MENU ZINFOS
Société

"Notre but est de restituer à cette communauté malbaraise son honneur et sa dignité"


La voix d’Abady Egata-Patché dans son combat pour faire reconnaître l’engagisme indien comme un crime contre l’humanité sera portée par Me Yann Prevost et Me Massimo Bianchi. Ce dernier, avocat du barreau de Marseille, se définit comme une "sorte de bouée pour les libertés" de ses clients et interviendra gratuitement. Son but n’est pas "de déboulonner les statues" mais, par le biais de la justice, de détruire les préjugés et les stigmatisations dont souffre encore la communauté malbaraise pour que "son honneur, son identité et sa dignité" lui soient restaurées.

Par Stéphane Pierrard - Publié le Mardi 11 Janvier 2022 à 18:24

"Notre but est de restituer à cette communauté malbaraise son honneur et sa dignité"
La première plainte déposée par M. Abday Egata-Patché n’avait pas abouti. En quoi, celle-ci sera-t-elle différente ?  

Le fondement juridique n’est pas le même que celui de mon confrère. Je ne fais pas de copié-collé. Nous avons matérialisé un fondement textuel qui est absolument différent. Par un rappel historique des évènements, nous pouvons déterminer que l’association Mémoire de Crève-Cœur et M. Abady Egata-Patché sont dans leurs droits.

Nous avons laissé à l’appréciation, pour l’instant, du ministère public comme garant des libertés publiques et du respect de la législation pénale, le fait qu’il convient de faire émerger la vérité sur un passé douloureux qui a marqué l’histoire de La Réunion. Ces descendants des engagés, qu’on appelle de manière familière les Malbars, sont encore discriminés à La Réunion, aujourd’hui. Quand vous arrivez à La Réunion et que vous êtes un métropolitain, la première chose que vous apprenez sur les Malbars, c’est les  "3 V" (vilain, voleurs, vantards). C’est hallucinant […]. Nous sommes partis de l’historique de l’esclavage et de son abolition pour venir jusqu’à l’engagisme avec l’abolition progressive de la traite de l’esclave, on a déterminé qu’on a fait appel à des travailleurs étrangers en Asie et d’Afrique pour satisfaire les besoins en main d’œuvre des colonies. Et c’est par l’engagisme que plusieurs millions de travailleurs sont venus, notamment dans l’océan Indien, en l’échange de la promesse d’une vie meilleure. Ils ont signé un contrat d’engagement. Nous fait un travail de moine durant huit mois, loin de la première plainte qui tenait sur deux pages.
 
Vous avez donc mêlé le travail d’avocat qui se fonde sur des articles de loi et celui de l’historien qui doit se plonger dans le passé.

Absolument, on a réussi à déterminer qu’on peut assimiler l’esclavage à un crime contre l’humanité. Bien évidemment, cette incrimination doit suivre les principes généraux du droit par les nations civilisées, comme le dit la convention européenne des droits de l’homme en son article 7 paragraphe 2. Nous avons déterminé que nous n’étions pas prescrits. Par définition, les crimes contre l’humanité  sont imprescriptibles vis-à-vis de la disposition de l’article 133-2 du Code pénal. Les crimes contre l’humanité, comme l’atteinte volontaire à la vie, l’extermination et la réduction à l’esclavage comme visés dans les articles 211-1 et 212-3 du Code pénal déterminent que nous sommes dans un schéma d’imprescriptibilité. Aujourd’hui, la survivance de l’action publique contre les personnes morales, auteures de faits est déterminée car nous avons les autorités. Les conséquences contemporaines sont qu’il y a aujourd’hui des répercussions au quotidien. Les Malbars restent les 3V. Ils ne sont rien d’autre. Nous avons établis la qualité à agir de mon client et l’association. J’espère que le parquet aura une lecture courageuse et une lecture conforme. La balle est dans le camp du parquet qui a trois mois pour décider une ouverture d’information.
 
Pour autant, le parquet n’est pas obligé de poursuivre. Jusqu’où êtes-vous prêt à mener ce combat ?
 
Évidemment, si le parquet de Saint-Denis ne devait pas suivre, nous ferons le nécessaire pour saisir un juge d’instruction et déterminer ainsi l’ouverture d’une information judiciaire. En cas de refus, on irait porter le débat devant la chambre de l’instruction et ainsi de suite, devant les juridictions compétentes. Dans tous les cas, nous sommes déterminés à porter cette cause jusqu’à la Cour européenne.

Votre combat judiciaire a une portée politique, dans le sens où la France pourrait être reconnue comme coupable d’un crime contre l’humanité.
 

Il y a un aspect qu’on ne peut pas déterminer comme un aspect politique au sens pur du terme. Il n’est nullement question d’appartenance à un parti, nullement question de la sollicitation de votes. Il s’agit de restituer sociologiquement à une partie de la population réunionnaise sa dignité, son honneur et surtout son identité. On leur a piqué leur patronyme, leur nom de famille et leur lieu de naissance. Il y a des fantômes à qui on a donné des papiers qui sont Français aujourd’hui mais qu’on continue à appeler les "3 V". Il y a un aspect qui peut avoir des répercussions d’un point de vue politique, mais ce n’est pas notre but. Nous voulons apporter des réponses aux souffrances de cette communauté. Il ne s’agit pas de demander pardon. Ce n’est pas du wokisme. Nous sommes pas en train de déboulonner des statues. Le débat n’est pas là. Les débat est de dire qu’il faut que ça cesser de les stigmatiser. Surtout, on veut savoir ce qui s’est passé pour permettre à ces gens de retrouver leur dignité, leur honneur et leur mémoire. Pour que nous puissions reconstruire le ciment qui fait nation. Ce ciment fait nation d’autant plus à La Réunion qui est un exemple du vivre-ensemble. La Réunion devrait être un exemple pour la métropole. Ici un Créole peut discuter avec un Yab, un Chinois ou acheter un carri à un Malbar, sans que ça ne créée des problème. Tout le monde vit ensemble. Personne ne se regarde en chien de faïence. Personne n’est choqué si une femme est voilée. C’est une logique sociologique de justice républicaine, de justice indépendante pour restituer une mémoire et un honneur. Ce n’est rien d’autre. Il n’y a pas d’argent derrière. C’est juste l’initiative d’un homme qui a consacré toute sa vie à ce combat et qui a investi énormément d’argent personnel là-dedans.
 
En parlant de cette discrimination que subit la communauté malbaraise, ne faudrait-il pas plutôt revoir les livres d’histoire ?
 
Effectivement, sociologiquement, nous voulons combler un vide, ramener ce ciment. C’est bien d’apprendre à nos enfants, nos ancêtres les Gaulois, mais nous devons obtenir autre chose de l’Education nationale. Nous avons tous des spécificités. Il ne s’agit pas d’oublier la grande histoire de la France qui est admirable pour certains et critiquable pour d’autres. Seulement, si vous regardez le traumatisme intergénérationnel, il est très important. Sans oublier d’autres communautés, vous verrez que c’est rarissime d’avoir un polytechnicien métropolitain incarcéré à Domenjod. Pardonnez-moi, sans vouloir me montrer sectaire, mais en regardant le fonctionnement des juridictions à l’instruction, combien y a-t-il de magistrats malbars ? Zéro. Combien sont procureurs ? Zéro. Greffiers ? Quelques uns. Vous avez beaucoup d’hommes de l’escorte ou de la sécurité des tribunaux qui sont des Malbars [ … ] Y a-t-il un préfet malbar, créol ou kaf ?
 
 Ce travail de mémoire est-il enseigné par les parents aux enfants ou est-ce un tabou ?
 
C’est un tabou. Quand je suis arrivé sur l’île, on m’a dit : "Ne va jamais manger chez un Malbar car il va mettre des trucs dans ton assiette". C’est un truc de fou. Je suis un métropolitain, un Zoreil, je viens dans le cadre de mon travail. Je ne connais pas cette île et je la découvre au fur et à mesure Comment ça se fait qu’ici, on ne dise pas "Ne va pas manger chez un kaf car il va mettre des choses dans ta nourriture ?" Mais on le dit de qui ? Des "3V". Qu’il ne faut pas manger chez eux, qu’ils mettent des animaux morts devant les portails. Bref, ces gens rasent les murs et en prennent plein la gueule. Rares sont ceux qui ont réussi dans la communauté mais ceux qui réussissent, il le font brillamment. Pour un qui réussit, il y en a 100 par terre.

A la Réunion, si vous êtes Malbars, c’est un peu comme si vous étiez Palestiniens à Gaza. Il ne s’agit nullement de remettre en question la structure de La Réunion et sa gouvernance [...]. L’histoire est ce qu’elle est. En revanche, quand on a la chance de la connaître, il ne faut pas s’en priver et il faut en tirer comme conséquences qu’on vient de quelque part et ce quelque part vit en nous. On doit pouvoir  arrêter cette mémoire de la douleur qui est transgérationnelle. Il ne faut pas être invisible mais bien visible. Ce n’est pas une assimilation. Ils sont citoyens français depuis bien longtemps. C’est plus que cela. C’est la reconnaissance de l’appartenance d’une partie de la population de La Réunion à une communauté réunionnaise qui est une communauté française, départementale, ultra-marine mais empreinte de culture propre qu’elle soit culinaire, spirituelles. Ce sont des cultures qui viennent s’additionner qui permettent à La Réunion d’être un exemple pour la métropole.
 
Seulement, les Malbars ne sont pas les seuls stigmatisés. Comme dit l’expression populaire : "On est tous l’Arabe de quelqu’un". D’autres communautés sont victimes de stigmatisation.
 

Malheureusement aujourd’hui, nous sommes tellement disloqués qu’il faut faire sens, il faut faire nation. Il faut rapprocher les gens. Pour cela, il faut sortir de la stigmatisation et du silence. Il faut savoir prendre du recul et, excusez-moi du terme familier, mais on doit pouvoir reconnaitre qu'à cette époque-là tout le monde a "merdé". 
 
Aujourd’hui, les Malbars sont comme les gitans du coin. En métropole dès que les gens voient les caravanes des gitans, les gens autour se barricadent. Un gitan est automatiquement un voleur. S’il a une Mercedes et une grosse roulotte, c’est qu’il touche les allocations, qu’il vole du cuivre, qu’il recèle. C’est tellement facile. Simplement car il a une belle voiture, on raisonne de la sorte parce qu’un gitan doit être voleur parce qu’il est pauvre. On doit sortir de là. C’est une maladie de l’esprit.
 
Et ça passe par la justice ?
 
Malheureusement, oui. La justice est un mal nécessaire. [… ] Il ne s’agit pas d’aller gratter quoi que ce soit, on ne veut pas de sous. La justice est un passage obligé. On peut faire toutes les conférences qu'on veut, cela ne sert à rien si vous n’avez pas la saisine de la seule autorité qui peut par son indépendance présumée, restituer la légitimité à une victime, la vérité à une famille ou réparer le préjudice qui a été infligé à l’ordre public, à la société, au vivre-ensemble, à la communauté des hommes sur un territoire donné [ …]. On peut essayer de nous montrer que notre plainte est mal fondée. Encore faut-il le démontrer. On peut essayer de nous décourager par le silence, l’ironie, mais nous sommes déterminés car la noblesse de ce combat et son importance symbolique pour le peuple réunionnais est à titre d’exemple. On veut faire preuve d’exemplarité dans l’amour de la République à travers la reconnaissance d’une partie de son histoire.
 
A vous entendre, ce combat vous parle, vous transcende. Vous qui venez d’Italie et n’avez pas la nationalité française, vous retrouvez-vous dans cette démarche judiciaire ? 
 
Je suis profondément attaché aux libertés individuelles. Je suis pénaliste à Marseille. J’ai eu l’honneur de défendre des milliers de personnes et les sortir des griffes d’un système qui dysfonctionne et qui parfois peut les broyer. J’ai joué mon rôle, celui d’être un ressort social, une sorte de bouée pour les libertés des personnes que j'ai eu l'honneur de défendre. Peu importe que les gens soient riches ou pauvres, Malbars ou Suédois, mon engagement était toujours total [...] J’existe seulement pour ceux qui veulent un vrai avocat. Je souhaite que M. Abady Egata-Patché de son vivant puisse se voir restituer son engagement par la reconnaissance. Avec mon confrère Yann Prevost, on est des sentinelles de la liberté. On se lève parce que nous avons un supplément d’âme. Ce supplément d’âme, malgré les ecchymoses qu’on nous inflige, malgré le fait qu’on sait qu’il y a un mur de six mètres incliné, nous permet de l’escalader à mains nues. On essaye jusqu’au jour où on n'y arrivera plus. Nous sommes comme des chien de chasse, nous reviendrons à l’attaque à chaque fois. C’est notre instinct et c’est notre mode de fonctionnement.
 
Est-ce que personnellement, vous aussi, avez été victime de discrimination ?

Même ici à La Réunion, je me suis fait massacrer et crucifier. Par exemple, certains de vos confères qui veulent me matérialiser comme le grand requin de Marseille ou l’avocat de la mafia italienne. C’est la même chose que les "3V". On part du même supposé discriminatoire qui consiste à dire : parce qu’il vient de Marseille, c’est un mafieux. On est toujours le mafieux de quelqu’un, comme on est le toujours le Malbar de quelqu’un et on est toujours le "3V" de quelqu’un, peu importe sa couleur, sa religion. C’est terrible. A Marseille, on m’appelle l’Italien. Personne ne m’appelle le Marseillais à Marseille. Et ici, on m’appelle le Marseillais. Ceux qui m’ont discriminé ce sont les Blancs. Il faut arrêter avec la stigmatisation. On a d’autres problèmes. Il faut regarder les gens et leur cœurs. Il ne faut pas regarder leur taux de mélanine. Ce n’est pas leur taux de mélanine qui induit leur cœur. Le cœur, vous l’avez ou pas. [ …] Mon seul combat est un combat pour la vérité et la dignité, mais à l’aune d’une volonté de rassemblement, d'une volonté d’amour pour le peuple de La Réunion dans son intégralité, dans toutes ses articulations et non pas par des segments, des fragments.
 
N’est ce pas le combat de David contre Goliath, quand on voit la place qu’occupe l’extrême droite dans les médias et sur les plateaux télévision. À croire que les stigmatisations deviennent la norme à force de nous les répéter ?
 
Abady Egata-Patché est un homme qui est dans l’apaisement, dans l’amour et dans la sincérité. Pour lui, il n'y a pas de place pour le terrorisme intellectuel ou physique. Pour lui, le débat sur l’extrême droite est un non-débat car elle n’a pas à exister. Il appelle cela : "Les petits serpents qui se nourrissent de la douleur et de la haine". Il m’a demandé et je le cite : "Maître, j’ai besoin de vous, le samuraï. J’ai besoin d’un guerrier pour couper la tête des petits serpents". Il me l’a dit en joignant les mains en signe de prière et baissant la tête comme signe de remerciement. Quand vous voyez cela, il faut mener ce combat pour ce grand Monsieur. On ne peut laisser l’extrême droit se populariser. Si demain, il faut mener ce combat pour une autre communauté, je le ferai.  
 
Votre combat va plus loin que la simple reconnaissance d’une stigmatisation d’une communauté. Vous voulez combattre ses raccourcis et ses préjugés qui empoisonnent nos existences.
 
Le but est de restituer du sens au vivre-ensemble, le plaisir de se rencontrer et d’échanger sans à priori, sans me dire parce qu’il est Malbar, je dois cacher mon portefeuille ou si parce qu’il est Chinois, il doit être en train de m’espionner. Ce ne sont que des délires qu’il faut casser. Sinon, tout devient paranoïa et complot. On devient le voleur de quelqu’un. On est le comploteur de quelqu’un. On est le dissident de quelqu’un. J’en ai que faire de ça. Je veux de l’amour entre les gens. J’ai quatre enfants français. J’ai une femme française. Je paye mes impôts en France depuis 25 ans et j’en suis fier mais je me fais massacrer, alors que je pourrais aller m’installer à Monaco ou à l’étranger. Si tu veux participer à une société, tu dois payer tes impôts et tu dois participer à la collectivité. Je n’ai pas le droit de vote mais je paye mes impôts. Je n’ai aucune reconnaissance particulière mais j’ai le droit de faire un métier. Un métier d’artisanat, d’art de la procédure. Je le mets à la disposition de causes nobles pour que la France se pérennise dans l’amour et non dans la haine, la stigmatisation.





1.Posté par MôvéLang le 11/01/2022 18:53

Il ne faut pas rêver, la France est l'un des rares pays qui s'est octroyé le droit d'exploiter, voler et surtout de tuer en toute impunité.
Exemple, la Kanaky

2.Posté par Mi di ou di ou le 11/01/2022 18:56

Zot but c'est de totoché l'argent egata

3.Posté par une jeunesse perdue le 11/01/2022 19:37

c'est un poisson d'avril en fait ?

4.Posté par Indien le 11/01/2022 19:38

Le malabard n'a pas besoin de ce procès pour les valoriser la nouvelle génération est capable depuis : docteur, avocat, entrepreneur etc..etc.. aucun complexe pour nous .
Ce combat est d un autre temps, le combat est déjà gagné depuis de très nombreuses années.

5.Posté par Youplaboum le 11/01/2022 19:58

Il est sérieux là ?

6.Posté par Alex le 11/01/2022 20:27

A la Réunion, si vous êtes Malbars, c’est un peu comme si vous étiez Palestiniens à Gaza.

Si j'étais juge, à la lecture de ce seul article, je recalerai le dossier.
C'est un peu gros non!!!!!

7.Posté par pierre le 11/01/2022 20:56

les 3 V D 'UN MALBAR VOLONTAIRE VALEUR VISIONNAIRE POUR SON ILE POINT BARRE....

8.Posté par Héritage le 11/01/2022 21:08

Je suis zoreil, j'habite La Réunion depuis presque 20 ans, j'ai jamais entendu ni lu de telles bétises.

9.Posté par Tino le 11/01/2022 21:11

Et nous ? Que faire pour avoir de la part de cette communauté, un semblant de respect pour notre tranquillité dominicale ?

10.Posté par Davidgoliath le 11/01/2022 21:23

Voilà un avocat qui ne connaît pas bien les tribunaux de La Réunion puisqu'il trouverai alors des greffiers et juges d'origine indienne contrairement à ce qu'il affirme.

11.Posté par Héritage le 11/01/2022 21:24

A post 1 . Movélang, faut pas rêver, c'est partout ! T'as vu ce qu'ont fait les anglais avec les maoris nouvelle zélande, les australiens avec les aborigènes, les russes au Kamtchatka, les italiens en Lybie, les américains avec les indiens et les mexicains, les hutus avec les tutsis, etc, on pourrait en citer des dizaines, à travers les âges et dans tous les pays ( il suffit de remonter le temps jusqu'à la période qui nous intéresse , c'est subtil et malin comme procédé ). Moi même, zoreil, j'ai un ancêtre qui du temps de Cro-magnon , a été persécuté par des Néandertaliens venus de l'est . Je vais confier mon dossier à un bon avocat !

12.Posté par Tikaf le 11/01/2022 22:59

La communauté kaf est bien celle qui a tout perdu !!!
Ils sont les moins représenté dans la politique, cadre, médias, etc...
Par contre, on est sur représenté en prison, alcool, drogue, illettrisme, etc...
Lire le livre exceptionnel et excellent de Laurent médéa

13.Posté par toto le 11/01/2022 23:05

J'espère que c'est une blague.

14.Posté par Chatelet LUDOVIC le 12/01/2022 00:13

mais surtout cet auxiliaire de justice va bien se sucrer au passage , dirons nous un profit de la C....de certains !

15.Posté par Ok le 12/01/2022 03:22

Mi espère kaf malbar les pa mêlée la dan t

16.Posté par Comme un Palestinien à Gaza ? le 12/01/2022 05:57

Je vis à la Réunion (St Pierre) depuis 8 ans et je n'ai pas ressenti tous ces préjugés sur les Malbars, à part le truc sur le mauvais oeil (les sachets au milieu de la route, etc ...) et le fait que si on voit un gros SUV rouge c'est forcément à un Malbar...

Soit je suis passé complètement à côté d'un truc (je précise que j'ai travaillé un an à St André), soit ils font une fixette sur quelque chose qui n'existe quasiment plus.

17.Posté par corpus callosum le 12/01/2022 07:06

12.Posté par Tikaf
C'est pareil à Maurice.
Est-ce la faute de l'Etat si les cafs travaillent moins à l'école que les chinois ou les zoreys par exemple ?
Quant aux malbars, je les respecte autant que tout le monde et j'aimerai que ce soit réciproque de leur part.

18.Posté par muppets le 12/01/2022 07:43

Massimo Bianchi un bienfaiteur de l'humanité, ah bon ! Il faudrait demander cela à des réunionnais qui malheureusement l'ont croisé sur leur chemin et qui devraient le lui faire comprendre en justice

19.Posté par Tsarang974 le 12/01/2022 08:25

Comparer les malbars aux palestiniens il fallait oser !!!

20.Posté par normal le 12/01/2022 08:36

Avocat du barreau de Marseille, c'est plié y a pas que le covid à la Réunion ....

21.Posté par normal le 12/01/2022 08:39

Movélang : Il serait temps d'arrêter de faire chier les occidentaux , revoit ton histoire mais c'est peine perdu!

22.Posté par Oula le 12/01/2022 08:58

Mais il dit vraiment n'importe quoi ?!? Il est dangereux ce type !!

23.Posté par SOMANKE le 12/01/2022 09:16

« Honneur et dignité », pourrait donc être reconnus, et donnés par les tribunaux ????
Je ne vois aucun rapport entre une institution (dont la légitimité m’échappe) et des valeurs essentiellement humaines

24.Posté par Leo le 12/01/2022 09:24

Tino c'est pa stoi qui vas faire arrêter les tambours, les cloches des églises ou des appelles à la prière à la Mosqué !!
On est à La Réunion !!

Ce n'est pas la France qui a fait La Réunion mais La Réunion qui a fait La Réunion....
Regarde cette France incompétente qui n'a jamais su faire développer l'île, gros vouloir de colonisation et sans intérêt pour les peuples !!
La France paye ses crimes...

Et l'engagisme est un crime contre l'humanité et merci maître pour votre devouement.

25.Posté par Rom le 12/01/2022 09:26

Ok com 15
Ici on ne divise pas, on uni
Donc tout le monde est concerné car c'est notre histoire

26.Posté par bunes julie le 12/01/2022 11:14

Laisse les parler. Je ne cautionne pas tout. pourquoi ne pas les laisser défendre leurs idées, on les attaquera ensuite. pff, à continuer comme ça on avancera pas. si vous préférez continuer à parler vaccin c'est votre problème. Bravo Monsieur révélez nous. On voit les premiers à réagir on sait pourquoi

27.Posté par Taloche le 12/01/2022 16:23

Ceux qui ont appris à l'école ont eu droit comme tout le reste de la population réunionnaise leur boulot et le respect des autres.

28.Posté par spider le 13/01/2022 04:13

nous Di chinois ôté chinois yab ôté yab zoreil ôté zoreil etc ou est le problème zot i rodé problème ou i fo pa

29.Posté par Ali le kafhir le 13/01/2022 09:53

Si je suis kaf malbar je peux avoir une double indemnité ?

30.Posté par arnaud le 13/01/2022 13:41

Ce monsieur, chapeau bas car il réussi à faire remonter les tabous, les violences de chacun, sans que personne se posent les questions. S'ils disaient vrai ? Les statues déboulonnées dans le monde, c'est de ça qu'il parle. Les violences généralisées c'est cela qu'il dénonce. Dommage qqu'on prenne pas le temps d'écouter ses arguments.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes