MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Notre société fout la trouille


- Publié le Mardi 6 Décembre 2016 à 10:49 | Lu 517 fois

Notre société fout la trouille
Les derniers remparts moraux et sociaux ont fichu le camp et on ne voit pas bien d’où pourrait venir le sursaut. Deux événements tragiques, ces derniers jours, m’amènent à cette lamentable conclusion.

Il y a ce bébé, assassiné par ses parents à Saint-Louis. Voici quelques semaines, il avait déjà été conduit aux Urgences pour un bras cassé. Vous vous rendez compte ? Casser le bras d’un bébé… Une « correction un peu appuyée », comme d’hab’ ? Tu parles ! Il y a deux jours, les pompiers le ramènent aux Urgences, en état de coma. Il est décédé hier et, ô stupeur ! les médecins constatent qu’il a été étranglé au moyen d’une corde. Les voisins n’ont rien vu venir : « Té in bon momon ça ! »

Serrer une corde, que ce soit autour du cou d’un adulte, ou d’un bébé, n’’est pas un geste fortuit.

Le second fait est ce cambriolage hors norme à Guillaume. Un brave homme qui rentre chez lui vers 14 heures et tombe nez à nez avec trois cambrioleurs. Ces derniers font feu, atteignant leur victime par deux fois. Conclusion : plus personne n’est en sécurité nulle part à quelqu’heure que ce soit.

On pourra gloser à l’infini sur les responsabilités : l’éducation ? l’enseignement ? la société permissive ? la télé spectacle ? les jeux vidéo ? le chômage, désespérant ? Dans les deux cas que je viens de citer, aucune de ces explications n’est de mise.

Et surtout, comment revenir à une société plus vivable ? En poussant les victimes à se protéger elles-mêmes ? En flinguant les malfaiteurs ? En construisant un bagne aux Kerguélen ?

Faut-il aller vivre chez les Inuits qui, on le sait, ignorent la violence sociale ? Faut-il squatter Chesterfield, île française inhabitée au nord-est de l’Australie ? Faut-il se balader avec un Colt, comme au Far-West ? On n’a tout de même pas bâti une soi-disant civilisation pour en arriver à ça ?

Jules Bénard




1.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 06/12/2016 15:27

*Mais oui, Jules ! - Tu dis bien une SOI-DISANT civilisation ? J'apprécie que tu n'ailles pas chercher ailleurs qu'ICI, des exemples de cette "civilisation"; que certains osent - ici - nommer "Vivre-ensemble", exemplaire, s'entend !

2.Posté par miro le 06/12/2016 16:42

Les solutions sont simples mais malheureusement nos politiques n'ont pas le courage de les appliquer ou de les faire appliquer (ce qui revient au même!) . L'ultime solution est de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur. Les juges timorés et sans doute, sans "couill..s.." doivent être mis au ban de société. Le sursis et les peines de sursis doivent être abrogées. ..... Tu as tué, la société te tue, oeil pour oeil, dent pour dent ! ... autrement nous ne nous en sortirons pas .....

3.Posté par Macote OI le 06/12/2016 20:12 (depuis mobile)

Ce sont tes conclusions qui foutent la trouille Jules..

4.Posté par A mon avis le 06/12/2016 22:40

Certes Monsieur Bénard, les "faits divers" horribles que vous citez sont désespérants !
Mais pensez vous que nos sociétés modernes sont plus terribles que celles de nos ancêtres ?

L'augmentation exponentielle des populations et la multiplication des moyens de communication amplifient sans aucun doute la diffusion de ces drames de la vie courante.

Mais êtes vous certain qu'il est moins sûr actuellement de circuler en ville ou en rase campagne, de jour comme de nuit, que par le passé ? Passé même récent ?
Il y a seulement 50 ans, combien de drames familiaux se réglaient à coup de sabre à canne ?
Combien de bagarres devant la boutique le samedi soir ?
Combien de drames restés enfouis dans les mémoires familiales ?
Que dire de la condition de la femme ?
De la situation des enfants ?
Du travail des enfants ?
Que dire des conditions de travail ?
Des conditions de vie tout simplement ?
Que dire des nervis qui faisaient la loi dans les municipalités ?

Sur un plan national ou international, si les guerres existent malheureusement toujours, elles font moins de victimes que les guerres passées ( pour ne rester que sur de froides statistiques !)
Nous avons "inventés" la convention des droits humains ! l'ONU ! la Sécurité sociale ! ce sont tout de même des progrès !

Si le monde actuel n'a rien d'un paradis terrestre, j'ose rester optimiste et prétendre qu'il est tout de même moins dur que le passé !

Ce qui n'empêche pas d'espérer une amélioration, mais certainement pas avec vos propositions d'auto défense !

La réponse est sans doute dans : davantage de solidarité

5.Posté par Jules Bénard le 07/12/2016 06:32

à posté 4 "à mon avis" :
Vous avez raison, monsieur, en ce qui concerne les incontestables progrès effectués ces dernières décennies.
La situation des travailleurs, des femmes, des enfants, telle que vous la décrivez, est exacte.
Ce qui me chagrine, et je ne suis pas le seul, c'est que l'on n'est plus en sécurité ni chez soi ni dans la rue.
Autrefois, on pouvait laisser les fenêtres ouverte la nuit ; on dormait peinard. Ce n'est plus possible, même au 5è étage.
Attention : je ne suis pas du tout l'avocat de l'auto-défense. Je dis que l'on y va tout droit malheureusement puisque nous ne sommes plus protégés.
Bien cordialement.

6.Posté par A mon avis le 07/12/2016 13:05

@ 5 à propos de fenêtres ouvertes la nuit : je ne suis pas certain que vous ayez raison.
Vous avez oublié Sitarane ?

Plus sérieusement, imaginez La Réunion actuelle avec le nombre d'habitants et de voitures d'il y a 50 ans ?

Ne pensez vous pas qu'une partie du problème est dans la surpopulation ? Et du déséquilibre croissant entre les "nantis" et les plus pauvres ?
Plus de solidarité (sur un plan local et aussi international) apporterait sans doute une part de solution.

7.Posté par Pif le yinch le 07/12/2016 14:22

4.Posté par A mon avis a raison, et notamment sur un point : les médias.

J'ai connu des histoires sordides, dans mon enfance, et on n'en parlait pas autant dans les médias. Il y avait une certaine pudeur, et l'envie de ne pas affoler "les braves gens".
Aujourd'hui, on te balance ça en 1ère page des journaux, parce qu'on a découvert que ça fait vendre.

Les vols, les viols, les meurtres abominables, il y en a toujours eu, depuis la nuit des temps.
L'expression "la bourse ou la vie", ça date pas d'hier.

Certaines personnes d'un certain âge ont connu une France relativement tranquille. Après la 2nde guerre mondiale, il y a eu la reconstruction et l'argent américain qui allait avec. Tout le monde pouvait travailler, et ça limite fortement la délinquance. On bossait à 14 ans. Le sentiment matérialiste n'avait rien à voir avec celui d'aujourd'hui. Tu allais à l'école avec ton cartable et ton tablier.

Aujourd'hui, il y a beaucoup de chômage. Les jeunes sont encore dépendants financièrement des parents à un âge où avant les jeunes avaient déjà leurs 1ers gosses.
Tu vas à l'école avec des fringues de marque, avec la tablette dernier cri ... quand d'autres n'ont rien parce que leurs parents vivent avec les minimas sociaux.

Les 2 époques n'ont rien à voir, et ceux qui ont connu la 1ère ont forcément du mal à vivre la 2ème.
Il n'y a plus la même solidarité familiale. Les vieux sont laissés seuls dans des maisons, très vulnérables face à la délinquance juvénile conséquente.

Il y a aussi la télé, la musique, et tous les mauvais exemples qu'on donne aux jeunes. J'ai bien connu la transition, sur ce point précis.

Les anciens et les autres doivent finir par comprendre qu'on ne doit pas s'absenter en laissant la maison ouverte. Les temps ont changé, et il ne sert à rien de s'entêter à croire qu'on est encore comme dans les années 60. C'est ce que les flics vous diront.

L'auto-défense ? Très facile d'en parler, autre chose de passer à l'acte.
Ce qui est sûr, c'est que des poignées de gens terrorisent des masses de gens. Et la masse a un gros problème : il n'y a pratiquement pas de solidarité.
Un vieux se fait arracher son RSA qu'il vient de retirer à la banque ? Tout le monde regarde, personne ne bouge, et Le Pen fait des voix supplémentaires.
Dans un immeuble, quand il y a un problème avec un locataire et qu'un autre locataire montre sa détermination à agir, tout le monde attend au lieu de faire bloc derrière lui. Résultat : le locataire courageux se barre, et l'immeuble entier continue d'être pourri par une seule personne. Et Le Pen continue d'engranger des voix.
On appelle les flics, mais on veut pas porter plainte. Du coup, les flics sont démotivés, ils ne peuvent pas s'occuper de tous les problèmes de voisinage, surtout que sans plainte leur action ne servira pas à grand chose (sinon un déplacement pour rien, et la paperasse qui va avec).

Les gens sont devenus faignants, peureux, et individualistes. Ou plutôt, on les a rendus comme ça. Le matérialisme les a rendus comme ça.
Pourtant, quand tu as le nombre pour toi, tu n'as presque plus besoin d'armes. Il suffit juste d'organisation et d'un strict minimum de courage. Et de modération (ne pas tomber dans les massacres collectifs non plus).
Des gamins ont pris l'habitude de caillasser les habitants d'un quartier ? Venez en nombre, puisque tout le monde est concerné, entourez-les et balancez-leur des tomates pourries ou d'autres trucs salissants. Quand leurs parents en auront marre de devoir laver leur linge tous les jours, ils deviendront sûrement plus réceptifs.

Sans solidarité, la masse sera toujours à la merci de petits groupes, et voter Le Pen n'y changera rien. Certains le font depuis 35 ans, sans que ça ait rien changé (en fait ça n'a fait que dégrader les choses encore plus).

8.Posté par Jules Bénard le 08/12/2016 07:33

à posté 6 "à mon avis" :
Vous avez raison, très cher. La surpopulation est l'une des grandes causes de nos maux de société.
Quant au "déséquilibre" entre les nantis et les pauvres" que vous évoquez, il y a belle lurette que je le dénonce.
Mais nos classes dirigeantes ne sont pas au contact de la réalité et du mal de vivre, avec 50% de notre population en-dessous du seuil de pauvreté. Et ça, les soi-disant "élites" s'en foutent comme de leur premier bol de caviar.
Quand est-ce qu'on fout le bordel dans ce panier de vipères ?
Bien à vous.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes