MENU ZINFOS
Zinfos974
Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion
Alertes infos :
Culture

Naomis Joseph : "Je me suis épanouie en femme trans !"


Allure longiligne, belle chevelure bouclée, sourire aux lèvres, démarche assurée. Qu'est-ce qui distingue Naomis Joseph, femme trans de 20 ans, de toutes les autres femmes ? Juste qu’elle est née dans un corps d'homme, mais que son identité est féminine.

Par Karoline Chérie - caroline@zinfos974.com - Publié le Lundi 29 Novembre 2021 à 07:06

Naomis s’est découverte femme lors de son exil à Lyon, il y a deux ans. Si on lui avait dit qu’elle allait autant s’épanouir en quittant son île, elle ne l’aurait pas cru. 

Un bon nombre de raisons m’ont poussée à quitter La Réunion mais elles ont fini par se montrer plus que positives pour mon épanouissement personnel. Je suis partie de rien, mais avec un bagage assez conséquent. Pratiquement 11 ans de handball dans les jambes (HBC POSSESSION) et un esprit de battante, des allers et retours pour les compétitions sportives, concours de beauté/concours de mannequins, et même des vacances qui ont marqué mon esprit. Toutes ces raisons ont ouvert mon esprit en métropole et j’en suis plutôt fière en constatant ce que j’ai pu accomplir ici sans tous mes repères”.


Quel genre de personne es-tu dans la vie ? As-tu sauté le pas pour l'opération?

 “Dans la vie, je suis une personne assez solaire et sociable, très terre à terre avec un soupçon de sarcasme. Si on rajoute le petit côté piment de La Réunion, ça fait un joli lot n’est-ce pas ?", dit-elle en souriant.

"Je me définis surtout comme une personne humble, qui aime être à l’écoute, et qui n’a pas froid aux yeux quand il s’agit d’imposer ou en imposer. Anticonformiste de nature, je mets un point d’honneur à ce que les injustices qui ont toujours existé et subsisté soient bousculéesPour ce qui est de ma transition, je ne suis toujours pas hormonée pour le moment, mais ça ne saurait tarder ! Step by step comme on dit si bien. Je n’envisage pas de parler opération pour le moment publiquement, il me tient à cœur d’évoluer avec mon temps et de surtout prendre en compte mes réels besoins en temps et en heure."


Instagram est entré dans la vie de Naomis il y a maintenant cinq ans. À l’époque, elle vivait encore sous cette identité de garçon, qui de plus gay, commençant à envisager une carrière dans le sport après avoir suivi une carrière dans le mannequinat. Même si la question de l’image était déjà une question existentielle pour toute sa génération, elle a toujours véhiculé la good vibes, le smile à toute épreuve et surtout la notion d’acceptation de soi malgré tous les facteurs externes.

Instagram est un peu devenu mon journal de bord. Aujourd’hui, la jeune femme transgenre réunionnaise que je suis transmets les mêmes choses, les mêmes ambitions, les mêmes combats mais avec quelque chose que je n’avais pas du tout il y a encore un an : la confiance. La confiance de savoir qui je suis et vers où je vais. Dans mes posts, on retrouve souvent des descriptions du type remise en confiance, processus d’acceptation, l’envie de voir plus long et plus haut, et j’en passe. Dans mes vidéos, c’est un autre monde : tantôt ça peut être que de la joie de vivre, de l’humour 974, tantôt je peux dénoncer des comportements qui à mon sens ne devraient tout simplement pas ou plus exister. Le respect est de mise surtout qu'au final nous sommes tous des êtres humains dotés d’émotions et de sentiments, on mange, on boit, on urine ou on fait la grosse commission de la même manière. Ce qui nous différencie aujourd’hui, ce sont nos ambitions et notre personnalité. Pourquoi s’entêter à ce qu’une personne que vous ne connaissez ni d’Adam ni d’Eve soit dans votre perception de la vie alors qu’elle a la sienne à gérer? Les réseaux sociaux sont aujourd’hui importants pour notre évolution à tous. Beaucoup d’informations sont relayées à travers différents comptes d’utilité publique, quoi de mieux que de se déconstruire pour mieux se reconstruire !", explique Naomis. 


Une anecdote qui t'a marquée ?

 “J’en ai beaucoup en tête mais il y en a bien une qui m’a marquée et qui me marquera toujours. Je vais très souvent travailler à pied, et je me rappelle que ce matin-là, je me sentais très bien, j’étais prête à affronter la journée. À cinq minutes de mon lieu de travail, je vois une voiture arriver en face de moi et s’arrêter au feu. Je me rappelle avoir avalé ma salive et tout de suite me dire 'Naomis continue d’avancer ça va aller'. Je sentais que je n’allais pas rester tranquille plus longtemps. Au même moment, je vois la vitre du côté passager et de derrière se baisser. J’ai pu constater qu’il y avait quatre hommes dans la voiture. Tout s’est passé très vite. L’un deux a commencé à m’appeler 'le travelo' et je me suis stoppée net. J’étais comme tétanisée, incapable de faire le moindre mouvement alors que j’étais en face de personnes transphobes. La seule chose qui a réussi à passer dans mon esprit est que j’étais en danger mais que je n’avais aucun moyen, que ce soit physique ou mental, d’affronter la situation. Pour couronner le tout, les deux hommes qui étaient de mon côté m’ont craché dessus. Ils sont partis juste après cet acte ignoble et inhumain. J’étais couverte de crachats, avec ce sentiment d’avoir été salie et traitée comme une moins que rien. Par chance, une femme passait à ce moment-là et m’a gentiment donné un mouchoir pour que je puisse me débarbouiller comme je pouvais et surtout enfin aller travailler”.  

Ce qui est arrivé peut arriver à n’importe qui, mais le simple fait de savoir que c’était avant tout un acte transphobe, qui de plus est d’une violence qu’elle ne soupçonnait pas, la bouleverse encore aujourd’hui. Bien heureusement, cela a fini par forger son caractère de manière exponentielle : elle ne laisse plus la moindre occasion aux gens de la faire sentir misérable et illégitime à leurs yeux, mais c’est un événement dans sa construction transidentitaire qui la marquera à tout jamais.


Naomis est serveuse polyvalente et à côté elle a une petite activité de modèle photo. Ce qui, au départ, était un test est devenu une vraie passion ! 

Tu es modèle pour des marques de vêtements, comment te sens-tu ?

Lorsque je pose pour une marque de vêtements, malgré les contraintes qu’il peut y avoir au niveau des différentes exigences, je dis toujours que c’est un moment de partage entre toutes les institutions présentes. Je ne pose pas juste pour ces marques, je transmets leur histoire, leur particularité et tout ça avec ma personnalité et ma passion pour la photo.

Devant l’objectif, Naomis se sent bien et s'exprime devant celui-ci avec toutes les émotions qu’elle dégage et essaie de faire passer à travers ses poses. Elle aime cela. Elle explique : “Les vêtements ont toujours eu une place importante dans ma vie. Je n’ai jamais été dans le but d’être à la pointe du style et de la mode mais avant tout mettre ma personnalité en avant. Mes dernières collaborations m’ont aussi permise de me construire en tant que femme, de pouvoir élargir mon champ de vision et me dépasser. Je me rends compte que poser c’est bien mais poser pour une marque qui partage les mêmes valeurs et principes que vous, ça change toute la donne." 


À La Réunion, Naomis n'était pas en position de force. Entre toute la culture réunionnaise, l’ignorance des uns et surtout tout le mépris qui subsiste autour de la communauté LGBTQIA+, il était impossible pour elle d’envisager une suite à sa vie. Elle qui s’’imaginait un métier de rêve, un foyer parfait, un chien, un grand jardin, était  incapable de dire ce qu’elle voulait vraiment.

La Réunion, La France, comment perçois-tu les choses? 

 “Depuis l’âge de 12 ans, j’ai effectué des allers-retours entre l’île et la métropole, que ce soit pour les vacances, le handball ou le mannequinat. Mais au moment de m’installer ici, ma vie a complètement basculé. Mon travail de déconstruction a commencé ici à Lyon, ville où je me suis découverte femme trans mais surtout femme forte. Je ne pourrai jamais comparer mon ti caillou et la métropole car pour moi le mode de vie n’est pas le même. Mais je peux quand même mettre un point d’honneur sur une différence que l'on peut tous constater : une fois que l’on sort de sa zone de confort, tout change !" 


La Réunion était son petit cocon, là où elle a débuté sa vie et où elle s’est construite. Mais élargir ses horizons et sortir de ce cocon lui a permis de déceler le bon du mauvais et de voir plus loin avec plus de bagages émotionnels et intellectuels.

Que penses-tu de la mentalité à La Réunion ?

 “Je ne peux pas dire non plus que la mentalité est meilleure ici qu'en métropole, mais le travail de représentation et de partage d’informations s’effectue beaucoup plus facilement ici. À La Réunion, même à 10.000 km, j’ai pu constater que le changement commençait à opérer avec la première marche des fiertés et la création d’associations tel que Requeer ou Reborn. C’est une fierté pour moi de voir que mon île évolue ! C’est pour cela que j’aimerais continuer tout ce travail de visibilité, de partage d’informations essentielles au développement personnel et surtout faire en sorte que les jeunes et moins jeunes originaires comme moi de l’île se sentent safe et en accord avec eux-mêmes sans porter atteinte à la vie d’autrui. On doit rester soi-même, que ce soit par la prise de parole, par les différents évènements indispensables à la vie et la survie de la communauté, et ou en posant pour des marques engagées et inclusives”, renchérit-elle. 


Quitter son confort n’est que partie remise au bout du compte ! Naomis envisage un retour sur l’île pour continuer sa première passion en équipe féminine et s'épanouir de plus en plus au côté de sa famille qu’elle n’a pas vu depuis son coming out.

Des projets ? 

 “J’aimerais programmer des shootings aux quatre coins de l’île et surtout continuer d’accompagner et élever la communauté LGBTQIA+ réunionnaise, que ce soit sur mes réseaux ou aux côtés des Réunionnais qui me suivent depuis nout galet.






1.Posté par vraimentcon le 29/11/2021 07:52

woke en marche avec l'argent public

trop con

2.Posté par Leo le 29/11/2021 08:55

Beurk....

3.Posté par eric le 29/11/2021 09:36

Tout le monde a le droit d'etre heureux et different

4.Posté par Rog le 29/11/2021 10:02

On peut mentir à tout le monde sauf à soi-même

5.Posté par Ouais... le 29/11/2021 11:02

Bravo à lui, on a qu une vie et la sienne lui appartient. Il a eu le cran de vivre selon la vision qu il a de lui,la accepté, assumé. Beaucoup de monde, ne change rien à leurs vies, par peur d être mis au banc de la société et pourtant ils auraient un mode de vie moins trash. Pour lui ça a du être terrible, les photos suggère un groupe d amis Unis, donc mec tu as une chance de ouf,j espère qu avec la famille ça ira aussi. Petite blague, tu es sans doute au courant que la cocaïne est arrivée sur l île, alors si tu sors en boîte signales toi au gars sous effet mdr... Bonne continuation.

6.Posté par Gringo le 29/11/2021 12:30

C'était un très beau jeune homme qui est maintenant une très belle jeune femme.... J'avoue avoir du mal avec les mentalités qui sont bloquées et qui ne font que transmettre la peine et la douleur!!! Moi je trouve juste formidable de voir un être humain épanoui... Peu importe son genre , sa couleur ou autres...

7.Posté par Vache à Lait le 29/11/2021 12:35

« iel est belleau » c’est comme cela qu’on dit pour « il ou elle est belle ou beau »
On vit une époque formidable…

8.Posté par Blogueuse974 le 29/11/2021 12:39

Incroyable cette femme ! Je la soutiens depuis ces débuts sur Tik Tok et Instagram !
Incroyable aussi comment les gens peuvent être méchants derrière leurs écrans, personne évolue dans sa tête ou quoi? Si elle veut en parler elle en parle ! Son témoignage aidera et aide les autres à s’affirmer et a etre heureux heureuse, en quoi ça vous gène? Quand il y a quelque chose de positif avec une leçon de vie avec un être humain heureux ça vous dérange? Allez vous faire soigner ! La négativité que l’on répand retombera sur nous-même, notez le.

9.Posté par Pascal Cilaos le 30/11/2021 08:37

Ton courage de t'assumer en public devrais rendre service à beaucoup de personnes..... Bravo !!!!

10.Posté par Fatima le 30/11/2021 12:57

@ leo poste 2
Personne n'a le droit de donner son avis sur la vie, le physique de quelqu'un à part si cela est nécessaire, vous vous prenez pour qui, non d'un chien, vous êtes qui pour juger, si vous êtes dégouté, veuillez garder votre opinion pour vous, faîtes preuve d'abstinence si possible car les mots peuvent sincèrement blessés.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes