MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Non aux dérogations concernant les néonicotinoïdes !


Par Jean-Alain Cadet, membre de Génération Écologie - Publié le Lundi 5 Octobre 2020 à 12:32 | Lu 711 fois

Non aux dérogations concernant les néonicotinoïdes !
Le projet de loi en discussion à l’Assemblée nationale à partir du 5 octobre 2020, permettant d’autoriser les néonicotinoïdes par dérogation est une aberration pure et simple. C’est par le biais d’une énorme incertitude juridique que le gouvernement est en passe de revenir sur cet engagement, si important pour notre biodiversité et l’ensemble du vivant, à commencer par les abeilles. Il s’agit dans le présent projet de loi, composé d’un seul article (voir ci-dessous), d’autoriser le gouvernement à accorder des dérogations pour l’utilisation des néonicotinoïdes jusqu’au 1er juillet 2023 soit trois longues années supplémentaires.

Dans l’explication du gouvernement, il s’agit de sauver la filière sucrière issue de la betterave (qui subit une attaque d’un puceron, Myzus persicae, qui transporte des virus à l’origine de maladies appelées "jaunisses") mais dans le projet de loi il n’y a pas de mention "betterave" et l’argument de cette absence est que le gouvernement craint une "rupture d'égalité devant la loi, s'il mentionne la filière concernée : la betterave".

Ce projet de loi est mal ficelé et laisse un boulevard aux filières qui demanderont à leur tour des dérogations comme la déjà fait savoir la filière "maïs" en août dernier pour les aider à lutter contre les mouches.

Les néonicotinoïdes posent des problèmes environnementaux. Ils se diffusent dans l’environnement grâce au vent ou dans le sol et y restent longtemps, leur dégradation étant très longue pour la plupart, les néonicotinoïdes se retrouvent ainsi dans les eaux, les sols, dans l’air que l’on respire. La population d’abeilles n’y résistera pas et c’est toute la biodiversité qui se trouve en danger.

Pour les citoyens dont je fais partie, le fait de faire marche arrière est un mauvais signe dû à un manque d’anticipation sur un vrai problème. En effet, qu’on fait l’ensemble des acteurs depuis 2016 pour pallier ce problème ? A-t-on mis des moyens suffisants pour changer de modèle par des solutions qui existent et sont connues comme, mixer les variétés, planter en associant d’autres plantes, protéger les champs par des haies…

Ces méthodes plus naturelles nécessitent des moyens et du temps, mais elles sont efficaces sur le long terme. Les agriculteurs et agricultrices doivent être accompagnés et soutenus tout au long de ce processus de transformation. Avant d’imposer une loi, il est nécessaire de travailler en amont pour trouver des solutions de substitution, sans polémique et en toute transparence.

C’est comme cela qu’à mon sens que les néonicotinoïdes seront définitivement bannis de notre agriculture pour toujours.
Je souhaite que tous les parlementaires réunionnais ne votent pas en faveur de cette loi afin de ne pas laisser leur nom dans l’encre indélébile d’un massacre conscient de notre biodiversité.

L’histoire s’en souviendra.





1.Posté par Lesabeilles mérite mieux. le 05/10/2020 14:37

Il est contre aujourd'hui, après tout dépendra du poste.


"Depuis l'arrivée en France, en 1994, des pesticides néonicotinoïdes, environ 300 000 colonies d’abeilles domestiques périssent chaque année, dénonce l’Unaf (l'union nationale de l'apiculture française).

Or en condamnant à mort les populations d'abeilles et autres pollinisateurs, c'est nous-même que nous condamnons. Car est-il besoin de le rappeler, ces insectes contribuent à la pollinisation de 80% des plantes à fleurs.

Ainsi l'INRA nous alerte : "En cas de disparition des pollinisateurs, il ne saurait y avoir de production de graines ou de fruits essentiels à notre alimentation. Les équilibres alimentaires mondiaux seraient profondément modifiés pour trois catégories : les fruits, les légumes et les stimulants (café, cacao)"

De plus, il est reconnu que les pesticides dont il est question contaminent durablement l'environnement, la terre, les cours d'eau et font peser sur nous une menace durable.

Nous pourrions nous réjouir de ce qu'une loi a été votée le 17 mars à l'Assemblée Nationale pour interdire ce pesticide dit "tueur d'abeilles".

Malheureusement cette loi, soumise au vote du Sénat a été rejetée par la majorité des sénateurs, et parmi eux, notre président de Région, Didier Robert.

Comment comprendre ce vote honteux d'un ancien maire d'une commune dont le Miel vert est une vitrine !
Comment comprendre ce déni de démocratie quand 76 % des français interrogés lors d'un sondage IFOP se déclarent contre l'usage de ces pesticides néonicotinoïdes !"

2.Posté par P’tit abeille le 11/10/2020 15:48

Triste ... triste ... triste.

Impossible de revenir sur un tel vote la député ne pouvait pas l’ignorer .

L’article 68 alinéa 4 du règlement de l’assemblée Nationale est formel.

Triste ... car c’est facile de dire non pour un électorat qui va lui être nécessaire aux prochaines échéances ...

Que de mensonges, car elle n’ose pas dire que d’être apparenté LR oblige à voter LR.

Ha elle dit être de l’opposition, car être en Marche où Agir ne fait pas son avenir politique ...

Nou gane pa vot pou madame Bassire

Elle ne fait rien pour la Réunion , prend le salaire et c’est tout .

Pendant que les p’tit gens crév

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes