MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Patrick Savatier interpelle Manuel Valls


- Publié le Mercredi 10 Juin 2015 à 20:59 | Lu 1308 fois

Monsieur le Premier Ministre La Formation EST MORTE.

En tant que Président d’une association, nous sommes confrontés tous les jours à des demandes de populations en grandes difficultés : logement, alimentaire, judiciaire,…

Pour répondre à ces demandes et proposer davantage à ces personnes, nous avons recours à des emplois aidés tels que des CAE, CUI,…

L’objectif de ces contrats est double : répondre à leur besoins élémentaires et leur offrir l’opportunité d’insertion professionnelle au travers d’actions de formation OBLIGATOIRES. Nous sommes passés de contrat communaux (C.E.S) "sans valeur ajoutée" à des contrats offrant une véritable chance d’INSERTION aux bénéficiaires.

Nous apprenons cette année que les formations ne seraient plus financées ? Quelle aberration.

Qu’avons-nous aujourd’hui :
   - des contrats avec obligation de formation et des financeurs qui n’ont plus de fonds pour financer la formation
   - le POLE EMPLOI qui refuse de débloquer des quotas de contrat aidés s’ils n’ont pas de garantie de financement de formation
   - des personnes en contrats aidés qui s’étaient engagés ou devaient s’engager vers des parcours de formation
   - des centres de formation qui ne tournent plus et qui à leur tour vont alimenter le nombre de chômeur
   - des demandeurs d’emplois en attente de contrat d’insertion et qui doivent faire face à leurs difficultés sans moyens nécessaires


Au lieu d’avancer, on revient en arrière. Elle était bien la belle époque sauf qu’entre-temps le chômage a augmenté, le cout de la vie a augmenté et rien ne sera plus pareil. Alors messieurs les politiciens, réfléchissez et prenez des décisions de bons sens et non des restrictions budgétaires qui ne veulent rien dire et qui nous engagera certainement vers une nouvelle ère de conflit social peut être plus dur que d’autres ne l’ont été.

Le contrat unique d’insertion a pour objet de faciliter l’insertion professionnel des personnes sans emploi et qui rencontrent des difficultés sociales et professionnelles d’accès à l’emploi. Pour cela le levier de formation est un outil indispensable et adapté. La réforme de la formation professionnelle touche et porte donc atteinte à cette catégorie de personnes déjà touchées par la précarité

NOTE : Le réforme du 05 Mars 2014 sur la formation professionnelle touche de plein fouet les 650 centres de formation que compte La Réunion. En effet cette réforme a des conséquences néfastes sur l’outil de formation qui contraint les dirigeants de centre à réduire leur effectif voir fermer leur porte. (Exemple : Un centre de formation emploi en moyenne 7 à 10 salariés en CDI et le double en consultants ou intervenants indépendants directement liés à la formation et/ou l’ingénierie de formation)

Sur le secteur non marchand cette décision a un réel impact social tant sur l’insertion professionnelle que sur les bénéficiaires (publics en difficulté et sans diplôme) qui dans le cadre de leur contrat (CUI-CAE ou Contrat d’avenir) se voient privés d’une possibilité de formation, vrai tremplin à une insertion sociale et professionnelle.

Sur le secteur marchand la destruction de cet outil se ressent également. En effet, la plupart des contrats de professionnalisation (4000 contrats de professionnalisation) sont le fruit du travail des centres de formation qui participent activement à l’insertion des futurs stagiaires sur le marché du travail.

Il est indispensable pour le développement professionnel de ces jeunes de disposer de ressources optimales et de qualité. La réforme vise nettement les plus démunis et impacte l’offre de formation proposée à ce public de contrats aidés qui ne peuvent plus bénéficier de cette opportunité d’évolution.

Par ailleurs elle vise également les centres de formation qui ces dernières années, ont dû investir dans des plateaux techniques onéreux afin de développer l’offre de formation et qui ont joué le jeu de la transparence et de la qualité des services contrairement à certains centres qui se sont créés uniquement par opportunité et qui ne mesurent pas le poids d’une telle réforme sur l’activité économique réunionnaise.


La formation est morte vive la République !

Patrick Savatier Président de Momon Papa lé là




1.Posté par noe le 10/06/2015 21:23

C'est qui ce monsieur qui ose donner des leçons à notre 1er Ministre ?

2.Posté par sam974 le 10/06/2015 23:09 (depuis mobile)

Mr Savatier est un homme extraordinaire, qui donne sans compter pour aider son prochain. Il mériterait, bien plus que certains, la légion d''honneur tant ses mérites sont grands. Nos élus devraient s''inspirer de votre belle implication désintéressée !

3.Posté par caniardland le 10/06/2015 23:12

ben c'est patrick savatier,comme sava chier,il a la degaine en tout cas,d'un clown mais bin c'est très courant maintenant un peu comme les requins et la bibine

4.Posté par fred le 11/06/2015 00:18

il est encore là lui, à vouloir se faire un nom à la Réunion quand on est un illustre inconnu chez lui à 10000 kms et avec son histoire de prothèse .je croyais qu'il était reparti vers la métropole . Ben merde alors ,faudra encore le supporter .

5.Posté par Pj le 11/06/2015 01:40

Quand on sait que derrière cette histoire de financement des contrats aidés, y a juste des acteurs de la formation qui ont monté un scandale parce que la gestion des fonds leur a été reprise pour passer à la caisse des dépôts, on croit rêver... De l'argent, y en a toujours, c'est juste que c'est plus le même interlocuteur qui l'a. Et ça, les organismes de financement ne vous le diront pas: ils sont trop dégoutés de ne plus pouvoir taper dans la caisse pour financer X ou Y...

6.Posté par mort le 11/06/2015 07:27

ce n'est pas la formation qui est morte, mais bien l'ensemble de l'économie du BTP et du Tourisme

7.Posté par Bayoune le 11/06/2015 08:54

Atann anou ke so Savatiyé i sar foute ali touni dovan la gouvernanss koloniyale pou fé antann son vwa de réniyoné kolonyal. Mi fé dire foute ali an morèss konmli la fé dovan lo Konsèy Zénéral. Pou pa war son bizou de famiye Nassimah la donn ali in sibvansiyon. Zot i rapèle ankor kan so bononm s'est foutu à poil devant le Conseil Général pour se donner une personnalité qu'il n'a pas et tenter de se faire un nom dans le monde de la racaille politicienne, même en recevant la Royale Ségolène candidate aux présidentielle française qui tapinait les voix des réunionnais. Papa moman lé là - lé pa là.? Le candidat malheureux aux législatives!!!

8.Posté par julien le 11/06/2015 10:16

Ce type est un chasseur de primes et subventions. il représente qui en dehors de lui même ?

9.Posté par bebere le 11/06/2015 13:03

Il connait quoi Savatier à la formation ? Rien.J'ai quinze années de pratique dans le domaine de la formation et je m'interroge.Voilà un an que l'on connait le projet de la réforme de la formation et je constate que les acteurs du domaine se réveillent bien tardivement.Pourquoi ? car au final pas vraiment concerné par l'avenir de ces contrats aidés mais uniquement concernés par l'arrêt de financement des OPCA comme Opcalia ou Agefos.
Le domaine de la formation est un secteur souvent mafieux ou chacun essaye de pomper les fonds dédiés.Le FPSSP NE FINANCE PLUS, RASSUREZ VOUS ILS IRONT CHERCHER LA MANNE AILLEURS.Vous me faites tous rire.

10.Posté par Bayoune le 11/06/2015 16:20

Mi krwa savwar so boug làla investi ali dosi in santèr Salazie la fé sorte in CD, épi lo santère la disparu dé pattes du fézèr savate, s'il pouvait nous dire kosa larivé èk lo viyé loto pouri la été doné o santère?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes