Faits-divers

Nul n'est censé ignorer la loi ? Tu parles, Charles !

Mercredi 12 Septembre 2018 - 11:38

Le jeune accusé a 28 ans mais en paraît à peine 18. Employé en restauration, il est au chômage depuis beaucoup (trop) de temps. Quand il travaillait, à force d'économies et de privations, il a réussi à se payer l'objet de ses rêves, un drone. Si un rêve n'a pas de prix, le sien en a un : 1.500 euros. Quand on aime, on ne compte pas. Ainsi donc, un matin de juillet 2017, il s'en alla le montrer à ses potes à Trou-d'Eau.

Ce faisant, il ne savait pas qu'il allait se mettre à dos un grossier personnage fort mal embouché ; et la réserve marine. Oui madame, oui monsieur, la sacro-sainte réserve marine, comprenne qui pourra !
 

Un noceur mal embouché
 

Sans penser à mal, il embraye l'engin volant sur lequel il a greffé un système vidéo, et l'OVPI (objet volant parfaitement identifié) s'élève gracieusement dans l'air chaud. Superbement maîtrisé par son pilote, le drone effectue quelques gracieusetés au-dessus du sable, tourne, virevolte, un petit looping ici, une ressource là, sous l'oeil admiratif des amateurs de plage.

Jusque là, tout baigne, c'est le cas de le dire. Puis, pour son malheur, l'aéronef survole un groupe faisant la fête, semble-t-il, les membres d'un club de location d'engins de plage, surfs, moreys, paddles, and so on.

L'un de ces noceurs se prend d'une rage folle contre l'indiscret (ils n'étaient pourtant pas à loilpé, comme dirait Béru). Apercevant le propriétaire du drone, il l'entreprend avec une rare grossièreté :

« Fous le camp de MA plage avec ton drone de merde ! » (sic !)

Et d'une, il n'a été écrit nulle part que la plage lui appartient. Et de deux, on ne savait pas que les drones transportaient des matières fécales.

Ensuite de quoi, bandé comme en 40, l'odieux mec excite ses deux chiens contre le jeune homme :

« Souk ! Souk ! »
 

Un acte d'accusation abscons 
 

Et, s'emparant d'une rame de paddle, il la lance contre Spoutnik-14 (ou 41, j'ai perdu le compte) mais le rate. Son propriétaire, lui, a juste eu le temps de saisir l'attaque du missile sur son écran vidéo et, aussi sec, fait prendre à son engin un peu d'air, histoire de le mettre à l'abri des humeurs intempestives de l'hurluberlu.

C'est là que ce jeune homme bien sous tous rapports va commettre une erreur, sa seule erreur mais qu'il admet volontiers à la barre. Enragé par l'attitude de l'autre ahuri, il va mettre sur Facebook la vidéo montrant le coup de rame, rame derrière laquelle on aperçoit vaguement quelques silhouettes.

Il n'en faut pas plus pour que le ronchon ne porte plainte sous prétexte qu'on reconnaît les visages de ses co-fêtards.  En jurant dur comme fer qu'il avait dit au pilote de ne pas publier ses films. Chose qu'il n'a jamais faite au demeurant mais il n'était même pas là à l'audience pour confirmer ses soi-disantes récriminations.

Les gendarmes confisquent le drone terroriste aussi sec et son propriétaire se retrouve, excusez du peu, accusé de conduite d'un aéronef non conforme aux conditions de sécurité ; mise en danger d'autrui (risque immédiat de mort ou d'infirmité) ; atteinte à l'intimité de la vie privée par enregistrement ou transmission de l'image d'une personne ; et clou du clou : survol interdit d'une réserve naturelle. 

Bigre de fichtre, de foutre, de diantre et palsambleu !
 

Le ridicule ne tue pas !
 

Parce qu'il a de quoi se demander si le monde n'est pas carrément dégrainé pou tou'd'bon, comme disait gramoune !

Car l'aéronef, acheté dans un magasin spécialisé, est parfaitement conforme, ala po in'. La « mise en danger de la vie d'autrui, le risque immédiat de mort ou d'infirmité », ainsi que le dit poétiquement l'ordonnance de renvoi, on les cherche encore : le drone ne s'est jamais approché de qui que ce fût ! L'atteinte à l'intimité ? Je vous paie un merle blanc su vous reconnaissez le visage de n'importe qui sur ce truc !

Mais l'amazing joke, c'est le « survol interdit d'une réserve naturelle ». La réserve marine.

Qu'on m'explique en quoi le passage d'un drone est dérangeant pour la fumeuse réserve ! À moins... à moins que cela ne trouble le sommeil des oursins, des zourites, des cordons-de-moresse, des crabes-la-taille, des crapauds-de-mer et autres bibites-kaf, bestioles d'une hypersensibilité au sommeil léger comme chacun sait... 

Le ridicule ne tuant pas, la procureur s'est lancé dans une oraison moralisatrice débutant par « Nul n'est censé ignorer la loi ! »

J'ai failli m'écrouler de rire. Comment peut-on encore balancer de telles navrances dans le pays le plus légiféré du monde, la patrie des droits de l'homme et des quelques milliers de textes de lois ? Même les plus pointus des juges avouent leur confusion ; alors, quel citoyen prétendu normal pourrait connaître ne serait-ce que le dixième de la moitié du quart du millième de ces textes ? Entre Code civil, Code pénal, Code de procédure pénale, Code du travail, Code de la nationalité, Code des impôts, Code de la santé, Code-cot-codak, une mère abeille n'y retrouverait pas ses soumacs !

Et de réclamer peines, amendes, confiscations et re-amendes contre le jeune homme qui se demandait s'il ne jouait pas par inadvertance dans une pièce de Jary.
 

« Un réquisitoire au-delà du raisonnable »
 

Le bâtonnier Payen eut du mal à camoufler sa jubilation d'avoir à démolir une telle muraille d'incongruités, « ce réquisitoire au-delà du raisonnable ».

Le défenseur de l'accusé a obtenu gain de cause en grande partie, l'accusé ayant été relaxé pour la mise en danger d'autrui. Pour le reste, il prend une amende de 1.000 euros avec sursis mais, hélas, n'échappe pas à la confiscation de son drone.

Quand on s'est saigné aux quatre veines, qu'on n'a qu'un RSA pour becter, c'est un peu cher payé pour les mauvaises humeurs des mal embouchés. Mais cela n'engage que moi.

 
Jules Bénard
Lu 3347 fois



1.Posté par merci la justice Francaise le 12/09/2018 12:13

nul de chez nul la justice française....... payé avec nos impôts

c'est une ho note, quittez ce pays et allez hors URSS , euh hors France

2.Posté par Marc le 12/09/2018 12:44

Le survol de la réserve est interdit parce que si un drone n'est pas un problème, une multiplication de drones pourrait finir par le devenir.

Quant au droit à l'image des personnes, c'est une évidence: les spectateurs de la scène n'avaient pas à être victimes de cette altercation en y étant publiquement associés.

Quant aux drones non conformes aux règles de sécurité, je ne sais pas. L'a t'il modifié? Ou était il prévu pour être utilisé sur ce type de terrains?

3.Posté par Pro no stick le 12/09/2018 13:53 (depuis mobile)

A rappeler à didier robert en ce qui concerne la.pompadour..

4.Posté par . PIL-POIL le 12/09/2018 14:37

Monsieur Bénard, dommage que vous ne donniez pas le nom du mal embouché, celui qui croit que l'île lui appartient !
J'aurai aimé lui mettre un mot sur sa page face de bouk.

Quand au petit juge qui se défoule sur un citoyen lambda en appliquant uniquement la loi et en oubliant le sens humain du rendu de la justice, c'est dès plus triste comme comportement.

5.Posté par A mon avis le 12/09/2018 15:54

A la lecture de votre texte, j'adhère complètement à votre conclusion.

Toutefois, les audiences étant publiques, pourquoi ne donnez vous pas le nom du "mal embouché" qui a porté plainte ?

6.Posté par dh le 12/09/2018 17:28

"Nul n'est censé ignorer la loi" une réplique qui a bon dos, je vous l'accord, car si c'était vraiment le cas on serait tous avocat ou juge !

7.Posté par muppets le 12/09/2018 18:10

La justice en plein délire ainsi d'ailleurs que la maréchaussée (c'est presque normal pour ces derniers), sur géoportail les zones de restrictions pour drones de loisir sont portées, et rien n'y interdit le survol de la réserve marine. A la place de l'accusé j'irais rechercher mon drone.

8.Posté par miro le 12/09/2018 18:25

ABUS quand tu nous tiens ! je suis en toutes circonstances le plus fort,... ferme ta gueule, .... voilà ce dont sont con-vaincus certains.

9.Posté par Marc le 12/09/2018 18:39

4. Le juge n'a pas à faire de "sens humain" autrement que dans la peine qu'il applique. Mais la loi est la loi: si le juge décide de ne pas l'appliquer, c'est une atteinte à la séparation des pouvoirs.

10.Posté par mandelamarley le 12/09/2018 19:11

Super texte ! Je suis estomaqué et mort de rire. On veut saigné le ti kréol ! plus d'accès à la mer pour une île, incroyable ! Pas chance pour le jeune homme en voulant se faire plaisir , il a rencontrer un idiot que la loi française protège. Si nous rouve pas nout zié, nora pi créole. Reste ou kaz ! sinon y totoche à ou. Pokor fini , il y aura encore plus d'inégalité. Au finale, le boug y doit être dégouté.

11.Posté par Paulo le 12/09/2018 19:25 (depuis mobile)

Nul n'est censé ignorer la loi signifie que personne ne doit l'enfreindre.

12.Posté par PEC-PEC le 12/09/2018 21:29 (depuis mobile)

Merci Jules pour ce compte rendu d''audience...mais que les hommes sont bêtes ! La belle affaire que voilà, on se demande même pourquoi un procureur s''est senti investi pour poursuivre un pauvre boug. Quand de gros délit sont vite pardonnes. Ridicule

13.Posté par GranMerkal le 12/09/2018 22:17

alé ouais dé zot komentèr! la loi lé côté lo pli riche.... donn lo nom du "propriétaire de la plage" de nout péi é nou va fé in collectif po lo band akaparèr... justice colonialiste dans une république bananière et pourtant notre île ne produit pas assez de bananes.....chercher l'erreur chez nos envahisseurs

14.Posté par Joe le 12/09/2018 23:15 (depuis mobile)

Ah bon c est SA plage et bien moi je suis sur que chez lui en france dans les banlieues là bas il ferme sa bouche et n en parlons pas s il se trouve en Corse et qu'' il se la pète il la sentira vite passer quel clown celui là

15.Posté par Gangsta le 12/09/2018 23:39 (depuis mobile)

Il croit qu' il va enmener la plage avec lui quand arrivera son heure quel plouc !

16.Posté par LORHEIN le 13/09/2018 07:55

Oh, Justice quand tu ne sais pas faire la part des choses, tu es une mauvaise justice!!!

17.Posté par dadou le 13/09/2018 06:47

Selon que vous serez puissant ou misérable, la justice est différente !!

18.Posté par Jules Bénard le 13/09/2018 11:58

À posté 4 "PIL-POIL" :
Cher monsieur,
Je ne donne pas son nom, à mon grand regret croyez-le bien, tout simplement parce qu'il a été prononcé d'une voix si inaudible qu'on aurait juré que le Président le faisait exprès ! Sinon, je l'aurais ratatiné avec le plaisir malsain que vous devinez. "On n'a pas toujours du caviar", disait Hans Siemmes.
Quant au jeune accusé, je ne voyais aucune raison de le nommer ; il a assez payé comme ça.
Bien cordialement.

À posté 5 "À mon avis" :
Même réponse, l'ami.

À tous les autres :
Merci !

19.Posté par GIRONDIN le 13/09/2018 12:13

Et là des suites ?

https://m.zinfos974.com/La-derniere-web-serie-de-l-IRT-fait-polemique-Fallait-il-montrer-un-VTT-dans-la-Plaine-des-Sables_a103429.html

20.Posté par titi974 le 13/09/2018 15:30

On se rend compte à lire cet article que la justice est d ' un ridicule innommable quand on voit comment certains délinquants avec des faits de violences sont remis en liberté avec une misérable tape sur les doigts on se dit que dans ce pays si il y a bien une administration en faillite c'est bien la justice......

21.Posté par Jujube le 13/09/2018 16:46

Drone de drame.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter