MENU ZINFOS
Patrimoine

Patrimoine maritime : l'épave du Warren Hastings


L’histoire maritime de Saint-Philippe est surtout marquée par le naufrage du Warren Hastings, en 1897. Les habitants du village ont alors fait preuve d’un sang froid et d’une hospitalité exceptionnels qui ont permis de sauver 1262 passagers.

Par Sabine Thirel - Publié le Samedi 27 Décembre 2008 à 08:05 | Lu 5456 fois

Patrimoine maritime : l'épave du Warren Hastings
L’océan indomptable vient se briser sur les falaises abruptes de la commune de Saint-Philippe. Le village possède un des plus anciens ports de Marine de la côte Sud. Cet espace réservé à l’activité maritime est visible depuis la route. La mer mouvementée ne permet pas un accostage facile. Aussi, les pêcheurs profitent de la houle pour sortir ou pour rentrer à bon port. A l’époque, les habitants ramenaient les produits de leurs pêches dans des embarcations taillées dans des troncs d’arbres évidés (Lhuillier 1703).
Entre le Baril et le village de Saint Philippe, il reste quelques vestiges de la rampe de hallage tranchée dans les pierres basaltiques se jetant dans la mer  vers l’Ouest. Les points d’attache du treuil, utilisé pour soulever les marchandises trop lourdes pour l’homme, sont encore visibles.

Patrimoine maritime : l'épave du Warren Hastings
Dans la nuit du 13 au 14 janvier 1897, le Warren Hastings venant du Cap, se présente au large de la pointe de la Table. Ce vapeur transporte des troupes anglaises à Maurice puis en Inde.  Depuis quelques heures, le navire connait des anomalies au niveau de ses appareils de navigation. Entre 2h00 et  3h00 du matin, il fait nuit noire, il pleut à torrent, le commandant Holland et ses hommes de veille ne voient rien à moins de dix mètres. Soudain, le compas magnétique s’affole. L’éruption du piton de la Fournaise y serait-elle pour quelque chose ? Nul ne peut le dire. Trop près des côtes, le vapeur vient s’échouer sur un récif. Il touche par l’avant et s’élance encore d’une cinquantaine de mètres avant de s’immobiliser complètement. La proue en l’air et la poupe sous plusieurs mètres d’eau.

Patrimoine maritime : l'épave du Warren Hastings
 Le choc contre les récifs réveille les habitants de Saint-Philippe. Ils entendent  une énorme détonation, comme un coup de canon ou plutôt de tonnerre. Fanal à la main, ils s’avancent vers la mer et découvrent l’énorme masse du steamer anglais dont le pont est éclairé (électricité).  Surpris tout d’abord par l’immense masse qui leur fait face. Ils agitent leurs lampes et un son de clairon leur répond depuis le navire. Par chance le Warren Hastings, (du nom du Premier gouverneur général de l’Inde, (1732-1818)), s’est échoué au seul endroit accessible par les pêcheurs.

Patrimoine maritime : l'épave du Warren Hastings
 Voyant qu’il se trouvait tout près de la côte, le Commandant Holland fait mettre des chaloupes à l'eau, mais les vagues violentes et le vent du Sud ne facilitent pas le débarquement des passagers. Le bateau est agité et risque de se casser en deux. Un premier contingent de soldats est débarqué. Holland espère tenir jusqu’au lever du jour, mais les assauts de la mer déchainée font tanguer le vapeur qui se remplit d’eau. Alors que le jour pointe, des cordages et des voiles sont placés jusqu’à la falaise. Depuis la terre, les pêcheurs se sont approchés et participent au sauvetage. En 30 minutes, dans un calme parfait descendent, les femmes et les enfants d’abord, puis les malades, les hommes, les militaires et enfin le capitaine. Dans l’eau, les naufragés se tiennent aux cordages et sont guidés jusqu’aux rochers à proximité. Ce naufrage fait deux morts, qui sautent à la mer en espérant gagner la côte à la nage, ils sont emportés par les eaux.

Les naufragés sont accueillis par les habitants de Saint-Philippe. Les hébergements s’organisent dans toutes les maisons, les salles municipales, les anciens logements des engagés. La nourriture  arrive par charrettes entières. Les  habitants de Saint-Philippe font preuve d’un sens de l’hospitalité hors du commun. En une heure, la petite commune contient 1.262 habitants supplémentaires. Les soldats qui n’ont pas trouvé d’hébergement vont à pied et s’écroulent parfois de fatigue dans des fourrés environnants. Alors, le maire fait appel à la commune voisine, Saint-Joseph et demande de l’aide à Saint-Denis par télégramme.
Trois jours plus tard, les sinistrés du Warren Hastings sont transportés par trains spéciaux jusqu’à la Pointe des galets. Ils quittent La Réunion, le 17 janvier, pour l’Angleterre sur le vapeur anglais Lalpoora. Dans son rapport à sa hiérarchie, le commandant Holland souligne et salue le caractère désintéressé et aimable de la population. La Reine Victoria remerciera les habitants de l’île pour leur hospitalité. L'épave du Warren Hastings repose par 15 m de fond au large des côtes de Saint-Philippe, occupé aujourd’hui par des colonies de poissons et de coraux.




1.Posté par Françoise ou Jean-Paul NADIAMA le 10/05/2019 16:11

C'est un document fort intéressant et bien écrit. Dommage que je ne le découvre que maintenant que je suis retraitée. Je m'en serai servi de support de lecture/histoire et de point de départ d'enquête avec mes élèves.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes