MENU ZINFOS
Société

"Nous avons tous le souci de savoir s’il n’y a pas des morts Covid-19 dissimulés parmi nos défunts"


Le doute ne s’est jamais véritablement dissipé au sein de la population réunionnaise. Défiant les statistiques, La Réunion continue - et fort heureusement - d’échapper au premier décès de Coronavirus malgré la détection de plus de 440 cas. Nous sommes allés à la rencontre du chef de médecine légale du CHU de La Réunion pour comprendre le champ d’intervention de son service en complément des certificats de décès constatés par les médecins de ville. Le Dr Jean Marie Berthezene nous explique méthodiquement les rouages de la médecine légale en temps normal, avant d’aborder la période du confinement qui a cristallisé tous les soupçons de dissimulation de la vérité.

Par Ludovic. Grondin - Publié le Vendredi 22 Mai 2020 à 09:36 | Lu 6861 fois

Zinfos : À quel moment le service de médecine légale du CHU est-il sollicité ? Lorsque le médecin venu dresser le certificat de décès n’arrive pas lui-même à conclure à l’origine de la mort ?

Le Dr Jean Marie Berthezene nous ouvre les portes de son service (Photos : Régis Labrousse)
Le Dr Jean Marie Berthezene nous ouvre les portes de son service (Photos : Régis Labrousse)
Dr Jean Marie Berthezene : Exactement, nous intervenons après le médecin traitant ou le Smur. Ces derniers constatent le décès. Si les circonstances du décès leur paraissent suspectes ou inexpliquées, à ce moment-là ils ont la possibilité de cocher sur le certificat une case "obstacle médico-légal". Cela va générer une enquête policière ou de gendarmerie qui va, en quelques minutes, en rendre compte au parquet. Le magistrat de garde décide alors de l’intervention du médecin légiste. 

Si vous voulez, les causes du décès ne sont pas forcément toujours recherchées. Il y a deux choses qu’il faut que les gens différencient. 

Je vais prendre l’asphyxie comme exemple. L’asphyxie est une cause de décès. Ensuite on peut être asphyxié à cause de plusieurs choses. Une asphyxie mécanique c’est lorsqu’il y a un obstacle dans les voies aériennes. Cet obstacle il peut être accidentel. Ensuite il peut y avoir une asphyxie mécanique criminelle avec quelqu’un qui étrangle une autre personne. Enfin, il peut y avoir une asphyxie mécanique suicidaire, quelqu’un qui se pend. Si vous voulez, pour un même diagnostic de cause, il peut y avoir plusieurs situations différentes, c’est ce qui intéresse le magistrat. Donc on se rend sur place et on essaye d’élucider les circonstances du décès : donner une cause du décès et une circonstance du décès. Notre venue sur une découverte de cadavre, c’est pour identifier formellement la victime, essayer de donner une datation approximative du décès, de donner les causes du décès et les circonstances du décès. Ce sont les quatre questions auxquelles on doit répondre lorsque l’on est interpellé par la justice.

Comment s’est déroulée votre activité ces deux derniers mois ?

Eh bien à La Réunion, il n’y a pas eu plus d’activité qu’en temps normal. Nous sommes appelés dans les mêmes circonstances de découverte d’un cadavre pour une mort suspecte ou dont les causes ne sont pas forcément claires. Au début de l’épidémie de Covid-19, on a contacté le conseil de l’ordre des médecins et le Samu pour leur dire que nous pouvions intervenir dans ce cadre-là. C’est-à-dire lorsque les circonstances paraissent douteuses. Parce que nous sommes contraints, de par notre statut, de n’intervenir que dans un cadre médico-légal. On ne se substitue pas aux enquêteurs de l’ARS qui sont là au service de la santé publique. Il y a deux rôles complètement distincts : le médecin légiste est là au service de la justice. 

Concernant le Covid, lorsque la mort semblait en rapport avec une détresse respiratoire, on avait décidé, en accord avec l’ARS, le conseil de l’ordre des médecins et le Samu, de déclencher un protocole de prélèvement post-mortem sur le défunt. Çà nous est arrivé 4 fois et à chaque fois le test s’est révélé négatif. Mais voilà, on n’a jamais été confronté à plus de décès de circonstances naturelles avec des causes liées à une détresse respiratoire sur ces deux mois de confinement. De mémoire, j’en ai fait un et mes collègues en ont fait trois. J’avoue que les autres décès auxquels on a été confrontés, il n’y a eu aucun élément qui permettait d’évoquer un syndrome de détresse respiratoire aigüe.  

Voilà, on a apporté notre concours à l’ARS car ça nous paraissait tout à fait normal qu’on sorte de notre cercle purement médico-légal pour aider la santé publique. Chaque fois que ç’a été utile, on a déclenché un prélèvement mais comme je vous le dis, il y en a eu quatre tout au plus sur cette période.

Il a évidemment été beaucoup question ces dernières semaines de mise en doute de la parole publique sur l’éventualité de décès dus au Coronavirus…

Je comprends que les gens se posent beaucoup de questions, c’est légitime. Après je ne peux répondre qu’aux cas auxquels j’ai été confronté. Je ne sais pas du tout si les médecins généralistes ont été confrontés à des situations particulières. J’ai été en contact avec plusieurs médecins généralistes et à leurs représentants et je leur ai dit : si jamais vous avez un doute, vous appelez le Samu et Il y avait une équipe qui était positionnée au Samu pour aller prélever les défunts. Donc tout cela était organisé par le Samu en accord avec l’ARS.

Prenons un exemple quelconque : peut-on dire qu’on ne saura jamais si le décès est dû au Covid si, dans le cas d’un monsieur de 80 ans qui meurt seul chez lui, le médecin généraliste considère que c’est d’abord la vieillesse qui l’a emporté ?

C’est difficile s’il n’y a eu aucun témoin pour dire que cette personne avait été en détresse respiratoire ou pas. Et puis la détresse respiratoire aujourd’hui on pourrait peut-être l’attribuer au Covid mais on pourrait aussi l’attribuer à une insuffisance cardiaque, un infarctus, un oedème aigu du poumon, à plein de choses, c’est très difficile. Il n’y a que le test qui pourrait valider le fait. Et encore, vous pouvez avoir une personne Covid+ et qui est décédée d’un infarctus du myocarde, avec la symptomatologie de détresse respiratoire sans que cette détresse respiratoire soit réellement liée au Covid. C’est très complexe, très difficile. Je pense que ce qu’il faudra attendre, pour La Réunion, c’est de pouvoir comparer la mortalité des trois années précédentes aux mois de mars-avril 2020. S’il y a eu une augmentation de la mortalité, c’est que ça pourrait être attribué au Covid ou, attention,…à la dengue aussi qui nous préoccupe plus ici à La Réunion.

Pour compléter votre question, il nous est arrivé de faire des autopsies scientifiques bien sûr, à la demande souvent des services pédiatriques ou des médecins, dès lors qu’ils ne savent pas, et que la question se pose réellement pour tous les adultes jeunes ou les enfants qui décèdent dans des conditions inexpliquées. Si les circonstances ne sont pas en faveur d’une action criminelle, nous on peut prendre le relais en réalisant une autopsie scientifique. Il faut que ça soit demandé par deux médecins, généralement lorsque le décès a lieu en hôpital, et en accord avec la famille. À ce moment-là on pratique une autopsie dite "scientifique", c’est-à-dire que l’on fait des prélèvements qui sont étudiés en anatomopathologie, en microbiologie, etc… c’est comme cela qu’on a pu avoir des cas de décès dus à la dengue. On a diagnostiqué des dengue grâce à des prélèvements myocardiques qui nous ont confirmé qu’il s’agissait bien de la dengue.  

​Au final, une personne peut-elle être inhumée sans que la cause de son décès ne soit clairement établie ?

Sur les circonstances, il faut que soit éliminée toute suspicion criminelle pour qu’il y ait inhumation. Ça c’est le versant médico-légal. Après, sur le versant purement médical, la cause précise on ne l’a pas toujours. Mais ça c’est tout le temps ! Actuellement, franchement je crois que les gens doivent être convaincus que les médecins généralistes sont très au fait que pour toute personne présentant une détresse respiratoire survenant aujourd’hui et qui décède, il y aura un appel au Samu qui interviendra pour un prélèvement. Comme je vous l’ai dit, nous on a déclenché le prélèvement Samu trois fois, plus une fois en salle d’autopsie (sur la période de confinement, ndlr), parce qu’on avait cette notion. 

Après, il y a eu des médecins généralistes qui ont peut-être fait appel au Samu pour un prélèvement sur les défunts parce que les circonstances étaient particulières. Mais oui, aujourd’hui il y a des gens qui sont enterrés sans que l’on connaisse de façon très exacte la cause. Mais je crois qu’aujourd’hui si un médecin a un décès et qu’on lui décrit un patient avec détresse respiratoire, de la fièvre et qui vomit depuis 48h, il va déclencher le prélèvement et c’est normal car nous avons tous le souci de savoir s’il n’y a pas des morts Covid-19 dissimulés parmi nos défunts. Pour l’instant, on ne comptabilise aucun décès à La Réunion. 




1.Posté par La vérité si je mens ! le 22/05/2020 10:00

Faisons court :

Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées.
Apocryphe de Winston Churchill ( 1874 -1965 )


2.Posté par La concsience le 22/05/2020 10:05

Mon Pierrot, ça c'est journalisme d'investigation. Bravo, bon boulot.
En faite si j'ai bien compris, il est plus de cocher la case qui demande pas d'enquête. L'ARS sait très bien qu'il faut l'argent aux familles pour demander une contre expertise, donc ouvrir une enquête de justice. Il faut donc que les familles concernées se regroupent pour porter cette affaire devant la justice. Mensonge d'État le "santé-linksanté-link. RUN". Oulala, le bordelle. Aussi, il faut que nos députés et sénateurs demandent une enquête si il ne sont pas eux aussi à la botte de l'état. Chaud cacao... vivement la suite Pierrot ????

3.Posté par ZembroKaf le 22/05/2020 10:18

La salle d'autopsie du CHU ne ressemble pas celle des "Experts"...!!!

4.Posté par Pascale le 22/05/2020 10:24

De l'enfumage!!! :) il y a eu des décès à cause du covid c'est quasi certain.

5.Posté par DSLAW le 22/05/2020 10:30

C'est sûr et certain que les morts du COVID-19 ont été cachée, reste à le prouver maintenant et envoyer sous les verrous.

6.Posté par Thierrymassicot le 22/05/2020 10:50

Voilà qui clos le débat des suspicieux et théoriciens de la volonté de nuire de l'ARS.

7.Posté par oté la Réunion le 22/05/2020 12:08

4 tests post mortem? On doit conclure que tout est transparent? Que c'est rassurant?
Un peu léger!
Les médecins de ville lisent dans les boules de cristal pour les asymptomatiques qui peuvent en mourir par une aggravation soudaine?
Merci à Zinfos, pour cette investigation et pour grand journalisme!

8.Posté par Honnête le 22/05/2020 13:16

pourquoi n a t on pas de cas de covid 19, ce qu attend toute la presse réunionnaise pour faire comme en métropole?
Tout simplement, parce qu il y a du soleil ( qui tue les virus) et qu il y a de la chaleur ( ce que ne supporte pas le coronavirus). De plus, on a la chance à La Réunion, de ne pas avoir (trop) d'industries polluantes qui génèrent des particules fines qui aggravent les cas avérés de COVID19.
Alors toutes ces histoires de confinement ne servent pas à grand chose ( sauf aux personnes fragiles évidemment) si ce n est qu'à tuer notre économie et les lieux d'animation ( restaurants, bar, discothèques, événements...).
Car le vrai tueur sera économique et on verra les conséquences dans quelques mois...

9.Posté par antidote le 22/05/2020 13:25

Et , ça les ferait revenir ?

10.Posté par Roberto le 22/05/2020 13:53

@4: (Pascale la complotiste) vous pouvez nous apporter des preuves? ou vous taire... (perso j'opte plutôt pour la deuxième solution....)

@8: Et à Mayotte le soleil, lui, ne tue pas le virus...idem au Brésil....? Raoult, sors de ce corps!

11.Posté par Ar-no le 22/05/2020 14:12

Merci pour cette interview intéressante, ça permet d'y voir plus clair.

ça ne fera pas taire les rageux et complotistes vu les posts de certains habitués, mais ça n'a guère d'importance !

12.Posté par IXE le 22/05/2020 19:30

Il faut savoir lire le texte.
---
Juste pour l'anecdote, il y a quelques jours j'ai vu des masques FFP2 (sans valve et non réutilisables) en vente:
- 29,90€ les 10 dans une importante enseigne de bricolage.
- 49,90€ les 10 dans une pharmacie dont l'enseigne est réputée.

Je me dis que l'un des deux abuse (et les deux, si je compare avec la période antérieure à ce coronavirus).

13.Posté par Pascale le 22/05/2020 20:24

@Roberto: mon cher Roberto, je ne sais pas si c'est la même chose pour vous mais je ne participe à aucun complot/ aucune cabale/ aucune arnaque, je n'ai jamais participé à un complot/ une cabale/ une arnaque, et je ne pense pas y participer un jour!! :) Je laisse cela à certaines personnes mafieuses... Donc je vous prie de ne plus me baptiser de "Pascale la complotiste", car cela n'est pas mon nom!!! :)
Par contre vous pouvez me baptiser "Pascale la clairvoyante" :) car c'est bien cela qu'on parle ici... de clairvoyance, de bon sens etc ... :)
Bisous.

14.Posté par Mary le 22/05/2020 21:14

Aucun mort et 1 seul en réanimation sur 1080 infectés sur le Charles de Gaulle...Tous guéris en une quinzaine de jours...
Donc sur nos seulement 400 et quelques cas, l'absence de morts est tout à fait plausible...
Car notre population de malades est en moyenne bien plus jeune qu'en métropole...D'ailleurs sur nos 12 premiers malades en réanimation, seuls 2 avaient nécessité une intubation...
Et très peu heureusement de circulation du virus (

15.Posté par Mary le 22/05/2020 22:56

Aucun mort et 1 seul en réanimation sur 1080 infectés sur le Charles de Gaulle...Tous guéris en une quinzaine de jours...
Donc sur nos seulement 400 ⁷et quelques cas, l'absence de morts est tout à fait plausible...
Car notre population de malades est en moyenne bien plus jeune qu'en métropole...D'ailleurs sur nos 12 premiers malades en réanimation, seuls 2 avaient nécessité une intubation...
Et très peu heureusement de circulation du virus (

16.Posté par Mary le 23/05/2020 06:01

Et très peu heureusement de circulation du virus (

17.Posté par JORI le 23/05/2020 10:51

8. Honnête. Allez dire aux brésiliens que la chaleur empêche le développement du virus ! 😂 😂

18.Posté par Roberto le 23/05/2020 11:09

@13 (Pascale la voyante pas claire): A partir du moment où vous énoncez des choses graves sans en apporter la moindre preuve, surtout dans le registre du "ils nous cachent tout", vous êtes une complotiste....assumez!
Pas de bisous, on ne sait jamais, cela pourrait avoir comme conséquence de gonfler les rangs de tous ces morts qu'on nous cache....

19.Posté par O.M le 23/05/2020 17:34

Lors de mon audience CDPI de l' année dernière il y avait dans le jury: un juge, un médecin qui m' avait correctement soigné au CHU antérieurement, une psychiatre et une légiste. A part le juge aucun médecin n' a parlé et les mis en cause n' étaient même pas venus.
Il était clair que la psy et la légiste étaient là pour m' observer.
J' ai dis clairement ce que je pensais à savoir que les médecins pouvaient être les pires ordures au monde vu ce que je vivais, et le maintiens.
Évidemment la décision me decridibilisait au profiteur de leurs confrères et il y aurait même eu lecture d' un rapport de la légiste que je n' ai jamais entendu ni vu(pas d' avocat donc pas de communication?).
Rien d' étonnant mais j' aimerais bien l' avoir tout comme celui sur la mort du kiné disparu l' année dernière qui d' après la police était en décomposition avancée quand ils l' ont trouvé le lundi sachant qu' ils seraient passés là bas le jeudi sans rien trouver et que le dimanche quand j' ai appelé le 17 pour les chaussures, ils ne se sont pas déplacés et évidemment j' étais suspect. Ca m' intéresse de savoir depuis quand il était mort(tenir un mois quasiment sans manger je l' ai fait et ne suis pas un grand sportif..).
Ce serait possible d' avoir le concours d' un légiste pour vérifier de mon vivant mon dossier médical et les éléments objectifs(certificats, copie ecran, mail, statistiques etc..) impliquant des médecins pour savoir qui est malade mental(évidemment je ne suis pas comme en temps normal CNTP avec tout çà) et comment à part une erreur on peut passer de trois certificats syndrome anxio dépressif réactionnel à je ne sais combien de maladies? Une fois mort ça ne me servirait pas à grand chose.
Bon, il faut une expertise et là j' ai vu ce que c' était...
Je parlerai aussi du médecin conseil de la Secu qui me disait d' aller m' inscrire à la MDPH parceque j' avais une baisse de rendement et des difficultés à trouver du travail depuis ma mise a l' écart(j'avais fais de l' intérim, un CDD à la Secu et une première année à l' IFSI avant de la contacter).
Sur mes échographies c' est ecrit possible HAG(cœur sportif ou problème), mais par contre les chocs émotionnels, la perte de muscle et l' environnement sont probablement la cause de mes problèmes "chroniques" dont respiratoires et c' est pourquoi j' ai refusé un suivi que je considère" palliatif" en pneumo.
J' aimerai vraiment voir l' avis objectif d' un médecin avec comparaison avec éléments antérieurs.ce serait marrant je pense.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes