MENU ZINFOS
Communiqué

PCR: Pour l’ouverture d’un travail mémoriel et muséal sur la condition féminine en terre réunionnaise


- Publié le Mardi 8 Mars 2016 à 11:25

La journée du 8 mars 2016 est la Journée internationale pour les droits des femmes. Sera-t-elle consacrée à la folklorisation médiatique, à la dérive commerciale et consumériste imposée par une élite de nanti-es ou alors à l’engagement total pour un changement de politique en faveur des victimes de la colonisation ?

Plus personne n’ignore aujourd’hui que La Réunion est un Département socialement hors norme. C’est le triste résultat d’une politique qui a refusé aux Réunionnaises et Réunionnais l’application de l’article 2 de la loi du 19 mars 1946, dite loi d’Egalité. Pourtant tout était clairement exprimé lors des législatives du 21 octobre 1945 et qui avaient vu la victoire de Raymond Vergès et Léon de Lépervanche. Ils prônaient de mettre fin au statut colonial par le Département. La section réunionnaise de l’Union des Femmes de France, devenue en 1959 l’Union des Femmes de La Réunion, avait largement contribué à cette victoire.

À Paris, les gouvernements successifs qui ont bafoué ainsi le choix démocratique de la population réunionnaise, portent l’entière responsabilité de la crise actuelle. On ne peut pas vouloir le Département sans ses exigences logiques d’Egalité. Dans cette trahison, ces gouvernements ont bénéficié de complicités réunionnaises durant des dizaines d’années.

Honte à ces politiques qui n’ont pas fait honneur aux Femmes qui votaient, pour la première fois, à une élection législative, alors que les Hommes avaient acquis ce droit dès l’abolition de l’esclavage en 1848, soit 97 ans avant. Il est vrai que les Réunionnaises avaient voté majoritairement dans l’espoir que ce changement radical allait mettre fin à près de 300 ans d’abus de toutes sortes. Qu’on se rappelle qu’à certains moments, on importait 80 % d’hommes et 20 % de femmes.

À cette époque, la grande majorité des Réunionnais n’avait pas le statut d’être humain. Les propriétaires des plantations avaient avant tout besoin de la force physique des hommes. Les femmes étaient considérées comme des « reproductrices », et étaient là également pour subir les violences sexuelles des possédants qui les traitaient comme des objets. Ces violences ont laissé des traces qui peinent à s’effacer, 167 ans après l’abolition de l’esclavage.

70 ans après la promulgation de la loi d’égalité, ce sont les inégalités qui restent la norme à La Réunion. Mais pour une partie de la population, les femmes, cette injustice est encore plus flagrante. Nos compatriotes sont encore plus touchées par le chômage. Quand elles ont un emploi, elles ont trop souvent des salaires inférieurs pour un même travail. Elles subissent des discriminations pour le déroulement de leurs carrières, et l’accès à des postes à responsabilité. Si la loi peut aider à faire reculer ces inégalités, cela ne suffit pas. Le PCR estime qu’il est nécessaire d’opérer une révolution dans les mentalités, grâce à l’éducation, la solidarité et au travail de mémoire.

Le PCR se félicite d’avoir contribué à la proposition de loi qui a conduit à ce que la France reconnaisse l’Esclavage “crime contre l’Humanité”. De nombreuses initiatives existent déjà. Le PCR préconise que le 8 mars 2016 soit l’occasion de réclamer l’ouverture d’un travail mémoriel et muséal sur la condition féminine en terre réunionnaise durant 350 ans.
Ce travail doit être ouvert à toute la société pour débattre de l’avenir commun ainsi que de la cohésion sociale, débarrassée de l’héritage de violence socio-historique.

Le Port, le 7 mars 2016

Simone Yée Chong Tchi Kan
Ghislaine Cataye
Ginette Sinapin
Camille Dieudonné




1.Posté par cimendef le 08/03/2016 16:21 (depuis mobile)

L'ouverture d'un travail mémoriel s'impose aussi pour l'étude des événements de l'année 1946 et en particulier le mois de mai.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes