Santé

Obésité : "La sleeve n’est pas une opération miracle"

Mardi 29 Mai 2018 - 10:32

Une partie de l'équipe de la sleeve ambulatoire: (de gauche à droite) Diane Hespel, cadre de santé, Sandrine Lopez, anesthésie et Xavièra Coueffé, chirurgie viscérale
Une partie de l'équipe de la sleeve ambulatoire: (de gauche à droite) Diane Hespel, cadre de santé, Sandrine Lopez, anesthésie et Xavièra Coueffé, chirurgie viscérale
Son carnet de rendez-vous est déjà booké pour les quatre prochains mois. Le 2 mai dernier, la première sleeve ambulatoire de La Réunion a été réalisée par l’équipe du docteur Xaviéra Coueffé du Centre spécialisé obésité du CHU de St-Pierre. L’obésité touche 18 % de la population en France, 24 % à La Réunion dont 80 % de femmes. Notamment en cause, le comportement alimentaire mais aussi le manque d’activité physique. 50 000 chirurgies de l’obésité sont ainsi pratiquées par an en France dont 60 % de sleeve.
 
L’ acte chirurgical qui consiste à la réduction de la taille de l’estomac est préconisé pour des patients souffrant d’obésité avec un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 40 ( supérieur 35 associé à des maladies comme le diabète, l’hypertension ou l’asthme) pour lesquels les traitements médicaux, nutritionnels et psychologiques ont échoué. Autres critères : ne pas avoir subi d’autres chirurgies bariatriques,  avoir entre 18 et 65 ans, avoir été bien informé des risques, et surtout accepter d’être suivi à vie. "

La sleeve n’est pas une opération miracle mais bien une aide apportée au patient. L’obésité est une maladie chronique"
, rappelle le docteur Xaviéra Coueffé. L’opération n’intervient ainsi qu’au delà de 6 à 12 mois de préparation et de changements alimentaires décidés en partenariat avec plusieurs professionnels de santé. 


En ambulatoire, l’ acte en lui même dure environ 40 minutes. "Le patient, acteur de sa convalescence, retourne chez lui à la fin de la journée". Un gain certes économique pour l’hôpital mais surtout "une réhabilitation améliorée pour le patient et moins de complications", précise la chirurgienne digestiveLa sleeve ambulatoire reste une opération majeure qui " demande une importante préparation en amont et beaucoup de rigueur". Le patient sera par la suite suivi régulièrement puis plus épisodiquement tout au long de sa vie.  

Après St-Pierre, le Chu Nord développe également la pratique de la sleeve ambulatoire sous la houlette du docteur Kassir Radwan.
PB
Lu 9433 fois



1.Posté par MARIE le 29/05/2018 10:44

Non seulement ce n est pas la solution mais votre vie sera gachée
alors mieux prevenir que guerir

2.Posté par GILBERT le 29/05/2018 16:55

bonjour à vous mes Dames/ Monsieur

la meilleure solution c'est la marche ou courir cool

conseil d'un coach ,et l'économie d'argent .

3.Posté par Tatiana le 29/05/2018 17:32 (depuis mobile)

J''espère que vous parlez en connaissance de cause sinon vous feriez mieux de vous taire! Pourquoi cela ne serait pas une solution ?

4.Posté par Vache à Lait le 30/05/2018 14:04

Post 3 Y’a la muselière sinon comme solution, non?
La surmalbouffe en est la cause non?

5.Posté par Mariette le 31/05/2018 21:27 (depuis mobile)

J’ai une amie qui a perdu 70 k avec la réduction de l’estomac 10 années plus tard elle a repris autant !!!
À méditer...

6.Posté par Pffff le 20/07/2018 16:59 (depuis mobile)

Pffff la mal bouffe mais vous êtes qui pour vous permettre de juger bien souvent ce sont des gens qui sont malade car oui l''obésité est une maladie alors fermer votre bouche avant de critiquer les gens qui I ont eu recours

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter