MENU ZINFOS
Politique

Négationnisme de l'esclavage : "Il ne peut y avoir lieu de hiérarchiser entre les crimes contre l’humanité"


Karine Lebon est intervenue en conférence de presse suite à sa co-signature de la proposition de résolution relative à l’incrimination des propos négationnistes portés sur la traite négrière et l’esclavage colonial. Le proposition de résolution a été effectuée à l'initiative du député de la Guadeloupe Olivier Serva, et est soutenue de manière transpartisane pour tous les groupes parlementaires.

Par N.P - Publié le Vendredi 11 Février 2022 à 12:22

Négationnisme de l'esclavage : "Il ne peut y avoir lieu de hiérarchiser entre les crimes contre l’humanité"
Le discours de la députée :

Bonjour à tous,

J’ai eu le devoir en tant qu’élue ultramarine certes, mais citoyenne de la République avant tout, de cosigner cette proposition de résolution portée par mon collègue Olivier Serva à l’occasion de l'anniversaire du décret d'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises.

Celle-ci est transpartisane, et est le parachèvement d’une longue et lente bataille politique afin que l’esclavage puisse être pleinement condamné par notre loi comme crime contre l’humanité, et par voie de fait par notre République.

L’histoire de plusieurs des territoires qui constituent la France est en effet intimement liée à la traite négrière. L’île de Bourbon, aujourd’hui nommée La Réunion, déserte au XVIIe siècle, reçoit l’essentiel de son peuplement des XVIIIe et XIXe siècles en raison de l’esclavage colonial.

L’histoire de La Réunion est un laboratoire de démonstration de la créolisation d’une société. Notre île doit éclairer, à l’heure du déploiement de discours haineux, ce que constitue le parcours mouvant d’une société dans sa construction identitaire. L’identité peut être, à rebours de ce qui est véhiculé aujourd’hui à longueur de journée sur les ondes radios et télévisées, le vecteur de l’acceptation, de la tolérance et du vivre ensemble.

Les Réunionnais sont ainsi pour beaucoup à la fois descendants d’esclaves et de colons, et pour réellement laisser ce passé derrière nous, la reconnaissance du passé aussi effroyable soit-il est une nécessité.

Cela permet de comprendre le lien particulier à la fois historique et culturel qui unit entre eux les pays de l’océan Indien.
Cela permet aussi à la République non pas de se racheter, mais d’être fidèle aux idéaux qu’elle porte d’humanisme. Car l’humanisme c’est aussi regarder en face son passé, et le condamner avec force quand il est criminel afin que plus jamais ces horreurs ne se reproduisent. Regarder en face son passé, c’est ne pas oublier notre histoire.

Ne pas oublier notre histoire, c’est également ne pas oublier l’héritage des luttes et des révoltes d’esclaves, et c’est également faire honneur à la mémoire de ces esclaves à qui je pense aujourd’hui : d’Eli, de Cimendef, d’Anchaing, d’Heva, de Marianne, de Raharianne, de Simangavole, et de tant d’autres.

Il paraissait à cet égard incohérent que notre pays ne reconnaisse pas, au même titre que d’autres moments très sombres de l’Histoire, comme illégal le négationnisme envers ce crime contre l’humanité.

Il ne peut y avoir lieu de hiérarchiser entre les crimes contre l’humanité, et c’est tout simplement cette injustice que nous souhaitons corriger. “Un cri jaillit de tous les cœurs d’un peuple qui a été trop patient” disait Martin Luther King, cette proposition de résolution est le nôtre.






1.Posté par Ouais... le 11/02/2022 15:10

L'hommes se bat pour son passé, puisque son avenir ne lui appartient pas...les gars réveillez-vous, on vit dans une société qui encadre et ne favorise pas la population. C est pour notre futur que l on doit se lever, bref...

2.Posté par Pierre Balcon le 11/02/2022 18:11

Depuis le vendredi 7 mai 2021, le projet Repairs a lancé le site esclavage-indemnites.fr.

Il donne accès à une base de données répertoriant tous les propriétaires d'esclaves indemnisés de la perte de cette main d’œuvre gratuite au moment de l'abolition de l'esclavage , en 1848 pour La Réunion.

On dispose donc désormais des noms des «  coupables » et indirectement de leurs héritiers .

Je propose que l'Etat exige le remboursement de ces indemnités de l’infamie dont ont profité certes les propriétaires d'esclaves mais aussi leurs héritiers .

Ces indemnités ont permis à beaucoup de bénéficiaires de s'accaparer le foncier et les titres ont été transmis de génération en génération. D'où la concentration de la propriété foncière dans notre Ile .

Et justement 4 Lebon ( Gédéon, Louis , Francois et LA ) ont mis le doigt dans le pot de confiture .

Est ce que le dire tombera sous le coup de la censure

3.Posté par Horace le 11/02/2022 19:51

2 Pierre Balcon

"Je propose que l'Etat exige le remboursement de ces indemnités de l’infamie dont ont profité certes les propriétaires d'esclaves mais aussi leurs héritiers."

Si un jour vous appreniez qu'un de vos ancêtres a touché une indemnité, comment feriez-vous pour rembourser votre dette?
Il faudrait d'abord retrouver les héritiers des héritiers des héritiers...
1 F investi en 1848 à un taux d'intérêt de 3%, les intérêts étant réinvestis aurait actuellement une valeur de 167 F. Sans oublier le taux d'inflation.

Bonne chance!

Non au concept de culpabilité collective.

4.Posté par Mac la reine le 11/02/2022 20:46

ne pas oublier les blancs qui ont permis tout cela..

5.Posté par HRM Duc Ray le 11/02/2022 20:48

souvenons nous de nos fiers ancêtres quels qu'ils aient été.

sans les gros blancs.. sans les esclaves.. sans les engagés... point de Reunion.

cessons de nous flageller pour ce qui a été la norme depuis bien avant JC..

6.Posté par ohalala le 11/02/2022 21:54

« Horace », si remboursement il y aurait, ça incomberait au contribuable, à la société toute entière mais surement pas à ceux qui ont fait fortune / acquit un capital terrien sur l'esclavage. Elle serait cocasse, cette scène si elle avait quelconque lien avec des descendants d'oppresseurs, se retrouver soutenue par un descendant d'opprimés. Mais, y en a beaucoup comme ça, ne serait-ce que parmi ces électeurs.

7.Posté par Horace le 11/02/2022 23:19

6 ohalala

Je suis d'accord avec vous, mais Pierre Balcon parle de faire payer les héritiers et pas les contribuables.

8.Posté par Clara le 12/02/2022 10:10

L'esclavage a toutes les sauces pour boucher nos yeux. Par contre, personne ne se bat pour mettre en oeuvre de vraies politiques de lutte contre le diabète à La Réunion, l'épidemie de dengue qui n'en finit plus depuis des années, la pauvreté qui pèse sur les foyers de trop de réunionnais, etc etc.
Bande d'inutiles!

9.Posté par cyclope exalté le 12/02/2022 14:01

Comment il disait Dieudonné Déjà ?



Ah oui.....pornographie mémorielle....., ma foi l'expression est fort bien trouvée.

10.Posté par ANTI Z. le 12/02/2022 16:25

pour ceux qui sont atteint d alzheimer C est grâce aux colonies que la France c'est engraissé pendant 3 siècles et les 700 millions en lingots pillés aux africains .Bon duo les clowns Zoubib et Narine.la réunion c'est l’Afrique ne vous en déplaise alors ceux qui ne sont pas content

11.Posté par Eddy le 12/02/2022 17:14

Pornographie mémorielle 9 ? A part dans les outre-mer très récemment, l'esclavage est passé sous silence en France. Pour rappel, le commerce triangulaire est la base de l'Histoire des colonies, de la colonisation moindre en France plus conséquent en Amérique. L'esclavage fait partie de l'Histoire que vous le vouliez ou non, c'est pas à vous de la réécrire et d'en retenir uniquement les bienfaits !

12.Posté par Dom le 12/02/2022 19:30

La culpabilité n'est pas héréditaire.
Un point de droit.

13.Posté par Saucratès le 13/02/2022 23:50

J’aime bien la proposition de Pierre Balcon de faire rembourser par les descendants des propriétaires d’esclaves les sommes qui leur avaient été versées à l’époque, en 1848. Un franc or versé en 1848 équivaut désormais environ à 240 euros (conversion proposée par le journal Le Monde). Sachant que nombre de fortunes ont dû se construire sur ces sommes, un tel remboursement permettrait certainement une redistribution de certaines fortunes.

La Banque de La Reunion, fondée dans les années 1850 sur la base de ces remboursements, ayant été absorbée par la Cepac, celle-ci pourrait-elle aussi être condamnée à rembourser de la même manière l’Etat ? Les fonds propres de la CEPAC y suffiraient-ils ?

Après, pas sûr que les principaux bénéficiaires de ces sommes reçues en 1848 aient encore des descendants vivants à La Réunion, comme les Lecoat de Kerveguen, les Thomas, les Dandré ou les de Rattaire. Quand est-il des grandes familles Béké des Antilles qui mettent la main sur l’économie réunionnaise ?

14.Posté par Saucratès le 14/02/2022 00:10

Dans un deuxième temps, je m’interroge sur le sens d’une telle loi mémorielle. Le crime de négation de l’esclavage, quelle drôle d’idée ! Le danger d’une telle loi viendra des poursuites qui pourront être lancées. Je ne connais personne qui nie l’existence de l’esclavage. Par contre, certains doivent le relativiser, estimer que la traite musulmane a duré beaucoup plus longtemps que la traite négrière atlantique, et qu’elle est tout aussi criminelle. D’autres personnes peuvent nier non pas l’esclavage, mais l’impact économique sur l’économie française, antillaise ou américaine. Certains historiens estimaient ainsi que l’esclavage avait entravé le développement des économies occidentales.

Lesquelles de ces affirmations ne risquent-elles pas demain d’être considérées comme des négations de crime contre l’humanité ? Sera-ce le fait de refuser de déboulonner la statue d’un grand homme que certains considèreront comme un esclavagiste notoire ? Plus de 170 ans plus tard, quel besoin a-t-on de continuer à traiter de l’esclavage et de parler de crime contre l’humanité ? Va-t-on après cela chercher à faire condamner les romains pour les crimes de guerre qu’ils ont commis contre les peuples gaulois il y a désormais à peine 2.000 ans ? Cette loi mémorielle est stupide ! Tout ceci parce que des descendants d’esclaves s’estiment toujours ostracisés ! Certaines députées feraient mieux de parler de leur bilan électoral plutôt que de broder sur un esclavage remontant à près de deux siècles. Laissez les morts reposer en paix ! Saucratès

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes