Faits-divers

Patient retrouvé mort à l’EPSMR : Aucune faute grave selon l’ARS mais des "défaillances"

Lundi 26 Février 2018 - 11:58

Suite à l’incident du patient retrouvé mort le 26 décembre dernier à l’EPSMR, l’ARS-OI a mené son enquête. Elle a déclaré qu’aucune faute lourde n’est à déplorer, mais elle relève des défaillances au niveau de la prise en charge des patients et de l’organisation de l’établissement.


Patient retrouvé mort à l’EPSMR : Aucune faute grave selon l’ARS mais des "défaillances"
Au lendemain de Noël, le 26 décembre 2017, un patient de l’ESPMR sur le site Grand Pourpier a disparu. Malgré les nombreuses recherches, il a été retrouvé sans vie, seulement cinq jours plus tard dans le parc de l’hôpital.
 
Suite à cela, l’ARS-OI a décidé de mener une inspection au sein de l’établissement. Pendant une dizaine de jours, personnel et documents sont passés au crible des équipes de l’ARS. Son rapport contient 7 recommandations et 6 injonctions, mais ne détient aucune forte lourde, susceptible d’avoir entraîné la mort du patient. En répondant ouvertement à chacune de ces accusations, l’ESPMR a voulu jouer la transparence. Elle admet ses erreurs, ses incohérences et prouve les moyens mis en oeuvre pour rétablir l’ordre dans son établissement.

Des problèmes de prise en charge des patients 

Cependant l’ARS note des défaillances et des insuffisances qui n’ont pas permis d’éviter ce drame au sein de l’hôpital. L’ARS note "l’absence d’un examen médical systématique à l’occasion d’un retour d’hospitalisation anticipée", l’ESPMR précise qu’un entretien médical sera désormais systématique. "La consigne de surveillance particulière, liée à l’hospitalisation sous contrainte, n’était pas inscrite dans le dossier du patient", mais selon l’ESPMR "les modalités de surveillance de ce patient n’ont pas été transmises", mais qu’un "investissement encore plus important de surveillance, de vigilance et d’accompagnement des patients" va être mise en place.

L’ARS note notamment que les patients en secteur libre ne sont pas suffisamment surveillés. L’EPSMR se justifie en disant que "la politique de respect et de promotion de libre circulation est un axe fort de la politique de soins de l’établissement depuis plusieurs mois".
 
Des soucis d'organisation 

Au-delà de la traçabilité de la prise en charge et la vigilance auprès du patient, l’ARS note également que l’organisation et la sécurité du site est à revoir. Elle affirme que "la procédure de recherche est incomplète, privilégiant l’extérieur du site", et que "la régulation des entrées et des sorties n’est pas suffisante". A cela, l’EPSMR confie que les modalités de recherches sur le site, ainsi que la régulation des entrées et des sorties devront être renforcées. L’ARS l’accuse également de "l’absence de séparation entre le parc de promenade et la zone technique". L’EPSMR se défend en précisant que des travaux devraient commencer dans les trois mois à venir. Le dispositif des caméras de surveillance devrait également être renforcé d’ici deux mois. Concernant "l'entretien insuffisant des espaces verts", l'EPSMR précise que "la taille des haies est trimestrielle". La prochaine devait avoir lieu en janvier 2018. 
Charline Bakowski
Lu 2112 fois



1.Posté par cmoin le 26/02/2018 12:02

Pour eux une mort c'est pas grave?

2.Posté par Samwinsa le 26/02/2018 12:17 (depuis mobile)

Ben mounwar... I fo encore sove un tête, mi supoz?

3.Posté par LOUISE le 26/02/2018 14:30

Les patients arrivent souvent dans le lotissement Grand Pourpier, certains dans un état second...D’autres en pyjama circulent à pied le long de la route qui va de Cambaie à Sans Souci.....manque de suivi c’est certain! En attendant un autre drame!

4.Posté par H.C. le 26/02/2018 14:49

Et comme d'habitude, entre médecins on se soutient. Ils parlent d'une fugue, le patient n'avait même pas quitté l'hôpital, on l'a laissé crevé dans un coin sans le rechercher.. Le personnel se lave les mains, c'est scandaleux, des têtes doivent tomber.

5.Posté par Simandèf le 26/02/2018 14:59

On n'est pas très regardant à l'EPSMR, y a quand même eu une personne décédée qui est avait peut-être faim, froid... avant de mourir.

6.Posté par marie le 26/02/2018 16:37

Disparu 5 jours dans l enceinte et pas trouve,

Combien de personnes ont cherches ??
Combien sont presentes de jour et de nuit

Combien dans les bureaux ou a la case et payes trop cher

7.Posté par biloute le 26/02/2018 17:16

"Défaillance" alors que l'on recherche quelqu'un qui est mort dans la clinique. Gros problème technique et humain. L'art de raconter du Blabla. Virapoullé la forme à li.

8.Posté par maroco le 26/02/2018 17:32

ARS ; voir éditos de Tillier !!!

9.Posté par klod le 26/02/2018 18:40

" des défaillances" qui ont conduit à la mort ! bon , ben , on va dire que c'est la faute à "pas de chance" ................. la famille va etre contente , triste et affligeant .

10.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 26/02/2018 18:42

*Quand je vous dis que - en matière de mal ,

*TOUT est possible, ICI, à La Réunion !

11.Posté par Puce le 26/02/2018 20:45 (depuis mobile)

Faut geolocaliser le.malade desormais...

12.Posté par ah,ah,ah! le 26/02/2018 21:00

l'ARS dirigée par des bons à rien grassement payés qui couvrent tout ce qu'ils peuvent couvrir ( les copains) et qui ne font que serrer les cordons de la bourse macronienne!
heureusement , ils se barrent , appelés à de plus hautes fonctions ( je veux dire à se tirer sur la nouille ailleurs!)

13.Posté par Zavata le 27/02/2018 07:32

Des défaillances qui ont déjà couté la vie à plusieurs reprises .... Welcome to Républik bananière

14.Posté par JMR974 le 27/02/2018 16:01

Pas de faute lourde ? Il y en a beaucoup des patients qui sortent de leur chambre sans surveillance, qui meurent quelque part dans l'espace "promenade" et qu'on ne retrouve que plusieurs jours après ? Ce patient-là était un ami, un type en or d'une gentillesse absolue. Et vous l'avez laissé mourir !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 26 Septembre 2018 - 08:41 Perquisition très tôt dans le quartier du Chaudron