MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Nos sa... de sénateurs : Encore pires que le MEDEF !


Par Jules Bénard - Publié le Lundi 20 Juin 2016 à 10:25 | Lu 473 fois

Nos sa... de sénateurs : Encore pires que le MEDEF !
Je sais, je sais, nous n’avons que les élus que nous méritons. Mais tout de même, méritions-nous "ça" ?

Nos sénateurs, faut bien croire qu’ils sont largement arrosés par les lobbies, financiers et autres, qui pourrissent la planète, à en croire leur dernier étron. (Ceux qui ne connaissent pas le mot chercheront à "colombin" dans leur Larousse).

Ces vieux "fumiers" (voir aussi le sens exact de ce mot) ont encore durci l’article 2 de la loi de la connerie en chef, la MEK je veux dire : les accords par branches vont quasiment disparaître de la circulation, pour accorder une voie royale aux accords d’entreprises.
Ces vieux birbes, cumulards surpayés, bourrés de pognon à en dégueuler, pétant dans la soie et la graisse (je ne vise personne, ouaf !) tirent un trait définitif sur toutes les lois sociales durement arrachées aux entreprises et aux pouvoirs publics depuis le Front populaire.

Ils sont là soi-disant pour prendre soin de nos intérêts ; au lieu de quoi ils nous enfoncent un peu plus la tête dans la cague (vieux mot provençal désignant la… le… oui, ça minm !) où ils nous ont fourrés pour plaire au CAC 40.

Aux prochaines élections, votez pour qui vous voulez, de toute façon, ce sera du pareil au même. Juppé, Marine, quelque sous-Hollande de circonstance, Mélanchon et autre comique de passage, cela n’y fera rien : tous mangent dans la main des multinationales.

Aux armes, citoyens !

Bien à vous, votre JULOT.
 




1.Posté par Chutttt le 20/06/2016 10:56

Il nous faudrait avoir autant de c.... que les japonais qui descendent en masse dans la rue pour demander la démission de leur premier ministre ou pour tout autre raison à l'encontre de l'intérêt général...

Mais en France et donc à la Réunion, chacun regarde ce qu'il a à gagner, là, aujourd'hui ! Et s'en contente sans honte....
Pauvre de nous

2.Posté par Stephane le 21/06/2016 11:09

Attends on se fout de qui !!!!!
les senateurs la faute :) trop drole....Pour rappel c'est un gouvernement social qui gouverne !!!

donc en terme de sa.... allez voire du coté des socialopes....

3.Posté par Pamphlétaire le 21/06/2016 11:38

Ce que je vais mettre ci-après ce sont des questions posées par Philippe Pascot dans son livre "Pilleurs d'Etat" sorti récemment en mai 2016 pour être précis.Cela se réfère à nos élus et principalement à nos parlementaires. Accrochez-vous pour lire et surtout comprendre les questions...

Questions qui fâchent entre légalité, égalité* et moralité

Pourquoi ?

Pourquoi un député au bout de seulement cinq ans de cotisations retraite touche une retraite moyenne de 1500 € par mois alors qu’un employé pour 42 années de cotisation touchera 896 € en moyenne ?

Pourquoi, au bout de deux mandats de six ans chacun, un sénateur peut-il toucher plus de 3700 € par mois de retraite ?

Pourquoi la retraite des élus n’est-elle pas prise en compte dans l’écrêtement (8200 €) des indemnités d’élus ?

Pourquoi une cotisation retraite d’élu rapporte-t-elle en moyenne 6,50 € pour un euro cotisé pendant 20 ans alors qu’un salarié du régime général touche entre 0,87 et 1,57 euro pour un euro cotisé pendant 42 ans ?

Pourquoi un élu peut-il cumuler ses différentes retraites (jusqu’à cinq retraites) ?

Pourquoi un élu peut-il travailler en touchant sa (ses) retraite(s) d’élu complète(s) sans plafond de montant, alors que le citoyen lambda ne peut le faire sans dépasser la valeur de son dernier salaire ?

Pourquoi les élus ont-ils une retraite par capitalisation et l’interdisent-ils résolument aux « autres » qui n’ont droit qu’à une retraite par répartition ?

Pourquoi les cotisations retraite des élus peuvent-elles être abondées par les collectivités, ce qui permet à un parlementaire de toucher sa retraite à taux plein avec moins d’annuités de cotisation ?

Pourquoi une partie de la pension de retraite des parlementaires est-elle insaisissable (même en cas de fraude d’amende) ?

Pourquoi un agent public qui voudrait se présenter à une élection législative ne devrait-il pas démissionner de la fonction publique ? Un salarié le doit, lui, s’il veut travailler ailleurs !

Pourquoi deux ans d’allocation chômage pour un salarié lambda du régime général et trois ans pour les députés ? Ceux-ci ont-ils plus de mal à retrouver un travail !

Pourquoi les députés qui ne se représentent pas peuvent-ils toucher l’allocation différentielle et dégressive de retour à l’emploi ? Un salarié qui démissionne n’a, lui, droit à rien !

Pourquoi la fonction d’élu est-elle officiellement bénévole et que l’élu s’en met quand même plein les poches ?

Pourquoi un salarié au petit salaire ne peut-il bosser que jusqu’à 62 ans (67 ans pour les cadres) et un élu avec un gros salaire jusqu’à sa mort ?

Pourquoi faut-il avoir un casier judiciaire vierge pour entrer dans certaines professions et que ce n’est pas le cas pour être élu ?

Pourquoi un parlementaire échappe-t-il aux règles communes d’embauche d’un salarié alors qu’il vote des lois pour que les autres des appliquent ?

Pourquoi un parlementaire doit-il donner le détail de son patrimoine alors que personne n’a le droit de le publier sous peine d’amende ?

Pourquoi la fraude dans la déclaration de patrimoine d’un élu ne vaut-elle pas la prison mais seulement 30 000 € d’amende alors que la simple fraude d’un citoyen pour faux et usage de faux d’un document délivré par l’Administration est punissable de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende ?

Pourquoi un parlementaire (député ou sénateur) touche-t-il une IRFM (indemnité représentative de frais de mandat) de 5770 € par mois pour un député et de 6200 € par mois pour un sénateur, dont l’usage n’est pas contrôlable et pour lequel il n’a de compte à rendre à personne ?

Pourquoi, durant son mandat, un élu peut-il s’acheter un bien qu’il nomme souvent « permanence », le payer à crédit avec l’IRFM, qui est de l’argent public, et le garder - ou le vendre - pour son bénéfice personnel ?

Pourquoi les parlementaires cumulards peuvent-ils toucher plusieurs enveloppes de frais de représentation (frais en tant que président d’agglomération, frais en tant que maire, IRFM en tant que député…) ?

Pourquoi les restaurants trois étoiles de l’Assemblée nationale du Sénat coûtent-ils si peu cher à l’élu ?
Pourquoi un parlementaire peut-il être conseil d’une société et toucher des honoraires faramineux en plus de ses indemnités ?

Pourquoi un élu à revenu égal de celui d’un salarié paye-t-il moins d’impôt sur le revenu ?

Pourquoi les parlementaires et les maires peuvent-ils embaucher qui ils veulent dans leur cabinet, par exemple, pour les sénateurs, les membres de leur famille ?

Pourquoi parle-t-on toujours de réduire le nombre de fonctionnaires mais jamais celui des parlementaires ?

Pourquoi les sénateurs se sont-ils versé en 2011, au titre d’un « rattrapage exceptionnel », une prime de 3531,61 euros avant les congés d’été… ?

Pourquoi aucun chiffre n’existe sur la présence ou non des sénateurs lors des séances au Sénat?

Pourquoi les élus, chantres de la justice, acceptent-ils tous les ans la réduction du nombre de juges d’instruction (623 en 2009, 553 en 2011, 540 en 2012…) ?

Pourquoi la pension de réversion d’un élu décédé est-elle de 66 % sans condition de ressources du survivant alors que celle d’un salarié du privé est de 54 % sous condition de ressources du survivant (aucune réversion au-dessus de 19 614,40 brut annuel !) ?

Pourquoi la retraite d’un élu est-elle garantie et connue d’avance alors qu’un salarié du régime général n’est sûr de rien ?

Pourquoi un député peut-il cumuler plusieurs « réserves parlementaires » sans que cela se sache officiellement ?

Pourquoi l’indemnité de fonction d’un député et son IRFM ne sont-elles pas imposables ?

Pourquoi un député a-t-il droit au remboursement de frais de taxis parisiens (alors qu’il touche l’IRFM pour ça) ?

Pourquoi un ancien sénateur ou un ancien député ont-ils droit à la gratuité à vie en première classe SNCF ?

Pourquoi un ancien sénateur et son conjoint ont-ils le droit au remboursement de la moitié de 12 vols Air France par an et à vie ?

Pourquoi un sénateur peut-il emprunter jusqu’à 150 000 € à un taux préférentiel ?

Pourquoi les anciens ministres, leurs conjoints et leurs enfants ont-ils droit à la gratuité à vie des vols Air France et à la gratuité à vie des transports sur le réseau SNCF ?

Pourquoi une mairie ne se porte-t-elle pas automatiquement partie civile quand un élu de sa commune est mis en cause dans une affaire lésant les intérêts de la ville ?

Pourquoi y a-t-il dans le service des fraudes un service spécial pour les élus ? Une fraude d’élu est-elle différente des autres pour bénéficier d’un traitement de faveur ?

Pourquoi un élu condamné définitivement ne rembourse-il pas les frais d’avocat dépensés pour lui par la collectivité ?
*C'est le commantateur qui a rajouté le mot égalité car il trouve que ce substantif à sa place ici.
J'ajoute un lien d'une conférence de Philippe Pascot pour ceux qui veulent savoir, connaître,..
J'ajoute encore que c'est cela qui devrait être enseigné dans les collèges et les lycées.

4.Posté par KarmaléBon le 21/06/2016 15:59

ATTENTION MANOEUVRE EN COURS !!!!

l'actualité de TR étant calamiteuse ces derniers temps, il était nécessaire d'avoir un Courrier des lecteurs qui fustige à nouveau son nemesis....aillant sa propre cellule de com, faut quand meme que celle ci justifie son salaire.....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes