Courrier des lecteurs

Paillotes, chômage, misères et terre promise…

Mercredi 18 Avril 2018 - 09:44

Paillotes, chômage, misères et terre promise…
Depuis ces derniers temps, c'est l'affaire des paillotes « hors-la-loi » qui mobilise beaucoup d'énergies sur notre île. On est d’accord sur le fond! Sur ce sujet il faut faire respecter la loi, le littoral maritime, la nature, mais aussi, convenons-en, les personnes et les biens, même si ces derniers n’ont pas du tout la cote sur le trait de côte.

Ça a débordé. Ce n’était pas bien. Noré pu éviter. Je dis ça mais en même temps fo pas ravagé non plus ôté! Parce qu’avec la vitesse où ils s‘agrandissent, on trouverait bientôt des restaurants sur pilotis dans le lagon! Ça va trop loin là et c'est peu de le dire!
Tout ça devrait apparemment se régler dans le bon droit, pour éviter que ça aille encore de travers.

Quand on est à la Réunion et on aime cette île, on la respecte et on la protège, du « battant des lames au sommet des montagnes », kom i dit.

Sinon "Il n'y a rien de nouveau sous le soleil". La vie poursuit son cours à côté des péripéties des paillotes en fautes. Parce qu’à la Réunion, nous avons toujours, entre autres difficultés :

- Près de 141 000 demandeurs d'emplois - Travay la poin.
- 332 000 personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui représente 4 réunionnais sur 10. L'euro lé rare pou trop d'moune ke la poin souvent rien pou mangé.
- Plus de 21 000 personnes qui attendent un logement - la kaz la point et i fé pas assez.
- Un jeune sur trois qui sort du système scolaire sans diplôme - l'avenir lé en souffrance.

De plus, nous avons des gens qui se maltraitent, i jure à zot, n'arrivent plus à s'apprécier et noircissent leurs âmes. Respé nana mais lé dann brouillard !
J'en passe et des meilleurs....ou des pires. Le plus grave c’est que ces difficultés maintes fois répétées, arrivent par devenir d’une dangereuse banalité.

Bien évidemment, il y a aussi du bien, du beau et du très bon sur notre île. Dieu merci. Cependant, la noirceur manifeste de nos quotidiens l’emporte trop souvent sur nos esprits alertes, éclairés,  volontaires et bienveillants.
 
"Viens dans la lumière. Rest pa dann fénoir" nous a lancé le pape Jean Paul 2, lors de son passage à la Réunion en 1989. Cet appel gardé religieusement dans nos mémoires, devrait nous conscientiser davantage devant l’ampleur des tâches à accomplir.
 
Il y a tant d'énergies encore à mobiliser pou tire nout ti péi dann malizé et en faire une terre de solidarité, de réussite partagée, d'excellence et de concorde! Ce défi que La Réunion s’est lancée depuis longtemps, est loin et on le sait tous, d’être un long fleuve tranquille. Les choses avancent lentement, surement mais encore trop difficilement.
 
Quoiqu’il en soit, hier est derrière. Demain n’existe pas encore. Alors vivons et soyons pleinement actif dans chaque instant présent. "A chaque jour suffit sa peine".
 
Henry Hippolyte
N.P
Lu 1174 fois



1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 18/04/2018 11:40

*Monsieur Hippolyte, croyez-vous, vraiment, qu'on puisse parler de "RESPECT", ICI, à La Réunion ???

2.Posté par JORI le 18/04/2018 11:51

"Près de 141 000 demandeurs d'emplois - Travay la poin", ceux qui travaillent au noir, où sont il catalogués??.

3.Posté par Marie le 18/04/2018 12:17

141 000 demandeurs d'emplois dont on verra une bonne partie au salon de la maison qui fait recette malgré les fameux 40% vivant au dessous du seuil de pauvreté, et là regardez les espèces circuler.....mais bon faut dire haut et fort qu'on vit dans la misère.....!

4.Posté par JORI le 18/04/2018 13:30 (depuis mobile)

3. Marie. Peut-être viennent ils tout simplement rêver à ce salon vu que les élus ne le font plus !!.

5.Posté par Marie le 18/04/2018 15:49

allez JORI, d'un même pas ....dans la même direction, allons au salon de la maison ensuite on pourra se faire une meilleure idée des acheteurs éventuels.....!

6.Posté par Nivet le 18/04/2018 20:40

6 Ô Marie, si tu savais ! Moi aussi, je suis allé au salon de la maison pour rêver. Moi aussi, je suis allé au salon de l'Auto à Paris pour rêver. Moi aussi je suis allé voir le rallye de Monté Carlo pour rêver. Moi aussi, j'ai fait les vitrines das grand magasins à Paris à Noël pour rêver. Je suis navré de votre raisonnement en 3. Vous ne rêvez pas Marie ? Dommage. Le rêve, c'est ce qui reste quand on ne peut s'offrir.
Je pense que votre écrit a dépassé votre réflexion.

Bien à vous,
Alain.

7.Posté par Kayam le 19/04/2018 01:27

> Juliette : depuis que vous êtes ICI, mais qu'est-ce que vous souffrez !! C'en est + que de la peine... j'vous jure !

> Marie : "... et là regardez les espèces circuler..." ???

> A. Nivet : "Je pense que votre écrit a dépassé votre réflexion."
pourquoi essayer de toujours pommader les écrits de Marie ? Si elle a dit ce qu'elle a dit, c'est qu'elle le pense non ? Pas encore senti passer les pointes d'aiguilles ? Même si je pense qu'il y a un bon côté chez elle... comme pour tout le monde en fait.
----------
Personnellement, utiliser le mot misère (dans le sens propre du terme) à La Réunion ne me plaît pas. Nous avons tous droit à « in ti moné » tous les mois. Que l’on soit employé, chômeur, retraité. Les mois sont difficiles, je suis d’accord. Ce que avant les gens ne payaient pas, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Mais nou lé pa mizèr. On a à manger. Une voiture. Un téléphone. Un toit. Non, nou lé pa mizér !

Il y a des situations isolées et déplorables comme pour les SDF mais nous faisons quand même en sorte qu’ils aient quelque chose à manger quand nous les croisons. Pas vous ? Je n’hésite pas à aller acheter une baguette et du jambon et de donner s’ils sont à côté d’un supermarché ou quelques samoussas, fruits que j’enlève de mon sac quand je vais au marché forain… Crier la misère n’est pas très valorisant. C’est l’impression que tout va super mal et que c’est l’hécatombe. Je préfère le terme difficultés.

" Un jeune sur trois qui sort du système scolaire sans diplôme " : se donner tout simplement les moyens de viser la réussite pour ceux qui peuvent. Au lieu de dormir et de paresser. Nana konm ça dan mon famy. Ce serait un début de solution.
Je sais aussi qu’il y malheureusement des cas difficiles. Certains enfants ont du mal à apprendre et ce n’est pas de leurs fautes. Il y a aussi transmission des gènes et on ne naît pas tous Einstein non plus. C’est pour cela, que ceux qui sont sans diplôme se tournent vers d’autres alternatives.

Le plus gros problème qu’il y a en ce moment ce n’est pas les paillotes mais c’est la consommation de drogue et forcément c’est déjà une violence physique et morale. La terre promise de la réunion entre tous est en train de capoter.
Konm lé parti là, y sorte dan la limièr, y rente dan’n fénoir…

8.Posté par Marie le 19/04/2018 07:01

à M.NIVET, déjà si vous êtes allé voir le rallye de Monté Carlo et il me semble si j'ai bonne mémoire que dans un de vos post vous avez mentionné avoir participé à ce rallye.....heu bon ou vous racontez des salades pour vous faire mousser où vous y étiez en tant que spectateur...;déjà de faire le voyage faut quand même en avoir les moyens.....pour rêver comme vous dites, et si vous avez fait ce rallye tout le monde sait que c'est pas gratuit en équipement et frais de participation, vous avez été rêver devant la vitrine des grands magasins à Paris à Noel, c'est bien vous avez peut être pu bénéficier de la continuité territoriale pour votre billet......car en période de fêtes les billets sont un peu plus chers.....! en tout état de cause moi le luxe ne me fait pas rêver, je suis pour les choses simples et naturelles, le superflu ce n'est pas ma tasse de thé, moi mes rêves ils sont ailleurs....à chacun son point de vue.!

9.Posté par ste suzanne le 19/04/2018 07:28

et beaucoup vont encore rêver d ici 2020 et on leur vendra encore du rêve pendant cette campagne
qui arrive

10.Posté par Marie le 19/04/2018 10:48

merci Kayam..... mais je vous cite "On a à manger. Une voiture. Un téléphone. Un toit. Non, nou lé pa mizér !" vous avez oublié dans votre liste GSM dernier cri, canal sat, écran plat et chaine Hi Fi ......!
je sais que je suis un peu dure parfois dans mes propos, mais j'en ai un peu ras le bol quand j’entends parler de misère sur cette ile, la misère oui elle a existé il y a 60ans de cela, mais on ne peut pas dire à par quelques exceptions qu'on est toujours dans ce profil! la vrai misère vous l'avez hélas à Madagascar et c'est très dur pour cette population, mais nous non.....!

11.Posté par y.féry le 19/04/2018 11:31

7.Posté par Kayam le 19/04/2018 01:27

Bonne analyse des choses.

12.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 19/04/2018 15:56

À Post.10 - Marie:

*Il y a cinquante ans il y avait la pauvreté à La Réunion.

*Aujourd'hui - et de plus en plus - il y a la MISÈRE...

*Vous faites la différence, oui ?

13.Posté par Nivet le 19/04/2018 17:16

8, Marie, je vous mets au défi de me dire si j'ai participé au rallye de Monté Carlo. J'étais spectateur et accompagnateur d'une équipe de journalistes dans le Turini et dans le Burzet dans l'Ardèche. Quant les trois Alpines ont gagné.. Et aussi dans le Larzac, où J.P. NIcolas a gagné sur une Porsche 911 de location. Si j'ai fait ce déplacement c"était par passion. Alors que j'étais jeune enseignant auxiliaire, j'économisais pour partir en charter de Maurice avec une bande de copains passionnés.. Non, je n'avais pas les moyens, je les ai économisés. Vous ne connaissez pas le monde du rallye....Pour se présenter à une manche enneigée du championnat du Monde, il ne faut pas être un néophyte. J'étais très jeune.
Comme tout Papa qui voyage avec ses jeunes enfants, on cherche à les emmener à Euro-Disney, et à voir, le soir les Champs, ou l'avenue de Rivoli, et ses grands magasins. Juste pour votre culture, à Noël, cette année, un grand magasin avait consacré une vitrine à La Réunion.
Nous avons le même âge ,certainement les les mêmes revenus. Ni les miens, ni les vôtres ne permettent la continuité territoriale.
Le luxe me fait rêver....parce-que je ne peux me le payer. Pourquoi croyez-vous qu'il y ait tant de monde à jouer au Loto...A aller au salon de la Maison ? De l'Auto ? Le rêve, Marie !
Vous avez le droit de vivre en recluse, mais ne dégoûtez pas les autres.
Marie, ça frite entre nous en ce moment. Je ne vous retrouve plus.
J'en suis navré. Ressaisissez vous.

Bonne soirée,
Alain.

14.Posté par VALOU le 20/04/2018 04:55

Les "directeurs" d'associations s'occupant de l'insertion de l'économie de la réunion qui partent en déplacement professionnel en affaires.
Loger dans des 4 étoiles avec leurs maitresses.
C'est pas une honte.
EN ATTENDANT QUE FONT ILS DE NOS JEUNES

15.Posté par MICHOU le 21/04/2018 14:36

E n effet, les restaurants, paillottes fleurissent et le travail continue à manquer. Le chômage est encore plus criant, alors que se passe t il?
En 2018, on construit encore illégalement et comme par hasard, en dehors des zadistes, ce sont des gens aisés ou bien informés, pouvant se payer des conseillers, des avocats qui y ont recours.
Contrôlons avant, autorisons intelligemment pour éviter des conflits stériles avec chantage à l'emploi

16.Posté par Marie le 22/04/2018 15:30

M.NIVET ce n'est pas parce que je ne fonctionne pas et ne pense pas comme vous que 1 selon vos dires je vis en recluse et 2 que je dois également me ressaisir.....et en quel honneur devrais je tenir le même discours que vous?, je n'ai pas pour habitude contrairement à vous d' étaler ma vie privée sur les sites 2- je suis ce que je suis et rien à prouver à qui que ce soit!

17.Posté par Nivet le 22/04/2018 18:10

16, Marie, comme vous le dites : "parfois je suis dure".(post 10) Vous devriez vous relire. Vous ne vous relisez pas Marie. Si je vous ai vexée, veuillez m'en excuser. Mais vos commentaires ne tolèrent pas la contradiction.
Il est vrai que parfois, je fais appel à mon expérience pour étayer mes propos., ma crédibilité. Cela n'est pas "étaler" sa vie privée" mais" démontrer par l'exemple", comme tout enseignant. Pour ce qui me concerne, je n'affabule pas car, bien souvent, ce que j'avance, je l'ai vécu.
Alors que beaucoup, ici, prennent ces propos comme de l'affabulation. Tant pis s'ils n'ont rien à avancer.......Mes amis, qui lisent ZINFO, eux, ils me connaissent !
Vous n'êtes pas tenue de dire le même discours que moi, bien sûr. D'ailleurs, quand j'apprécie un commentaire, même opposé au mien je termine par "cordialement".
Vous n'avez plus rien à prouver, tant mieux.Mais pour moi, chaque jour je me remets en question. Car à l'Ecole de la Vie, on apprend tous les jours...L'autre vous apprend !

Cordialement..

Alain.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?