MENU ZINFOS
Société

Pas de solution pérenne pour une vingtaine de familles de La Marina


Plusieurs mois après l’incendie mortel de La Marina, et malgré les promesses de relogement, des résidents restent en attente d’un nouveau départ. D’autres locataires y sont même installés.

Par Sophie Fontaine - Publié le Mardi 26 Avril 2022 à 12:05

La SIDR assurait en décembre dernier le relogement d’urgence d’une centaine de familles de La Marina et la reprise de leur ancien logement pour 30 familles de l’immeuble.

Sur les 108 familles impactées, 88 ménages ont été relogés hors du site de La Marina. Au 22 avril dernier, ce sont 72 d’entre eux qui ont pu être relogés définitivement. Les 16 autres sont toujours dans des logements temporaires.

La principale difficulté est de trouver des logements adéquats au schéma des foyers, en particulier “des types 4 et types 5”, qui correspondent aux attentes, avance la SIDR.

Nous avons fait des propositions quasiment à tous ces ménages, et faisons face à d'importants refus de la part de certaines familles”, regrette Thierry Ouillon, directeur de la SIDR. Il déplore avoir essuyé jusqu’à cinq refus chez certains anciens locataires de La Marina, et ce “malgré le fait que les logements qui leur sont proposés soient conformes à leur composition familiale et au lieu où ils souhaitent vivre”.

Il poursuit : “Les personnes qui étaient logées à La Marina dans des grands logements, on leur propose, pour certaines d’entre elles, de revenir à La Marina. Malheureusement, et on peut le comprendre, le traumatisme est tel qu'ils ne le souhaitent pas”.

Des familles ressentent encore ce sentiment d’insécurité

Les habitants du bâtiment B de la résidence, théâtre de l’incendie, ont bien été relogés en priorité, mais plusieurs locataires du bâtiment A n’ont aujourd’hui encore d’autre solution que de vivre face à l’immeuble en ruine et les mauvais souvenirs qui vont avec.

Sur ces 20 familles qui ont regagné leur domicile dans la partie non sinistrée de l’immeuble, 11 souhaitent être relogés. “L’une d’entre elles vient d’être relogée définitivement”, précise le directeur de la SIDR.

Les transferts” se font au goutte-à-goutte, constate une mère de famille, en voyant un à un ses voisins déménager, mais aussi de nouveaux venus s’installer. “Ils ont encore fait rentrer du monde quelques jours avant le début du ramadan”, déplore une habitante.

Concernant l’installation de ce nouveau locataire, en situation de handicap, au rez-de-chaussée du bloc A, Thierry Ouillon évoque “un petit bug sur une commission d’attribution”, sur un logement vacant disponible avant le drame. Ici cependant, pas question de quitter l’appartement à l’heure actuelle, “le bâtiment est tout à fait en état d’être occupé”, assure-t-il.

Chez plusieurs habitants, l’odeur de fumée persiste et bien que des grilles de chantier soient installées ça et là, le sentiment d’insécurité règne chez les habitants : “Même s’il y avait des agents de sécurité,  des voleurs sont venus visiter les logements du bâtiment A à Noël”, témoigne l’une d'entre elles.

"Normalement, il n’y a pas de possibilité de rentrer dans le bâtiment"

Les parties sinistrées et non sinistrées “ne communiquent pas”, affirme la SIDR : “L’ensemble des zones qui ont été incendiées sont encore périmétrées et sont encore interdites d’accès”, en précisant que “ce n’est pas parce qu’elles sont interdites d’accès que ça veut dire qu’il n’y ait pas des gens qui pénètrent sur le site, mais l’ensemble des ouvertures sont fermées avec des tôles d’acier. Normalement, il n’y a pas de possibilité de rentrer dans le bâtiment”.
 
Sur place ce week-end, Erick Fontaine, administrateur de la CNL (Confédération Nationale du Logement) a pu constater plusieurs autres désagréments. Certains logements sont indécents, l'ascenseur est en panne, il n’y a pas d'éclairage dans les parties communes. “Le bailleur ne respecte pas ses obligations prévues aux articles 1719 et 1720 du code civil”, attend-il du bailleur.

De son côté, la SIDR reconnaît s’être rendu compte, en intervenant sur le site ce week-end dans le cadre d’une fuite d’eau, “qu’il y a une poignée de porte qui peut-être cassée, un extincteur qui a été percuté. (...) On déplore, comme beaucoup, du vandalisme à La Marina comme ailleurs”.
 

DR - Karochérie
DR - Karochérie
Sur ces images, la plaque de contreplaqué mise en place pour sceller le bâtiment endommagé, a cédé. L’ouverture, qui semble avoir été découpée volontairement, laisse la voie libre à quiconque souhaite s’aventurer dans les ruines.

Ferrailles, poutres brûlées, déchets, les locataires doivent composer avec cet accès aux décombres à ciel ouvert, à quelques mètres de leur appartement. “J’ai le sentiment d’être abandonnée, on a des enfants qui vivent là”, s’indigne une locataire.

Entre fin janvier et la mi-avril, un diagnostic de sécurité avancé a été réalisé sur l'ensemble des bâtiments du bailleur social comportant du bois dans sa construction. "Il n’y a pas de relevé particulier", rassure le bailleur qui indique également que par le biais d’un système de visio, tous les locataires sinistrés ont pu récupérer leurs effets personnels.

Mais alors que va devenir la résidence aux 114 logements de la rue de la Vierge à Montgaillard ?

Une opération de déblaiement devrait venir compléter le déblaiement des éléments instables réalisé en janvier et février dernier. Ces travaux devraient démarrer “sans doute fin avril début mai”, déclare le directeur prudemment.

Si rien n’est sûr, la SIDR confie que les analyses sur la solidité du bâtiment pourraient mener vers la démolition partielle du bâtiment d’ici l’an prochain. De nouveaux locataires pourraient également s’installer dans les appartements vacants (non sinistrés). “Il y a aujourd’hui un bâtiment qui fonctionne tout à fait (...) On n’exclut pas. C’est très dommageable d’avoir 50 logements vides”, d'autant plus qu’il s’agit de grandes typologies. "Mais pour l’instant on ne reloue pas”, conclut le directeur de la SIDR.





1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 26/04/2022 12:51

*Quelle honte !

*Tant de médiocrité,

*Tant d'indifférence à l'égard de ces familles...

*Quel scandale devant cette incurie !

2.Posté par Olah le 26/04/2022 13:17

Mouais... ils refusent des logements, il y a des non eduqués qui sacagent et volent,... on comprend mieur le vote Le Pen

3.Posté par Le Jacobin le 26/04/2022 14:04

Ou sont nos élus qui prétendent s'occuper de la population ?????????

Pas un pour se faire prendre en photo devant l'immeuble et les familles en détresses probablement pas suffisamment gratifiant PO ZOT !

4.Posté par Lulu le 26/04/2022 14:50

je lis "“Nous avons fait des propositions quasiment à tous ces ménages, et faisons face à d'importants refus de la part de certaines familles”, regrette Thierry Ouillon, directeur de la SIDR. Il déplore avoir essuyé jusqu’à cinq refus chez certains anciens locataires de La Marina, et ce “malgré le fait que les logements qui leur sont proposés soient conformes à leur composition familiale et au lieu où ils souhaitent vivre”. ......alors envoyez les ch....er!

au fait on en est où de l'enquête sur ceux qui ont mis le feu à cet immeuble??? ah oui chuuut!

5.Posté par Squid le 26/04/2022 17:05

Je veux un T5 neuf 2 places de parking que je paierai 100€/mois sinon je veux pas

6.Posté par tantine le 26/04/2022 17:38

ça m'étonnerait que ces familles refusent sans raison, ce serait bien de faire du journalisme de temps en temps et de les interroger pour donner 2 points de vue différents sur cette histoire dans votre article.

soit c'est trop cher, soit c'est en trop mauvais état soit pas desservi par transports en commun, y'a une c... quelque part

7.Posté par Réveillez vous le 26/04/2022 23:40

Sur le batiment :


OUI les pilleurs sont déjà rentrer et tout a été fouillé malheureusement....


sur les proposition "et faisons face à d'importants refus de la part de certaines familles”"

Quand dune famille de 6 avec des personnes âgées dedans qui avaient un accès facile, arrêt de bus, proche de commercer, ascenseur
et qu on leur propose loin de tous 4/5eme étage sans ascenseur..... FORCEMENT y a des refus ...

mais c est sur qu il y a un problème de logement actuel a la réunion alors quand y a des imprévues....ca coince de suite...

8.Posté par Lulu le 27/04/2022 07:29

à 7.Posté par Réveillez vous le 26/04/2022 23:40 racontez pas n'importe quoi l'ascenseur est obligatoire au delà du 3ème étage.......!


9.Posté par MôvéLang le 27/04/2022 07:33

Dès le début des hostilités, la France a trouvé plus de 100 000 logement pour les Ukrainiens, ils en ont même importé à la Réunion.
Et comme en France, il n'y a toujours pas de logement pour les citoyens français qui dorment dans la rue ou des bidonvilles, étonnant non ?

10.Posté par Réveillez vous le 27/04/2022 10:43

@Lulu


SAUF QUE ....vous parlez du décret n° 2019-305 du 11 avril 2019 ?
"Le décret qui prévoit que tous les immeubles neufs de plus de 2 étages "
NEUF....on es bien d accord ?

De plus, certain bâtiment qui sont proposé ont bien un ascenseur mais ....NON FONCTIONNEL
Donc quand il est en panne plusieurs mois dans l'année, considéré vous que c'est bon ?

11.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 28/04/2022 07:18

*Ces photos...

*Ça me rappelle un "déjà-vu"...

*L'UKRAINE !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes