Sport

PSG/Incidents au Trocadéro : 21 interpellations, 30 blessés

Mardi 14 Mai 2013 - 09:00

Cela devait être une grande fête pour célébrer le titre de champion de France du PSG, hier soir à Paris. Elle a tourné court. Des débordements ont rapidement éclaté. Bilan : 21 interpellations, 30 blessés et la fin des manifestations festives dans les rues de Paris pour le club.


PSG/Incidents au Trocadéro : 21 interpellations, 30 blessés
Les joueurs du Paris Saint-Germain, au lendemain de leur troisième sacre en Ligue 1, n’ont malheureusement pas été les stars de la fête ce lundi en fin d’après-midi sur la place du Trocadéro. Leur instant de gloire a été gâché par des pseudo-supporters du PSG qui ont provoqué des incidents avec les forces de l’ordre et considérablement perturbé la célébration, au point de réduire le partage avec la foule au strict minimum.

Pendant que les joueurs en costume recevaient leur trophée en quatrième vitesse, les perturbateurs ont ensuite déployé une banderole "Liberté pour les ultras", en référence à la politique de sécurisation du Parc des Princes mise en place il y a trois ans par le précédent président du PSG Robin Leproux (2009-2011), en réaction à de nombreux débordements.

Devant l'ampleur des incidents, le club et son équipementier Nike, ont préféré annulé la mini-croisière que devaient faire les joueurs sur la Seine pour saluer leurs supporters et exhiber leur trophée.

Plus de 800 policiers ont été mobilisés pour cette cérémonie et 21 personnes ont été interpellées pour jets de projectiles et dégradations, a ajouté le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, en soulignant qu'il y avait des milliers de casseurs. Selon lui, "il n'y aura plus de manifestation festive sur la voie publique pour le PSG".

"C'est dommage qu'il y ait eu une poignée de perturbateurs, les débordements ont été contenus, la fête n'a pas été gâchée", a commenté de son côté le maire de Paris, Bertrand Delanöé sur BFMTV.

Pour le syndicat de police Alliance, l'évènement a été "sous-estimé" par les autorités. "Nous avons été débordés", a déclaré le secrétaire national du syndicat Fabien Vanhemeryck, alors que "nous savions tous ce qui aurait pu se passer", a-t-il ajouté.

S.I
Lu 1026 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >