Education

“Nous demandons la titularisation des enseignants non titulaires”

Dimanche 24 Janvier 2010 - 10:19

Le collectif des enseignants non titulaires de l’Education Nationale, a présenté ses voeux pour 2010, hier à la presse. Ces professeurs étaient dans la rue le 19 janvier dernier, au rond point de la salle Candin, “pour signifier à Sarkozy le malaise social qu’endure la Réunion en particulier, et la France entière en général”. Nous publions dans son intégralité leur vision de la situation et leurs revendications.


“Nous demandons la titularisation des enseignants non titulaires”
“Nous dénonçons la grande précarité qui s’accroît et se dégrade aussi chez les enseignants. Nous sommes payés après deux à trois mois de décalage sur la prise d’un poste. Nos contrats n’incluent pas les vacances scolaires. Nous n’avons qu’une chance minime d’accéder à la fonction publique par voix de concours (diminution drastique du nombre de postes aux concours)”.

“On nous ballote d’un poste à un autre, sans aucune garantie, nos contrats arrivent après plus de deux semaines de travail (parfois après ces deux semaines on nous annonce que finalement le poste n’est plus disponible), nous ne pouvons faire aucun projet, ni trouver un autre emploi car nous perdrions le "bénéfice" d’être appelé sur un remplacement. A choisir entre un emploi précaire ou un autre, autant prendre celui pour lequel nous avons été formés”.

“Nous avons tous plus de trois années d’étude, tout comme nos collègues titulaires. Nous avons été inspectés avec succès, par un inspecteur de l’Education Nationale et pas nos chefs d’établissement”.
“Les élèves ne voient aucune différence entre nos cours et ceux de nos collègues certifiés. Les élèves sont les premiers à pâtir de la précarité dans l’Education Nationale. Ils voient défiler une myriade de remplaçants, ce qui est contraire à un équilibre et une équité pédagogique pour tous les élèves. Les élèves n’ont donc pas les mêmes chances de réussite”.

“Notre première volonté est de pouvoir offrir un enseignement de qualité et la réussite pour tous nos élèves, sinon nous ne serions plus là. Nous sommes animés par la passion de transmettre notre savoir. Nous avons des enfants aussi. Alors, après tant d’années de dévouement (12 ans pour ma part) pourquoi rester ?”

“C’est juste parce que nous nous sentons utiles pour la société et l’avenir de nos enfants. Nous avons fait des études dans le but d’enseigner. A présent, les portes se sont fermées. Nous subissons également la réforme des Universités avec une mastérisation inadaptée à la réalité”.

“Nous demandons la titularisation des enseignants non titulaires. Venez nous soutenir. Pour l’intérêt de tous. Notre école s’effondre. Ne laissez pas faire l’inacceptable”.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site : http://nontitulaire974.free.fr
Jismy Ramoudou
Lu 4681 fois



1.Posté par Mes avantages et rien d'autre..... le 24/01/2010 11:49

C'EST FAUX!!!
vous avez fait ce choix principalement pour la sécurité de l'emploi et devenir fonctionnaire est votre seul objéctif....
Parce que si vous étiez vraiment habité par la volonté d'être au service de la population, vous feriez comme la majorité de la population...vous travailleriez sans rechigner et sans savoir quel sera votre sort demain....
Vous rêvez d'obtenir les avantages des autres......mais pas d'être prof....parce que vous l'êtes non? alors...où est le problème?

Une question; si le métier de professeur était très mal payer, qu'il n'existait pas de sécurité de l'emploi et que l'avenir resterait incertain? feriez vous ce métier??? j'en doute fort!!!!!
Vous avez la vocation pour les avantages ...mais pas pour le reste, il n'y a qu'a voir le nombre d'enfant en échec scolaire et tous les chômeurs que vous fabriquez......
inscrivez vous à L'ANPE et changez de voies...vous verrez comme la vie est belle!


2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/01/2010 12:34

qu'ils passent leur concours....

3.Posté par inconnu974 le 24/01/2010 14:03

post 1.

L'école n'est pas toujours responsable de l'échec scolaire il y a souvent la demission des parents. Aujourd'hui le respect n'existe plus et ce des le plus jeune age. Les parents n'aide pas toujours leurs enfants et souvent ignorent les sonnettes d'alarmes tirées par les enseignants.
Apres ce qui est du chomage la faute revient en partie a ceux qui refusent un emploi souvent au smic qui ne correspondent pas a leurs exigence. Les enseignants ne sont aucunement responsable..

4.Posté par A moin ça le 24/01/2010 16:28

quand zot la rentre vacataire avec zot L3 , zot y koné bien par la suite que fallé passe zot capes ou caplp pou etre titulaire nan ? aster fé kom tout futur enseignant diplomé ek licence , master 1 et 2 et L 'IUFM , avec la nouvelle reforme il vs faut 6 à 7 ans études pou etre un bon enseignant . Kom di créole crase zot banane kom tout domoun

5.Posté par cimendef le 24/01/2010 17:33

Toujours la même rengaine depuis des années :" il faut titulariser les non titulaires" !!! non, il faut que les non titulaires passent les concours comme les titulaires.

6.Posté par Marie Payet le 24/01/2010 19:13

Malheureusement certains ne comprennent pas du tout la situation insoutenable que traversent les enseignants précaires (et ils ne sont malheureusement pas les seuls). Evidamment que nous souhaiterions obtenir la sécurité de l'emploi. Qui ne le voudrait pas? Mais si nous enseignons dans ces conditions c'est bien parce que nous aimons ce métier.
Bien sur que nous passons les concours, quand ceux ci existent encore, mais sans pouvoir les préparer dans les bonnes conditions, comme pourrait le faire un étudiant boursier, ou qui réside chez sa famille.

Bien sur que nous savions qu'il fallait passer le concours quand nous avons entrepris nos études. Mais il y avait des postes au début de nos études. Lorsque nous avons finis la licence ou la maîtrise, les postes ont été supprimés. Avec le master, nous travaillons et étudions en même temps. C'est impossible à gérer. Tous les non titulaires vous le dirons. Nous avons aussi des familles à nourir.

Aucun enseignant n'est responsable de la détresse des jeunes chômeurs qui vont pointer au pôle emploi.
Ne mélangeons pas tout, et ne mettons pas tous les malheurs du Monde sur le dos des enseignants.
La non considération du corps enseignant me rappelle la période de la dictature franquiste, en Espagne. Les maîtres d'écoles étaient accusés d'avoir des idées révolutionnaires en prodigant une école laïque, publique, égale pour tous (cf "la langue des papillons"). Les franquistes les jetaient en prison. Vous nous accusez de tous les maux de la Terre sans motif cohérent.

L'école est bel et bien en péril, nous défendons la même cause. Tavaillons ensemble pour la réussite de nos enfants. Ne pointez pas un doigt accusateur sans même avoir pris la peine de nous connaitre.
Bien à vous

7.Posté par Ded le 24/01/2010 20:28

Quand on signe un contrat précaire (contrat qui est d'ailleurs la honte de l'éducation nationale) , en principe, on sait ce que l'on signe ( ou alors à quoi sert d'avoir fait tant d'études?)
Quand on veut rentrer dans la fonction publique ( même malade et en danger comme elle l'est!) on doit se plier aux règles et passer les concours.
Et je rappelle qu'il ne faut pas confondre concours et examen: on est reçu à un examen si on a 10/20 , on est reçu à un concours si on est dans les meilleurs et surtout s'il y a par exemple 100 places , si on est dans les 100 meilleurs!
On peut très bien avoir obtenu de bonnes notes et ne pas être reçu car il y a encore plus de gens qui ont obtenu de meilleures notes!
N'est-ce pas les " inscrits sur liste complémentaire des PE"?
Si vous êtes sur la liste complémentaire c'est que vous n'avez pas été reçus dans le nombre prévu,donc ,contrairement à ce qui se dit, vous n'avez pas réussi ce concours...arrêter de vouloir passer pour des victimes...ce n'est pas parce qu'autrefois..;etc...que ça va durer éternellement , et vous le saviez avant de passer les épreuves ou alors c'est que vous n'avez même pas cherché à connaître les modalités de passation des concours ...grave pour des gens qui ensuite vont avoir l'avenir de milliers de gosses entre les mains!
Quant à comparer la situation actuelle avec le Franquisme, j'espère que "l'enseignante" qui a proféré cette énormité n'est pas une future prof d'histoire!

Oui ,l'école est en danger, oui,il faut la défendre mais pas n'importe comment.
D'ailleurs , depuis plusieurs années , lorsqu'il s'agit de défendre le devenir de l'école républicaine, on voit plus souvent les "vieux" enseignants manifester que les jeunes...manque de motivation , ignorance de l'histoire des luttes qui a fait de lécole ce qu'elle a été ,justement parce que des gens se sont battus pour elle?
je ne sais.
On a l'impression que certains "jeunes" enseignants n'en ont pas pris conscience et qu'ils ne veulent "que" rentrer dans un moule tout fait...
Non, ça ne peut fonctionner comme ça , l'école a été, est et sera un combat permanent contre ceux qui veulent la faire disparaître!

8.Posté par Marie Payet le 24/01/2010 22:18

Je ne suis pas professeure d'histoire mais je suis issue d'une famille espagnole dont le grand père a été torturé pour des motifs similaires à ceux évoqués dans mon message précédent. J'ai même cité pour référence le film de Jose Luis cuerda "la lengua de la mariposas" (la langue des papillons). Certains intellectuels se sont même fait lapidés après le coup d'Etat franquiste. Vous ne remettrez pas en cause l'histoire vécue par mes pairs.
Si "Ded" savait lire, il aurait compris dans les message des non titulaires qu'un contrat, aussi précaire soit-il, ne se refuse pas, et que les postes aux concours disparaissent comme neige au soleil, certains concours n'existent même plus. Il n'y a aucune honte à vouloir travailler. Nous ne voulons pas rallonger les files d'attente de près de 40% de chômeurs réunionnais (à qui je souhaite un immense courage).

Vous ne souhaitez plus avoir d'enseignants pour vos enfants? Eh bien, c'est ce qui va se passer très bientôt. Vous aurez été prévenus. Ne venez pas vous plaindre ensuite, ou encore accabler les enseignants, monsieur "Ded".
Je tire aussi mon chapeau en passant, aux titulaires qui patissent également des suppressions de postes (entre autre)
La honte revient à ceux qui jettent la première pierre.

9.Posté par De l'air le 25/01/2010 07:33

Ma soeur cela fait 10 ans qu'elle attend sa mutation. Alors dégagez un peu.

10.Posté par reunionnaise avec bac+5 le 25/01/2010 08:48

Bien dit "de l'air" moi aussi j'ai des ami(e)s qui attendent leurs mutations depuis trop longtemps!!!!!
J'ai travailler dans une école du second cycle et j'étais dégoûter de voir le comportement de certains instit (donc la direction voit et ne fait rien o contraire)...et dire que mes ami(e)s qui adorent leurs métiers pleure pour avoir leurs mutations!
Je ne mets pas tout(e)s les enseignant(e)s dans le même panier mais j'en ai marre de voir certain(e)s attendent la sonnerie de 15H30 !!!!!
Passer le concours comme tout le monde !!!!

11.Posté par nicolas de launay de la perriere le 25/01/2010 09:38

ce comportement qui t'a dégoûté, provenait il de titulaires ou de non titulaires....? le concours ne fait rien à la motivation et la qualité, et encore moins la compétence .. hélas !

12.Posté par A moin ça le 25/01/2010 10:36

Si ma la cose durement dan mon post plus haut cété juste pou booste a zot un peu , mi té ve di a zot koma arret crier , parce ke dan lo situation zot lé dan, y fo zot y avance , mais comment ? La volonté , le travail , travail , travail o moin 15 h pr jour pendan une année et sacrifice famille ,loisir , si zot y ve réussi dan ce concours trés trés difficile . apré fo domoun ossi , y arrete zot gros coeur quand un enseignan y gagne vacances et zavantages zot la bien mérité non ? en plus dan zot metier la plus part du temps zot y fé la police avec lo ban coco lenfer . et mi di ban parents quand zot la fé zot zenfant lété gayar lété dou nan ? Ben assume aster o lieu alé fé ladi lafé ek zot voisine

13.Posté par Anne FONTAINE le 25/01/2010 10:50

J'ai eu ma licence de mathématiques en 2003.
Je me suis inscrite à l'IUFM pour préparer le CAPES externe de mathématiques en 2004.
Je n'ai pas été admissible à quelques centième de points.
Je me dis donc que je ne suis pas si nulle , qu'il faut que je persévére:c'est un concours , c'est une aussi une question de bien-être au moment du concours , de chance de tomber sur ses thèmes préférés .
Mai 2004: je dépose au rectorat un dossier (CV et lettre de motivation)en main propre; l'IUFM ne commence qu'en septembre, j'ai un peu de temps.Aussitôt , on me propose un poste de vacataire dans un collège , certes à une heure de chez moi mais j'accepte, heureuse. Tout se passe pour le mieux , je suis appréciée des éléves , des collégues , du chef d'établissement . Je prends mon travail très au sérieux et me rends compte que la préparation des cours et la correction des copies prennent du temps . Le métier de prof est passionnant , s'investir dans sa mission de transmission des connaissances mais aussi d'éducation; quelque part en donnant de soi , on transmet aussi ce que l'on est : il faut donc être à la hauteur .
Septembre 2004: je reprends l'IUFM ....
Novembre 2004: le rectorat m'appelle et me propose un contrat ; que j'accepte. Que faire d'autre lorsque l'on vous dit que si on n'accepte pas on est pas sûr de vous rappeler ?
Me voilà donc en contrat jusqu'en 07/05 .
Mars 2005:le concours ; j'ai travaillé certes mais pas autant que si je n'avais fait que ça !
Mai 2005: résultats : echec
et c'est reparti :
09/2005-10/ 2005 ; 11/2005-12/2005; 01/2006-07/2006 ; 1/09/2006-07/2006 ; 09/2006-07/2007 ; 09/2008-12/2008 ; 09/2009-12/2009 : contrats dans des collèges et lycées .
J'aime mon métier !J'aime transmettre mes connaissances ! J'ai été inspectée ; j'ai eu un très bon rapport .
Encore aujourd'hui , je prépare le CAPES interne qui est le 2 février et je reprends mon contrat le 25/01/2010 !!!!Comment refuser ce contrat ? J'ai eu un bébé ...et oui , le temps passe ....

Ce qu'il faut savoir c'est que l'on s'investit beaucoup pour donner le meilleur aux éléves (projets pédagogiques ; refléchir avec l'éléve à son avenir).
On s'investit , tout comme TOUS les profs pour que les éléves dont on nous donne la charge aient le meilleur enseignement possible .
Alors que faire lorsqu'on nous paye en retard (plusieurs mois pour certains ) ?
Alors que faire lorsqu'on nous coupe nos contrats au 19 décembre pour nous reprendre à la rentrée (pas de salaire pendant les vacances) ?
Alors que faire lorsqu'on nous refuse une attestion d'employeur pour pointer au chomage alors même que notre contrat se termine et qu'on nous la refuse ?
Alors que faire lorsque le TPG nous ponctionne des trop-perçus ne sortant de nul part et que l'on refuse de nous expliquer ; qu'il faut des mois de bataille pour qu'il y a ait régularisation ?
Alors que faire lorsque le système nous use ?
Alors que faire lorsqu'on se sent "rebus" de l'éducation nationale ?
Alors que faire lorsqu'on sait que l'on a besoin de nous et que l'on nous traite comme cela ?
Pensez vous vraiment que d'avoir des problèmes administratifs à chaque contrats nous permet d'être le plus serein possible pour transmettre à vos enfants les connaissances ?
Cordialement




14.Posté par bea LM le 25/01/2010 16:58

Mesdames et messieurs les "réfractaires"
tout d'abord merci Marie pour tes messages de soutien... Dommage pour Monsieur DED que vous ayez autant de haine à notre égard. Je tiens à vous signaler que nous sommes d'honnêtes travailleurs tout comme vous je suppose. Notre but n'est pas de nous plaindre mais de faire valoir nos droits nous demandons juste une reconnaissance. Premièrement pour avoir travaillé depuis de longues années de "bons et loyaux services" comme on dit.
OUI je suis non titulaire, plus précisément contractuelle et fière de l'être puisque je me considère comme une enseignante car je fais le même boulot, le salaire est diffèrent pour nous certes, mais nous ne rechignons jamais au travail. De plus à toutes les rentrées scolaires nous avons comme une épée au dessus de nos têtes: va t-on être repris et pour combien de temps, il faudra gérer au maximum nos dépenses , notre pécule si on ne nous propose pas de poste dans l'immédiat.
Mon parcours est très atypique, car j'ai travaillé dans l'hôtellerie jusqu'en 1994 déjà à La Réunion et c'est à 27 ans que j'ai repris mes études pour suivre un cursus en Espagnol.
De 1998 à 2002 j'ai été vacataire, et j'ai sillonné toutes l'île en acceptant tous les remplacements que l'on me proposait et cela quelque fois très loin de mon domicile, quand je suis passé contractuelle, j'ai continué d'accepter les remplacements que l'on me proposait. Les concours je les ai passés et j'ai été quelque fois admissible mais sans succès, assurant en même temps une vie de famille. Je suis mère de 2 petites filles de 3 et 4ns et demie. cette année j'ai bénéficié d'un congé de formation pour préparer mon concours à l'IUFM et je prépare également mon MASTER2 car la reforme des universités nous oblige à valider un bac plus 5 uniquement pour pouvoir passer les concours. Alors s'il vous plait ne nous insulter pas, respectez nous car vous ne connaissez pas nos situations. Il est très facile de critiquer mais il est plus intelligent d'écouter les gens avant de se lancer dans des attaques gratuites, venez nous voir sur le terrain vous pourrez ensuite juger, questionnez nos chefs d'Établissement qui vous diront ce qu'ils pensent de notre travail!!! questionnez notre IPR si vous le voulez mais s'il vous plait respectez nous. A bons en tendeurs salut!
je me suis permise de rééditer mon message, quelques erreurs s'étaient glissées. veuillez m'en excuser

15.Posté par bea LM le 25/01/2010 17:02

Mesdames et messieurs les "réfractaires"
tout d'abord merci Marie pour tes messages de soutien... Dommage pour Monsieur DED que vous ayez autant de haine à notre égard. Je tiens à vous signaler que nous sommes d'honnêtes travailleurs tout comme vous je suppose. Notre but n'est pas de nous plaindre mais de faire valoir nos droits nous demandons juste une reconnaissance. Premièrement pour avoir travaillé depuis de longues années en rendant de "bons et loyaux services" comme on dit.
OUI je suis non titulaire, plus précisément contractuelle et fière de l'être puisque je me considère comme une enseignante car je fais le même boulot, le salaire est diffèrent pour nous certes, mais nous ne rechignons jamais au travail. De plus à toutes les rentrées scolaires nous avons comme une épée au dessus de nos têtes: va t-on être repris et pour combien de temps, il faudra gérer au maximum nos dépenses , notre pécule si on nous propose pas de poste dans l'immédiat.
Mon parcours est très atypique, car j'ai travaillé dans l'hôtellerie jusqu'en 1994 déjà à La Réunion et c'est à 27 ans que j'ai repris mes études pour suivre un cursus en Espagnol.
De 1998 à 2002 j'ai été vacataire, et j'ai sillonné toutes l'île en acceptant tous les remplacements que l'on me proposait et cela quelque fois très loin de mon domicile, quand je suis passée contractuelle, j'ai continué d'accepter les remplacements que l'on me proposait. Les concours je les ai passés et j'ai été quelque fois admissible mais sans succès, assurant en même temps une vie de famille. Je suis mère de 2 petites filles de 3 et 4ns et demie. cette année j'ai bénéficié d'un congé de formation pour préparer mon concours à l'IUFM et je prépare également mon MASTER2 car la reforme des universités nous oblige à valider un bac plus 5 uniquement pour pouvoir passer les concours. Alors s'il vous plait ne nous insulter pas respectez nous car vous ne connaissez pas nos situations. Il est très facile de critiquer mais il est plus intelligent d'écouter les gens avant de se lancer dans des attaques gratuites, venez nous voir sur le terrain vous pourrez ensuite juger, questionnez nos chefs d'Établissement qui vous diront ce qu'ils pense de notre travail!!! questionnez notre IPR si vous le voulez mais s'il vous plait respectez nous. A bons entendeurs salut!

16.Posté par Au secours le 25/01/2010 17:18

"De plus à toutes les rentrées scolaires nous avons comme une épée d'Héraclès au dessus de nos têtes"

Mon dieu seigneur, j'ai peur. Mais il ne faut surtout pas que vous soyez titularisé, même une place de femme d'entretien c'est trop dangereux pour nos marmailles. Ne les approchez pas.

Pour le bienfait de la communauté dîtes nous où vous enseignez le français ou le latin dès que vous êtes en poste qu'on puise réagir et prévenir les parents que leur chéris diront des choses genre : "une épée d'Ulysse au dessus de la tête", "Le cheval de Quatre", "un cyclope à trois jambes".

Un grand moment d'incompétence.

17.Posté par bea LM le 25/01/2010 17:41

si vous suivez les commentaires vous verrez que les erreurs ont été corrigées!! veuillez m'excuser cher monsieur? apparemment vous ne faites jamais de fautes de frappe si ce n'est celles de critiquer et condamner les gens...

18.Posté par bea LM le 25/01/2010 17:42

pour votre gouverne Dieu prend une majuscule!!!!!

19.Posté par bea LM le 25/01/2010 17:44

qu'on puise réagir, s'ecrit: qu'on puisse réagir, corrigez d'abord vos fautes cher monsieur avant de critiquer les autres!!!

20.Posté par Au secours le 25/01/2010 17:55

Ben alors, il faut ne faut pas s'exciter comme ça. Serait-on piqué dans son orgueil ?

Bon, alors évidemment que je fais des fautes de frappe comme tout le monde, vous l'avez d'ailleurs vous-même remarqué. Seulement on ne parle pas de fautes de frappe, à moins que vous vous soyez trompé de beaucoup de touches entre Damoclès et Héraclès mais j'en doute. D'ailleurs si j'avais voulu être tatillon j'aurais souligné vos fautes de frappe (majuscule au début d'une phrase), ou même d'orthographe ("j'ai sillonné toutes l'île"), enfin celles que celui qui vous a corrigé a oublié. Mais mon but n'était pas d'être tatillon mais bien de montrer que vous êtes simplement incompétente et pourtant vous réclamez et êtes certaine d'être dans votre bon droit...

21.Posté par De l'air le 25/01/2010 18:09

Si au bout de 5 ou 6 fois, on n'est pas reçu à un concours il faut se remettre en cause et faire autre chose. Est ce que quelqu'un qui ferait médecine accepterait d'être recalé tous les ans?
Un concours est un concours. Comme je l'ai déja dit avant de demander votre "intégration" soyez moins égoistes, pensez à tous les créoles qui sont partis et qui voudraient revenir. Eux ils ont été reçus à un concours.

22.Posté par Mes avantages et rien d'autre..... le 25/01/2010 18:33

Les fautes de frappes n'ont rien à voir avec les fautes d'orthographes....il ne faut pas se cacher derrière les mots....une faute de frappe c'est une faute de" frappppe"....mais "l'orthaugraffe, tou 2 méme"....cela n'a rien à voir.....
Personnellement, je sais que j'en fait, et je ne me cache pas derrière de fausses fautes de frappes...... mais c'est pas faute d'aimer écrire, c'est plutôt faute de n'avoir jamais eu de professeurs digne de ce nom....capable de vous transmettre l'amour de la grammaire...et du travail....
Par contre, écrire "avoir une épée d'Héraclès au dessus de la tête" c'est faire preuve d'une ignorance crasse.....
Vous pouvez tenter de passer le concours....vous ne l'aurez jamais, vous êtes trop nul...

Voilà pourquoi il y a des profs titulaires et d'autre qui ne le sont pas....
vos avantages ne sont pas pour demain...il va falloir redoubler et redoubler d'effort....

23.Posté par bea LM le 25/01/2010 18:48

mes pauvres amis que de haine pauvres de vous je vous plains, chers messieurs savez vous ce que c'est qu'un concours au moins? et pour votre gouverne je n'y suis pour rien que votre ami ne soit pas retourné à La Réunion tout bon créole qu'il est, c'est un concours national et il ne faut pas avoir peur de partir!!! en tout cas garder vos insultes pour vous!!!
et ne vous trompez pas de débats chers messieurs, je n'ai volé de place à personne et je suis ici depuis 17 ans mes filles sont reunionaises et mon mari créole, et pour clore car vous n'êtes pas des gens interessants , je soutiens de tout coeur tous les non titulaires de la Reunion qui se battent pour être titularisés.

24.Posté par bea LM le 25/01/2010 18:53

pour ce qui est de se remettre en question il va falloir que vous appreniez vous à vous remettre en question soyons humbles voyons!!!!
et vive la liberté d'expression!!!
et les fautes de frappe !!
à bas les fautes de goût les fautes de style, et les bassesses humaines de tout genre
si vous êtes enseignants je plains vos élèves!!!! vous devriez leur enseigner la tolérance...

25.Posté par bertel le 25/01/2010 19:58

7.Posté par Ded le 24/01/2010 20:28
.../...
Oui ,l'école est en danger, oui,il faut la défendre mais pas n'importe comment.
D'ailleurs , depuis plusieurs années , lorsqu'il s'agit de défendre le devenir de l'école républicaine, on voit plus souvent les "vieux" enseignants manifester que les jeunes...manque de motivation , ignorance de l'histoire des luttes qui a fait de lécole ce qu'elle a été ,justement parce que des gens se sont battus pour elle?
je ne sais. On a l'impression que certains "jeunes" enseignants n'en ont pas pris conscience et qu'ils ne veulent "que" rentrer dans un moule tout fait...
Non, ça ne peut fonctionner comme ça , l'école a été, est et sera un combat permanent contre ceux qui veulent la faire disparaître!


Tout à fait ! Les combats d'hier, celui des premiers Hussards de La République, fiers de leur Mission... supportés encore par "des anciens " fiers de leur EX Education Nationale.... mais qui sont fatigués à force de porter banderoles.... ne sont plus ! Requièm +

C'est votre choix... "les jeunes enseignants" et cela ne se discute pas !(c)... mais ne vous plaignez plus !!!

Bertel de Vacoa

26.Posté par bertel le 25/01/2010 20:00

Bon courage quand même à tous les postulants à ce Noble métier !

Bertel de Vacoa

27.Posté par bea LM le 25/01/2010 20:28

merci à vous voilà qui est bien parlé!!
c'est vrai que nous oublions de dire que c'est un beau métier si on aime les jeunes, il faut être patients et confiants l'avenir nous donnera raison car tous les efforts sont tôt ou tard récompensés: beaucoup de peines, beaucoup de doute de remises en question, mais beaucoup de satisfaction lorsque le courant passe et Dieu sait qu'il passe facilement quand on sait s'y prendre avec les jeunes, quel beau métier, nous voulons le conserver aussi dur puisse t-il être tous ces efforts en valent la peine, courage à tous.

28.Posté par ALLO ?? le 25/01/2010 20:32

J'ai eu ma licence de mathématiques en 2003.
Je me suis inscrite à l'IUFM pour préparer le CAPES externe de mathématiques en 2004.
Je n'ai pas été admissible à quelques centième de points.
Je me dis donc que je ne suis pas si nulle , qu'il faut que je persévére:c'est un concours , c'est une aussi une question de bien-être au moment du concours , de chance de tomber sur ses thèmes préférés .
Mai 2004: je dépose au rectorat un dossier (CV et lettre de motivation)en main propre; l'IUFM ne commence qu'en septembre, j'ai un peu de temps.Aussitôt , on me propose un poste de vacataire dans un collège , certes à une heure de chez moi mais j'accepte, heureuse. Tout se passe pour le mieux , je suis appréciée des éléves , des collégues , du chef d'établissement . Je prends mon travail très au sérieux et me rends compte que la préparation des cours et la correction des copies prennent du temps . Le métier de prof est passionnant , s'investir dans sa mission de transmission des connaissances mais aussi d'éducation; quelque part en donnant de soi , on transmet aussi ce que l'on est : il faut donc être à la hauteur .
Septembre 2004: je reprends l'IUFM ....
Novembre 2004: le rectorat m'appelle et me propose un contrat ; que j'accepte. Que faire d'autre lorsque l'on vous dit que si on n'accepte pas on est pas sûr de vous rappeler ?
Me voilà donc en contrat jusqu'en 07/05 .
Mars 2005:le concours ; j'ai travaillé certes mais pas autant que si je n'avais fait que ça !
Mai 2005: résultats : echec
et c'est reparti :
09/2005-10/ 2005 ; 11/2005-12/2005; 01/2006-07/2006 ; 1/09/2006-07/2006 ; 09/2006-07/2007 ; 09/2008-12/2008 ; 09/2009-12/2009 : contrats dans des collèges et lycées .
J'aime mon métier !J'aime transmettre mes connaissances ! J'ai été inspectée ; j'ai eu un très bon rapport .
Encore aujourd'hui , je prépare le CAPES interne qui est le 2 février et je reprends mon contrat le 25/01/2010 !!!!Comment refuser ce contrat ? J'ai eu un bébé ...et oui , le temps passe ....

Ce qu'il faut savoir c'est que l'on s'investit beaucoup pour donner le meilleur aux éléves (projets pédagogiques ; refléchir avec l'éléve à son avenir).
On s'investit , tout comme TOUS les profs pour que les éléves dont on nous donne la charge aient le meilleur enseignement possible .
Alors que faire lorsqu'on nous paye en retard (plusieurs mois pour certains ) ?
Alors que faire lorsqu'on nous coupe nos contrats au 19 décembre pour nous reprendre à la rentrée (pas de salaire pendant les vacances) ?
Alors que faire lorsqu'on nous refuse une attestion d'employeur pour pointer au chomage alors même que notre contrat se termine et qu'on nous la refuse ?
Alors que faire lorsque le TPG nous ponctionne des trop-perçus ne sortant de nul part et que l'on refuse de nous expliquer ; qu'il faut des mois de bataille pour qu'il y a ait régularisation ?
Alors que faire lorsque le système nous use ?
Alors que faire lorsqu'on se sent "rebus" de l'éducation nationale ?
Alors que faire lorsqu'on sait que l'on a besoin de nous et que l'on nous traite comme cela ?
Pensez vous vraiment que d'avoir des problèmes administratifs à chaque contrats nous permet d'être le plus serein possible pour transmettre à vos enfants les connaissances ?
Cordialement

29.Posté par De l'air le 25/01/2010 21:04

Je dis simplement comment vous prof vous pouvez demander à un jeune d'aller se former ailleurs. Quand vous voulez vous accrocher comme des mollusques à un rocher. Non titulaires, il faut dégager pour les titulaires. Un point c'est tout. Dans la fonction publique, c'est le titulaire qui est prioritaire quelque soit "ses origines".

30.Posté par Valérie le 25/01/2010 23:53

Chacun a tout à fait le droit de penser ce que bon lui semble. Chacun est libre d'exprimer ses opinions mais dans le respect et la courtoisie la plus élémentaire. Autant de véhémence gratuite cache quelque chose. Le style "des intervenants" virulents est singulièrement identique. Est ce une même et seule personne? Qu'importe. Vous faites de ce site un ring de combat au lieu de porter le sujet avec intelligence. Même si vous n'êtes pas d'accord. Les témoignages vous ont apporté des messages de détresse. vous n'avez pensé qu'à les humilier. Plus que des enseignants, ce sont des mères et pères de familles que vous insultez ainsi. Honte à vous.

31.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/01/2010 01:43

soit l'on recrute avec concours, soit l'on ne recrute pas.
en cas de besoin, on fait appel aux moins "cons" en sollicitant les recalés .. mais hélas, n'en demeure pas moins que pour en être au final, il faut le concours pour être titulaire..sauf à écouter ce que vient de dire maître yoda sur tf1 ce soir ..

32.Posté par ALLO ?? le 26/01/2010 06:57

Place aux titulaires: ok ! .....
alors vos, nos enfants visiteront souvent la "permanence"!!!!!
l'éducation nationale n'a pas les moyens de payer tous les profs dont elle a besoin....
Vous vous rendez pas compte que l'éducation nationale est en déficit budgétaire ?
Notre combat est celui de vos , nos enfants !

PS : le débat sur le mouvement inter et intra académique est un autre débat . Personne ne peut le contester !

33.Posté par De l'air le 26/01/2010 07:03

Post 30
En aucun cas, je cherche à humilier les gens. Le droit c'est le droit. Un point c'est tout.La fonction publique on y accède sur concours. Et les postes sont pour les titulaires . Sinon la détresse des personnes, je vois tous les jours dans chaque personne. Mais chacun son karma.

34.Posté par Une non-prof officielement ! le 27/01/2010 23:01

Je suis contractuelle depuis 8 ans, cela ne me dérange aucunement.
Je n'ai pas eu mon concours après l'IUFM, j'assume entièrement.
Je ne dis pas que je suis prof car je ne le suis pas, je dis que j'enseigne la technologie.
J'aime ce que je fais et "mes élèves", mes collègues me repproche souvent ce "mes" mais je m'explique : des parents me confient ce qu'ils ont de plus important pendant 1H30 ou 2H par semaine, j'en suis très honorée et je m'applique, je m'investie, je fais mon maximun pour leur donner le goût de cette matière ou tout simplement pour certain, l'envie de s'accrocher à un système scolaire à bout de souffle. Donc mes élèves car j'y fais attention comme si c'étaient mes enfants, ce n'est pas une histoire de possession car aucune des 2 "catégorie" ne m'appartiennent, c'est une histoire de respect.
Rester contractuelle n'est pas dérangeant mais en 8 ans, je n'ai connu aucune augmentation de salaire (je n'avais pas connu cela en 15 ans de boulot dans le privé) et le manque de reconnaissance, il est là, uniquement là.
Partir ! pourquoi pas ? j'ai un métier qui recrute ! J'y pense sérieusement mais 3 enfants sont sauvés, si un jour, je n'ai plus le respect des parents en plus, je n'hésiterais pas une seconde !

35.Posté par dédé le 29/01/2010 23:55

Il est vrai que contractuel est une situation pour le moins précaire. Mais il existe des concours CAPES, CAPET, PLP... Alors pourquoi ne pas faire comme les futurs profs qui souhaitent enseigner ? Il faut passer le concours car seul le concours permet de faire une vraie sélection. Après tout, tout le monde peut devenir contactuel mais on ne retient que les meilleurs après le concours. Il faut arrêter de pleurer mais pauvres petits. Il faut du courage, un brin d'intelligence et hop on se lance. JE SUIS DONC FORMELLEMENT CONTRE LA TITULARISATION DES CONTRACTUELS car il n'y a vraiment aucune logique dans cette méthode. Proposer un CDI OUI POURQUOI PAS.

36.Posté par Nicolas Sarkozy le 30/01/2010 03:04

Sarkozy sur TF1 le 25 janvier dans "paroles de français".

de la 48ème minute à la 55ème mn.

"La situation des contractuels dans la fonction publique, de mon point de vue, c’est profondément anormal. L’Etat ne peut pas dire aux entreprises : "faites des CDI plutot que des CDD , et proposer des contractuels. (...) Je suis tout à fait prêt à envisager la titularisation progressive des contractuels pour ne pas les laisser en situation de précarité. C’est pas juste, moi j’aime pas quand c’est pas juste. La maladie française, c’est la maladie du concours. Si vous n’êtes pas une bête à concours, une grosse tête des examens, la promotion vous est interdite. Mais où elle est la valorisation de l’expérience professionnelle ? (...) La possibilité d’être intégré sans être obligé à 40, à 45 ans, 50 ans de passer un concours aors qu’on est mère de famille ou père de famille, j’y suis plus que favorable. ça s’appèle la diversification des voix d’accès. (...) Tous les enfants ne sont pas faits pour être des bêtes à concours. Moi même je ne l’ai pas été. Ce qui ne m’a pas empéché d’être élu Président de la République.

Et ce qui compte, ce sont les parcours différents. On peut devenir ingénieur sans forcément passer un concours, (...). Donc réponse oui."



"Paroles de Français" avec Sarkozy : l’intégrale de l’émission sélectionné dans Actu FranceP.-S.

37.Posté par Ded le 30/01/2010 20:54

Bravo Sarko, bien joué! Il est outré qu'il y ait des précaires et il va tous les titulariser, d'un coup de baguette magique ( moi, je le vois plutôt leur donner un coup de pied au cul...mais bon, je me trompe sûrement!)
A lire ce qui précède, nul doute que les précaires ont été séduits et qu'ils voteront pour lui en 2012!!
Ils oublient simplement que c'est ce même gouvernement ( en particulier avec le prof tricheur Darcos- voir les anciens N° du "Canard enchaîné") qui supprime des milliers de postes ( en ne remplaçant pas un départ à la retraite sur deux soit environ 13 000par an depuis plusieurs années) et qui diminue le nombre de postes mis aux concours...et pourquoi? Pour remplacer les titulaires qui disparaissent par des précaires ( les plus précaires étant les vacataires qui ne peuvent bosser que 200heures dans l'année scolaire, quand ils ont atteint ce chiffre,ils giclent!)

Et pourquoi?
Mais pour arriver au bout du bout à la mort du service public de l'Education nationale qui est programmée.
Alors si Sarko titularise ces malheureux, il faut l'élire tout de suite président à vie!

PS: je ne méprise pas les précaires, je ne veux pas leur mort, je voudrais simplement qu'ils arrêtent de croire n'importe quoi! Quils prennent conscience que s'ils veulent avoir un statut correct et un salaire décent, la seule solution c'est le concours ( mais...voir plus haut, on tourne en rond!)
S'ils ont fait des études ( et ils en ont fait et sont même très voire même surdiplômés) qu'ils lisent les textes officiels, les BO depuis quelques années, ceux qui parlent du statut des enseignants, qu'ils lisent les déclarations successives de ce gouvernement, et de celui d'avant...et ils trouveront la preuve qu'on veut , au nom de l'Europe, supprimer les services publics ( tous et l'éducation en est un parmis les autres qui à leurs yeux n'a pas plus de valeur , même s'il s'agit de former les jeunes de demain)
Au passage merci à Chirac et Jospin d'avoir signé ensemble le traité de Lisbonne!

38.Posté par bea LM le 31/01/2010 08:33

chez les précaires il y a aussi les contractuels qui peuvent avoir un contrat à l'année!! il n'y a pas que les vacataires. On commence tous par des vacations et on devient ensuite contractuels. Je suis pour la valorisation de l'expérience professionnelle. Et si monsieur Sarkozy tient parole, je dis: BRAVO et MERCI!!

39.Posté par Ded le 31/01/2010 09:38

Bien sûr qu'il faut privilégier l'expérience professionnelle!
Mais au passage, avec la nouvelle loi sur la formation des profs ,on leur enlève l'année de stage encadré ( aussi bien par les profs de l'IUFM que par les tuteurs dans les établissements où ils avaient en charge quelques heures devant une classe) et on les met d'emblée, sans formation ( car j'attends de voir le contenu pédagogique de l'année de master2)face aux élèves.
Oui, beaucoup de précaires ont commencé par être vacataires pour devenir ensuite contractuels ...mais beaucoup de vacataires se sont retrouvés mis à la rue du jour au lendemain , une fois les 200 heures faites ( vous avez oublié les cas en Métropole où le proviseur venait dire au contractuel:"arrêtez maintenant, vous en êtes à 200heures", et où le contractuel devait partir , illico presto!)

Quant à croire encore aux promeses de Sarkosy ( rappelez-vous aussi ses grandes envolées concernant les aciéries:"pas un emploi ne sera supprimé, je convoque monsieur Mittal dès demain" ou plus récemment à propos de Renault " la Clio vendue en France doit être fabriquée en France!" demandez donc aux ouvriers de chez Renault ce qu'ils en pensent , eux qui savent que depuis longtemps toutes les Clio sont fabriquées ailleurs qu'en France et je ne parle pas de Carlos Gohn le PDG qui est bien venu à l'Elysée mais qui avait son beau sourire en coin en sortant.
Ce n'est pas l'Elysée qui sauve les emplois, l'Elysée (ou ce gouvernement si vous préférez) sauve les banques et leurs actionnaires qui se sont refait une santé avec les sous de l'état, les grandes entreprises ( comme Renault) et leurs actionnanires...

Rappelez vous que Sarko ne jure que par les USA, allez voir le film de Michaël Moore "Capitalism, a love story" et vous comprendrez mieux ce qu'est devenu le rêve américain qu'on veut nous imposer comme modèle!

Croire encore aux promesses sarkosienne c'est croire au veau d'or...

Mais il est fort le bougre, il "compatit" mais il s'en prend d'abord aux plus fragiles : les contractuels dans l'éducation ou ailleurs ( CDD, temps partiels etc...), les chômeurs ( vous savez, ceux dont le gouvernement dit "qu'ils ne veulent pas bosser") les retraités les plus pauvres ( pensez à la future retraite chapeau du copain Proglio: 1 million d'€ par an)...et ça marche,hélas!

40.Posté par bea LM le 31/01/2010 16:58

oui Monsieur Ded,
je suis contractuelle et je prépare mon capes à l'iufm en même temps que le master 2, bien obligée car l'an prochain pour ceux qui voudront repasser le concours, le master2 sera obligatoire pour accéder au concours. Pour l'année de stage c'est vrai que les étudiants à l'iufm tremblent à l'idée de ce qui les attend l'an prochain et sont en même temps très in quiets mais que faire nous nous prenons une reforme bancale en pleine gueule sans pouvoir réagir!! Nous sommes conscients que l'année de stage après le concours est primordiale surtout pour ceux qui n'ont jamais enseigné , comment vont t-ils faire!!! Et une formation au concours sans les excellents formateurs que nous avons à l'iufm que vont devenir les futurs candidats au concours? Préparer le concours et préparer un mémoire en master2 ça tient du parcours du combattant, et tout ça tout en travaillant.... ça laisse rêveur!!! Sommes nous tous dans les meilleures conditions pour préparer ce concours qui nous garantira la titularisation?, vous comprenez bien monsieur Ded, que la titularisation doit se faire en discutant et en prenant compte de tous ces facteurs qui sont à la Réunion et pas seulement ici mais bien concrets et problématiques.
Il y a une dizaine d'années en arrière certains de nos collègues ont été titularisés avec seulement une licence parce qu'on avait besoin de profs, aujourd'hui certains nous juge incompétents ou pas assez diplômés pour enseigner, (mais certains ont des licences et des maitrises!! ). Alors ça voudrait dire que tous ces chefs d'établissement qui nous ont engagé et fais confiance pour nous confier des élèves ont eu tort??? je ne pense pas. Nous sommes tous conscients de nos qualités, de nos lacunes mais nous ne cessons de nous remettre en cause, tout comme nos collègues titulaires car sachez le entre nous, nous n'avons pas de barrière, il n'y a pas de ségrégation. Et pour ceux à qui c'est arrivé de se voir ou de se sentir rabaissé ou pas du même monde c'est certainement qu'ils ont eu à faire à des gens pas ,très intelligents!!! dans le sens ou moi j'entends l'intelligence. On ne devient pas plus intelligent parce que l'on a son concours....
Encore une fois je le cries haut et fort, je suis pour la titularisation des non titulaires de l'Education Nationale.

41.Posté par Marie Payet le 31/01/2010 21:18

Bien dit Béa. Sachant que les chefs d'établissements, promus personnels de Direction, avaient à peine le baccalauréat en poche il n'y a pas si longtemps que ça. Certains enseignants avaient tout juste le certificat d'étude et pourtant leurs élèves apprenaient bien à lire et à compter. Le concours est une vraie loterie. J'ai connu des candidats qui étaient derniers de leur promotion et pourtant ils ont réussi le concours. Le sujet les avaient inspirés, que sais-je? Le résultat est là.
Aujourd'hui le gouvernement veut imposer un bac + 5 à des mères et pères de famille qui enseignent depuis plusieurs années. Ils ont entre 35 et 50 ans. Comment vont ils faire pour reprendre leurs études et nourir leur famille?
Ils ne souhaitent pas ralonger la liste des demandeur d'emploi.
Qu'est ce qui coûte le plus cher à l'Etat? De reconnaitre et titulariser ses professeurs qualifiés, ou de devoir indemniser pendant 2 ans chaqu'un d'entre eux au chômage?
Nous avons fait nos preuves, et le Sarkosy ne pouvait que le reconnaitre. Les promesses ne sont pas toujours tenue. Oui, nous nous en sommes rendus compte. Il ne faut pas nous prendre pour plus crédules que nous sommes.
C'est bien pour cela que nous ferons le mieux possible pour réussir le concours lundi et mardi.
Bonne chance à mes collègues enseignants non titulaires qui travaillent dans les collèges et lycées, qui étudient en même temps et qui s'occupent de leurs enfants. Tous devront passer un seul et même concours, inégal en chance, inadapté à la réalité.

42.Posté par bea LM le 01/02/2010 09:58

bonne chance à vous tous qui passez vos concours aujourd'hui et demain!!!

43.Posté par Ded le 01/02/2010 21:27

Oui , bonne chance à tous , sincèrement!
Mais...je reste plus pessimiste que vous, le "privilège" de l'âge peut-être!
Tout le monde , du moins je l'espère, ( en tout cas chez les enseignants car pour beaucoup de parents , tout ça reste très confus voire incompréhensible) est biien conscient de la situation faite aux étudiants qui ne savent pas sur quel pied il vont devoir danser. Tout le monde , là encore ,je l'espère, est bien conscient de l'injustice qui règne actuellement dans les situations des divers "types" d'enseignants qui tous, vacataires, contractuels ou titulaires sont en face des mêmes élèves , injustice sur les emplois du temps , sur les salaires ( à ancienneté égale ) et surtout sur la précarité des uns face à l'"assurance" des autres.
Pour que cela cesse,il faut que les enseignants , tous , se battent, se mobilisent ( mais à en juger par les derniers chiffres , ce n'est pas évident !) pour améliorer les choses.

Il faut vous battre car sans cela, vous n'obtiendrez rien! Hélas

44.Posté par TiB le 12/02/2010 02:52

Passez le concours ou fermez vos gueules. Rien à ajouter à ce faux débat,

45.Posté par SAIYAN974 le 19/03/2010 22:36

Moi je suis enseignant titulaire depuis 2006 et depuis ma titularisation j'enseigne en métropole en région parisienne car pas de poste à la Réunion alors que je suis 100% réunionnais (Je sais qu'il y a des postes dans ma discipline à la Réunion mais qu'on préfère des contractuels car ils sont défendus par des syndicats), je ne me plains pas, c'est un choix de vie que j'ai fait. voilà moi je suis contre la titularisation de ces personnes qui pensent pouvoir accéder à la fonction publique sans avoir passer le concours. Donc manifestation inutile

46.Posté par pauvre titulaire le 09/04/2010 02:35

les enseignants , n'est ce pas ces personnes qui montrent ce qu'est l'instruction , la tolérance ? lorsque je lis certaine reponse c est à se demander : dois je leur laisser finalement l'éducation de mon enfant ?

passez le concours et fermez vos gueules ( la on sent l'aigris voire le constipé non ? )

moi je suis contre la titularisation ( moi je , mon dieu quelle pitié , monstre d'égoisme , d'autant plus lorsqu'on connait la misére qui régne en réunion )

j'aimerais bien connaitre le niveau d'étude que vous avez pour être aussi affirmatif, ah oui certainement votre licence comme 95 % des enseignants qui vont être d'un coup rabaissés par la reforme bac +5 ,

quel degré de professionnalisme dans le privé avez vous messieurs les refractaires ? comme la plupart des enseignants vous êtes passés du cul des bancs de la fac à la chaise d'enseignant.

j adore votre approche, "je sais tout , j ai tout vu, j ai passé mon concours car dans le privé je me serai pris une baffe etc etc "

pour info fier d etre contractuel en ayant été directeur marketing d'une grande boite américaine , dispose d'un mba et comble de l'ironie j'enseigne a des doctorants , pouvez vous prétende a venir jouer dans ma cours ?

effectivement restez bien dans votre monde égocentrique ,dans votre petit lycée a vous battre pour des petites heures supplémentaires , hsa hse, a bidouiller votre emploi du temps pour avoir le lundi et le vendredi ,

et top de la mesquinerie , voté bien a gauche ( 85 % d'entre vous l'êtes )

si vous êtiez ne serait ce que le 10 ème de ce que vous prétendez être au mieux vous seriez prag, voire maitre de conf, alors stop de la ramener et venez jouer avec nous ( car il est certain que j'en prends 4 comme vous au petits dej sans forcer )

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >