Courrier des lecteurs

Non aux Etats Généraux pipés à la Réunion

Lundi 6 Avril 2009 - 18:23

A l’exemple des récents combats des Antilles contre la baisse dramatique du pouvoir d’achat et pour une substantielle augmentation des revenus, surtout pour les plus défavorisés, la Réunion, après ses combats de novembre pour la baisse des carburants et du gaz, s’est lancée avec le COSPAR dans un combat identique déterminant pour une partie importante de la population au nom de laquelle elle entend agir.

Dans une économie libérale marchande qui exerce à la Réunion des prix entre 50% et 150% plus chers qu’en métropole, faire baisser de 5% à 20% 250 prix sur les milliers de prix des marchandises et de prestations de service, n’est-ce pas s’attaquer de façon très limitée et peu pérenne aux conséquences d’abus réels sur les causes desquels "on" ne dit rien et surtout "on" ne fait rien de concret et efficace? Parmi les diverses causes de cette inégalité nous pouvons noter la constitution, avec la départementalisation puis l’intégration à l’Europe, dans pratiquement tous les secteurs de notre économie insulaire, de rentes de situation plus ou moins nombreuses et plus ou moins concentrées, dont les bénéficiaires se soucient dans le cadre de leurs activités économiques de récupérer trois mannes financières considérables: les sur-rémunérations, solidarité nationale au profit de 80 000 fonctionnaires, les transferts sociaux résultant de l’égalité sociale et les aides européennes qui nous ont économisé à leur hauteur considérable les financements par nos propres finances de nos infrastructures de toutes natures. De façon évidente la chasse aux profits réalisés sur ces trois sources financières externes à notre île est un sport local très développé qui a donné lieu à ces différentiels de prix abusifs sur tout variant entre 50% à 150% par rapport à notre métropole.

Peut-on y remédier? OUI! Comment? Par l’instauration, grâce à la solidarité locale, nationale et européenne exercée au bénéfice de tous les Réunionnais, d’un dispositif de véritable continuité territoriale qui, compensant le handicap de l’éloignement avec ses coûts tant maritimes qu’aériens et de l’étroitesse du marché insulaire,  permettra d’instaurer une égalité des prix des biens et des services comme en métropole, garantissant ainsi une transparence économique bien plus aisément contrôlable auprès des opérateurs économiques à tous les niveaux. Ce dispositif, reposant sur le concept de solidarité financière de la Réunion, de l’Etat et de l’Europe par le biais de leurs contributions respectives, établirait une égalité économique réelle s’ajoutant à l’égalité politique et l’égalité sociale acquises et donc une égalité de citoyenneté française et européenne totale pour tous les Réunionnais. En transférant progressivement la solidarité nationale réservée à certains par le biais de leur sur-rémunération ou de leurs transferts sociaux au bénéfice du financement de ce dispositif de continuité territoriale assurant l’égalité économique de tous les prix et de tous les services, les fonds de l’Etat et de l’Europe contribueront à l’instauration d’une plus grande égalité, une plus grande solidarité et une plus grande unité des Réunionnais devenus enfin Français et Européens à part entière.

Les Etats Généraux vont-ils débattre de ce combat pour l’égalité économique totale, donc pour l’égalité de tous les prix comme en métropole, pour une véritable continuité territoriale pour tous les Réunionnais sans discrimination de revenus et de statut social? N’est-ce pas cet enjeu de justice sociale, d’égalité de citoyenneté qui sont à mettre à l’ordre du jour de ces Etats Généraux qui ne doivent pas restés comme cela se dessine entre les mains de tous ceux qui sont les responsables et les coupables de la situation actuelle? Quand le Préfet Bertrand SAMUEL choisit Mlle Françoise VERGES comme référent transversale de la Réunion n’est-ce pas se moquer des Réunionnais, n’est-ce pas un motif pour les Réunionnais à dire comme nos amis Guadeloupéens du L.K.P.: “Ces Etats généraux ont été décidés par Paris. Ils ont fixé les thèmes, le calendrier. Nous ne voulons pas suivre leurs injonctions. Nous allons organiser nos propres Etats généraux, avec la population et pas seulement des experts”?

Le débat est ouvert, à tous les Réunionnais de se prononcer !                                               

Antoine FRANCO
Pierrot Dupuy
Lu 790 fois




1.Posté par etjosedire le 07/04/2009 06:50

Franco, énumérez moi une seule démarche non pipée qui aurait été organisée par ces messieurs dames ? Notre pays est infesté de tous ces petits rongeurs qui au file du temps ont été accouchés par les montagnes auprès desquelles ils ont joué les sages-femmes.
Pourquoi serait il autrement cette fois-ci ? L'essentiel c'est que Popol contrôle tout soit par fifille, soit par Gaud et son nouveau filet de pêche. Du moment que les gogos marchent !.

2.Posté par Alex le 07/04/2009 08:38

En sport on dit souvent "on ne change pas une équipe qui gagne". A contrario j' ai toujours pensé que lorsqu'une équipe ne donne pas satisfaction il faut la recaler. Il en va du sport comme en politique. L 'organisation des prochains états généraux me ramène à plus de dix ans en arrière. Qui se souvient en effet des assises du développement organisées en 1996 à Paris. Les contribuables avaient payé le déplacement et l'hébergement de 400 personnes à Paris afin que ceux ci trouvent la solution pour le développement de notre île. 1996/2009 ! où en sommes nous aujourd' hui? au point ZERO du développement puisque on va refaire une "grand messe". Et je vous parie que l'on va reprendre, en grande partie, les mêmes guignols pour jouer la pièce.
Je ne suis pas d'accord et je propose qu'on appelle de nouveaux acteurs. J' ai suivi hier soir sur RFO l' émission zot mag et j 'ai apprécié notamment que les jeunes du Chaudron se soient positionnés pour participer à ces assises.Il faut y aller les gars!! Mettez de la mesure dans vos propos mais dites, comme vous l'avez fait, ce que vous avez à dire. Nous (moi en tous cas) avons bien compris que vous avez envie d'être les acteurs de votre réussite , de votre insertion. Prenez la place des inutiles et des alimentaires.
Je terminerai avec la prestation de la représentante de la région qui, en tout ayant le mérite d'avoir répondu présente, n'a pas été à la hauteur. Je comprends que les masses d' argent consacrées à la formation par la région ne soient pas optimisées.

3.Posté par mastercard le 07/04/2009 09:04

Les états généraux débattront-ils "de ce combat pour l’égalité économique totale"? Oui si au lieu de pratiquer la chaise vide on y va et on pose la question.
Non, car, selon les volontés du gouvernement, ces états généraux doivent ouvrir la voie à "développement endogène". Ce qui, à prirori, suppose qu'il n'y a pas de rattrapage.On ne doit plus se caler sur un modèle français ou européen répète depuis longtemps Sarkozy et le gouvernement. Cela signifie aussi que la "continuité" ne se fera plus uniquement avec la France et l'Europe mais aussi avec les pays avoisinants.
D'une manière générale, les propos de M Franco sont incompréhensibles. Que signifie cette notion de "continuité territoriale"? Que veut dire "l'égalité économique" avec la France et l'Europe? Pratiquer les mêmes prix? Comment le faire quand on s'approvisionne différemment (exemple du carburant?) Ou les prix de stockage sont plus importants (exemples prix des livres et des médicaments).

4.Posté par papapio le 07/04/2009 09:06

Des Etats Généraux faisant enfin apparaître la Corrélation évidente et Économiquement incontournable, entre SANCTIONS lourdes des Pères devant les JAFs / Parquets et Nombre de Famille Monoparentales essentiellement Féminines, Rémunérées grâce aux SEULS ENFANTS OTAGES... Ca devrait faire Très Mal.... : 1/4 à la Réunion, 52% Guadeloupe...

Mme Christine LAGARDE annonçant (Assemblée Nationale) que:
"les Familles Monoparentales ayant déjà justifié de 5 ans de prestations, pourront continuer à les percevoir", oubliant volontairement de finir sa phrase: "Sans que les Enfants ne soient plus détenus en Otages des Salaires perçus, ni que les Pères ne se fassent plus Massacrer pour leur NATURE"... LA VERITE EST PROCHE après 10 ans de Chiraquisme obscure et de Corruption active intéressée € € € .

5.Posté par Cambronne le 07/04/2009 10:24

Merci Antoine effectivement des états généraux pipés d'avance, encore une fois la Réunion va passer à coter des éléments enfin, toute la question des états généraux sur les véritables problèmes sont complexes hors nos politiques préfèrent préserver l'assistanat en fond de commerce, face à un simulacre dans lequel tous les dés seraient pipés et la cause entendue d’avance, ...
Suffit de comprendre que l'on veut nous imposer des choses que les réunionnais ne veulent pas ...

Dans tous les cas, preuve encore évidente et cela persistera car tant que l’Etat colonial Jacobin , ses institutions de technocrates et ceux qui les servent ne seront pas mis en situation de n’obéir qu’à la loi et rien qu’à la loi, tant qu’ils resteront otages d’individus hideux spoliateurs , de leurs ambitions et de leurs appétits personnels pour imposer une dictature sans nom, tant que le citoyen Réunionnais n’aura pas recouvré la totale plénitude de ses droits et restera mis en avant pour l'avenir de sa jeunesse , de son côté, l’otage d’institutions-alibis et autre prétextes , aux mains de chenapans politicards politiciens qui continueront à faire en sorte de détrousser, à humilier dans la constance , voire à le livrer pieds et poings liés aux mains des égorgeurs d'entreprises , aucune neutralité ne saurait être de mise, car elle équivaudrait à contribuer à pousser la République Jacobine dans la tombe qu'elle se creuse , pour finir comme elle a tué un charnier , que lui ont creusée ses fossoyeurs qui agitent les drapeaux rouges, hélas, toujours la scène politique Réunionnaise sans aucune ambitions sans la moindre vision économique durable ...

6.Posté par Alédi partou le 07/04/2009 11:00

Les états généraux ne doit pas être pour la Reunion une version du PDA négocier avec le gouvernement avec pour but un partenariat électoral jusqu'en 2012.
La démocratie voudrait qu'avant la désignation d'un porte parole avoir l'adhésion du peuple sur cette représentativité.
Nous observons effectivement qu'encore une fois les territoires d'outre-mer servent de monnaie d' échange électorale.A ce jeux avec Sarkosy c'est garantir une porte de sortie pour les DOM.

Les états généraux demande la formation d'une base de réflexion ou tous individues à travers sa plate forme d'expression ferais entendre sont points de vue sur l'orientation qu'ils souhaitent pour sa région.
La réflexion doit aborder les secteurs: éducatifs, social, politique, économique...
Un états des lieux réel doit- être annoncé, cela rendrait possible une lecture de nos problèmes et de nos moyens.
Des solutions seront à prescrire et à débattre avec les politiques.

7.Posté par Ulysse le 07/04/2009 12:10

Depuis le début je n'ai pas cru à ce machin.
Non que des "Etats Généraux" ne soient pas une bonne chose, bien au contraire, mais de vrais "Etats Généraux" et surement pas ce vers quoi on s'oriente, avec un mode de faire déjà tout figé, des participants déjà connus et choisis, et sans doute des conclusions déjà à moitié rédigées.

Je suis sans illusion et doute fort que le résultat me fasse changer d'avis.

8.Posté par FRANCO le 07/04/2009 13:24

mastercard vous semblez ne comprendre dans les propos des autres que ce qui conforte votre vision. En France, les prix sont sensiblement les mêmes partout sur le territoire national. L'égalité économique que vous ne comprenez apparemment pas, c'est tout simplement qu'une cartouche d'encre HP qui vaut 19 € en France vaille ici aussi 19 €, et qu'il en soit de même de tous les produits et de toutes les prestations. Comment parvenir à ce résultat qui éviterait les écrans de sociétés "poupées russes" qui augmentent artificiellement tous les prix dans notre île, par le recours à un dispositif de continuité territoriale qui, financé par la solidarité locale ( fonds locaux), la solidarité nationale ( fonds d'Etat , environ 1 milliard €, pris sur les sur-rémunérations des fonctionnaires qui n'auront plus de raison d'être si tous les prix sont sensiblement identiques à la métropole) et la solidarité européenne ( car RUP 1), assurerait pour compenser notre éloignement physique le coût 0 des transports aériens et maritimes des biens et des personnes entre la métropole et la Réunion et compenserait le handicap de l'insularité ( pour les prestations de services). Ce dispositif, reposant sur la solidarité et conforme à l'intérêt général s'appliquerait à tous sans discriminationss de revenus. Si des sources régionales d'approvisionnement permettent d'avoir moins recours à la métropole, cela ne pourra qu'alléger le coût d'ensemble de la continuité territoriale. Il est évident qu'une double action économique doit être conduite : réduire les importations qui appauvrissent notre île ( tout en enrichissant les importateurs et les collectivités via l'octroi de mer) en ramenant le chiffre de 4 000 millions € à
3 500 millions € et augmenter nos exportations et nos recettes touristiques pour les porter de 500 millions € à 1 000 millions €. Un million de touristes annuel, ce serait à la Réunion 1 200 millions € de recettes, soit presque deux fois le budget de la région. Que doit-on penser d'un chantier qui, budgeté à 650 millions €, soit le budget d'un an de la région, passe à 1 100 millions € ? Cet investissement du tout auto va-t-il générer des retours sur investissements ? La même somme investie dans des hôtels de diverses catégories et dans la baisse des billets d'avion ne génèrerait-elle pas des recettes touristiques permettant d'assumer nos investissements ?

9.Posté par mastercard le 07/04/2009 14:32

A M Franco
Ma vision part d'abord de ce que je peux retenir des faits sinon de l'histoire
La loi d'orientation pour l'Outre-Mer (LOOM) de Jospin proposait que les livres et autres journaux venant de Métropole se vendent au même prix dans les DOM comme en Métropole. Il y a eu une fronde des libraires qui ont expliqué que leur frais étaient plus importants. Une mission étudia le problème et on conserva un système de prix différents.
Les choses ont évolué depuis. On parle d'installer une imprimerie pour imprimer localement les journaux de France.
La question n'est pas seulement un problème de coût du transport.

Vous avancez un chiffre de 1 milliard. On ne sait pas à quoi il correspond et d'où vous le tirez.

Si vous croyez que l'Europe va laisser utiliser les fonds européens n'importe comment, parce que nous sommes RUP, je vous souhaite bonne chance. Ces fonds répondent à des programmes, des objectifs, des règlements précis. Vous pensez que Bruxelles va hanger tout cela pour nous faire plaisir?

Avec un coût zéro du fret vous allez développer les importations de toutes natures et tuer les productions locales. Si vous appliquez un coût zéro sur les intrants pour les transformer et les renvoyer les produits finis en France ou d'Europe on vous accusera de favoriser la délocalisation d'entreprises européennes.




10.Posté par Gérard Maillot le 07/04/2009 14:44


"Courrier des lecteurs
Non aux Etats Généraux pipés à la Réunion

Antoine FRANCO"

C'est trop long! En quittant Rome, tu n'as pas à passer par Jérusalem pour "choir" à Palerme!

11.Posté par mastercard le 07/04/2009 15:41

La position de M Franco est contradictoire. Il faite une proposition et avance une solution mais en même temps il dit on la réussira pas car les états généraux sont pipés. Dans ce cas comment compte-t-il faire avancer ses préconisations? Auprès de qui? Pourquoi part-il battu?
Craint-il que l'Etat qui est l'organisateur des Etats généraux a déjà pensé à tout? Ou bien estime-t-il au contraire que les Etats généraux seront une grande cacophonie où il sera difficile de se faire entendre?

12.Posté par Tatine le 08/04/2009 14:42

C'est marrant (façon de dire) mais rien que sur ce site on peut voir pourquoi des Etats généraux organisés à la va-vite ont de grands risques d'échouer : l'égo individuel, le sentiment de tout savoir et le plaisir que l'on peut prendre à casser l'autre et ses arguments.

Aujourd'hui la Réunion doit faire face à des problèmes concrets qui doivent être débattus et des pistes de solutions dessinées pour que dans 15-20 ans on ne se retrouve pas à un stade de non retour.
Il nous faut aujourd'hui débattre de ce que nous voulons pour la Réunion dans 20 ans, qu'importe si immédiatement nous ne pouvons en retirer les bénéfices.

Aujourd'hui, ces Etats Généraux doivent nous offrir un cadre pour débattre d'un projet de société réunionnaise, pas de nous livrer à une comptabilité d'épicier pour obtenir 10 centimes sur un rasoir 4 lames ou savoir qui paiera l'augmentation de salaires.
Le malaise est là, il est visible. Quelles en sont les racines ? les véritables causes ? Comment chaque acteur peut-il intervenir à son niveau pour faire évoluer les choses ?

Des Etats Généraux sur 1 mois c'est irréaliste. Il faudrait beaucoup plus de temps pour organiser la chose, pour définir les thèmes traités. Pourquoi ne pas organiser en parallèle (et pas oibligatoirement en continu) des Etats Généraux sectoriels pour ensuite harmoniser les soclutions ?

Je m'explique :
tout d'abord, il faut une étude scientifique sur les grands domaines (et des bases sont posées dans le développement durable, dans le tourisme...) et qu'elle soit diffusée à tous les acteurs concernés.
Ensuite, chaque secteur définit le chemin à parcourir, les stratégies à developper, les actions à mettre en oeuvre pour atteindre un objectif précis dans 15 ans. cet objectif sera défini en fonction des résultats de l'étude évidemment.
Dans un troisième temps, les différents types d'acteurs se retrouvent et mettent en commun leurs propositions. Cette étape permettra d'harmoniser l'ensemble des préconisations et d'aller vers une solution intermédiaire. Si par exemple, le social préconise la construction de X logements sociaux et qu'a contrario le développement durable estime qu'il faille préserver des espaces non construits, le compromis devra être trouver de manière à ce que chacun trouve son compte : + de logements sociaux et un minimum d'impacts sur l'écosystème... et ça arrange le BTP qui a des chantiers par exemple.

Je vois déjà sur certains visages un sourire narquois qui signifie "idéaliste va". On me l'a déjà dit. On va me répondre, "ça prendra trop de temps, on est dans l'urgence", la dynamique va s'essoufler, il faut battre le fer pendant qu'il est chaud etc...
C'est la même rengaine depuis des années, ce qui a eu pour effet de précipiter les choses, de gérer l'urgence. Aujourd'hui il faut travailler pour le durable.

Les pays occidentaux, les pays développés aiment faire la morale aux pays en voie de développement en leur prodiguant des supers conseils du genre : investissez dans le dséveloppement, arrêtez de traiter les problèmes un à un. Ayez une vision globale du développement de vos pays. Ils ont créés des Documents Stratégiques de Réduction de la Pauvreté (DSRP) dans lesquels les pays inscrivent leurs stratégies globales (santé, économie, développement urbain, éducation...) sur 4,5 ou encore 10 ans. Les pays occidentaux fournissent experts, assistants techniques, consultants en tout genre pour les aider. La France n'est pas la moins active dans ce domaine.

Et bizarrement, ce qui fonctionne pour les autres ne fonctionne pas chez nous !?! Et si nous, réunionnais, voulions élaborer un "Document stratégique de Réduction de la Pauvreté ", notre feuille de route qui nous permette d'atteindre un développement intégré, harmonieux et durable. En respect avec les principes de la République certes mais dans notre intérêt particulier ?

Cette démarche prendra du temps, un an peut être mais elle sera menée au bout et donnera des résultats intéressants puisqu'en accord avec nos réalités, nos défis. Elle permettra à chacun de réellement se sentir impliqué dans l'avenir.
Et finalement, tout le monde sera gagnant.

Peut être est-il temps que nous proposions au gouvernement notre manière de faire plutôt que de nous laisser embarquer dans une démarche dans laquelle nous ne croyons pas.

moi, en tout cas, je suis prête à relever le défi.

13.Posté par Pierre Dupuy Junior le 08/04/2009 16:05

12. Le problème de votre modèle, c'est justement la "République des experts": la place accordée "au bon peuple de France" est minimale. Or, des Etats Généraux, sur le principe originel (avec les fameux cahiers de doléances) , c'est justement une forme de référendum "en négatif" , dans le sens où la question n'est pas fermée, ce que Royal appelait la démocratie participative. Autant je trouve le prince assez critiquable en application quotidienne, autant sur des questions exceptionnelles de ce type ça me paraît assez utile...

14.Posté par Martine le 08/04/2009 20:25

Pour Pierre : j'suis d'accord avec vous sur la place à donner aux éternels "sans voix" puisque finalement à force d'écouter les experts, on n'arrive à rien. Mon modèle n'en est justement pas un puisque c'est à adapter aux acteurs et l'ensemble des citoyens, organisés ou non doivent pouvoir y trouver une place. En fonction de ses intérêts. Un travail sur l'économie ne peut se faire sans les jeunes des quartiers genre Chaudron, Bras Fusil... Des experts oui, pour avoir une base objective de travail mais un peu de renouveau dans les acteurs...

15.Posté par Prof le 08/04/2009 22:12

Les experts sont aux manettes Tatine, ayez confiance ;-)

Des retraités de l'éducation nationale, instits ou profs certifiés du secondaire, exercent pour vous, chaque jour, les plus hautes responsabilités pour définir La Réunion de 2030. Nés dans les années 40, ils se projettent plus loin que l'imaginaire des quadragénaires qu'ils empêchent d'accéder au cercle. Regroupés au sein de lobbys capitalistes, d'associations subventionnées, d'obédiences secrètes ou de partis monothéistes, ils disposent de l'œil absolu comme d'autres ont l'oreille absolue, le nez ou le gout. Pour vous, pour nous, ils ont tout prévu et ils anticipent encore.

Les experts sont aux manettes Tatine. Et si on vous dit que les idées de jeunes diplômés ne passent pas les mailles de qui protègent les hôtels de la démocratie en exercice, n'y croyez pas. Toutes les bonnes idées sont retenues, même les fausses. Seuls leurs porteurs sont muselés.

16.Posté par nicolas de launay de la perriere le 09/04/2009 01:13

vive les profs à "l'oeil aguerri" donc ?

17.Posté par Tatine le 09/04/2009 10:01

Justement Prof, je suis fatiguée qu'on anticipe pour moi.
Ces "profs retraités" ne vont pas devoir assumer dans quelques années les conséquences de leurs décisions d'aujourd'hui. C'est à ma génération et à celles à venir que va revenir le devoir d'en assumer les conséquences.
Assez de l'omniprésence, de l'omnipotence, ou de l'omniscience. C'est aux contacts des autres qu'on apprend, qu'on se remet en cause et qu'on avance.

Je me souviens de l'intervention d'un jeune dionysien lors de l'émission de Rfo au lavoir. il disait que pour s'en sortir, baisser les prix des produits frais, pourquoi ne pas diversifier l'agriculture en diminuant la culture de la canne qui permet aux anciens esclavagiste de s'enrichir (famille Chatel, Chateauvieux et autres propriétaires de rhumeries...). Cultivons différemment et autre chose. Aujourd'hui, même si certains seraient d'accord avec cela, quel homme politique oserait le dire à voix haute ? Qui oserait se frotter aux puissants de cette île ? ceux qui n'ont plus rien à perdre, et ce faisant ruent dans les brancards et disent leurs vérités. des vérités qu'on n'entend pas assez souvent.

Et les jeunes diplômés que font-ils ? Pas assez. Au risque de ne pas trouver de place, on suit le mouvement, on s'encrasse intellectuellement, pour ne pas tomber dans la précarité. Et le cycle continue.

Oui, je sais, je suis révoltée (en plus d'être idéaliste, ça fait beaucoup non ?) que ce soient toujours les mêmes aux commandes, qu'un petit nombre joue à la chaise musicale pour les postes à responsabilité. Et qu'alors qu'ils font les coqs dans l'île, ils deviennent polu mouillée face au superpuissant de la nation.

Ces Etats Généraux, c'est pas une affaire de politiques, c'est une affaire de société et les politicien/nes en sont de plus en plus déconnectés.

18.Posté par Aero Freins le 09/04/2009 10:56

Au fait ça a, peu à voir, mais le lycée de bras Fusil est le premier de l'académie!! Classement établi il me semble, sur des critères d'efficacité (taux de réussite, nombres de filières, etc...)

Ce classement entre les différents lycées, préfigure "quelque part" ce que va être la réforme Pécresse, et a tout de m^me le mérite, de bouger et/ou motiver, les fesses de certains...

De m^me, que l'on juge les responsables politiques sur leur résultats, bilans, objectifs atteints ou autres critères concrets, pourrait peut-être nous sortir de ces "je t'aime moi non plus" et autres facéties qui brûlent bcp de calories... pour trop peu d'effets...!!

Ce serait le genre de "clause" ou autres Cahiers de doléances... que j'aimerai également bien voir discuté durant ces Etats Généraux....

19.Posté par Tatine le 09/04/2009 11:10

ça a tout à voir au contraire !
parce que s'il fallait faire appel à des lycéens pour participer aux Etats généraux, ceux de Bras Fusil n'auraient pas été contactés aussi naturellement que ceux de Levavasseur, ou Saint Charles par exemple.
Parce que dans l'imaginaire collectif Bras Fusil c'est un kartié kanyar et qu'il y a peu de chance de trouver des jeunes capables d'y participer activement.
Sauf que voilà, avec un bon encadrement et de la motivation, ces lycéens prouvent qu'ils sont capables de s'améliorer et c'est cette capacité d'évolution qui est remarquée. Quel mérite y a-t-il à "gagner son bac" comme on dit lorsque Papa et Maman sont cultivés, sont cadres, peuvent payer des professeurs particuliers ? Alors qu'avec des parents parfois non lecteurs, souvent non diplômés et peu insérés socialement, il faut être motivé pour réussir ces études.
Et, pour une fois, on dirait que le principe d'équité cher à notre modèle républicain, porte ses fruits : en ZEP, le Lycée de Bras-Fusil bénéficie de moyens conséquents pour permettre ce rattrapage et faire apparaître des trajectoires de réussite improbables !
Et j'espère que ça aura l'effet d'un coup de fouet pour que ces jeunes (et les autres) aient d'autres perspectives et croient en leur potentiel.

20.Posté par Alédi partou le 09/04/2009 16:35

Les États généraux devrait passer d'abord par les États d'âmes du peuple réunionnais.
Le peuple qui est composé de ti Boulot mal payé ( CES- CDI- travail au noir),
du chomage excessif.
Le peuple qui se refugie dans le RMI et les allocations familiale.
Le peuple qui subit l' alienation à ce comptoir coloniale basé sur une économie d'import et de distribution.
Le peuple qui na plus accés à la terre, peu de génération pourrons être propriétaire de leur logement.
Le peuple qui subit la main mise de l'establishment sur tous les leviers de ce système.
Le peuple qui a marre de voir cette discrimination sociale de plus en plus visible.

Voilà ce que peuvent ressentir une partie du peuple en regardant les perspectives d'avenir, quand on est pauvre.
Ce peuple qui a soutenu ses fréres politique, les mêmes qui depuis 60 ans les maintiennent dans l'ingnorance.
Ce peuple qui a vue ses ancêtres contribuer par leur travail à l'essor du patrimoine des maitres.
Ce peuple qui voit le fruit de ce patrimoine spéculer en bourse.
Mais à la Reunion on arrive de manière miraculeuse à tous enfouir en soi,et à bien lustrer en surface. C'est vrai que notre ile porte sur sa carte civique tous les Saints évangélique...
et que tout est '' Fournaise ''....

21.Posté par Prof le 09/04/2009 22:25

Strike !

M. de la Perrière (16), c'était du second degré, voire un peu plus... Ils sont aux manettes nos collègues à la retraite, mais il serait temps qu'ils s'aperçoivent qu'ils ont rendu craies, éponges et tabliers. Quant aux diplômés manquants, cherchons-les sur les listes des étudiants exportés depuis des années par la Région et Air Austral, au titre de la formation, sans espoir de retour pensaient leurs mamans.

Évidemment, quand on préside au destin du seul territoire au Monde qui peut s'offrir le luxe d'exporter ses jeunes et d'importer des retraités sur indexés, on a toutes les chances de rejoindre les rangs des régions en voie de sous développement, en dépit des perfusions injectées par la France et l'Europe!

C'est plus que du 2 en un, c'est un strike! Le sarkozime avant Sarkozy, ou comment priver un territoire de sa jeunesse et de son avenir de développement, qu'il s'agisse de formation ou d'économie. Et pendant que nos jeunes sont absents, leurs grand-pères conservent toutes les clés, y compris celles qui ouvrent les portes d'un avenir qui ne leur appartient pas...

J'y peux rien ma pauv' Tatine, c'est le jeu !

22.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/04/2009 02:22

21, je ne peux que rejoindre ton analyse... moi même étant dans l'expatriation forcée...

23.Posté par Martine le 11/04/2009 10:08

Prof (21) et Nicolas (22),
j'étais y'a encore moins d'un an en expatriation moi aussi, et j'ai fait le choix de revenir à la Réunion parce que de l'extérieur il est difficile de faire bouger les choses.
Je n'ai pas eu trop de mal à trouver du boulot parce que je suis diplômée d'une Grande Ecole et que j'ai 3 belles années d'expériences professionnelles derrière moi. Evidemment je suis peu payée compte tenu de mon niveau et de ce que je pouvais avoir dans l'Hexagone.
Mais voilà, j'ai fait ce choix et j'essaie d'influer autant que faire se peut sur les choses à ma portée, j'essaie d'apporter une nouvelle pierre à la construction de la Réunion.
Et contrairement à Prof, je me dis que les règles du jeu peuvent et doivent être changées de l'intérieur.
Je suis persuadée que si de nombreux réunionnais formés revenaient à la Réunion et revendiquaient des postes, les choses évolueront, on ne verrait plus les mêmes personnes aux postes clés, ou encore une même personne à 3 ou 4 postes.
Faut qu'on se batte pour se faire notre place, y'a que ça de vrai ! même si c'est parfois fatigant et frustrant...


24.Posté par nicolas de launay de la perriere le 11/04/2009 11:28

martine, j'ai fait le chemin inverse

25.Posté par Cicéron Céparré le 11/04/2009 21:27

Mais oui !

C'est tout ) fait ça Martine. Nous sommes d'accord ! Je n'ai jamais voulu dire qu'il ne faut pas essayer... J'ai regretté que nos élus semblent davantage encourager les départs que les retours. En d'autres temps, lorsque les études étaient prises en charge par l'état, les diplômés devaient un service à l'état. La Région n'a jamais semblé souhaité le retour des étudiants boursiers....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 9 Novembre 2019 - 15:42 Etre utile durant le mandat municipal 2020-2026