Société

"Nous, créoles, on n'a pas le droit d'être chefs d'entreprise"

Mardi 2 Octobre 2018 - 14:29

Le gérant des night shops qui tombent sous le coup de l'interdiction de vente d'alcool à Saint-Gilles adressera sans doute un nouveau recours contre l'arrêté municipal.


Le couperet est tombé hier lundi 1er octobre : le tribunal administratif a rejeté la demande de suspension de l'arrêté municipal saint-paulois d'interdiction de vente d'alcool le soir. Jean-Louis Vidot, propriétaire de deux boutiques de nuit à Saint-Gilles est abasourdi par cette décision, et réagissait vivement ce matin.

"C'est à croire que mes boutiques sont les seules à vendre de l'alcool sur Saint-Gilles", s'insurge l'entrepreneur de 53 ans, faisant référence aux nombreux débits de boisson de Saint-Gilles. L'homme estime que cet arrêté lui est exclusivement destiné et que "c'est un abus de pouvoir de la municipalité".

Depuis l'application de l'arrêté, en juillet, Jean-Louis Vidot a vu le chiffre d'affaires de sa boutique de Saint-Gilles diminuer de 50%, tandis que celui du Boucan beach market est amputé de 30%. Des chiffres catastrophiques qui vont le contraindre à diminuer de moitié ses effectifs. L'homme emploie 12 jeunes Réunionnais en contrat de professionnalisation, il va devoir se séparer de la moitié d'entre eux. M. Vidot a demandé un étalement de sa dette fiscale au centre des impôts de Saint-Paul, afin de maintenir son activité.

"Il existe une jurisprudence, je crois en mes chances de gagner"

L'homme est passablement énervé contre la mairie, dont il pense qu'elle s'acharne contre son entreprise. "Au lieu de faire fermer des petites sociétés qui embauchent des jeunes Réunionnais, la mairie ferait bien de créer des postes de policiers municipaux, pour régler les troubles à l'ordre public". Car ce qui est reproché aux night shops c'est une recrudescence des états d'ivresse sur la voie publique, semeuse de troubles dans le centre de Saint-Gilles et à Boucan Canot. La cité balnéaire regorge pourtant de bars et boîtes de nuit.

Jean-Louis Vidot se réserve le droit de faire appel, à l'aide de son avocat, le bâtonnier Me Payen, qui, selon Jean-Louis Vidot, était très confiant jeudi dernier, à la sortie d'audience. En effet, l'avocat a fait valoir auprès du tribunal administratif une jurisprudence de juillet 2018 concernant une affaire similaire à Marseille. Un argument qui n'a visiblement pas convaincu le tribunal administratif. "Je réfléchis un peu, mais il est probable que je fasse appel de cette décision, il existe une jurisprudence, je crois en mes chances de gagner et de faire valoir mon droit au travail", affirme le gérant.

Le commerçant, qui affirmait dans nos colonnes en juillet qu'il s'agissait en vérité de "racisme social", persiste: "Nous, créoles, on n'a pas le droit d'être chefs d'entreprise, pas de postes clefs pour les Réunionnais, comme le disait mon père!" (Pierre Vidot, qui s'est présenté contre Auguste Legros aux municipales de Saint-Denis, ndlr).
Bérénice Alaterre
Lu 8946 fois



1.Posté par Cimendef le 02/10/2018 14:42 (depuis mobile)

Lancez vous dans les paillottes, même illégales elles demeurent avec la bénédiction des "autorités".

2.Posté par Jean Rigole le 02/10/2018 14:50

Les autorités laissent faire les extérieurs qui construisent des paillotes illégales qui dégradent les plages de l'ouest. Ils continuent leur business sans être inquiété par la loi...

Donc, il ne faut pas vous laisser faire monsieur ! Il faut vous battre ! Vous êtes chez vous...

3.Posté par La vérité vraie... le 02/10/2018 15:32

Mon coco, ton nom ne passe pas voilà tout ! Il suffit de voir comment les AOT ont pu être délivrées aussi longtemps sans que personne ne bouge le petit doigt...

4.Posté par JORI le 02/10/2018 15:43 (depuis mobile)

Peut-être tout simplement un non respect de la loi plutôt qu'une discrimination envers les patrons reunionnais. Je ne crois pas que de chateauvieux,par exemple, ait des soucis avec la justice !!

5.Posté par Modeste le 02/10/2018 15:44

ah ce bon vieux complexe d’infériorité vous colle franchement à la peau, il suffit qu'on vous interdise de faire quelque chose pour ramener les débats sur vos conneries d'origines, faut vous soigner les mecs!

6.Posté par une réunionnaise 97410 le 02/10/2018 15:47

il faut déjà enlever les lunettes de soleil pour contester.....

7.Posté par Mjsere le 02/10/2018 15:47 (depuis mobile)

Ce département fait vraiment pitié sérieux aprew je suis d accord avec lui vendre de l'alcool ici est une entreprise...Avec bcp d expansion possible avec le nombre d adepte de la bouteille

8.Posté par PATRICK CEVENNES le 02/10/2018 16:54

fukcd473
5.Posté par Modeste le 02/10/2018 15:44
Je plussoie

Un truc m'interpelle à propos de "ce pauvre chef d'entreprise". Pourquoi avoir autant de contrat pro ? Pourquoi ne pas avoir des CDI ? Ça coûte trop cher ? (...) va ! Pdr !

_Modéré.

9.Posté par jean-richard bennala le 02/10/2018 17:12

mon cher monsieur il faut ouvrir des bars ou des restaurants, je trouve moche les boutiques qui exploitent la misère sociale , votre clientèle ce sont des gens qui sont sans emplois et passent leurs temps devant les boutiques , même combat dans les hauts de l'île le chômage l'oisiveté voilà la photographie de votre clientèle, il y a de très gros chefs d'entreprises à l'île de la réunion preuve les patrons transporteurs les gros commerçants ne faîtes pas votre job sur la misère de ces gens là j'ai vue à la télé le dépotoir

10.Posté par AZLA le 02/10/2018 18:03

Allez encore la victimisation il est pourtant pas descendant d'esclave l' boug.

11.Posté par Caliméro. le 02/10/2018 18:10

Ma apel aou Caliméro. Vendeur la drogue aussi i rode son gros profit. Cherche pa si marmay i crève.
Tire out lunettes et mette in coquille zef su out tête.

12.Posté par Hoarau le 02/10/2018 18:16 (depuis mobile)

Il a raison, la justice made in Réunion interdit les Rénionés de travailler, et avec l''aide de certain Réuionnais suc🕛. @8 il y a des "personnes", plus aidées que d''autre. @5 rouve encore out guèl, bientôt n''a voir ki ça ça fé soigne a zot.

13.Posté par riverain boucan le 02/10/2018 18:24

repère de délinquant , de chauffard alcoolisé... la mairie a raison....Les riverains n'ont pas besoin de ça...si il veut absolument vendre de l'alcool..il prend une licence et il ouvre un bar ou une discothèque....

14.Posté par kanal bisik le 02/10/2018 19:12

pov boug oussa i lè ton dignitè ? tu dit que twè lè krèol ?kom di les gars tire out linette si out ziè quand ou koze ! c est vrais que le papa du surfeur n est plus dans les petits souliers du maire ...son soutient n est plus .

15.Posté par Modeste le 02/10/2018 20:14 (depuis mobile)

Hoarau lisez les autres postes et demandez leurs aussi de fermer leurs gueules....la vérité vous dérange !

16.Posté par Dagober le 02/10/2018 20:49 (depuis mobile)

Encore une preuve que les créoles.... Oussa nous sava,

17.Posté par Patricia le 02/10/2018 22:13

Bienvenu à la Réunion!!!
Empecher les créoles d'avancer par jalousie et méchanceté totalement gratuite est une spécialité locale!!!
Il faut faire appel devant la cour administrative d'appel de Bordeaux.
Mais si le juge considére que la décision est bien fondée même si l'arreté est annulé l'administration pourra relancer en respectant la procédure... dictature quand tu nous tiens ;)
Bon courage, ayant été confrontée à la mafia administrative locale je sais que cela est difficile.

18.Posté par jules le 02/10/2018 22:25

et lui le créole il pourrait payer dignement des jeunes en leur offrant un CDD oun CDI au lieu de les précariser au maximum en leur versant seulement 300e par mois à ces petits jeunes!Il profite des jeunes réunionnais et en plus depuis qu'il a repris la gérance de cette épicerie la place de boucan est devenu insalubre!c'est devenu les rdv des fumeurs de pétards devant sa boutique!

19.Posté par :-) le 02/10/2018 22:25 (depuis mobile)

Personnellement j'aurais bien voulu voir ce fil de discussion 1 par un et en face si possible :-)

20.Posté par Morderire le 03/10/2018 00:02

Post 12 Hoarau: à part menacer et insulter , que sais-tu faire? Réponse: me bourrer la gueule et écrire des conneries dans zinfos! Vive la créolaille...

21.Posté par Le Taliban. le 03/10/2018 05:48

Le thème créole est vaste.
Il faut savoir son utilisation.
Car il y a beaucoup de créoles mauricien comme chef d'entreprise.
Mais le créole réunionnais il sait exploiter en tant que chef,toujours le plus bas.
Il paye rarement bien ses collègues Toujours abuseurs..

22.Posté par pathetique le 03/10/2018 06:55

l'aloool est un poison.

un keole qui exploite les kreoles en vendant du poison et en exploitant la precarité.
et pourquoi pas marchand de sommeil demain?

23.Posté par moin mi pense que le 03/10/2018 07:02

concept "night shop" est pas bête commercialement parlant mais pour autant, il faut respecter la réglementation c'est tout. Si on prend comme prétexte que tout n'est pas carré partout,...c'est l'anarchie total. Et pourquoi vendre du zamal tant qu'à faire... J'espère néanmoins qu'il pourra développer économiquement son affaire en toute légalité. Dans le contexte actuel , pouvoir créer quelques emplois ce n'est pas négligeable.

24.Posté par Conerie le 03/10/2018 07:32 (depuis mobile)

Qu'elle misère ce cailloux

25.Posté par ty le 03/10/2018 07:43

quel rapport avec les créoles ?? il a pas d'autre argument, sauf de servir des alcools forts ? il faut arrêter avec ça, a st gilles ou ailleurs c'est le malheur de notre société, l'alcool, l'addiction à cette drogue

26.Posté par Maitre karaté le 03/10/2018 07:49

@19 :-)
Arreter menacer noussi gaing trappe nunchaku ek massue.

27.Posté par bam bam le 03/10/2018 07:59

mort de rire! les mes arguments que mr bam-bam du port. On attend avec impatience les videos

28.Posté par polo974 le 03/10/2018 08:36

heuuu, et le maire qui a pondu l’arrêté, il est pas un peu créole ? ? ?

sans parler du nombre impressionnant de patrons grands ou petits qui tout en étant créoles s'en sortent correctement...

argument bidon et minable... mais qu'adore mettre en avant le pierrot qui courre après le clic en réveillant les plus veules basses pensées de certains zinfonautes tout en se défendant telle une vierge effarouchée de telles pensées... bref, il laisse les basses besognes aux (presque) anonymes...

remarquons toutefois, qu'il n'y a pas la moitié de posteurs à entrer dans ce jeu débile (pour une fois)...

29.Posté par PEC-PEC le 03/10/2018 09:45

Toujours ces mêmes refrains de persécution qui font surface.
"Vous me dites ça par ce que je suis une femme."
"Me parlez pas comme cela car je suis noir !"
"je suis spécial étant homosexuel..."
"On ne veux pas de patron créole !"

Que de conneries sont dites au nom des différences. La défense des faibles qui se sentent toujours discriminés.
Un de mes patron m'avait appris une chose :" Dans la vie on se donne les moyens ! Ou bien on se cherche des excuses..."

30.Posté par VICTIMISATION le 03/10/2018 11:47

Il faudrait peut-être arrêter avec ces gémissements de victimes par essence !
Cessez de geindre et bougez !
Pas de créole dans les postes clé : regarder la proportion zoreils/créoles dans l'encadrement de l'administration ( DGS, DGA, directeurs de services, chefs de service ....).
Votre situation ne résulte pas d'un racisme social, mais de votre simple incompétence à accepter que gérer une entreprise comporte des risques - y compris réglementaires.
Vous chouiniez parce que la réglementation change. Ok, alors battez-vous. Mais battez vous dignement et sans tenter de vous victimiser au motif que vous êtes créoles : en faisant cela, vous insultez les créoles.
Faites autre chose !

31.Posté par Pro no stick le 03/10/2018 14:27 (depuis mobile)

Propos debile..

32.Posté par @post 26 le 03/10/2018 14:30

pouquoi à nou ? un par un ek la main non ? bezoin les armes ? moin té koz pa batay mé koze en face, pou out information. kozé :-)

33.Posté par kanal bisik le 04/10/2018 07:26

bravo post 30 !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >