MENU ZINFOS
International

Népal : Les autorités planchent sur l'instauration d'un permis pour escalader le mont Everest


- Publié le Mercredi 30 Septembre 2015 à 08:58 | Lu 673 fois

Les autorités du Népal planchent sur la possibilité de rendre l'accès à l'Everest seulement possible à des alpinistes aguerris. Un permis de grimper serait ainsi instauré.

Afin d'assurer une meilleure sécurité sur "le toit du monde" qui culmine à 8.848 mètres, et de conserver le côté "glorieux" de l'ascension du mont Everest, les autorités souhaiteraient donc interdire l'ascension aux alpinistes inexpérimentés. Kripasur Sherpa, le ministre népalais du Tourisme, voudrait mettre en place cette nouvelle réglementation dès le printemps prochain.

Ce "permis de grimper" serait octroyé aux seuls professionnels de la haute montagne qui auraient déjà escaladé des sommets de 6.500 mètres d'altitude. Les personnes âgées, les enfants, et les personnes handicapées seraient bannis pour ce type d'ascension.

"Nous ne pouvons pas laisser n'importe qui aller sur l'Everest et mourir", a affirmé Kripasur Sherpa. "S'ils ne sont pas physiquement et mentalement aptes, cela correspond à du suicide légalisé".




1.Posté par Zarin le 30/09/2015 14:00

"Népal : Les autorités planchent sur l'instauration d'un permis pour escalader le mont Everest"

et un permis pour polluer ?!!!


L'Everest menacé par la pollution

Publié le 05/03/2015

Cette semaine, le président de l'association népalaise d'alpinisme a alerté sur le fait que les déchets et les excréments des alpinistes menaçaient le mont Everest.

En 1953, le Néo-Zélandais Edmund Hillary et le Népalais Tenzing Norgay découvraient la cime du mont Everest. Le succès de ces deux alpinistes a ensuite ouvert la voie à une industrie de l'extrême, menaçant l'environnement du plus haut sommet du monde. Depuis près de soixante ans, plus de 4000 alpinistes ont gravi l'Everest. La démocratisation de cette pratique a pour conséquence l'apparition d'amas de matériels d'expédition, de bouteilles d'oxygène, de déchets mais aussi d'excréments.

«Habituellement, les grimpeurs creusent des trous dans la neige pour faire leurs toilettes et laissent leurs déchets sur place», a expliqué à l'agence Associated Press (AP) Ang Tshering, le président de l'association népalaise d'alpinisme. Depuis plusieurs années, les déchets s'accumulent aux alentours des quatre camps d'ascension. En effet, les grimpeurs passent plusieurs semaines dans ces camps dépourvus de toilettes afin de s'acclimater aux conditions en haute altitude. «Les deux voies classiques sont épouvantablement polluées», déclarait ainsi un alpiniste au magazine National Geographic en 2013.


http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/03/05/01008-20150305ARTFIG00212-l-everest-menace-par-la-pollution.php

2.Posté par matthieu le 30/09/2015 14:46

Ils ont raison et il faut un permis payant comme 5000 euros.

3.Posté par everest ? le 01/10/2015 06:39

Ce permis existe déjà ! Comme pour parcourir tous les Himalaya d'ailleurs. A chaque fois il faut remplir des papiers pour obtenir ces permis, fort coûteux, et être en règle à tous les points de contrôle qui sont nombreux. Grimper l’Everest, de son vrai nom sagarmata, coûte au minimum 30.000 €. Ce qui est inacceptable c'est que l'état népalais profite de cet important tourisme sans rien aménager. Alors effectivement, détritus, toilettes, bouteilles d'oxygène,et cadavres, tout cela s'accumule.

L’Everest est immaculé sur les cartes postales, mais c'est devenu un véritable dépotoir !

Dommage...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes