de limiter la pêche illicite et de protéger ce qui constitue un patrimoine naturel unique."

Traduction: on a tiré un petit coup de semonce, et puis voili voilà. Pour 30 pêcheurs verbalisés (qui paieront quoi, où et quand?) et une fois ce contrôle terminé, les autres sont tranquilles pour quelques semaines ou mois?

Combien qui passent hors ou à travers le "filet"?

Ceci étant, bravo à nos marins qui permettent de limiter les dégâts et donc préserver ces milieux naturels que les voraces pêcheurs, qui ne voient que l'argent, s'empressent de piller....

Dommage qu'on ne puisse pas casser leurs bateaux, les mettre "au frais" quelque temps, puis les réexpédier aux Comores et à Mada... Ca en ferait réfléchir quelques uns, j'imagine....

On me dira: oui, mais ils font ça pour manger. Certes, mais ils savent très bien que c'est interdit à cet endroit. Alors, cet argument... franchement...

4.Posté par Aou le 03/03/2015 23:11

du bon poisson !

5.Posté par Réciprocité le 04/03/2015 07:34

Je propose qu'on laisse tout le poisson des eaux malgaches aux malgaches. Les sociétés qui pillent
leurs eaux (avec des autorisations...) font crever tout le peuple du bord de mer pour engraisser
(dans tous les sens du terme) les réunionnais.

6.Posté par Masson le 04/03/2015 21:21

Ils ont voulu leur indépendance qu'ils assument!!!!

Ah les méfaits de la colonisation française !!! ( boutade pour les bobos gauchos)

7.Posté par Aou le 04/03/2015 22:29

Pour l'indépendance effective de toutes les îles afin de soulager le budget de la métropole et de bercy!

8.Posté par Fantômas le 05/03/2015 10:57

On a bouté hors de nos eaux (paraît-il) quelques malheureux pêcheurs pour qui la survie est le lot quotidien, et qui reviendront dès que possible, à moins qu'ils renoncent soudainement à leur survie!
Pour ça l'Etat a dû cramer quelle quantité de carburant au juste avec toute cette distance à faire parcourir à sa frégate?
On ferait mieux de les recruter ces pêcheurs, pour qu'ils s'occupent de nos bouledogues!

9.Posté par Aou le 05/03/2015 23:30

mais le poisson ne connait pas les frontières

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >