MENU ZINFOS
National

Nadine Morano parle "d’invasion massive arabo-musulmane"


- Publié le Mardi 2 Août 2016 à 11:23 | Lu 2003 fois

Capture d'écran RMC.
Capture d'écran RMC.
Lundi matin sur les ondes de RMC, la candidate des Républicains, Nadine Morano s’est exprimée sur la place de l’islam en France.
 
"Il y a une invasion massive arabo-musulmane. (…) Je ne veux pas que la France devienne musulmane", a-t-elle déclaré.
 
L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy rajoute "Le problème, c’est l’islam radical, le financement des mosquées et même l’organisation de l’islam dans son ensemble. C’est cet islam politique et conquérant qui n’est pas en accord avec notre démocratie. Oui, dans l’islam politique, il n’y a pas d’égalité homme-femme. "
 
Fidèle à elle-même et à ses propos emportés, Nadine Morano conclut : "Aujourd’hui, nous vivons le développement de l’islam radical, des comportements communautaires inacceptables, comme le port intégral du voile dans certains quartiers… Et on laisse s’installer en France un islam politique depuis très longtemps.
 
Quand je vois ce qui se passe dans mon pays, je me dis que la situation se dégrade depuis 30 ans, que nous ne maîtrisons pas l’immigration. 
 
Nous avons une immigration arabo-musulmane aujourd’hui nettement supérieure. Je propose de la réduire massivement. (…)
 
Si nous voulons garder notre équilibre culturel et notre cohésion nationale, nous devons limiter cette immigration."
 




1.Posté par lea rivet le 02/08/2016 11:52

Malheureusement,elle a raison sur un certain nombre de points.Il y a 30 ans que ça dure et pas un politique de droite comme de gauche n' a eu du flair.Aucun n'a su anticiper.Et ça continue!
Cazeneuve ferme 20 mosquées?il ferait mieux de virer les imams intégristes ou djihadistes et de les remplacer par des modérés qui auront compris qu'on n'est pas au Magrehb,pour laisser les musulmans modérés pratiquer leur religion

2.Posté par Enfin ! le 02/08/2016 11:57 (depuis mobile)

Enfin une politique, qui dit ce qu''elle pense ! BRAVO madame pour votre courage !
Je sens que ça ne va pas plaire cette réalité à nos Bonus bisounours.

3.Posté par Jules Bénard le 02/08/2016 11:57

A-t-elle vraiment tort ?

4.Posté par SoceZuiTre le 02/08/2016 10:35

Je pense pas que c'est la solution.
Mais c'est pas malin de fermer des mosquées.

5.Posté par yab le 02/08/2016 12:48

Elle a raison mais avant la fin de la journée se fera descendre en flamme par tous les zipokrites de politiciens de tous bords

6.Posté par max974 le 02/08/2016 10:53

Je suis d'accord avec elle,BRAVO

7.Posté par Athée islamophobe le 02/08/2016 13:03

La plupart des 6 à 7 millions de musulmans de France sont arrivés ces derniers 40 ans. La politique migratoire de la France permet à 200 000 immigrants de s'installer en France et de devenir français à terme. Il y aurait autant immigrants clandestins (sous toutes réserves). Faites une estimation pour savoir le moment où la France sera à majorité musulmane.
Cherchez également un seul pays devenu musulman où actuellement il y a des lois réellement démocratiques, la liberté de culte pour les autres religions. Pour ma part, je ne vois pas pourquoi la France sera une exception. Les petits enfants de vos petits enfants testeront ...

8.Posté par Athée islamophobe le 02/08/2016 13:10

Ces ignorants de l'islam disent vraiment n'importe quoi. Il serait grand temps que des cours sur l'islam et l'histoire de l'islam soient dispensés obligatoirement dans les écoles et universités qui forment nos politiciens et journalistes.

Il n'y a pas un islam radical. C'est l'islam qui est radical par nature. En revanche, il y a une PRATIQUE de l'islam qui est morale. Elle est du fait des musulmans modérés qui interprètent leurs textes ou en évacuent une partie pour rendre leur religion acceptable sur le plan de la moralité.

Il n'y a pas un islam politique. L'islam est politique par nature. L'islam s'occupe de TOUS les aspects de la vie des individus, y compris de leur organisation sociale et étatique. La démocratie est étrangère à l'islam : c'est dieu qui décide, pas les hommes.

9.Posté par Dazibao le 02/08/2016 13:13

Cette prétendue politicienne a compris que pour exister à droite il fallait frapper fort et dire même des âneries car après les primaires et l'éventuelle victoire de la droite, il y aura des places au gouvernement pour ceux qui se sont fait remarquer.....

Elle ne va pas laisser des jeunots prendre la place due aux anciens.....

10.Posté par orage d''''acier le 02/08/2016 13:15

Je préfère le terme colonisation, mais elle n'a pas tort du tout....c'est le plan Coudenhove kalergi qui est appliqué, d'ailleurs Merkel vient de recevoir le prix Kalergi pour la récompenser d'avoir ouvert grand les portes de son pays aux "réfugiés".


Et aux belles âmes gauchistes qui ne manqueront pas de m'insulter de raciste, de xénophobe ou d'islamophobe.....je leur retourne cette notion de leur maître à penser antillais....le Césaire, lui qui parlait si bien de génocide par substitution de population sous les vivas des gauchiasses dans un passé récent, et bien on y est , seule nuance ça n'a pas lieu aux antilles mais en métropole, bravo Aimé et merci pour ton aide (involontaire) aux indigènes de métropole !

11.Posté par Miro le 02/08/2016 13:17

En voilà une qui dit des vérités que certains ne veulent pas entendre... Il parait qu'un large sillon tracé au couteau et allant d'une oreille à l'autre, ouvre le sens de l'entendement ...

12.Posté par Athée islamophobe le 02/08/2016 13:18

Ces sots de politiciens d'opposition de droite osent sous-entendre des reproches à l’égard de la gauche en disant que l’immigration n'est pas maîtrisée. Ils oublient de dire que l'immigration n'est plus maîtrisée depuis 1975 à cause de la loi de regroupement familial instaurée par le premier ministre Chirac Jacques (lequel a trans formé ainsi une immigration de travail en une immigration de peuplement). Aucun autre gouvernement de droite ou de gauche n'a abrogé cette loi de regroupement familial et le droit dit "du sol" (acquisition de la nationalité par le lieu de naissance). Ces deux principes sont suicidaires à terme (~150 ans) pour la civilisation française gréco-latine judéo-chrétienne.

13.Posté par Dazibao le 02/08/2016 13:23

La pucelle se croit Jeanne d'arc......mais l'est-elle?

14.Posté par dalon974 le 02/08/2016 11:31

j'espère que le Jules Bernard qui a laissé son commentaire n'est pas l'écrivain renommé. si c'est le cas il tombe bien bien bien bas dans mon estime !

15.Posté par pipo le 02/08/2016 13:46

quelle gourde celle là...j'aimerais bien connaitre ses propre origine!

16.Posté par Zarbi le 02/08/2016 13:51

Elle ne fait qu'énoncer une évidence , en accélération depuis une bonne année ( "crise" des pseudo-migrants mais vrais clandestins ) dont le gouvernement cherche à masquer la réalité en étalant l'invasion en province profonde . Hier encore , j'ai oublié le nom de ce village de 100 âmes : on lui en colle d'autorité 45 de "migrants" ! Imaginez , d'un coup 45% de sa population , invasion musulmane , que des mâles jeunes aux chargeurs pleins , et revendicatifs sur leurs conditions d'accueil .

17.Posté par john kouffar le 02/08/2016 14:17

Le problème aujourd'hui n'est pas l'immigration, c'est le taux de natalité des plus radicaux. C'est par le ventre de leurs femmes que les islamistes progressent.

Faut-il revoir notre politique familiale ? Aujourd'hui elle stimule l'islamisme.

18.Posté par cmoin le 02/08/2016 14:19

Elle a raison!!Plus de 200 projets de construction de mosquée par an!!

19.Posté par sujoleb le 02/08/2016 12:20

Pour avoir vécu et côtoyé des "compatriotes" français ou d'origine française durant de nombreuses années, j'ai depuis très longtemps indiqué à mon entourage proche que la France serait un jour musulmane
Ça y est... On y est!
Au nom du mieux vivre ensemble et suite aux événements, même les églises sont aujourd'hui fréquentables et fréquentées par cette communauté!
Vive la France musulmo-catho!
Vers quel avenir va t-on?
L'inverse se pratique t-il dans les pays musulmans?
Cela mérite vraiment réflexion et analyse
SJL

20.Posté par KHALED le 02/08/2016 15:00

C'est malheureusement d'une simplicité évidente et visible ! Qui oserait dire le contraire ? Nos socialos ???

21.Posté par un créole ex lenoir... le 02/08/2016 15:55

@ Athée islamophobe

"""Cherchez également un seul pays devenu musulman où actuellement il y a des lois réellement démocratiques, la liberté de culte pour les autres religions. Pour ma part, je ne vois pas pourquoi la France sera une exception."""

un peu de lecteur ne vous feras pas de mal....et étrangement c'était il y à 37ans....enfin un point de vue qui est différent du vôtre monsieur....


Moins d’un mois après l’attaque du 11 septembre 2001 sur le World Trade Center et le Pentagone, les dirigeants états-uniens entreprirent une attaque aérienne de grande ampleur contre l’Afghanistan, pays supposé abriter Oussama Ben Laden et son organisation terroriste Al-Qaida.

Plus de vingt années plus tôt, en 1980, les Etats-Unis étaient intervenus pour s’opposer à une « invasion » soviétique de ce pays.

Même certains auteurs progressistes de renom, qui font habituellement preuve d’opinions plus critiques à l’égard de la politique étrangère des Etats-Unis, avaient qualifié de « bonne chose » l’intervention US contre le gouvernement soutenu par les Soviétiques. La vérité historique n’est pas si belle.
8 décembre 2008

Un peu d’histoire authentique

Depuis l’époque féodale, le mode de répartition des terres en Afghanistan était resté inchangé, avec plus de 75 % des terres attribuées à de grands propriétaires terriens qui ne représentaient qu’à peine 3 % de la population rurale. Au milieu des années 1960, des éléments démocratiques révolutionnaires se rassemblèrent pour former le Parti Démocratique du Peuple (PDP). En 1973, le Roi fut déposé mais le gouvernement qui le remplaça s’avéra autocratique, corrompu et impopulaire. Il fut à son tour renversé en 1978 lors d’une démonstration de masse en face du palais présidentiel après que l’armée était intervenue aux côtés des manifestants.

Les officiers qui prirent le pouvoir invitèrent le PDP à constituer un nouveau gouvernement sous la direction de Noor Mohammed Taraki, poète et écrivain. C’est ainsi qu’un gouvernement de coalition de forces démocratiques nationales, sous direction marxiste, arriva au pouvoir. « Ce fut un phénomène totalement local. Pas même la CIA ne le reprocha à l’URSS. » écrit Georges Ryan, professeur émérite à l’Université de Winnipeg, qui supervisait à l’époque un projet de recherche agricole en Afghanistan.

Le gouvernement Taraki légalisa les syndicats, instaura le salaire minimum et l’impôt progressif sur le revenu, lança une campagne d’alphabétisation et des programmes sociaux qui donnèrent à l’ensemble de la population accès aux soins de santé, au logement et aux services publics de base. Des coopératives de paysans s’organisèrent et des prix planchers furent imposés sur les nourritures de base.

Le gouvernement poursuivit également la campagne d’émancipation des femmes entreprise par le roi afin de les libérer de leurs liens de soumission tribale ancestrale. Il instaura également l’enseignement public pour les filles et pour les enfants de toutes les tribus.

Un reportage du San Francisco Chronicle du 17 novembre 2001 faisait observer que, sous le régime de Taraki, Kaboul avait été « une ville cosmopolite. Les artistes et les hippies affluaient dans la capitale. Les femmes étudiaient l’agronomie, les sciences appliquées et l’administration des affaires à l’université de Kaboul. Des femmes occupaient des postes gouvernementaux – dans les années 1980, sept femmes étaient membres du Parlement. Les femmes conduisaient des voitures, voyageaient et allaient à des rendez vous ; 50 % des étudiants universitaires étaient des femmes. »

Le gouvernement Taraki décida d’éradiquer la culture de l’opium : jusqu’alors, l’Afghanistan produisait plus de 70 % de l’opium nécessaire aux besoins mondiaux en héroïne. Le gouvernement annula aussi la dette de tous les paysans et entreprit une grande réforme agraire. Ryan estime que c’était « un gouvernement foncièrement populaire dans lequel la population plaçait beaucoup d’espoir pour l’avenir. »

Mais des oppositions surgirent de plusieurs milieux. Les seigneurs féodaux s’opposèrent à la réforme agraire qui restreignait leurs privilèges tandis que les hommes des tribus et les mollahs fondamentalistes s’opposèrent vigoureusement aux mesures gouvernementales pour l’égalité des sexes et pour l’instruction des femmes et des enfants.

A cause de sa politique économique collectiviste et égalitaire, le gouvernement Taraki s’exposa aussi à l’opposition des services de sécurité US. Peu après que le PDP eut accédé au pouvoir, la CIA, assistée par l’Arabie Saoudite et les militaires pakistanais, lança une action de grande envergure en Afghanistan aux côtés des seigneurs féodaux dépossédés, des chefs de tribu réactionnaires, des mollahs et des trafiquants d’opium.

Un personnage important au sein du gouvernement Taraki était Hafizulla Amin dont beaucoup pensent qu’il avait été recruté par la CIA pendant ses années d’études aux Etats-Unis. En septembre 1979, Amin s’empara du pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat militaire. Il fit exécuter Taraki, mit un terme aux réformes et assassina, emprisonna ou exila des milliers de partisans de Taraki tout en instaurant un état islamique fondamentaliste.

Au bout de deux mois, il fut renversé par un noyau de membres du PDP associés à des militaires.

Il convient d’insister sur le fait que tout cela s’est passé avant l’intervention militaire soviétique. Zbigniew Brzezinski, conseiller à la Sécurité nationale, a publiquement admis – des mois avant que les troupes soviétiques n’envahissent le pays – que l’administration Carter avait versé des sommes énormes aux extrémistes musulmans pour torpiller l’action du gouvernement réformateur. Certaines de ces interventions consistaient en attaques violentes de moudjahiddins (combattants de la guérilla islamique), soutenus par la CIA, contre des écoles et des enseignants dans les zones rurales.

A la fin de 1979, le gouvernement PDP, assailli de toutes parts, demanda à Moscou de lui fournir un contingent de troupes pour contenir les moudjahiddins et les mercenaires étrangers, tous recrutés, financés et équipés par la CIA. Les Soviétiques avaient déjà soutenu des projets d’aide au développement des ressources minières, de l’enseignement, de l’agriculture et de la santé publique. Le déploiement de troupes représentait un engagement beaucoup plus sérieux et politiquement dangereux. Il fallut que Kaboul s’y prenne à plusieurs reprises avant que Moscou n’accède à sa demande d’intervention militaire

Jihad et taliban, façon CIA.

L’intervention militaire soviétique était une occasion en or pour la CIA de transformer une guerre tribale en une guerre sainte, en un jihad islamique, destinée à expulser les communistes sans dieu de l’Afghanistan. Au fil des ans, les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite dépensèrent environ quarante milliards de dollars pour la guerre en Afghanistan. La CIA et ses alliés recrutèrent, équipèrent et entraînèrent environ cent mille moudjahiddins radicaux provenant de quarante pays musulmans, parmi lesquels le Pakistan, l’Arabie Saoudite, l’Iran, l’Algérie et l’Afghanistan. Parmi ceux qui répondirent à l’appel, se trouvait un certain Oussama Ben Laden et ses hommes.

Au terme d’une guerre longue et infructueuse, en février 1989, les Soviétiques évacuèrent le pays. On croit généralement que le gouvernement marxiste PDP s’effondra peu après le départ des Soviétiques. En réalité, il conserva suffisamment de soutien populaire pour combattre trois années encore, survivant ainsi d’un an à l’Union Soviétique.

En prenant le pouvoir en Afghanistan, les moudjahiddins se mirent à se battre entre eux. Ils ravagèrent les villes, terrorisèrent les populations, pillèrent, organisèrent des exécutions de masse, fermèrent les écoles, violèrent des milliers de femmes et de jeunes filles et réduisirent en ruines la moitié de Kaboul. En 2001, Amnesty International rapporte que les moudjahiddins utilisaient les violences sexuelles comme « méthode d’intimidation des populations vaincues et comme récompense pour les soldats. »

Dirigeant le pays comme des gangsters à la recherche de revenus faciles et abondants, les chefs tribaux ordonnèrent aux paysans de planter des pavots. L’ISI pakistanaise, proche partenaire junior de la CIA, installa des centaines de laboratoires d’extraction d’héroïne à travers l’Afghanistan. Deux ans après l’arrivée de la CIA, la frontière Pakistan-Afghanistan était devenue la plus grosse productrice d’héroïne au monde.

Largement créés et financés par la CIA, les mercenaires moudjahiddins acquirent leur autonomie. Des centaines d’entre eux entrèrent ainsi en Algérie, en Tchétchénie, au Kosovo et au Cachemire pour entreprendre des actions terroristes au nom d’Allah et à l’encontre de ceux qu’ils considéraient comme ayant corrompu l’Islam.

En Afghanistan même, à partir de 1995, une branche extrémiste de l’Islam sunnite, « les talibans », abondamment financée et conseillée par l’ISI et par la CIA avec le soutien des partis politiques islamiques pakistanais, se fraya un chemin vers le pouvoir, prenant le contrôle de presque tout le pays et emmenant dans son sillage, à grand renfort de menaces et de cadeaux, beaucoup de chefs tribaux.

Les talibans s’engagèrent à mettre fin aux luttes entre factions et au banditisme qui était la marque des moudjahiddins. Les personnes soupçonnées de meurtre ou d’espionnage étaient exécutées tous les mois dans les stades et celles qui étaient accusées de vol avaient la main coupable tranchée. Les talibans condamnaient toutes les formes « d’immoralité », comme le sexe avant le mariage, l’adultère et l’homosexualité. Ils mettaient aussi hors la loi la musique, les spectacles, les librairies, la littérature, l’éducation laïque et l’essentiel de la recherche scientifique.

Les talibans instaurèrent un règne de terreur religieuse, imposant une interprétation plus stricte encore de l’Islam que celle du clergé de Kaboul. Tous les hommes devaient porter la barbe non taillée et les femmes devaient porter la burqa qui les couvre de la tête aux pieds, y compris le visage. Ceux qui ne se soumettaient pas rapidement à ces contraintes se voyaient rapidement et sévèrement sanctionnés par le Ministère de la vertu. Une femme qui quittait le domicile conjugal ou accusait son époux de violences se retrouvait sévèrement fouettée par les autorités religieuses. Les femmes étaient exclues de la vie sociale, privées de l’essentiel des soins médicaux, écartées de tous les niveaux d’enseignement et de toutes les possibilités de travail à l’extérieur. Les femmes qui étaient jugées « immorales » étaient lapidées à mort ou enterrées vivantes.

Rien de tout cela ne perturbait les dirigeants à Washington et ils s’accommodaient fort bien des talibans. Et même, jusqu’en 1999, le gouvernement US a versé la totalité du salaire annuel de chaque officiel du gouvernement taliban. Ce n’est qu’à partir d’octobre 2001, quand le président George W. Bush a eu besoin de rallier l’opinion publique derrière sa campagne de bombardement de l’Afghanistan, qu’il a dénoncé l’oppression des femmes. Son épouse, Laura Bush, se métamorphosa en une nuit en une féministe convaincue pour émettre un discours détaillant certains des abus commis contre les femmes en Afghanistan.

La seule chose positive que l’on peut mettre au crédit des talibans, c’est qu’ils mirent un frein aux pillages, viols et crimes que les moudjahiddins avaient commis jusque-là de façon régulière. En 2000, les autorités talibanes ont également éradiqué la culture du pavot dans tous les territoires sous leur contrôle, une action presque complètement couronnée de succès selon le Programme de contrôle des drogues des Nations unies.

Avec le renversement des talibans et la réinstallation à Kaboul, en décembre 2001, d’un gouvernement moudjahiddin choisi par les Occidentaux, la production d’opium a repris de plus belle en Afghanistan.

Les années de guerre qui ont suivi ont coûté des dizaines de milliers de vies afghanes. A côté de ceux qui ont été tués par les missiles de croisière, les bombardiers furtifs, les bombes à fragmentation et les mines, il y a tous ceux qui continuent à mourir de faim, de froid, de manque d’abris et de manque d’eau potable.

La sainte croisade pour le pétrole et le gaz.

Bien qu’ils prétendent combattre le terrorisme, les dirigeants US se sont trouvé d’autres raisons bien plus motivantes, mais bien moins avouables, pour s’enfoncer plus encore dans le bourbier afghan.

Cette région d’Asie centrale est riche en gisements de gaz et de pétrole. Dix ans avant le 11 septembre, le Time magazine du18 Mars 1991 faisait savoir que les élites politiques US y envisageaient une présence militaire. La découverte de vastes gisements de gaz et de pétrole au Kazakhstan et au Turkménistan constituait l’appât, tandis que la dissolution de l’Union Soviétique ôtait l’obstacle majeur à la poursuite d’une politique d’intervention agressive dans cette partie du monde.

Les compagnies pétrolières US ont acquis les droits sur 75 % environ de ces nouvelles réserves. Exporter ce pétrole et ce gaz de régions enclavées était un problème majeur. Les officiels US se sont opposés à l’utilisation des pipelines russes ou à l’accès direct au golfe Persique à travers l’Iran. Au lieu de cela, ces officiels et les compagnies contractantes ont envisagé des voies alternatives à travers l’Azerbaïdjan et la Turquie vers la Méditerranée ou encore à travers la Chine vers le Pacifique.

La voie qui avait la préférence d’UNOCAL, une compagnie basée aux Etats-Unis, traversait l’Afghanistan et le Pakistan vers l’océan Indien. Les tractations intensives qu’UNOCAL menait avec le régime taliban n’aboutirent à rien, jusqu’à ce qu’en 1998 une compagnie argentine ne fasse une offre plus avantageuse pour le pipeline. La guerre de Bush contre les talibans mit fin aux espoirs d’UNOCAL de participer à l’entreprise.

Il est intéressant de remarquer que les administrations Clinton et Bush n’ont jamais placé l’Afghanistan sur la liste officielle du département d’Etat des pays accusés de financer le terrorisme, cela en dépit de la présence reconnue d’Oussama Ben Laden comme hôte du gouvernement taliban. Cette qualification d’ « état voyou » aurait rendu impossible, pour une compagnie US de prospection ou de reconstruction, la signature avec Kaboul d’accords pour l’installation d’un pipeline vers les champs pétroliers et gaziers d’Asie centrale.

En somme, bien avant les attaques du 11 septembre, le gouvernement US avait préparé le terrain pour intervenir contre les talibans et installer un gouvernement croupion à Kaboul ainsi qu’une présence militaire directe en Asie centrale. Les attaques du 11 septembre ont fourni le détonateur idéal, mobilisant l’opinion publique US et les alliés encore hésitants à soutenir une intervention militaire.

On peut être d’accord avec John Ryan lorsqu’il défend l’idée que, si Washington avait laissé tranquille le gouvernement Taraki en 1979, « il n’y aurait pas eu d’armée de moudjahiddins, pas d’intervention soviétique, pas de guerre de destruction en Afghanistan, pas d’Oussama Ben Laden et pas de tragédie du 11 septembre. »

Mais c’était trop demander à Washington que de laisser en paix un gouvernement de gauche progressiste qui organisait la société en fonction des besoins publics collectifs plutôt qu’en fonction de l’accumulation privée.

L’intervention US en Afghanistan ne s’est pas avérée très différente de ce qu’elle avait été au Cambodge, en Angola, au Mozambique, en Ethiopie, au Nicaragua, à Grenade, au Panama et ailleurs. Elle avait le même objectif de prévenir des réformes sociales égalitaires et aboutissait au même résultat : renverser des gouvernements favorables aux réformes économiques. Dans tous ces cas, les interventions ont réinstallé au pouvoir des éléments rétrogrades, laissé une économie en ruine et détruit sans pitié un grand nombre de vies innocentes.

La guerre contre l’Afghanistan, pays appauvri et martyrisé par la guerre, continue à être présentée dans les cercles officiels US comme une croisade chevaleresque contre le terrorisme. Il n’en est rien, cela a été un moyen pour faire bien d’autres choses : détruire un ordre social progressiste, prendre le contrôle très bénéfique d’une des dernières vastes réserves encore intactes au monde d’une énergie fossile en voie d’épuisement et implanter des bases militaires US dans une région supplémentaire.

Face à tout cela, l’appel d’Obama pour le « changement » sonne creux.

Traduit de l’anglais par Oscar Grosjean pour Investig’action.

Les derniers ouvrages de Michael Parenti sont : « The Michael Parenti reader » et « God and his demons », à paraître. Pour de plus amples renseignements, consulter le site www.michaelparenti.org

- See more at: http://www.investigaction.net/Afghanistan-l-histoire-que-l-on-ne/#sthash.s3TBPus3.dpuf

22.Posté par kld le 02/08/2016 21:52

ya t'il besoin de commenter ........non , laissons les .

23.Posté par Rivotril et Artane dans la France en décomposition le 03/08/2016 05:13

Morano....2 % à peine au niveau des primaires à droite...Pour être élu en France, il faut donner dans l'islamisme. Allez les générations futures n'ont qu'à bien se tenir ou disparaître, leurs aînés, kouffars en ont bien assez profité comme des cochons...

24.Posté par cimendef le 03/08/2016 06:56 (depuis mobile)

Oui elle dit une simple vérité...qui heurte les âmes sensibles.

25.Posté par polo974 le 03/08/2016 08:28

elle n'a rien compris, celle-là.
la majorité de ceux qu'elle vise sont français...

bref, elle joue à la le pen (comme d'hab)...

3.Posté par Jules Bénard le 02/08/2016 11:57
""" A-t-elle vraiment tort ? """
Jules, là, tu me déçois "massivement"...

26.Posté par PATRICK CEVENNES le 03/08/2016 10:55

fukcd473
Et avec tous les évènements passés et à venir, la Mairesse (ânesse) de Paris a-t-elle toujours l'intention de construire des camps de réfugiés ?

... Je ne veux pas que la France devienne musulmane"...
Trump est du même acabit. Dans quelques générations, les "blancs" d'Amériques seront moins nombreux que les Afro-américains, les Hispaniques, les Muslims, etc.

27.Posté par Zarin le 03/08/2016 11:15

...(ânesse)...

"L'opinion générale des peuples n'est pas favorable à l'âne taxé d'ignorance, d'imposture ou de folie. Pourtant dans la tradition biblique l'âne représente la patience, la compréhension des choses, le travail obstiné et la paix. Au point qu'on a accusé les Hébreux d'adorer l'âne ou de l'avoir adopté comme animal totem, tradition qu'ils auraient hérité du séjour en Egypte."

28.Posté par Pif le yinch le 03/08/2016 16:23

S'il y a "invasion", c'est :
- immigration familiale (regroupement familial ou conjoint de Français)
- immigration temporaire (asile politique)

Aujourd'hui l'immigration de travail ne concerne plus que quelques secteurs d'activité où on ne trouve plus assez de main d'oeuvre : bâtiment et secteur médical (infirmiers, ... ).
Je pense que s'il y a eu "invasion", c'était plus dans les années 70 et 80, car depuis le gouvernement Balladur l'immigration de travail a bien été freinée (marché du travail opposable selon secteurs d'activité).

Et c'est Chirac qui, en tant que 1er ministre, est responsable de la loi sur le regroupement familial. Donc, pour reprendre son terme, "l'invasion" est en partie le fruit du gouvernement mené par Chirac.
Or elle était une "groupie" de Chirac :
http://www.metronews.fr/info/nadine-morano-6-choses-que-vous-ne-saviez-peut-etre-pas-sur-sa-jeunesse/mpbz!Vy0QRwmin6dN6/

Pour ce qui est des demandeurs d'asile, on sait que c'est l'UE qui répartit les demandeurs au sein des pays membres, selon un système de quotas.
L'UE telle qu'elle est actuellement, Sarkozy y a bien travaillé ; or elle était aussi une "groupie" de Sarkozy :
http://www.huffingtonpost.fr/2015/09/30/nadine-morano-groupie-nicolas-sarkozy-droitisation-decomplexee_n_8220208.html

Moralité : au lieu de se baser sur la beauté ou le charisme des politicos, elle aurait gagné du temps en se basant sur leurs idées et surtout sur leurs actes. Car c'est bien les oeuvres de ceux qu'elle a soutenus qu'elle remet en cause aujourd'hui.

Pour le reste, il y a 2 cas dans la législation qui pourraient faire de bons débats :

- dans le cadre du regroupement familial, un étranger peut faire entrer sur le territoire son conjoint étranger et ses enfants (étrangers aussi). Que les enfants, qui sont amenés à s'intégrer du fait de leur parcours dans l'école républicaine, puissent devenir Français un jour à ce titre, je suis pas contre.
Mais que leurs parents puissent le devenir automatiquement parce qu'ils deviennent parents de Français quand leurs enfants ont acquis la nationalité, je suis contre. Je pense que leur demande de naturalisation doit être considérée comme pour n'importe quel autre étranger, c'est-à-dire sur la base d'une intégration réelle (langage, culture, participation effective à la vie citoyenne ... )

- reprenons le cas précédent. Les filles devenues Françaises du fait de leur bonne intégration ou de leur naissance sur le territoire, sont obligées par les parents de prendre pour conjoint un lointain cousin du bled qu'elles n'ont jamais connu. Lequel conjoint, en tant que conjoint de Français, deviendra normalement à moyen terme un Français également. J'appelle ça tricher, ne pas jouer le jeu du brassage ethnique, du métissage positif. Dans ce cas bien précis je trouve qu'on peut effectivement parler d'une "invasion". En plus les filles en souffrent par la suite, dans leur vie privée, car elles qui sont vraiment françaises culturellement, sont dominées par un mari dont les moeurs sont plus dictées par sa culture d'origine que par la nôtre. C'était peut-être le cas de la femme du terroriste de Nice.

29.Posté par Le Corbeau le 03/08/2016 18:23

S'il y a tant d'immigrés en France, c' est que le patronat a été les chercher par bateaux.
Une main d'oeuvre bon marché à exploiter comme là-bas.
Si les immigrés devaient repartir chez eux
Ce sera le dépôt de bilan des entreprises qui restent
On a le choix !
Les garder - les patrons s'enrichissent
Les faire partir et c'est la ruine des entreprises
QUE FAIRE ?????

30.Posté par Pif le yinch le 03/08/2016 23:42

Je viens de trouver ça sur l'histoire de l'immigration :
http://www.preavis.org/formation-mr/Luttins/brochure_immigration_1-0.a5.pdf

Il est orienté à gauche, certes, mais il est intéressant et répond en grande partie aux propos de Morano.
De plus les auteurs ne refusent pas les objections, du moment qu'elles sont argumentées.

31.Posté par Vieux Créole le 04/08/2016 21:08



_-NADINE MORANO et certains de ses amis , " les Jean- Marie" , " les" Marine" ne changeront jamais !!!
_ LAISSONS A NOS COMPATRIOTES LE SOIN DE LES JUGER!

32.Posté par Zarin le 04/08/2016 21:36

Quand On Est Con

Quand ils sont tous neufs,
qu'ils sortent de l'oeuf,
du cocon.
Tous les jeunes blancs becs
prennent les vieux mecs
pour des cons.

Quand ils sont venus,
les têtes chenues,
les grisons.
Tous les vieux fourneaux
prennent les jeunots
pour des cons.

Moi qui balance entre deux âges
Je leur adresse à tous un message.

Refrain:
Le temps ne fait rien à l'affaire.
Quand on est con, on est con!
Qu'on ait 20 ans, qu'on soit grand-père
Quand on est con, on est con!

Entre vous plus de controverses,
Cons caduques ou cons débutants.

Petits cons de la dernière averse
Vieux cons des neiges d'antan ( x 2 )

Vous les cons naissant,
les cons innocents,
les jeunes cons,
Qui, ne le niez pas, prenez les papas pour des cons.

Vous les cons âgés,
les cons usagés,
les vieux cons.
Qui, confessez-le, prenez les p'tits bleus pour des cons.

Méditez l'impartial message
d'un qui balance entre deux âges.

Refrain

33.Posté par Rivotril et Artane dans la France en décomposition le 05/08/2016 01:30

@à gaz zarin...apparemment connaisseur de G Brassens qui doit aussi connaître:



Le cœur bien au chaud
Les yeux dans la bière
Chez la grosse Adrienne de Montalant
Avec l'ami Jojo
Et avec l'ami Pierre
On allait boire nos vingt ans
Jojo se prenait pour Voltaire
Et Pierre pour Casanova
Et moi, moi qui étais le plus fier
Moi, moi je me prenais pour moi
Et quand vers minuit passaient les notaires
Qui sortaient de l'hôtel des "Trois Faisans"
On leur montrait notre cul et nos bonnes manières
En leur chantant

Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient c-

Le cœur bien au chaud
Les yeux dans la bière
Chez la grosse Adrienne de Montalant
Avec l'ami Jojo
Et avec l'ami Pierre
On allait brûler nos vingt ans
Voltaire dansait comme un vicaire
Et Casanova n'osait pas
Et moi, moi qui restait le plus fier
Moi j'étais presque aussi saoul que moi
Et quand vers minuit passaient les notaires
Qui sortaient de l'hôtel des "Trois Faisans"
On leur montrait notre cul et nos bonnes manières
En leur chantant

Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient c-

Le cœur au repos
Les yeux bien sur terre
Au bar de l'hôtel des "Trois Faisans"
Avec maître Jojo
Et avec maître Pierre
Entre notaires on passe le temps
Jojo parle de Voltaire
Et Pierre de Casanova
Et moi, moi qui suis resté le plus fier
Moi, moi je parle encore de moi
Et c'est en sortant vers minuit Monsieur le Commissaire
Que tous les soirs de chez la Montalant
De jeunes "peigne-culs" nous montrent leur derrière
En nous chantant

Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient c-

34.Posté par Zarin le 05/08/2016 09:54

@33.Posté par Rivotril et Artane dans la France en décomposition le 05/08/2016

« L’équation Dina Morare = Memorare = Zarin (Seyhelles)
Études océan Indien.

35.Posté par Pif le yinch le 05/08/2016 14:41

Dans le même esprit que "Les bourgeois", on a aussi "Ces gens-là".
Paroles ici :
http://www.paroles-musique.com/paroles-Jacques_Brel-Ces_Gens-la_2-lyrics,p49920

Peut-être lié au contexte révolutionnaire de mai 68, et à l'opposition entre Wallons prolétaires et Flammands commerçants.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes