Société

[PHOTOS] Le Barachois fête la liberté

Mercredi 21 Décembre 2016 - 08:47

Comme chaque année, Saint-Denis a vibré hier aux sons des festivités du 20 décembre. Le maire du chef-lieu, Gilbert Annette, mais également la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, étaient présents au Barachois pour le traditionnel défilé. Une fleur a été déposée par plusieurs personnalités politiques sur la stèle de Géréon et Jasmin. (Photos : Pierre Marchal / Anakaopress)














Lu 3347 fois



1.Posté par noé le 21/12/2016 10:05

Belles photos !
Merci au(x) photographe(s) !
Le métissage rend belle et beau !

2.Posté par Denis le 21/12/2016 12:41 (depuis mobile)

Elle en fait un peu trop La ministre inutile

3.Posté par mi sak mi pense le 21/12/2016 13:44

et toujours ces vautoursd'élue et élu qui veulent se montre pour rafler des suffrages aux prochaines élections! beurkkkkk

4.Posté par Pif le yinch le 21/12/2016 19:20

3.Posté par mi sak mi pense

S'il y a des électeurs assez insignifiants pour accorder leur suffrage pour si peu, les politicos seraient bien cons de ne pas en profiter ...

5.Posté par klod le 21/12/2016 20:57

fé pété mon banne fra and sister , un ti journée bonheur .............. face au monde comme il va ek son 30% d'esclave du chomage dan nout ti péi et le fn à 30% en framce ............na enkor pou lité ................... la lutte continue ................ tien bo larg pa , kriké kraké , kossa un chose ...................... debout un jour , debout toujours , HIN ?

6.Posté par hervet le 22/12/2016 08:16

Un peu d'histoire, ça peut pas faire de mal!!
Qui êtes vous Sarda Garriga?Où êtes vous, Sarda Garriga?

20 decembre 1848.
Brillamment élu Premier président de la Seconde République , Louis Napoléon Bonaparte, neveu du premier Napoléon , prêtait serment et jurait " en présence de Dieu et du peuple français représenté par l'Assemblée Nationalen de rester fidèle à la République démocratique,une et indivisible et de remplir tous les devoirs que lui impose la Constitution".
Les promesses n'engagent apparemment que ceux qui y croient.

La République,la Première, avait aboli l'esclavage en 1792 . Napoléon, le 1er, l'avait restauré, le président élu en 1848 ne put réitérer le geste du tonton, mais étrangla la République presque deux ans après ce serment, avec le soutien des cléricaux qui, affolés par la montée des républicains exploitèrent les opportunes apparitions de La Salette en 1846-malgré le curé d'ARS qui avait décelé l'imposture (1) -, apparitions renouvelées à Lourdes dans la décennie suivante.

Le 20 décembre 1860 , la Caroline du Sud se désunissait des USA suivie bientôt par d'autres états sudistes opposés à la politique abolitionniste du nouveau President Abraham Lincoln .

Sarda Garriga eut plus de chance que lui et qui réussit à faire accepter, sans guerre civile locale, le decret de la République apporté en octobre 1848 publié quelques mois auparavant, au printemps métropolitain quelques jours après la proclamation de la République, la deuxième du nom, qui , comme la rose, n' "a vécu ce que vivent les roses, l'espace d'un matin"

C'est sans doute pour cela qu'il est oublié , ce que déplore David Huet, président de l'Association des "amis de Sarda Garriga" réuni ce 20 décembre 2016 sur la modeste stèle qui lui est dédiée au Barrachois quasi désert en ce matin du jour de la Liberté qu'il avait apportée
La tombe de Sarda Garriga en Normandie recevra t'elle,comme la stèle du Barrachois, un bouquet de roses à la vie fugitive alors que la belle formule apparemment oubliée hier, "La Réunion reconnaissante" ,s'inscrit dans la durée sur sa pierre tombale ? J'en doute!!!
Merci à ceux qui n'oublient pas Sarda Garraiga en ce jour férié du 20 décembre et au delà!

Salut et fraternité

7.Posté par bete immonde le 22/12/2016 08:18

b[" le détournement ,l'inversion est la grande ressource des gens de gauche. c'est un procédé éculé mais ça marche encore.
La fet" kaf ! Est ce que les Kafs portaient des chaines quand ils travaillaient dans les champs? Ils étaient libres de leurs mouvements . Ils pouvaient "faire marron ".Les négriers achetaient des hommes déjà réduits à l'état d'esclavage et enchainés.Et c'est le Blanc européen qui a détruit ce commerce ! Pas le Noir africain

8.Posté par Pierre Balcon le 22/12/2016 09:33

La fête est finie . On ne peut pas tous les jours fêter le 20 décembre

Morceaux choisis des débats au Sénat le mardi 13 décembre 2017 dans le cadre de l’examen du projet de loi sur légalité réelle :

Le président M. Philippe Bas, ouvre ironiquement la séance en ces termes :
« Vous avez bien fait, madame la ministre, de saluer la créativité du Gouvernement et de l'Assemblée nationale. Ce projet de loi, entré dans le processus législatif avec 15 articles, en comporte désormais 116. Si la propension à amender des sénateurs devait égaler celle des députés, il compterait environ 900 articles à l'issue de son examen par le Sénat...
Je vous invite donc à contenir cet esprit de créativité, qui s'est déjà suffisamment exprimé. Nous pourrions même faire en sorte de diminuer le volume du texte ».

Et notre sénatrice Mme Gélita Hoarau intervient timidement en fin de séance et rappelle que
« L'INSEE considère La Réunion comme un département hors normes tant les inégalités y sont grandes. Cela s'explique en partie par la politique des revenus menée par les gouvernements depuis 1946. Elle consiste à attribuer notamment aux fonctionnaires d'État, au motif d'un coût de la vie plus élevé qu'en France hexagonale, une prime de vie chère. Mais la vie est chère pour tout le monde ! Le projet de loi ne traite pas de cette question. L'ignorer nous paraît être un moyen de faire perdurer ces inégalités, voire de les accentuer ».

Mme la ministre des outre mers lui cloue le bec :
« Madame Hoarau, vous avez évoqué la question des inégalités de revenus sur les territoires, qui est importante. Mon approche n'est pas la même que la vôtre…Si nous retirions aujourd'hui la prime aux fonctionnaires, nous supprimerions de la richesse, avec une baisse estimée de 2 % du PIB de La Réunion. Pour vous donner un ordre de grandeur, à l'échelle de l'Hexagone, cela reviendrait à supprimer 45 milliards d'euros ! Cette richesse produit de la consommation, de la production, de la création ; nous en avons besoin. Il faut plutôt lutter contre la pauvreté et travailler à la convergence ».

Un grand moment d’analyse économique .
Les électeurs et tous les privilégiés tropicaux peuvent dormir tranquilles puis danser pendant encore au moins 6 mois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter