Zot Zinfos

Non à la carrière de Bois Blanc

Vendredi 29 Mai 2015 - 17:03

La Nouvelle Route Littorale est un puits sans fond. Mal préparée, mal financée, fruit de la démesure et de l’incompétence, elle n’en finit pas de faire surgir des problèmes. Après un appel d’offres douteux (une enquête judiciaire est ouverte portant sur les conditions d’obtention du marché par Bouygues et Vinci), une facture exorbitante dont les surcoûts très importants seront entièrement à la charge de la Région pendant des dizaines d’années, des dégâts environnementaux majeurs le long du tracé, les emplois donnés à des travailleurs extérieurs, la vampirisation de tous les financements au détriment de la construction de Lycées ou de transports collectifs dignes de ce nom (Où sont les deux-milles bus promis ?), se pose à présent la question des carrières chargées d’approvisionner le chantier pharaonique en roches.
Après le projet de carrière aux Lataniers, à La Possession, l’appétit des prospecteurs et des multinationales s’est tourné vers la carrière de Bois Blanc à Saint Leu. Véritable déclaration de guerre à la population ce projet est dangereux à plusieurs titres :
- Au niveau hydrologique, cette carrière représente un danger majeur pour la Réserve Marine et la nappe phréatique de St Leu- Les Avirons, stratégique pour l’approvisionnement en eau de la partie Sud-Ouest de l’île.
- La déforestation impliquée par ce projet va avoir un impact fort sur la faune et la flore d’un milieu protégé selon l’avis de l’autorité environnementale.
- Les poussières émises à proximité des habitations font peser un risque très important sur la santé publique des populations concernées par cette carrière (St-Leu, Etang Salé, Les Avirons).
- Les explosifs (mines et unités de fabrications) utilisés dans ce chantier vont représenter une gène, voir un danger supplémentaire, pour les citoyens vivant à proximité.
- Les rotations de camions, environ 900 par jour ou 12 000 par mois pendant cinq ans, vont empoisonner la vie des riverains, sans parler des risques d’accident et de bouchons.
Devant la gravité d’un tel projet, il est impératif que chacun prenne conscience de l’enjeu en termes de santé publique, d’intérêt général et de développement de La Réunion. Nous ne pouvons sacrifier notre santé et celle de nos enfants sur l’autel du profit, de la démesure et de l’incompétence. C’est la raison pour laquelle le Parti de Gauche à La Réunion appelle l’ensemble des élus, de la société civile et de la population à se mobiliser contre cette carrière dangereuse :
- Le Samedi 30 Mai à 9h, à l’école Paul Hermann derrière la mairie des Avirons, pour la création d’un collectif de citoyen.
- Le Mercredi 3 Juin à 15h devant la mairie de l’Etang Salé pour rencontrer le Commissaire Enquêteur et répondre à l’enquête publique.
- Tout le temps et partout tant que le projet ne sera pas mort et enterré définitivement.

Perceval GAILLARD
Porte-parole du Parti de Gauche de la Réunion 
Parti de Gauche
Lu 805 fois




1.Posté par dadou le 29/05/2015 20:06

mais oui!allons y !detruisons,massacrons sans cesse au nom du tout beton,auto,FRIC et jen passe !!jespere que les gens vont se mibiliser pour ne pas avoir a subir les desagrements comme les riverains de goyave avec le balai incessant des camions!!

2.Posté par ti pain èk fromage le 29/05/2015 20:39 (depuis mobile)

Mr le député maire,,,ou la pou crié pour détroi galé dan zerbe dan fon laba,alors que na des vie humaine en détrèsse a bois de nèfle et ou fé com çi na poin dimportance. Laisse créol travail et okupe la population ke la fé lérreur mette aou terla don

3.Posté par GIRONDIN le 29/05/2015 20:47 (depuis mobile)

Non à la carrière de Bois Blanc

Mal préparée, mal financée ....ET aucune solution de traversée de St Denis.

4.Posté par Zoé le 29/05/2015 22:09 (depuis mobile)

C''est vrai...un enfer pour la population proche. Poussière énorme (mérite relevé privé lors de la phase de travaux). Trafic et risque accident augmenté. Routes démontées. Bruits. Connerie cette nouvelle route du littoral

5.Posté par Zomb le 30/05/2015 07:16 (depuis mobile)

Ôté Perceval ! La pa gaillard sak ti fé là. Lès Didier fé son route...

6.Posté par lastic le 30/05/2015 08:39 (depuis mobile)

@2 et ou crois kou lé mieux ou pou défend un boug la region lé en train rendre oute pays kom un bato fou. Ou sa lu rale à nous ?
Ou çà i lé son band 2000 bus ?
Kom ki di ou doit avoir maloye dan oute zieu. Allé tir un feuille don !

7.Posté par ti pain èk fromage le 30/05/2015 20:37 (depuis mobile)

Oté mr le député maire en passant su la route d tamarin ma constaté ke le chantier 2la piscine é 2la futur école primaire lé arêté.nou pe savoir le motif?surtou vien pa raconte anou encor d salade com ou na labitud fé,na lgtps nou croi pi aou boidnef

8.Posté par Cristobal le 31/05/2015 08:59

Nous, riverains de Bois Blanc, le déclarons fermement : « SCPR, vous ne passerez pas !»
La caractérisation du site exclue toute carrière possible : un paysage de côte maritime somptueux sur le dernier lambeau de côte sauvage de l’ouest de l’Ile de La Réunion, classé et protégé :
Le site visé pour la carrière, et son classement ne permet pas d’envisager une carrière. 80 % de la surface de la carrière est en périmètre agricole irrigué. Le secteur de Bois Blanc à Saint-Leu est classifié au ScoT en espace de vigilance touristique, un site à haute fréquentation touristique et sportive, très prisé de tous les réunionnais et des touristes. Le site visé par la carrière est bordé par deux Zone Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique Floristique ! Il est aussi bordé par une zone maritime classée Espace Littoral Remarquable ! Il est dans la zone d’influence officielle du site classé remarquable de la Pointe au Sel, patrimoine historique majeur. Le site visé pour la carrière longe la réserve naturelle marine, espace littoral réglementé par le décret du 21 février 2007 qui « interdit d’abandonner, de laisser écouler ou de jeter tout produit ou organisme de nature à nuire à la qualité de l’eau, de l’air, du sol ou du site ou l’intégralité de la faune ».
Outre une flore sous - marine remarquable, on y croise régulièrement une bonne dizaine d’espèce de mammifères marins, dont les baleines sur le fameux chemin des baleines, et on observe au quotidien de nombreuses races d’oiseaux marins, dont certains protégés, Paille en queue, Noddi, Labbé, Sterne, Fou, Fregate, Fouquet, Petrel, Puffin. Le site visé pour la carrière est traversé par un espace boisé classé ! Le site est aussi habité par des humains. Les deux ravines jouxtant immédiatement le périmètre projeté pour la carrière présentent une très grande qualité de végétation naturelle antique, avec des espèces endémiques et indigènes très rares, espace de randonnée et d’escalade. Diverses espèces remarquables et endémiques ou indigènes jalonnent le site et les ravines adjacentes. 19 espèces d’animaux fréquentent le site visé par la carrière, dont 7 sont indigènes et protégées, et trois sont des endémiques stricts de La Réunion. Il est aussi un point de passage majeur des oiseaux marins, et des colonies de petits molosses, qui nichent dans les rochers. Les deux ravines jouxtant le site sont des zones naturelles majeures relevant du patrimoine mondial de l’UNESCO.
L’étude d'impact conclue malgré tout à des enjeux écologiques faibles. A quoi bon toute ces réglementations sensées protéger notre ile des ravages des multinationales ?
Si encore, ces carrières étaient pour une noble cause.
A l’heure où l’on devrait développer le transport propre, nous riverains et citoyens, dénonçons le projet de la NRL et les carrières qui y sont liées. Nous attirons l’attention du commissaire enquêteur sur un point de fond essentiel : nous contestons formellement la caractérisation de la zone d’influence globale préconisée dans l’étude d’impact. (Planche 2 page 14 – Caractérisation des différentes zones d’influence). Les auteurs postulent que celle-ci est la même quasiment que la zone d’influence immédiate, à savoir le périmètre d’extraction, bornée par les deux ravines, du Trou et des Avirons. L’argument avancé par les auteurs est scientifiquement aberrant : « Les ravines adjacentes jouent un rôle barrière naturelle sur la dispersion des effets du projet sur l’environnement », ce qui selon eux empêcherait toute propagation d’impacts au-delà de ces deux ravines, immédiatement limitrophes du site projeté de carrière.
Ainsi, l’aire d’analyse des impacts dans l’étude est-elle limitée par les auteurs au périmètre de l’extraction uniquement !... alors que d’évidence, la carrière a une zone d’influence bien plus large et aura un impact sur les trois grands secteurs habités de Piton Saint-Leu, Les Avirons et l’Etang Salé, On relèvera d’ailleurs la présence d’établissements sensibles comme les écoles, un collège et de très nombreuses habitations à 750 mètres du site, sur le territoire des Avirons, et sur le territoire de Piton Saint Leu à 1 300 mètres, de même qu’à l’Etang Salé les Bains. La carrière par son activité d’extraction aux tirs de mines quotidiens, au tri et au chargement, et aux départs et arrivées camions et salaries, va impacter des milliers de personnes.
D’autre part, le périmètre d’impact est encore plus large, puisque l’ensemble de l’impact du trafic routier généré par les 257 400 allers et retours prévus de camions depuis la carrière à Bois Blanc, en passant par l’Etang Salé les bains, jusqu’au chantier de la NRL(Justification du projet dans l’étude d’impact) sur 50 km à La Possession, 12 870 000 km de parcours camions, consommant 3 861 000 de litres de gazole sur 5 ans. (NB : Les auteurs écrivent noir sur blancs que les émissions de gaz d’échappement n’auront aucune incidence sur l’environnement). Et si toutefois la durée d’exploitation n’était seulement que de 5 ans. Mais le chantier de la NRL durerait bien plus. Il lui faudrait encore trouver 5 000 000 de tonnes d’enrochement en plus des 12 000 000 de tonnes d’enrochement que fournirait théoriquement cette carrière de Bois Blanc. Les embouteillages sur la plaine Saint-Paul sont tels que jamais, le rythme de livraison envisagé, un camion toutes les deux minutes, ne serait tenu. L’impact de la carrière sur les rivages et la mer est aussi un sujet totalement occulté par les auteurs, poussières, boues, propagations acoustiques sous marines agressant les sonars des mammifères marins, jamais évoqué ! Sans compter l’impact sur le paysage tenu pour négligeable par les porteurs de projet.
Toute l’étude d’impact est ainsi construite sur une appréciation totalement aberrante de la zone d’influence globale. Alors évidemment, l’ensemble de l’analyse d’impact est gravement faussée. Nous, citoyens et riverains, réfutons dans son ensemble le rapport d’impact et son contenu et bien entendu le projet de carrière, comme celui de la NRL.
Nous demandons la suspension de la procédure et du projet NRL et des carrières associés, et des prélèvements sauvages d’andains agricoles observés partout sur Saint Leu qui génère une grave fragilité constatée à l’érosion des terres lors des grosses pluies. Nous demandons, la reprise complète de l’analyse d’impact sur la zone d’influence globale réaliste, englobant la côte maritime, les avirons, l’Etang salé les bains et Piton St Leu et la reprogrammation d’une enquête publique avec des documents sincères et scientifiquement exactes.
Mais, sachez-le, et nous le réaffirmons avec détermination : « SCPR, Vous ne passerez pas !»

Des Riverains de Bois Blancs
Fait à Etang Salé les Bains, Bois Blancs, Piton Saint Leu et Les Avirons, Vendredi 29 mai 2015,
Pour servir et valoir ce que de droit, déposé dans le registre de l’enquête publique.


9.Posté par Vinko le 31/05/2015 12:22

J'ai entendu ce projet, mais avant de m'y opposer plus activement, j'aimerais savoir ce qui se passera si on y met fin.

Je suppose qu'il vont aller piquer les roches à Mada, et surement pas avec plus de précautions environnementales, et en engraissant les habituels gros zozos.

Cette route c'est la Réunion qui l'a voulue. C'est à qui d'en payer les frais ?

Désolé de ne pas être plus spontanément indigné. De toute façon c'est une sale histoire, pour un projet stupide.

10.Posté par @ cristobal le 31/05/2015 15:02

vos doléances plus c'est long moins c'est lu... la seule chose qui peut arrêter cette destruction massive cautionner par la plupart des zélues de pacotilles.. c'est une requête aux TA , car la plupart des enquêtes publiques sont truquées!!!!!.

11.Posté par MOSER BERNADETTE le 02/10/2016 15:23

...dire qu'ils en veulent de cette carrière de l'autre côté de l’île, c'est aberrant !!!!
Écoutez-nous, pour une fois !!!!
Vous avez déjà refusé nos idées pour d'autres alternatives de la route du littorale, tel que pare-avalanches, tunnels ... (alors que vous nous demandiez notre avis).
Laissez ce qui reste de nature dans ce beau coin!!!
Et vous, Monsieur T.ROBERT, créez un superbe parc dans lequel on planterait , à chaque naissance de petit Saint-Leusien, .un arbres endémique..non??? On le visiterait, comme le jardin de Pamplemousse à Maurice, et pourrait être sponsorisé..............à suivre??

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >