Courrier des lecteurs

Nuage... Voyage

Mardi 4 Septembre 2018 - 10:00

Il vient de naître le petit nuage,
Sur cette île aux merveilleux paysages.
Si jeune et déjà très ombrageux,
Il voile à la belle endormie, les cieux.
Le voici qui touche, à l'apogée
De l'île, un piton parfois enneigé,
Dont il effleure de son vaporeux coton,
Le vénérable et majestueux menton.
Poussé par le malicieux et facétieux Eole,
Le petit "fils de nuée", poursuit son école.
Au-dessus du limpide lagon,
Il se mire comme un jeune paon.
La demoiselle alanguie sur le sable blanc
Le prie d'aller voir ailleurs, instamment,
Il lui griffe son azur, assurément.
Céans, il admire les cirques vus d'en haut,
Salazie, Mafate, Cilaos, perles des Hauts.
Des touristes font toute une histoire,
Car son ombre ô combien transitoire,
Gâche, selon eux, leurs photos-souvenirs
D'un pays que leurs amis vont découvrir
Lors de soirées bien plus frileuses
Assorties d'anecdotes chaleureuses.
Il n'a pas le temps de s'étirer en ce petit matin,
A nouveau transporté par un vigoureux vent marin,
Il est déposé au-dessus du trou béant
De la Fournaise au coeur rougeoyant.
Là, encore, les passants le pourchassent,
Car la beauté du lieu, il leur cache.
Un peu déçu par tout ce mépris,
Le jeune voyageur s'en va, plein de dépit.
Un dernier sursaut de Zéphyr,
Il bascule à l'Est dans un soupir.
Là, il verse quelques larmes de chagrin
Devant l'incompréhension de ces humains.
Puisqu'ils ne veulent pas de lui
Sur cette île où il pensait être accueilli,
Il s'en retourne, désolé,
Vers le grand Océan salé,
Toujours en Nuage,
Vers un autre voyage.
Arnaud JOMAIN
Lu 363 fois



1.Posté par A mon avis le 04/09/2018 12:09

Eh bien voici une explication toute poétique de la sécheresse exceptionnelle !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?