Société

OPR : "Le juge a reconnu l’insuffisance manifeste des mesures prises à ce jour"

L’association Océan Prévention Réunion réagit dans un communiqué suite à au rejet de leur référé-liberté portant sur l’arrêté préfectoral qui interdit la baignade. Jean-François Nativel indique étudier les possibilités de recours devant le Conseil d’Etat, alors que le juge du tribunal administratif a reconnu le caractère désastreux de la situation, mais s’est déclaré incompétent pour prononcer des injonctions.

Mardi 9 Juillet 2019 - 17:46

OPR : "Le juge a reconnu l’insuffisance manifeste des mesures prises à ce jour"
Communiqué OPR décision référé-liberté interdiction de baignade 9 juillet 2019 :
 
Le juge a considéré que les éléments que nous avons présentés étaient "circonstanciés, non contestés par l’administration, que les attaques de requins mortelles et mutilantes sont demeurées très nombreuses depuis qu’a été instaurée le 26 juillet 2013 la première mesure d’interdiction quasi générale de baignade et d’activités nautiques sur le littoral réunionnais". Il ajoute que "alors même que l’imprudence ou le non respect de la réglementation ont concouru à la persistance des attaques mortelles, il y a lieu de constater le caractère désastreux de cette situation (…) ainsi que l’insuffisance manifeste des mesures prises à ce jour pour y remédier".
 
Ainsi, même si notre recours en référée-liberté a été rejetée par le tribunal administratif, cette décision de justice confirme le caractère légitime de notre démarche, les conséquences graves de cette situation, et surtout l’insuffisance manifeste de la politique publique menée par les autorités.
 
A notre grande surprise, le juge considère que l’article 2 du décret de 2007 permettrait au préfet de "prendre toute mesure pour limiter les espèces surabondantes ou éliminer les espèces invasives". Or, les requins bouledogue et tigre ne font en aucun cas l’objet d’un arrêté les classant en espèces surabondantes ou invasives, et à ce titre ne peut faire l’objet de prélèvements dans les zones de protection renforcée de la Réserve Marine, qui englobent, rappelons-le, l’ensemble de nos plages populaires. Seul l’arrêté de capture après attaque établi en 2013 offre une possibilité de pêche dans cet espace, mais seulement pendant 72 heures, et après un drame.
 
Le juge rappelle que "le préfet peut notamment autoriser, à des fins de protection de la sécurité des personnes, des mesures de prélèvement des espèces dangereuses" d’après une décision du conseil d’État de 2015. Or force est de constater que depuis 2015, l’État n’a jamais prélevé dans les zones de protection renforcées de la Réserve Marine, en dehors du cadre de l’arrêté de capture post attaque. L’État refuse toujours de mettre le moindre hameçon pour sécuriser les Réunionnais dans ces zones, qui ont pourtant phagocyté depuis 2007 nos plages jadis populaires.
 
Ensuite il a considéré "qu’à supposer que puisse être constatée en l’espèce une carence de l’autorité administrative", les moyens que nous avons réclamé "ne peuvent être ordonnées dans le cadre de la présente instance", puisqu’elle ne serait (dans le cadre d’un référée-liberté) habilitée à statuer que sur des mesures permettant un retour à la mer dans les plus brefs délais. Or nous nous situons dans le cadre d’un risque large et complexe à maîtriser, et il n’est possible d’espérer des résultats significatifs qu’à moyen terme, sachant que nos demandes, à savoir l’installation de filets maillants et de drum lines rapprochées, permanentes et localisées près des spots, ont montré une grande efficacité dans d’autres parties du monde.
 
À ce niveau nous espérions avoir un juge plus audacieux, car la tendance de la jurisprudence actuelle dans ce genre de cas est malgré tout à l’injonction de mesures fortes, même si elles ne peuvent être suivies d’un effet immédiat. On ne peut que regretter également que le juge ne se soit pas prononcé sur le caractère illégal d’un arrêté d’interdiction « provisoire », devenue permanente après 9 reconductions, et qui fêtera ses 6 ans le 26 juillet prochain.
 
Enfin, en toute logique, le juge a considéré que la levée d’interdiction seule ne serait pas "bénéfique dans la perspective d’une réduction du risque", et c’est pourquoi nous avions argumenté bien plus sur le déploiement de mesures plus fortes pour réduire le risque, plutôt que sur la suspension de l’arrêté d’interdiction. C’est à ce niveau qu’il faut comprendre pourquoi nous avons engagé une procédure spécifique du référé-liberté : c’est une démarche qui pouvait permettre l’injonction de moyens décisifs. Une procédure classique au tribunal administratif ne pouvait elle se solder que par une suspension de l’arrêté, et rien d’autre. Ce qui, en l’absence de mesures fortes, n’aurait eu aucun sens en regard de l’objectif de prévention de notre démarche.
 
Nous étudions actuellement les possibilités d’un recours au conseil d’État, ou d’une autre procédure administrative, car il n’est pas possible de laisser une telle situation perdurer indéfiniment. L’interdiction « provisoire » de baignade aurait dû s’accompagner dès 2013 de mesures décisives, et pour l’instant nous n’avons eu qu’une politique publique poussive, inadaptée, et dont les conséquences dramatiques sont constatées par tous.
 
Il n’y a toujours en 2019 aucune zone digne du nom de « protégée, surveillée, ou aménagée » pour les activités nautiques. Il y en aura toujours pas tant que l’État refusera les évolutions que nous demandons depuis 2011, et qui ont pu, grâce à cette démarche juridique, être portées à connaissance de la justice.
 
Charlotte Molina
Lu 1009 fois




1.Posté par JORI le 09/07/2019 18:58 (depuis mobile)

100 millions de requins/an sont tués par les hommes à travers le monde. Combien de surfeurs, allez incluons tous les usagers de la mer, sont tués par les requins ?.

2.Posté par Nono le 10/07/2019 11:59

@1 D'une, mettre sur un pied d'égalité la vie d'un humain et celle d'un animal, je ne vous félicité pas. De deux, les sempiternels "100 millions de requins péchés par an", c'est surtout pour permettre aux pays riches de consommer du poisson, vous êtes donc en train de faire l'idiot utile pour les grands groupes de pêche intensive en focalisant sur 200 requins pêchés par an pour protéger une zone balnéaire. Et n'allez pas me dire que c'est pour manger, je ne vois aucune différence entre le petit plaisir égoïste de surfer et celui de manger du poisson congelé au bilan carbone et écologique désastreux.

Voir l'intervention de Globice dans le JT de Antenne Réunion

www.facebook.com/oceanpreventionreunion/videos/1117950861738478/

3.Posté par native le clown le 10/07/2019 12:10

Ah toujours pareil avec ce Monsieur!Il est systématiquement débouté, il perd tous ses procès...mais à chaque fois, on lui donne raison lol un champion ce nativel

4.Posté par Couillonisse le 10/07/2019 14:07

Ils sont trop forts... Ils se prennent une énième branlée judiciaire et ils voudraient nous faire croire que le tribunal les a déboutés à contre cœur ... mdrrrrrrr allez les mougeons donnez les sous pour le conseil d’Etat

5.Posté par Couillonisse le 10/07/2019 17:08

@2 : les idiots utiles font des référés au tribunal administratif... et ils perdent ...

6.Posté par Nono le 10/07/2019 18:08

@5 Au moins ceux la sont utiles. Tiens, au fait, mamie zinzin, les croquettes de tes minous, ils sont fabriqués à partir de... ?

7.Posté par Couillonisse le 10/07/2019 20:04

@6: les loosers ne servent qu’à nous faire comprendre que le ridicule ne tue pas :)

Au fait neuneu tu sais ce que tu utilises ? Le surf pollue .... les requins non !

La planche. Composition de la board (2) : pour faire simple, un pain de mousse en polyuréthane coulé dans de la résine, sur laquelle on colle de la fibre de verre. Des matériaux extrêmement polluants et dangereux. Selon Pierre Pommiers, le PDG de Notox – entreprise basque fabricant des planches de surf écoresponsables et socialement éthiques tout en veillant aux caractéristiques techniques et à la performance –, les matériaux utilisés parcourent la moitié de la planète avant d’arriver à leur lieu de production. Autant dire que, dès cette étape, l’empreinte carbone en prend un sacré coup. Toujours selon M. Pommiers, une planche de 3 kg génère environ 6 kg de déchets à 100 % non recyclés, tandis que les conséquences pour l’environnement, pour le shaper (3) en particulier, des particules fines hautement toxiques qui s’échappent lors de la fabrication n’ont rien à envier à l’impact sanitaire de l’amiante. Et c’est compter sans l’évaporation de litres de solvants chimiques de type acétone, dont la nocivité n’est plus à prouver.
La wax. Ce produit – accroche indispensable pour que la planche ne se transforme pas en savonnette – aura sans doute été la cible privilégiée des entreprises pratiquant le greenwashing de façon consciente ou non, ce procédé marketing qu’elles utilisent pour se donner une image écoresponsable et ainsi doper leurs ventes. Pour pouvoir s’y retrouver, il faudrait au minimum qu’il soit fait mention de la composition sur l’emballage, ce qui n’est pas le cas. Depuis plusieurs années, des wax supposées plus vertueuses – écologiquement, s’entend – les unes que les autres ont inondé le marché, certaines semblant pourtant n’avoir de bio que l’emballage. En effet, beaucoup d’entre elles sont composées de produits issus de la pétrochimie, au premier rang desquels la paraffine, qu’on obtient à partir de pétrole brut et dont le transport et le raffinage ne sont pas à proprement parler ecofriendly. Une substance de remplacement semble se dégager : le soja, souvent présenté comme la solution miracle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 12 Octobre 2019 - 16:33 Chloé Gali couronnée Miss Sainte-Marie 2020