MENU ZINFOS
Economie

"Nous nous engageons dans un plan de continuité de l’économie réunionnaise"


Par - Publié le Mardi 7 Avril 2020 à 19:41 | Lu 4532 fois

Durement impactées par l’épidémie du Covid-19, les entreprises pourront compter sur le soutien de l’État et des collectivités. C’est ce qui a été rappelé ce mardi par le préfet Jacques Billant, entouré de Cyrille Melchior et de Didier Robert, présidents du Département et de la Région, qui ont fait un point sur les mesures économiques mises en oeuvre à La Réunion dans le cadre de cette crise sanitaire et économique.

Mardi dernier, la Chambre de commerce et son président Ibrahim Patel avait tiré la sonnette d’alarme sur la situation des entreprises locales. Selon les calculs de la chambre consulaire, pas moins de 3 000 entreprises réunionnaises risquent de mettre la clé sous la porte dès le mois prochain si l’accès aux dispositifs d’aide de l’État et des collectivités n’étaient pas adaptés aux réalités locales.

"La fermeture de la plupart des commerces et des entreprises du jour au lendemain et pour une durée encore indéterminée entraîne des conséquences économiques encore inédites pour nos entreprises et salariés", a rappelé le préfet de La Réunion, qui salue les actions menées en coordination avec le Département et la Région. "Nous nous engageons dans un plan de continuité de l’économie réunionnaise", a-t-il assuré.

Il a ensuite rappelé les grandes mesures mises en oeuvre par l’Etat comme le dispositif de chômage partiel "actuellement en vigueur à La Réunion comme partout ailleurs". Pour rappel, l’entreprise verse une indemnité d’activité partielle correspondant à 100% du salaire pour les salariés au Smic et 84% du salaire net pour les salariés ayant un revenu supérieur au Smic. "Dans ce dispositif, l’entreprise est intégralement remboursée par l’Etat", a martelé Jacques Billant. Dans l’île, un tiers des entreprises ont déjà mobilisé ce dispositif d’activité partielle pour près de 50 000 salariés privés, soit un tiers de l’effectif total privé de La Réunion.

Chômage partiel : Les demandes des chefs d’entreprises sont désormais gérées en 48h

Si la masse de demandes simultanées a pu entraîner une myriade de soucis informatiques ou de bugs à répétition sur les plateformes mises en ligne par le gouvernement, les demandes des chefs d’entreprises sont désormais gérées en 48h poursuit Jacques Billant. "À ce jour, il n’y a pas eu de refus des services de l’Etat à La Réunion", a ajouté le préfet.

D’autres dispositions ont été prises pour préserver dans l’urgence la trésorerie des entreprises au moment où ces dernières n’ont plus de rentrées financières et de chiffre d’affaire comme le report des cotisations sociales et fiscales des mois de mars et avril. En accord avec le gouvernement, les organismes sociaux ont mis en place ce dispositif de façon automatique. Cela représente déjà à la fin mars un montant de 30 millions d’euros de préservation de la trésorerie pour les entreprises réunionnaises. En revanche, "la TVA reste due dans les conditions habituelles", a précisé le préfet. Les travailleurs indépendants, leurs cotisations personnelles ex-RSI n’ont pas été prélevées en mars comme celles à venir en avril, elles le seront reportées sur les mois à venir.

Jacques Billant a également abordé le décalage de six mois du remboursement des prêts professionnels des entreprises. Il concerne aussi bien sur "les prêts que les contrats de crédit bail" a assuré le préfet, qui exhorte les chefs d’entreprise à solliciter leurs établissements financiers pour mettre en place ce décalage "s’ils en ont besoin". Concernant la possibilité faite aux entreprises de reporter le paiement des loyers pendant la période de crise, le préfet de La Réunion lance un appel à la mobilisation des propriétaires-bailleurs "pour rendre effectif ce dispositif", rappelant que ces derniers peuvent également demander un décalage de leurs emprunts bancaires.

Sur le fonds de solidarité à destination des petites entreprises mis en place par l’Etat et la Région, le premier apportera 1 500 euros par entreprise tandis que le second mobilisera une enveloppe de 2 000 euros. Cette mesure complémentaire de la collectivité régionale a été validée hier lors d’une séance plénière. Ce fonds concernera aussi bien les micro-entreprises, les indépendants ou encore les professions libérales de 10 salariés ou plus qui font moins d’un million d’euros de chiffre d’affaire et qui ont un bénéfice annuel imposable de moins de 60 000 euros. "En bénéficie de plein droit les sociétés ayant été obligées de fermer par l’arrêté pris le 14 mars dernier. Pour les autres, elles doivent avoir subi une baisse de 50% de leur chiffre d’affaire entre mars 2020 et mars 2019", précise Jacques Billant. Ce dernier prévoit de faire des analyses "au cas par cas" pour les entreprises qui ne seraient pas à jour de leurs cotisations sociales et fiscales "mais qui s’engageraient dans une démarche de régularisation auprès des administrations concernées après la crise".

Avant de conclure, le préfet a abordé la sortie de crise des entreprises, "qui passe par les prêts de garantie de l’État", un fonds garanti à hauteur de 300 milliards d’euros par le gouvernement. Un dispositif est encore en cours de finalisation reconnaît-il, "j’en ai parfaitement conscience et j’y travaille activement". "Une réflexion est également menée pour l’accompagnement en haut de bilan des entreprises réunionnaises".

Un travail concerté entre l’État, la Région, le Département et l’ensemble des collectivités

Prenant la suite du préfet, Didier Robert a relevé dans cette période "difficile et douloureuse", des gestes et des actions de solidarité "extraordinaires". Pour le président de Région, cette solidarité doit se traduire dans l’action publique avec un travail concerté entre l’État, la Région, le Département et l’ensemble des collectivités locales pour "apporter des solutions sur les questions propres à la crise sanitaire mais aussi sur le plan économique". "La crise économique est déjà violente pour les entreprises aujourd’hui et le sera encore dans les semaines, les mois qui viennent. Nous avons donc à anticiper, à informer et à être tous dans l’action de manière collective", insiste-t-il.

La Région Réunion a mis sur la table une première enveloppe de 50 millions d’euros pour accompagner les entreprises dans cette crise sanitaire et économique. Une somme qui servira à répondre "à l’urgence". "L’urgence, c’est la question de la trésorerie. Il faut que les entreprises et notamment les très petites puissent passer ce moment qui est celui du paiement des salaires et des loyers", indique Didier Robert. La Région travaille également avec la Banque des territoires au déblocage dans les prochains jours d’une nouvelle aide de 10 millions d’euros. Cette aide, une avance remboursable de trésorerie, "permettra aux entreprises de continuer à avancer dans les semaines et les mois qui sont devant nous".

Toujours dans ces 50 millions d’euros, la Pyramide inversée va consacrer entre 20 et 25 millions d’euros dans un fonds de rebond. Cela servira demain aux entreprises "de pouvoir commencer à réfléchir à la constitution d’un fonds de roulement et à de nouveaux investissements". "C’est de cette manière que nous essayons aujourd’hui dans ces deux directions d’apporter le maximum de soutien aux entreprises et à l’ensemble du tissu économique réunionnais", déclare Didier Robert.

La collectivité départementale mobilisée dans ses "compétences propres comme l’action sociale" 

Le Département n’est pas en reste dans cette lutte. À travers son Pacte de solidarité d’urgence sociale via lequel près de 41,5 millions d’euros ont été débloqués, la collectivité départementale "aux côtés de l’État et de la Région" est mobilisée dans ses "compétences propres comme l’action sociale" a rappelé Cyrille Melchior. Une somme "qui nous permet déjà de venir en soutien à nos publics et notamment les plus fragiles comme les personnes âgées, aux personnes en situation de handicap mais aussi aux familles et enfants vulnérables sur tout le territoire".

Autre préoccupation pour Cyrille Melchior, la question du pouvoir d’achat. "J’ai moi-même au nom des élus du Département demandé à M. le préfet et aux services de l’État de veiller en cette période de crise que les prix de consommation courante n’augmentent pas comme on a pu le constater dans certains endroits de l’île".

La question du pouvoir d’achat passe également par l’octroi d’aides, notamment à destination des plus démunis "mais aussi à nos travailleurs sociaux" poursuit le locataire du Palais de la Source, et qui "alimentent l’économie de l’île". "Il faut soutenir le tissu économique. Pour cela, le Département travaille dans le champ de ses compétences. Je pense notamment au monde agricole (…) nous avons passé des commandes de colis pour venir en aide aux personnes les plus fragiles. Près de 15 000 colis représentant sur la période de crise près de 2 millions d’euros pour permettre aux agriculteurs d’écouler leur production" explique Cyrille Melchior. Le but pour sa collectivité: aider aussi bien les agriculteurs qui sont dans des organisations professionnelles que les agriculteurs indépendants.



Samuel Irlepenne
Travaille depuis 2012 à Zinfos974 où je couvre les rubriques politique et société. Lecteur... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Grain de goyavier le 07/04/2020 19:47 (depuis mobile)

Rien sur le 410-2..bercy serait contre.. Et que valent 850000 consommateurs réunionnais face à Lemaire.. Que vaut une MOM face à Bercy.. Et que vaut un préfet face aux réunionnais... Triste constat.

2.Posté par Pascale le 07/04/2020 19:59

Tellement marre de leurs mensonges... j'ai zappé volontairement!!!
Ils devraient dire la vérité aux gens.

3.Posté par Fidol Castre le 07/04/2020 20:09

mouais...

4.Posté par Matthieu le 07/04/2020 20:53 (depuis mobile)

On verra ce qui se passera si le confinement se poursuit au delà du 30 avril

5.Posté par klod le 07/04/2020 21:03

devrait interdire les joggeurs !!!!! fatiguant ces "joggeurs" rien qu'à les voir, lol de relol ! on ka courir sur leur balcon , bandes comiques .

6.Posté par GIRONDIN le 07/04/2020 21:18

🧐

7.Posté par JORI le 07/04/2020 21:30 (depuis mobile)

5. Pascale. Quels mensonges, quelle vérité ?.

8.Posté par JORI le 07/04/2020 21:32 (depuis mobile)

3. Fidol castre. C'est tout ce que ça vous inspire ?. Pas de mise en cause de macron et de son gouvernement ?. Avez vous chopé le covid ?.

9.Posté par Tito le 07/04/2020 22:27 (depuis mobile)

Hate de voir la fin du confinement pou voir ce qe sé gen von dire apré autant de licenciement é de CDD non renouvelée.de la monté de la violence car un moment donné lé gens vont devenir dé sauvage deja qu''il se batte pou la nourriture

10.Posté par simonzef le 07/04/2020 23:34

rien a foutre de toutes ces sociétés subventionnés qu il soit a jamais exterminés ! ça fera du bien a cet île surpeuplés de racistes ,de chasseurs de subventions , d économie basé sur le bat carè et le tout auto ...

11.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 07/04/2020 23:35

À Post.2 - Pascale:

*"Dire la vérité" ? ICI, à La Réunion ?!!

*Je suis une vieille pratiquante

*Depuis bientôt 60 ans...

*Et - croyez-moi - je suis bien seulette.

12.Posté par IKKI le 08/04/2020 02:10 (depuis mobile)

La blague ! Déjà que les tpe / pme survivent à peine en ordre normal... Il est déjà trop tard. Et la crise va continuer encore. Parle t on des particuliers des fois qui ne peuvent payer leurs loyers ou crédits ? Ça va clasher juste question de temps.

13.Posté par IKKI le 08/04/2020 02:16 (depuis mobile)

Mr le Préfet, lorsque la Région ou l''Etat dégainent le chéquier, qui va rembourser ? Ce n''est pas une aide mais un prêt. Au passage, dans l''effort de guerre, vous et les politiques, conservez vous l''intégralité de votre salaire ? C''est un crash !

14.Posté par Payet damien le 08/04/2020 06:53 (depuis mobile)

C''est bien triste. Que de belle parole. Les actes manques. Je me retrouve en emprunter alors que je n''avais pas de crédit. C''est ça ou la mort de ma société et des 5 salariés. Qui ce gavent ? Les banques encore une fois. Quid des loyers reportés ?

15.Posté par Monsieur GEORGES le 08/04/2020 10:50

Pour le chômage partiel, c'est la galère. On est trimbalé de site en site pour remplir les demandes de remboursement du salaire versé aux nombreuses employées de maison par chèque ordinaire et non par chèque emploi du CESU
Ni le CESU ni PAJEMPLOI ne sont accessibles et encore moins le site activitépartielle.emploi.gouv.fr/aparts/
Finalement la CGSS a bien voulu répondes que ce cas n'a pas été prévu et que des modalités vont être précisées prochainement
En attendant cabri y mange salade
Pour info des employeurs de maison concernés

16.Posté par martin lane le 08/04/2020 11:05

Ne croyez rien, seuls les actes comptent Fini les gogos , nous ne vous croyons plus : vous n'avez pas les fonds la BCE n'est pas d'accord
Alors, on continue de payer notre contribution à la construction de cette ue ?

17.Posté par Quinquina le 08/04/2020 16:53

Quand j'entends les présidents des collectivités qui disent qu'ils mettent en place des tas mesures, ça me fait bien rigoler.
Je signale juste que la grande majorité des employés du Département et de la Région sont payés à la maison sans rien faire car le télétravail est impossible pour eux pour des raisons techniques (pas d'accès aux serveurs) ou autres.
Certains ont plus de 50 jours de congés à l'année y/c RTT; N'y a t il pas moyen de les mettre en RTT ?
Je vous rappelle que tous les congés devront pris d'ici la fin de l'année...il risque donc de ne plus y avoir grand monde après le confinement.
Je rappelle aussi que ces gens sont payés avec les impôts de chacun. Donc messieurs les Présidents, prenez vos responsabilités !
Encore les entreprises privées et leurs employés qui devront faire des sacrifices !!

18.Posté par ras le bol le 09/04/2020 10:31

pour l instant ce n est que de la com
les banques sont aux abonnees absentes
aucun retour de leurs parts ( a moins d etre sans doute privilegie pour les petits copains!!!!)
les dispositifs de la region ne sont pas encore mis en place
les jours passent
les factures s entassent
les administrations comme par hasard ne reglent plus leurs creances
et toujours pas la possibilite de travailler
tous cela va mal ce termine
peut etre fait il faire une operation mediatique devant ces organismes pour faire bouger les choses!!!!!!

19.Posté par hug le 09/04/2020 10:00

pour la région est ce la bourse du second trimestre est versée ? car ma fille pour son bac et pour continuer la pédagogie continue a besoin d encre et de papiers

20.Posté par hug le 09/04/2020 10:00

pour la région est ce la bourse du second trimestre est versée ? car ma fille pour son bac et pour continuer la pédagogie continue a besoin d encre et de papiers

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes